mercredi 31 mars 2010

LES AMES CROISEES de Pierre Bottero






Résumé:

Nawel vit à Jurilan, le royaume des douze cités. Aspirante comme ses amis Philla et Ergaïl, elle va choisir la caste correspondant à ses aspirations profondes pour le reste de sa vie. Tout indique qu’elle entrera, selon le désir de ses parents, chez les prestigieuses Robes Mages. Mais Nawel s’interroge sur sa place dans cette caste et sur la voie qu’elle doit suivre…


L'avis de Phooka:

En tant que fan de Bottero je  ne pouvais évidemment pas passer à coté  des âmes croisées, son tout dernier roman...

Nawel est  une jeune  femme de  la haute  société, les  perles, qui se destine à porter une Robe de Mage, une des plus haute caste de la société. Du moins,  c'est ainsi que tout le monde voit  son avenir. Nawel  est franchement  le genre  de personne  que l'on  aurait envie  de  gifler, égoïste et prétentieuse. Elle  méprise les  cendres,  ces hommes ordinaires qui font tout le  travail permettant à  la société de fonctionner. Elle les méprise  à tel point qu'elle  sera responsable de la  mort d'une jeune cendre  et de son  bébé. A partir  de ce moment, elle va   petit à petit  réaliser les  graves  erreurs   qu'elle a  commises et  elle va  devoir faire face  à  la  réalité. Elle va comprendre qu'elle a vécu dans une sorte  de monde factice, très protégé et elle  va décider de prendre son destin  en main, une sorte de rédemption pour ses erreurs passées.

Comme toujours avec Pierre Bottero, on  "entre" dans le roman dès les  premières lignes  et sa  merveilleuse écriture  nous entraîne  dans son  monde, sans  nous laisser  le  moindre  répit. Les  personnages  sont  réalistes, attachants.  Ils doutent, ils font des erreurs, ils grandissent au fur et à mesure de l'histoire. C'est un  roman initiatique.  Nawel va  évoluer énormément  jusqu'à devenir  une adulte responsable  et respectueuse  des autres.  Mais tout  cela est écrit avec fluidité, sans donner  l'impression de donner  des leçons. Bottero  nous a donné cette fois,  un livre  plus adulte  (même si  il reste  un roman jeunesse), plus mature que la série des Ewilan. Clairement ce roman marquait une transition dans son écriture. Il  ouvrait une porte  à la fin  du roman, une  porte virtuelle et réelle d'ailleurs, qui laissait deviner  la suite que l'on aurait du  avoir. Clairement une belle  trilogie en  perspective avec  Nawel comme  héroïne. Trilogie  qui ne verra malheureusement jamais  le jour...Et c'est  avec une énorme  tristesse que j'ai refermé ce roman.

A tout ceux qui aiment Bottero ou à ceux qui voudrait le découvrir, je conseille Les âmes  croisées. C'est  un roman  entier (dans  le sens  où il  constitue une histoire complête), même si on sent bien que c'était l'introduction d'une épopée à venir. Bottero  nous livre sans  doute son meilleur  roman, plus mature,  plus complexe et on ne peut que regretter encore plus sa disparition.

Merci Monsieur Bottero pour tous les merveilleux moments de lecture que vous m'avez donné.

Vous pouvez découvrir le monde merveilleux de Pierre Bottero sur ce site.

Editions Rageot, 16 euros.



lundi 29 mars 2010

L'IMMORTEL de Franz-Olivier Giesbert

Résumé:
Un homme est laissé pour mort dans un parking avec 22 balles dans le corps. Contre toute attente, il ressuscitera avant de se venger de ses ennemis. C'est l'histoire d'un Monte-Cristo des temps modernes, un suspense inspiré de faits réels mais où tout est inventé, au cœur du Milieu marseillais. Dans ce roman dont Marseille est le héros, toute ressemblance avec des personnages ayant existé n'est pas toujours fortuite. L'auteur a fait du vrai avec du faux et du faux avec du vrai. C'est pourquoi, ici, tout est vrai et tout est faux, comme dans les livres, comme dans la vie, comme en Provence.

Biographie de l'auteur

Franz-Olivier Giesbert est l'auteur d'une quinzaine de livres dont des essais, comme La tragédie du Président, publié en 2006, des romans, comme Le Sieur Dieu, ou des récits, comme L'Américain. 

L'avis de Phooka:

Alors voilà une très agréable découverte et je la dois à Ulike qui m'a proposé de lire ce roman. Jamais je n 'aurais été tentée par un polar sur "les truands marseillais". Pour moi la mafia je m'y intéresse au cinéma à travers les films de Scorcese ou de Coppola et ça s'arrête là. J'ai bien entendu parler du film avec Jean Reno et j'étais intéressée à aller le voir, mais je n'aurais pas pensé lire le roman dont il est tiré. Et franchement ça aurait été dommage de passer à côté.
J'étais un peu "inquiète" avant de commencer le roman car j'avais lu dans certaines critiques que le nombre de morts était énorme...Ce qui est vrai (et ce n'est rien de le dire). Une vraie tuerie, mais qui se lit bien. Il faut reconnaître que le style de l'auteur est parfait pour ce genre de roman. Ecriture nerveuse, rapide, chapitres très courts. Du coup on enchaîne les chapitres les uns après les autres et il est quasiment impossible de reposer le livre! A chaque page un rebondissement (ou un mort)!
L'histoire commence de façon très classique, un ancien truand a été attaqué et a reçu 22 balles. Contre toute attente il s'en remet et va chercher à se venger. Rien de très nouveau là dedans, mais à un moment, ce truand , Charly, va se rendre compte que quelqu'un d'autre continue sa "liste" de victime et que les meurtres successifs vont lui être tous imputés alors qu'il n'y est plus pour rien (ce n'est pas un ange non plus hein!). Alors commence véritablement l'histoire du roman. Charly va chercher à savoir qui peut lui nuire, il est poursuivit par certains truands marseillais, aidé par d'autres, mais à qui peut-il faire confiance? L'enjeu est gros, les truands marseillais se livrent une guerre avec des intérêts économiques énormes. Charly est menacé, il n'est à l'abri nulle part et ni ses amis, ni sa famille ne sont épargnés. Il va devoir démêler le vrai du faux, se défendre, fuir, trouver des alliés et trouver qui essaye de le faire tomber...
Pas un moment de répit dans cette lecture. C'est trop fort, on veut savoir nous aussi! On enchaîne les chapitres les uns après les autres, impossible de reposer le livre.
En plus, on s'attache à Charly et pourtant ce n'est pas un enfant de coeur...
Quand je pense que c'est une version (très romancée quand même) d'histoires vraies, ça fait quand même très peur!
Vraiment un roman très agréable à lire (et rapide aussi). Je ne saurais que conseiller à tous ceux qui aime "que ça bouge"! :))

Merci à Ulike et aux éditions J'ai Lu pour m'avoir donné l'occasion de découvrir ce roman.
Editions J'ai Lu: environ 7 euros 

PS: La couverture de "mon" roman n'est pas celle de la photo insérée dans l'article. J'ai Lu l'a modifiée. La couverture actuelle est l'affiche du film:

vendredi 26 mars 2010

L'ECHO DES MORTS de Johan Theorin

Résumé:

Joakim et sa femme Katrine ont décidé de quitter Stockholm pour s'installer dans une vieille ferme sur l'île d Öland. Katrine et les enfants s'y installent alors que Joakim achève l'année scolaire au collège où il enseigne.
Après la noyade accidentelle de Katrine, Joakim sombre dans une profonde dépression. En faisant des travaux dans la maison, il tombe sur des inscriptions mystérieuses. Il apprend alors que dans le passé, les habitants de la ferme ont souvent été victimes d'accidents mortels. Les inquiétantes légendes d'Öland refont surface et Joakim se prend à imaginer qu'à l'instar d'autres esprits, Katrine pourrait revenir.
Le suspense s'épaissit. D'étranges cambriolages en série surviennent sur l'île. La jeune policière Tilda Davidsson qui mène l'enquête a bien du mal à dénouer tous ces fils qui s'entrecroisent.

Après le brouillard d'automne de L'Heure trouble, L'écho des morts, livre d'hiver sur le deuil et la mémoire, est soutenu par l'écriture sobre, très personnelle et d'une efficacité troublante de Johan Theorin.


Biographie de l'auteur

Né en 1963 à Göteborg, Johan Theorin passe, depuis l'enfance, tous ses étés sur l'île d'Öland au Sud-Est de la Suède. L'intrigue de L'Heure trouble (Albin Michel, 2009), son premier roman, et de L'écho des morts s'y situent. Ces deux romans ont été numéro un de la liste des best-sellers en Suède.

L'avis de Phooka:

Alors déjà, un avertissement pour les amateurs de Thriller gore et hyper palpitant, celui-ci n'en fait pas partie! Mais si vous ne le lisez pas, vous passerez à coté d'un roman passionnant!
(Ne vous faîtes pas de soucis, je ne vais pas spoiler l'histoire, tout ce que je raconte est déjà dans le résumé) ...
On pourrait presque commencer par "Ici tout est calme, luxe et volupté" tellement le lieu où se situe le roman respire la paix et le bonheur...Du moins au début!
La famille Westin part de Stockholm pour s'installer sur cette île perdue en Suède dans une grande maison à restaurer sur le terrain de laquelle siègent deux phares. Les premiers voisins (des fermiers) sont déjà très loin . Ils veulent s'éloigner du stress de la vie urbaine et offrir à leurs enfants le calme et la sérénité de la campagne au bord de la mer. Un cadre idyllique...jusqu'à ce que Katrine, la maman, soit retrouvée noyée. A partir de ce moment la relation de la famille Westin avec son environnement va changer.
En parallèle avec la tragédie qui touche la famille Westin, on suit l'arrivée sur cette île de la jeune policière Tilda, qui vient d'être affectée à cet endroit. Elle connait les lieux, son grand -père habitait là. Elle va avoir fort à faire pour essayer de résoudre une série de cambriolages de villa de vacances perpétuée par trois hommes de la région. De plus, elle est passionnée par l'histoire de sa famille et pour ne pas perdre les traces du passé , elle va souvent interviewer le frère de son grand-père dans sa maison de retraite. Celui-ci est un passionné de la mer, de l'île et de la météo...
Oui de météo, car si loin de tout sur l'île, la météo y joue un rôle important et les jeunes générations n'y font plus assez attention. Pourtant ils devraient...

Comme je le disais au début L'Echo des morts n'est pas le genre Thriller haletant et gore. Non! Ici tout est calme, apaisant et pourtant on sent l'angoisse sourdre lentement des murs, de la mer et des tourbières. Il y a eu beaucoup de drames ici, et les morts rodent toujours sur les lieux. Les légendes sont légions, les anciens s'en souviennent et les lieux en sont imprégnés. Joachim lui aussi est venu sur cette île avec ses fantômes, auxquels se rajoute celui de sa femme noyée juste devant sa maison. Les destins de tous les personnages de ce roman, vont se mêler, s'emmêler, se mélanger avec les légendes anciennes jusqu'au final. L'auteur nous y amène doucement, laissant filtrer l'angoisse petit à petit.

C'est un roman sur la mort, sur ceux qui restent et doivent vivre avec l'absence de l'être aimé...ou avec son fantôme. Un soupçon de fantastique plane. L'action se situe presque en huis-clôt (un huis-clôt parce que les personnages habitent sur une île, mais aussi parce qu'ils vivent avec leurs morts...leurs fantômes). Je suis particulièrement sensible à l'atmosphère qui se dégage de ce roman. Ces gens qui vivent dans un coin perdu, presque comme au siècle précédant (bien que bénéficiant de tout le confort moderne), si proches de la nature, de la mer, imprégnés par les légendes et le passé. Si dépendant aussi de la météo...Cette météo qui rythme le roman. On attend la tourmente, le dénouement, on sent que le paroxysme de la tempête apportera les réponses à toutes les questions.

Un thriller comme je les aime, angoissant, perturbant, dérangeant, avec des personnages dont les destins vont se lier par la force des lieux. Un énorme plaisir de lecture!


Un grand merci à Livraddict et aux éditions Albin-Michel pour m'avoir permis de découvrir ce thriller.

Editions Albin-Michel environ 20 euros.


mercredi 24 mars 2010

LE SACRIFICE DE L'EPOUVANTEUR de Joseph Delaney




Résumé:

Tom Ward, apprenti épouvanteur, est censé protéger le comté face à la montée en puissance de l'Obscur. Or sa mère a besoin de lui en Grèce, le pays où elle est née. L'Ordinn, une redoutable créature, est sur le point de resurgir. Si elle réussit à sortir des profondeurs de la terre, elle ravagera la Grèce, entraînant massacres et destructions. De retour au comté, la mère de Tom monte donc une expédition. Elle engage des sorcières de Pendle, dont la terrible Grimalkin, ainsi qu'Alice et l'épouvanteur Bill Arkwright. Seul John Gregory refuse d'y participer. Changera-t-il d'avis ? Quels sacrifices Tom devra-t-il consentir dans cette bataille sans merci contre l'Ordinn, la principale servante du Malin ?






L'avis de Phooka:

Comme notre blog est récent, je n'ai pas encore eu l'occasion de vous parler de la série "jeunesse" l'épouvanteur de Joseph Delaney. Nous en sommes déjà au tome 6, donc inutile de dire que si je le lis c'est que j'ai aimé les autres. Enfin presque...
En fait j'avais acheté le tome 1, je l'avais lu, mais je n'étais pas terriblement enthousiaste...au point que je l'ai même revendu. Et puis j'ai vu que ma bibliothèque de village avait cette série et par curiosité j'ai attaqué le tome 2 et là...j'ai craqué! C'est une série qui s'améliore au fil des tomes. Les personnages deviennent plus "consistants" et le récit s'étoffe.
Ce que j'aime particulièrement c'est la noirceur de l'histoire. je trouve ça suffisamment rare pour être noté. En effet, il faut se rappeler que c'est une série "jeunesse" et dans cette série les sorcières tuent des bébés pour utiliser leur sang pour faire des prédictions, elles démembrent les humains enfin bref..elles ne sont pas du tout sympathiques. Mais plus que ça encore, ce que je trouve vraiment surprenant c'est que même les héros principaux, les "gentils" donc, sont d'une noirceur sans égale. L'épouvanteur lui-même, John Gregory, n'est pas un homme sympathique loin de là. il n'éprouve aucune pitié et tue, enferme et démembre lui aussi les sorcières et autres créatures de l'obscur sans le moindre remord!
Dans ce tableau peu sympathique, seul Tom Ward , le jeune apprenti tire son épingle du jeu, mais il est lui aussi amené à agir de la même façon que son maître. C'est le prix à payer pour la tranquillité du Comté.
L'apprentissage de Tom va prendre 3 ans, et grosso modo chaque tome couvre 6 mois. Le dernier sera sans doute l'ultime bataille de Tom contre le Malin. J'ai hâte, inutile de le dire...
Mais je quitterai aussi à regrets cette série, car Tom est un personnage très attachant. Tom vit dans un monde lugubre et noir, et dans ce tome 6, il va retrouver sa mère, partie en Grèce combattre elle aussi les forces de l'obscur. La mère de Tom est un personnage récurrent dont on ne sait que penser. Elle n'est pas terriblement attachante, mais par contre on ressent parfaitement l'attachement qu'y porte Tom et à quel point elle est importante (ou a été importante pour lui). Tom va aller en Grèce aider sa mère et il y sera accompagné de tous les personnages de l'histoire, épouvanteurs, sorcières etc... Il va devoir affronter ses peurs, des révélations et bien des malheurs.
Tous les personnages de ce roman sont fidèles à eux même. John Gregory est toujours aussi rigide et taciturne, les sorcières toujours aussi complexes et buveuses de sang humain, sauf Alice cette jeune sorcière dont Tom est amoureux au grand désespoir de son maître!. On y retrouve même, avec plaisir, Bill et ses chiens...

Comme toujours avec cette série, au moment de commencer le livre, je crains d'avoir "oublié" les tomes précédents et dès la première page je me retrouve plongée dans le monde de Tom et je dévore le volume en quelques heures! Ca se lit très bien (et j'ajoute aussi que j'ai toujours adoré la "qualité" du livre lui même, on a l'impression de vraiment lire le journal/cahier de Tom). J'aime "cheminer" auprès de lui et vivre son évolution petit à petit. Comme je l'ai dit plus haut, je suppose que le prochain tome sera la fin...J'ai à la fois hâte et des regrets car je devrais quitter ce personnage franchement sympathique et hors du commun.

Editeur: Bayard jeunesse environ 13 euros


lundi 22 mars 2010

Jean Louis NOGARO


Jean Louis Nogaro se présente :
Instituteur, directeur d'école, formateur associé à l'IUFM de Saint-Étienne, élu local dans mon village de 400 habitants, entraîneur d'athlétisme, marié, père de deux enfants. J'écris quand il me reste un peu de temps ! J'écris des nouvelles noires ou policières, et des romans du même type.
Je participe à quelques concours de nouvelles, et suis relativement actif sur deux sites littéraires : Maux d'Auteurs, un site associatif et Pol'Art Noir, sur lesquels je dépose fréquemment textes et commentaires divers.
Mais, mon rêve, comme beaucoup d'autres écrivains-artisans, est de voir un jour un de mes textes sous la forme "d'un objet livre".



                                    

                                           SAINT ETIENNE SANTIAGO

Quelques curieux s'approchèrent. Assemond reconnut deux ou trois voisins qui proposèrent leurs services. Il leur adressa le même signe qu'aux pompiers, avec davantage de fatalisme dans l'expression. Il s'empara d'une torche et fit un rapide état des lieux. Il était impensable de pénétrer à l'intérieur sans protection, tant l'odeur était âcre. Le grésil avait cessé de martyriser les visages. Plus rien ne tombait du ciel obscur, à part ; une impression d'humidité glacée.
Ce que découvrit Erir-Assemond dans le faisceau de sa lampe suffit à lui faire comprendre qu'il avait tout perdu. " Septembre 1973, à
Santiago, deux étudiants stéphanois aident les services secrets chiliens à traquer les opposants de gauche. Trente et un ans plus tard, l'un d'eux est candidat d'extrême droite aux élections régionales, mais ses aventures sud-américaines remontent à la surface. Au même moment, une vieille dame est assassinée dans sa maison de retraite, le dépôt d'un brocanteur est incendié et des tags énigmatiques apparaissent à l'entrée du tunnel du Rond-point.
A Saint-Etienne, la campagne électorale promet d'être animée.

Phooka

J'ai acheté ce roman à un salon  du livre Lans en Vercors (dédicacé donc!), juste parce que des amies m'en avait parlé. Et je reconnais avoir laissé trainer le roman jusqu'à un autre salon où je savais que  je reverrais JL Nogaro. Du  coup je  me suis  plongée dedans  et ce  fût une  très agréable découverte.Je l'ai  dévoré avec plaisir  et par dessus  tout j'ai adoré les personnages! Les bons comme les méchants. JL Nogaro a un don pour les rendre tellement vivants, qu'on se plait à les regarder vivre et bouger! A tel point que parfois j'en oubliais un peu l'histoire, pour juste "regarder" les personnages.
En gros, j'ai adoré  "lire" vivre les personnages! Et  ce n'est  pas seulement que  le  capitaine  Séverine (superbe personnage que je retrouverais avec plaisir), mais aussi  et surtout tous  les autres  personnages  qui sont  incroyablement  réels! Même  des personnages très secondaires!
Le tout forme un polar vraiment agréable à lire et dans lequel on se retrouve immergé sans problème.

Du coup c'est sûr je lirais d'autres romans de ce gentil monsieur aux yeux à faire perdre la tête!


                                             UN BON FLIC C'EST COMME LA SOIE

Dup:

Auteur découvert sur un forum littéraire, j'ai d'abord lu et apprécié tous ses romans policiers avant de rencontrer Jean-Louis Nogaro en chair et en os dans plusieurs salons. (Quais des polars à Lyon, Sang d'Encre à Vienne, Le printemps du livre à Rives)
Sous le charme de ses beaux yeux, il ne m'a pas fallu longtemps pour amalgamer l'auteur et son personnage :)) Et d'ailleurs je lui en veux beaucoup pour tout ce qu'il lui fait subir, notamment dans son dernier paru Les prédateurs font toujours face au courant.
C'est avec une tendresse toute particulière que je vais vous parler de Un bon flic c'est comme de la soie, le premier polar de Caf, que j'ai relu pour l'occasion. ;)


Ce petit polar, petit uniquement par la taille (150 pages) , a tous les ingrédients d'un bon polar.
Des personnages avec lesquels on entre en empathie tout de suite, plantés dans un décor lugubre des bas quartiers de Saint-Etienne. Avec une plume acérée, il ne fait pas de cadeau à sa ville notre stéphanois, mais comme on dit: qui aime bien châtie bien! Je cite: [ Saint-Etienne a l'art de s'accommoder avec votre humeur. Surtout si vous êtes d'humeur maussade...]
Le tout sur fond de politique, et là encore l'auteur ne mâche pas ses mots. Il propose même avec beaucoup d'humour de repenser à recoloniser l'Afrique pour faire plaisir aux expatriés! Mais aussi et là j'adhère: il est pour la délocalisation des cons!!!
L'intrigue est bien emmêlée, dès le début on sait qui, mais jusqu'au bout on ne sait pas pourquoi.
Je suis tombée amoureuse de ce capitaine Séverine, et pour mon plus grand bonheur c'est le personnage récurrent des romans de l'auteur. Que demande le peuple? Un autre!!!


Vous trouverez ci dessous un mail de JL Nogaro envoyé à ses fans pour annoncer la sortie de son dernier roman...et de sa maison d'édition, Les Editions Caïman:




Bonjour à tous !

Les éditions du Caïman viennent de voir le jour officiellement, à St Etienne, sous mon impulsion et avec l'aide de quelques comparses...

Le catalogue proposera de courts polars noirs, des romans jeunesse, des albums.

La première parution, pour début mai, sera un roman policier de ma production, "La guerre a son parfum".

Il aura la mission d'essuyer les plâtres, en quelques sortes...

Vous trouverez la présentation de ce roman en pièce jointe.

Afin de financer son impression, il est actuellement en "pré-vente".

Si vous êtes intéressé par une commande, deux moyens :

-En envoyant un chèque de 8,50 euros à l'ordre de Editions du Caïman à l'adresse suivante :

Editions du Caïman

23 rue de Balzac

42000 St Etienne.

N'oubliez pas d'indiquer votre adresse ainsi qu'un mail pour recevoir votre confirmation de commande.


  Les éditions du Caïman
  23 rue de Balzac
  42000 St Etienne 


Voici donc son petit dernier que nous allons nous empresser de commander:

Soixante ans après la fin de la guerre, une équipe de braqueurs allemands sévit sur la ville. Leur cible ? Les parfumeries de la chaîne Martinaud. C'est le moment que choisit Lucien Bornier, ancien milicien, pour faire son retour sur scène... Quel est le rapport ? Y en a t-il un ? Ce n'est pas le problème d'Ernest Cafuron. Lui, ce qu'il veut, c'est que personne n'ennuie Linda, sa petite copine qui travaille justement chez Martinaud. Et il ne faut pas l'énerver, Ernest...

Nous ne pouvons que vous conseiller de faire de même. Nous ne faisons de la publicité pour ce roman que parce que nous aimons JL Nogaro. Nous n'avons rien à y gagner, juste aider les petits auteurs bourrés de talent.

Pour rappel: Editions du Caïman


Cet article entre dans le cadre du challenge des livres et des régions.











CHRONIQUES DE L'OISEAU A RESSORT de Haruki Murakami


Résumé:

Un chat égaré, une inconnue jouant de ses charmes au téléphone, des événements anodins suffisent à faire basculer la vie d'un jeune chômeur, Toru Okada, dans un tourbillon d'aventures. L'espace limité de son quotidien devient le théâtre d'une quête sans cesse renouvelée où rêves, réminiscences et réalités se confondent. Aucune frontière, physique ou symbolique, ne résiste à l'effervescence des questionnements qui s'enchaînent au rythme de rencontres déroutantes, chacune porteuse d'un secret, d'une fragilité propre. Haruki Murakami (La Course au mouton sauvage, La Ballade de l'impossible) tente de nous donner à voir la part d'ombre des choses et des êtres. Replaçant la méditation bouddhique dans la violence contemporaine du japon ou d'ailleurs, il se propose d'explorer nos ténèbres intérieures. Sans se départir d'un humour où perce la détresse, il emmène le lecteur dans un monde fantastique où, toujours plus fuyante, la réalité n'en devient que plus envoûtante.


L'avis de Dup:

Je ne cache pas que même si j'ai apprécié ma lecture, j'en garde une impression d'écriture un peu spéciale! L'auteur met son héros Toru Okada dans une situation de plus en plus chaotique, de chapitre en chapitre il lui arrive des tuiles, sa vie part véritablement en quenouille. Mais tout cela est raconté sur un ton calme, comme une constatation... Il y a un tel décalage parfois que cela en est hilarant, cela créé un comique de situation.
Par exemple, le héros reçoit chez lui une femme qu'il n'a jamais vu (une voyante que lui impose sa femme) pour lui donner des renseignements au sujet de son chat récemment disparu. Celle ci se met à lui raconter sa vie, son enfance, ses problèmes sexuels, tout y passe pendant plus de trois heures. Et il n'ose jamais l'interrompre! A un moment il tente de recentrer habilement sur le chat mais son intervention passe complètement inaperçue, et il continue à subir. Plusieurs fois ils s'éclipse dans sa cuisine, préparer du café, servir du jus d'orange...puis une fois, il revient, plus personne! La femme est repartie, sans prévenir. Et bien, sereinement, notre Toru conclut que "décidément le cours de ma vie prend un aspect singulier ces derniers temps".
Le côté placide des japonais et leur éducation pour le moins rigide ressort sans cesse.
Une écriture où transparaît à chaque ligne la politesse à l'extrême, même les engueulades entre Toru et sa femme Kumiko ( avant qu'elle ne le plaque) sont toutes en retenues. A tel point qu'on en est imprégné de cette courtoisie et il en ressort un sentiment de "zénitude" à lire ce monsieur Murakami.
Bref, une pause agréable entre deux thrillers quoi!
Si ce n'est que 860 pages, c'est un peu long pour une petite pause... ;)


vendredi 19 mars 2010

UN TOUR SUR LE BOLID' de Stephen King





Petite mise en bouche dans le cadre du Challenge Stephen King, je viens de m'embarquer sur le bolid'. Sauf que je triche un peu! Le deal de neph c'était de RElire les livres de Stephen King qui ont effrayés notre jeunesse. Or moi, "Un tour sur le bolid' " je ne l'avais jamais lu. Et oui, je n'ai jamais été attirée par les nouvelles; c'est un style littéraire qui me laisse trop souvent sur ma faim. Et je préfère de loin les bons gros pavés de cet auteur.



Résumé:

"...

celui qui mène le bal - Dieu, ou tu l'appelleras comme tu voudras - doit adorer s'amuser. [...] Mais cela ne peut se faire que dans des circonstances bien précises. Comme ce soir. Toi, tout seul dans la nature... ta mère malade... besoin d'un moyen de transport... Dans moins de dix kilomètres, on va commencer à voir les premières maisons. Dans moins de quinze, on atteindra les limites de la ville. Ce qui signifie qu'il faut que tu te décides tout de suite.

- Que je décide quoi ? - Qui monte dans le Bolid' et qui reste à terre. Toi ou ta mère. " Une nouvelle diabolique, la première diffusée, en anglais, sur le Net, et qui est reprise dans Tout est fatal.

L'avis de Dup:

On plonge très vite dans l'ambiance King! Rien que l'image de la lune: On l'aurait dite grosse de je ne sais quel monstre et contaminée m'a collé une descente de frissons dans le dos. M'imaginer dehors une nuit de pleine lune et voir cette dernière accoucher comme si elle vomissait de créatures immondes...brrr. Comme j'aime sa façon de distiller le stress, c'est vraiment THE Maître! On lit, on dévore, et tout d'un coup, une phrase, une seule, nous glace le sang. "Bonjour, moi c'est Georges Staub" ... sauf que Georges Staub, et bien on vient de visiter quelques pages avant sa tombe dans un cimetière! Enorme! J'adore!
C'est une nouvelle qui se lit à cent à l'heure, comme file la mustang conduite par ce mort dans laquelle a embarqué Alan Parker. Cela va presque trop vite d'ailleurs. Je suis restée encore un coup sur ma faim, je n'ai pas eu assez peur :))
Mais il y a aussi matière à réfléchir aussi, qu'aurions nous fait si une telle question nous était posée? Notre cadavre ambulant annonce à Alan un choix à faire: "Qui monte dans le bolid' et qui reste à terre? Toi ou ta mère?" Autrement dit, qui doit mourir... "J'en emporte un des deux avec moi, vieux. Et comme c'est toi qui est ici, c'est toi qui choisis. Alors?" puis l'horreur: "Si tu ne t'es pas décidé avant qu'on arrive aux premières maisons, je vous emporte tous les deux."






Livre lu dans le cadre du Challenge Stephen King proposé par Neph

jeudi 18 mars 2010

COMMENT SE DÉBARRASSER D'UN VAMPIRE AMOUREUX de Beth Fantaskey




Résumé:

Jessica attendait beaucoup de son année de Terminale : indépendance, liberté, fêtes... Elle n'avait certainement pas vu venir Lucius Vladescu ! Adoptée seize ans plus tôt en Roumanie, Jessica découvre avec stupeur qu'elle est fiancée à un prince vampire depuis sa plus tendre enfance, et qu'il a bien l'intention de réclamer sa promise. Séduisant, ténébreux, romantique, Lucius est persuadé que Jessica va lui tomber dans les bras. Malheureusement, la jeune fille a d'autres projets et pas la moindre envie de suivre un inconnu en Roumanie, tout prince vampire qu'il soit.

L'avis de Dup:

Après avoir été happée par la saga Fascination de Stephenie Meyer...et oui, comme presque tout le monde, alors que je suis pourtant loin de l'ado avec les hormones en ébullition,
Après avoir fantasmé sur le bel Edward et rêvé de mettre des claques à Bella,
Après avoir eu honte en refermant le 4ème tome de cette véritable fascination qu'a eu cette série sur moi,
Ce moment de honte est vite passé visiblement car je suis tombée sur ce livre qui de suite m'a attiré par sa magnifique couverture mais aussi par le résumé: " Tiens, me dis-je, le contre-pied de Stephenie Meyer! "
Et bien voilà, faut avouer, la sauce vampirique marche très bien sur moi, car je l'ai dévoré ce livre. Ces vampires là ne craignent ni la lumière ( pas plus qu'ils scintillent au soleil...), ni l'ail, ni les crucifix. Ils se nourrissent de sang, se soignent et se régénèrent en buvant du sang. Et bien sûr, ils vivent éternellement, la seule façon de tuer un vampire est de lui enfoncer un pieu dans le coeur! Mais Lucius le dit lui-même "ça tuerait à peu près n'importe qui..."
Mais là où se trouve la bonne surprise, c'est que le titre ne correspond en rien, ou si peu, à l'histoire de Beth Fantaskey. C'est un piège pour midinette à mon sens. Ce récit est en fait une parodie de la saga Fascination, et il en devient succulent. Il y a des clins d'oeil partout, et ce avec beaucoup d'humour. Par exemple, Lucius baptise son cheval préféré, qui est une vraie furie d'ailleurs, Bell :)). L'auteur en rajoute parfois en maniant un faux-semblant de mièvrerie, c'est délicieux.
Je conseille donc ce livre à toutes et à tous ceux qui, comme moi, se sont fait "piéger" par la saga Fascination et ont constaté après coup bien sûr, avec atterrement la totale niaiserie de celle-ci. Beth Fantaskey a fait la même chose, la niaiserie en moins. Son livre est divertissant et plein d'humour: excellent moment de lecture!

Editions MSK: 16 euros

mercredi 17 mars 2010

ZOULOU KINGDOM de Christophe Lambert





Résumé:

Au début de l'année 1879, l'armée britannique stationnée dans la province du Natal en Afrique du Sud s'apprête à envahir le Zoulouland, gouverné par le roi Cetshwayo, et n'attend plus qu'un ordre pour franchir le fleuve qui sépare les deux nations. Mais c'est compter sans la puissante magie zouloue aux mains du grand sorcier Mpande : quarante mille Zoulous déferlent bientôt sur Londres, comme une armée de spectres surgissant de la brume... Le naufrage du grand paquebot industriel peut commencer !







L'avis de Phooka:

Gràce à une excellente critique lue dans Le cafard cosmique , je me suis lancée dans la lecture de ce roman totalement atypique. J'avoue que je connaissais pas cet auteur avant ce roman (pour moi Christophe Lambert ben..c'était Highlander quoi...la honte..).

Amateurs d'Uchronie, ce roman est pour vous! Ce n'est pas une "vraie" Uchronie au sens classique du terme car le "moteur" de la situation en est la sorcellerie. Mais finalement peu importe, ce qui est vraiment impressionnant dans ce roman, c'est le côté totalement délirant. Pour ceux qui aiment rester terre à terre, passez votre chemin!, ce livren'est pas pour vous C'est jouissif, déjanté, on y rencontre des clones de Lovecraft, de Jack l'eventreur,de HG Wells (enfant) de Elephant man et un Karl marx désabusé. Le tout dans un Londres victorien coincé et bourré de frustrations! Tout ce monde va se retrouver embarqué dans une histoire absolument incroyable dans laquelle les Zoulous attaquent Londres. L'empire Britannique s'en remettra t'il ou alors va t'il disparaitre? Va t'il changer son attitude vis à vis des Zoulous en Afrique?
Autant de questions qu'on se pose au cours de cette lecture incroyable!
Un petit bémol, le récit est un peu court. Surtout quand on voit la matière qu'il y a dans le roman. Ca part parfois un peu dans tous les sens, mais qu'importe , c'est jouissif , ça se lit bien . Un joli délire sans prétention. A lire pour le plaisir!

Et comme ce roman est sorti maintenant chez Pocket à environ 7 euros, vous n'avez plus d'excuses pour passer à côté!





lundi 15 mars 2010

LE LIVRE DU GRAND SECRET de Serge Brussolo






Résumé:

Chaque été, ses parents envoyaient Purcell chez son grand-père, dans un chalet perdu en Alaska.
Darian Forbes avait été autrefois un écrivain célèbre, une sorte de héros national. Mais peu à peu, le bruit se répandit qu'il avait perdu la boule. Forcément, tout seul là-haut...
L'été de ses onze ans fut le dernier que Purcell passa là-bas et il arriva bien des choses étranges.

Le vieil homme semblait pressé de transmettre à Purcell un certain nombre de secrets. Sans cesse, il répétait qu'il fallait se méfier d'«EUX».
Lorsque l'enfant fut sur le point de partir, il lui confia un grand livre en lui disant qu'il contenait l'avenir de l'humanité. Pas moins !
Purcell s'étonna : il n'y avait dans le livre que quelques vieilles photos. Il ne revit jamais son grand-père. Darian Forbes lui avait laissé la peur en héritage...


L'avis de Phooka:

Serge Brussolo je l'ai découvert il y a bien bien longtemps, quand il publiait en Fleuve Noir (anticipation?). Bizarrement personne n'en parle de ces vieux romans comme si c'était un peu honteux! Et c'est bien dommage parce que cette collection a permis de rassembler de très bons auteurs ...dont Brussolo! Je ne me souviens plus des titres en particulier, mais je me souviens très bien que j'adorais Brussolo pour son style d'écriture et son don pour raconter des histoires!
Et étrangement je n'ai plus relu de Brussolo maintenant qu'il est considéré comme un auteur "sérieux" (mon esprit de contradiction sans doute...:)). Le Challenge Serge Brussolo proposé par Bambi_slaughter est ainsi un excellent moyen pour moi de redécouvrir un auteur que je considérais comme culte!
N'ayant pas la moindre idée de "ce qu'il fallait lire", je suis passée à ma bibliothèque et j'ai pris le premier roman que j'ai trouvé sur l'étagère!
Il s'agit un très court roman (150 pages à peu près dans ma version), limite une grosse nouvelle. D'ailleurs du coté nouvelle, ce roman en a les qualités; rapide, quasiment pas d'introduction..on est tout de suite plongé dans l'histoire et j'aime beaucoup ça! J'ai retrouvé le style fluide et extrèmement agréable à lire de Brussolo. On peut voir cette histoire presque comme un conte fantastique. On ne sait pas où est la réalité, où s'arrête le vrai et où commence le délire ou le paranormal.
Clairement ce n'est sans doute pas le plus grand chef d'oeuvre de Brussolo (à priori tout le monde semble le dire), mais malgré cela la qualité de son écriture, son imagination débordante et son habilité à nous perdre entre le vrai et le faux m'ont vraiment donné envie d'en lire d'autres...Beaucoup d'autres sans doute!






vendredi 12 mars 2010

SANG D'IRAH de Claire Panier-Alix





Résumé:

Le valeureux prince d'Irah en proie aux tourments de la guerre et de l'amour.
Sur l'île Nopalep'am Brode, « La Terre des Hommes » dans le langage des Anciens, les enjeux politiques étaient fort simples : au nord, les Kurstanais, l'Empire des Trolls lycanthropes... et au sud, le désert sacré des Hommes-Dieux d'Orkaz, tous deux malmenés par des climats extrêmes et victimes des incessantes agressions des troupes de la reine de Nicée, Maryanor.
Le jour où le prince Duncan d'Irah se rend à Mosquir à l'appel de la reine de Nicée, il ne sait pas encore qu'elle est la cause des invasions qui ravagent leurs royaumes respectifs. Encore moins qu'il va se retrouver entraîné dans un torrent d'aventures aux multiples rebondissements où se jouent tout à la fois son destin et celui de l'île.



L'avis de Phooka:

Cela faisait un moment déjà que je voulais lire du Claire Panier-Alix! Pensez une auteur(e) de fantasy et française en plus!! Alors ce partenariat a été l'occasion idéale!
Roman de fantasy "classique", Sang d'Irah ne conviendra sans doute pas à tous ceux qui veulent de l'action, de la sorcellerie et des dragons. Sang d'Irah est en fait une geste sur l'épopée de Duncan, le prince (puis roi) d'Irah. Une geste à la mode du moyen âge, quand le conteur racontait les moments les plus frappants de la vie d'un héros. Quand on a compris ça ,on voit le roman d'un autre oeil. Et franchement ça devient très interessant. Mon problème c'est que je n'ai réalisé ça qu'à la fin du roman, il faudrait peut être le faire comprendre plus clairement au départ car sinon on est un peu perdu par la façon dont l'histoire est racontée. En effet le roman est raconté de façon linéaire avec parfois des sauts dans le temps d'un dizaine d'années (sans doute que Duncan n'a rien vécu de passionnant pendant cette période), ce qui peut être un peu déroutant quand on n'a pas (comme moi) compris le principe du récit!
Une fois que tout ceci est clair, alors le récit prend toute son ampleur. Le grand talent de Claire Panier-Alix c'est d'avoir réussi à créer une sorte de monde fermé (sur une ile) à l'intérieur même de notre monde à nous (sous Louis XIII). Son autre force est d'avoir créé des personnages ambigus et complexes, parfois tellement tiraillés entre devoir et plaisir qu'on aurait envie de les secouer un peu! Pas de manichéisme dans cette histoire, chaque personnage a son coté sombre. Certains plus que d'autres il est vrai (la reine Maryanor par exemple), mais aussi Duncan qui s'accroche à son amour perdu de façon parfois irritante pour le lecteur.
Le tout constitue une histoire basée surtout sur la politique, les intrigues, quelques guerres (de pouvoir et d'armée) et qui raconte des tranches de vie de Duncan et des personnages qui l'entourent.
Le tout est superbement écrit, j'ai vraiment beaucoup aimé le style.
Il y a aussi quelques points négatifs à mon avis. certains passages sont un peu long et font un peu trop penser à un livre d'Histoire (de ceux qu'on a lu à l'école), et surtout on a du mal à s'attacher aux personnages qui sont tous tellement obnubilés par le pouvoir et leur devoir qu'ils en deviennent un peu lassants. Du moins jusqu'au dernier tiers où les personnages vieillissants (et donc moins attirés par le pouvoir) deviennent d'un seul coup beaucoup plus attachants. Dois je dire que j'ai pleuré comme une madeleine à la fin...oui, trop tard je l'ai dis! Et pourtant je ne l'aurais jamais pensé car le personnage de Duncan ne me plaisait pas du tout au début!

En résumé c'est un roman passionnant, mais auquel il faut s'accrocher, surtout au milieu ou il y a quelques longueurs, mais ça en vaut le coup car c'est un roman de fantasy assez atypique, basé sur les intrigues, l'appât du pouvoir et la notion de devoir qui régissent la vie de tous les protagonistes de ce roman. Il faut garder en tête que c'est une geste à la mode du Moyen-âge (si je l'avais su au début je pense que j'aurais beaucoup plus apprécié ma lecture). Je n'en lirais pas des comme ça tous les jours, mais une fois de temps en temps c'est un réel plaisir.

Un grand merci à Livreaddict et aux Editions Le Pré aux Clercs pour ce partenariat qui m'a permis de découvrir un nouvel auteur de Fantasy.

Editions Le Pré aux Clercs: 19 euros

LES ECRANS DE BRUME T1 Loup et le cristal d'Erax de Robert Belfiore






Résumé

Et si, à treize ans, alors que votre seule obsession est de ne pas redoubler, vous vous retrouviez au mauvais endroit, au mauvais moment ? Imaginez que vous croisiez le chemin d'une jeune guerrière qui s'en va sauver le monde à dos de centaure. Que vous soyez le grain de sable qu'on n'attendait pas : celui qui dérègle l'harmonie de l'Univers. Certes, Loup n'en demandait pas tant. Mais c'est sur lui que le sort vient de tomber. Il ne faut pas jouer avec les écrans de brume quand on a treize ans...


Biographie de l'auteur

Robert Belfiore est né dans le Midi de la France en 1951. Jeune lecteur, il nourrissait une vraie passion pour les contes et les légendes, les récits de la mythologie et les romans d'aventures, les mondes épiques et flamboyants de la fantasy et de la science-fiction. On lui reprochait alors de n'être pas un garçon très sérieux, et on lui rappelait avec sévérité qu'il y a autre chose dans la vie !
Ce goût prononcé pour l'étrange et le fabuleux ne l'a pas empêché de devenir professeur de lettres et d'être publié par de nombreux éditeurs, pour adultes comme pour la jeunesse : Flammarion, j'ai lu, Bayard, Milan, Hachette, Mango, Nathan... Et si, grâce à l'écriture, Robert Belfiore continue de fréquenter les bonnes fées et les monstres, les tyrans et les savants fous, les petits hommes verts, les princesses et les héros au cœur pur, ceux qu'il préfère parmi ses personnages sont les gens de tous les jours - comme lui ! - qu'il aime arracher à leur vie quotidienne et projeter dans des univers extravagants : sans doute pour leur montrer... qu'il y a autre chose dans la vie !

L'avis de Phooka

Petit retour en arrière sur une lecture que j'ai faite il y a environ un an! Loup, notre jeune héros, a bien des soucis à l'école et son seul but et d'arriver à l'heure ce matin là. Mais voilà, en voulant prendre un raccourci qui nécessite de traverser le jardin de son irascible voisin, il se fait poursuivre par celui ci et pendant sa fuite il traverse sans le savoir un écran de brume qui le transporte dans le temps. IL va se retrouver nez à nez avec un centaure pas très aimable et une charmante demoiselle. Ceux ci, pour le protéger, vont le laisser sur une ile déserte le temps de "régler quelques problèmes", mais évidemment Loup va se retrouver bien malgré lui mélé à des évènements dans lequel il va jouer le rôle de grain de sable.

Voilà, ce que j'en écrivais il y a donc un an:
Un très joli livre de jeunesse qui se dévore quasi d'une traite!!!!
On visite le temps, on suit notre "héros", Loup qui a bien du mal a comprendre ce qu'il lui arrive (c'est clair qu'on ne se retrouve pas tous les matins face à un centaure sur le chemin de l'école).
C'est une histoire sympa, de politique, de trahison, de princesse, de combats, d'être chimériques, de voyages dans le temps! Bref, absolument tous les ingrédients sont là! C'est un livre passionnant!
Et surtout à la fin de mon message je pestais de ne pas savoir à quelle date sortirai le tome 2 que j'attendais impatiemment!

Et voilà que ce matin, à travers le "contact" de ce blog, je reçois un charmant message de Mr Robert Belfiore qui me remercie pour mon message sur "Les écrans de brume" et m'annonce la sortie du tome 2 "Koubatsou et les jeux du siècle ". (sortie le 11 mars 2010)

Voici la couverture du tome 2, ainsi que la nouvelle couverture du tome 1 (qui a été modifiée à l'occasion de la sortie de ce deuxième tome). J'ai hâte de lire ce tome 2!!!

Edition Bayard jeunesse: environ 14 euros

Le tome 2 est sorti le 11 mars!

mercredi 10 mars 2010

WAYLANDER de David Gemmell





Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d’ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté.
Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?...
Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi.



L'avis de Phooka


Premier dans l'ordre chronologique du cycle de Drenaï

Pour rappel, voici la liste des romans composant le cycle de Drenaï dans l'ordre chronologique de faits. cet ordre ne correspond pas à l'ordre de parution. Tous les romans de Drenaï constituent toujours une histoire complête, ils peuvent donc être lus individuellement et dans n'importe quel ordre:


* Waylander (VF : 2001, VO : Waylander, 1986)
* Waylander II : Dans le royaume du loup (VF : 2004, VO : Waylander II, In the Realm of the wolf, 1992)
* Waylander III : Le héros dans l'ombre (VF : 2007, VO : Waylander III, Hero in the Shadows, 2000)
* Druss la Légende (VF : 2002, VO : The First Chronicles of Druss the Legend, 1993)
* La Légende de Marche-Mort (VF : 2005, VO : The Legend of Deathwalker, 1996)
* Légende (VF : 2000, VO : Legend, 1984)
* Le Roi sur le seuil (VF : 2001, VO : The King Beyond the Gate, 1985)
* La Quête des héros perdus (VF : 2003, VO : Quest For Lost Heroes, 1990)
* Les Guerriers de l'hiver (VF : 2006, VO : Winter Warriors, 1993)
* Loup Blanc (VF : 2009, VO White Wolf, 2003)



En ce qui concerne le tome 1 de Waylander qui a donc été ma première incursion dans le monde de Drenaï, je crois que ça a été le début de mon addiction aux écrits de David Gemmell!
J'ai découvert son écriture avec Renégats mais Renégats est tellement dense qu'il y aurait eu de quoi faire plusieurs tomes. Déjà j'étais séduite par l'écriture mais on aurait aimé en savoir plus sur les personnages. Et donc quna dj'ai attaqué Waylander ce fut un choc! La puissance de l'écriture de Gemmell se développe au fil des pages, sa façon de nous faire découvrir et aimer ce personnage de Waylander est franchement magique! Waylander, un assassin, un homme sans état d'âme...du moins le croit-on, un homme sans attache, sans passé, sans rien de ce qui faut généralement les héros. Et vous savez quoi? Gemmell arrive à nous faire aimer cet homme, à nous y attacher, à nous lier, nous lecteur, à son destin. A partie de là, vous êtes fichus! Impossible de lâcher le roman, Waylander c'est pire que la drogue. On en veut encore et encore!

En un mot:

FA-BU-LEUX!!!!!!!!!!!

Un personnage principal hyper complexe et attachant, des personnages secondaires passionnants qui gagnent en épaisseur au fil des pages. Une histoire pas manichéenne du tout, pas un moment de répit, une fin pas holywoodienne. Tout ce que j'aime dans un roman.
Je comprends pourquoi autant de gens encensent Gemmell. Je comprends aussi pourquoi Waylander est un de leur héros préféré (et vraiment héros c'est parce que je ne trouve pas d'autre mot parce que c'est loin d'en être un justement!).
Ca c'est de la littérature fantasy de haut vol!!!!!

A lire absolument!


L'avis de Dup:

Je plussoie : A LIRE ABSOLUMENT !
Qu'est-ce-que j'ai aimé ce personnage, que ce soit dans le tome 1, 2 ou 3.
J'ai mon fils de 16 ans qui est plongé dedans et limite je suis jalouse de le voir se régaler :))


Bragelonne: 19 euros
Milady: 7 euros

Challenge Fantasy pour les Nuls!

Vous êtes un ignare total en Fantasy et vous avez envie de découvrir?
Vous êtres un pro de la Fantasy et vous êtes prêts à en découvrir encore plus?
Ce challenge est pour vous!

Moi je me suis inscrite en tant que vétérante! Lire deux livres de Fantasy en une année, ça va être dur...enfin je devrais dire "n'en lire que deux!"! :)))

Je suis sûre que ma co-bloggueuse Dup pourrait s'y inscrire aussi!

Fantasy pour les Nuls

La co-bloggueuse à la bourre s'est effectivement inscrite :))

mardi 9 mars 2010

MARIE SANS TERRE de Yves Jacob


Présentation de l'éditeur

S'attachant à retrouver la mémoire des gens simples d'autrefois, Yves Jacob s'inspire de la vie authentique d'une petite paysanne normande du début du XXe siècle dont le destin s'annonçait misérable entre tous. Marie a existé. Enfant, elle vagabonde en haillons sur les plages du Bessin au côté d'une maman épuisée par la pauvreté et l'alcool, vivant de moules et d'escargots vendus au bord des routes. Orpheline, elle travaille de ferme en ferme. Mais l'amour libère de toutes les servitudes. A la veille de la déclaration de guerre, Marie rencontre Julien, qui lui fait un enfant avant de disparaître de sa vie, mais pas de son cœur. Marie est un merveilleux portrait de femme, un exemple de tout ce que la vie offre de généreux, de chaleureux et de tendre. Au comble de l'infortune, elle croit en sa chance et espère...

Biographie de l'auteur

Romancier, essayiste et historien, couronné à deux reprises par l'Académie française, Yves Jacob enseigne l'éducation physique à l'université de Caen. Il est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages, dont plusieurs biographies : Dumont d'Urville (Glénat, 1995), Mandrin, le voleur d'impôts (Tallandier, 1999), Bertrand Du Guesclin (Tallandier, 1999), Jacques Cartier (Ouest-France, 2000), et des romans : Les deux vies de Marie Salmon (Tallandier, 1994 ; lauréat du prix Guillaume le Conquérant), Marie sans terre (Presses de la Cité, 2003), Les anges maudits de Tourlaville (Presses de la Cité, 2004) et Les blés seront coupés (Presses de la Cité, 2005).  

L'avis de Phooka 

 Yves Jacob, pour moi , c'est d'abord....mon prof de sport à la Fac de Caen! :))) je savais à l'époque (assez lointaine tout de même) qu'il était non seulement sportif, mais historien. ce que j'ignorais par contre c'est qu'il était un très bon écrivain!!! Et c'est seulement pas mal d'années plus tard que je suis tombée par hasard sur cette "Marie sans terre". Ce n'est pas le genre de roman que je lis d'habitude,et de fait je n'en lirais sans doute pas tous les jours, mais ce roman ce fut une réelle belle découverte! Normande d'origine, j'y ai retrouvé beaucoup de choses telles que me l'avait raconté mes grands parents et Yves Jacob a clairement fait des recherches fouillée sur la vie en Normandie à cette époque.
C'est un livre magnifique, qui se passe dans la campagne pauvre normande du début du siècle pendant la seconde guerre mondiale. On suit l'histoire de Marie, histoire loin d'être drôle, mais jamais larmoyante. On sent a quel point l'auteur aime ses personnages et cette campagne. Il en parle avec amour et on se laisse emporter par ce récit, par l'envie de connaitre ses personnages qu'il aime tant. C'est hyper attachant, très bien documenté (j'ai retrouvé des anecdotes que me racontaient mes parents ou mes grands parents). C'est une histoire simple et triste de gens ordinaires qui avaient la vie autrement plus difficile que nous et qui pourtant la vivaient du mieux qu'ils pouvaient.  
Yves Jacob raconte tellement bien cette histoire qu'on la sent réelle (et d'ailleurs une part de cette histoire est vraie!) et on ne peut pas reposer le livre avant de savoir ce qui va se passer. Je l'ai lu d'une traite et du coup je l'ai offert à plusieurs personnes qui toutes ont beaucoup aimé!
Depuis j'ai lu d'autres romans de Yves Jacob et toujours on retrouve cet amour des personnages qui fait que le lecteur aussi s'y attache.


sorti en poche chez Pocket: environ 6 euros

Avis publié dans le cadre  du challenge "Des livres et des régions"

lundi 8 mars 2010

TROIE -3. LA CHUTE DES ROIS de David Gemmell





Résumé :

Les ténèbres tombent sur la Grande Verte, et le Monde Ancien est cruellement déchiré. Sur les champs de bataille autour de Troie, la cité d'or, se réunissent les armées fidèles au roi mycénien, Agamemnon. Parmi ces troupes se trouve Ulysse, le fameux conteur, devenu leur allié malgré lui. Il sait que rien n'arrêtera Agamemnon pour s'emparer du trésor que renferme la cité, et qu'il devra bientôt affronter ses anciens amis en un combat à mort. Malade et amer, le roi de Troie attend. Ses espoirs reposent sur deux héros : Hector, son fils préféré, le plus puissant guerrier de son époque, et le redoutable Hélicon, déterminé à venger la mort de son épouse aux mains des Mycéniens. La guerre a été déclarée. Même si ces ennemis, qui sont aussi des parents, laissent libre cours à leur soif de violence, ils savent que certains d'entre eux, hommes ou femmes, deviendront des héros, dont les exploits vivront à tout jamais dans un récit transmis à travers les âges...


L'avis de Phooka:


Que dire?
Comment faire passer mon enthousiasme?
C'est ENORME, fantastique, génial, fabuleux...je crois que je vais manquer de superlatifs!
Et ça s'applique aux trois tomes de la série (Le seigneur de l'arc d'argent et Le bouclier du tonnerre). Je connaissais l'histoire de Troie, un peu comme tout le monde et c'est clair que Gemmell a pris beaucoup de liberté avec elle. Mais il arrive à faire revivre tous les héros, grands et petits, à nous les faire aimer et à nous faire pleurer. Parce que c'est ça Gemmell: il rend ses personnages tellement attachants qu'on les aime nous, et on souffre en même temps qu'eux! Contrairement à ce que j'ai pu lire par ailleurs ils ne sont pas manichéens! Achille, pourtant "ennemi" est décrit comme un héros, même chose pour Ulysse et pleins d'autres qui sont du "mauvais" coté, Il est est de même pour quasiment tous les personnages qui ont tous leur coté clair et leur coté sombre (sauf peut être Banoclès, le héros malgré lui..).
Des personnages fouillés, des combats impressionants, une histoire pleine de rebondissements, il est impossible de reposer le livre quand on a commencé! C'est un pur régal!
Je l'ai déjà dit, Gemmell est un magicien. Chacun de ses romans me transporte dans son monde. Dès les premières lignes, je suis sous le charme. Je ne peux pas résister à son talent, Je me fais dévorer à chaque fois . Je suis une fan du Cycle de Drenaï ( Druss, Waylander...) et Troie dans son intégralité est peut être la meilleure trilogie que j'ai jamais lue!
(Pour l'anecdote, j'ai commencé ce tome 3 quelque temps après avoir fini le tome 2, en me disant que cette fois je prendrais suffisemment de recul et que sans doute vu le délai entre les 2 tomes je ne retomberais pas dans le piège Gemmell...fatale erreur, dès les premières lignes j'étais accro!!!)

Note: On sait que malheureusement David Gemmell est décédé avant d'avoir fini d'écrire ce roman et que c'est sa femme, Stella qui a fini le livre. Personnellement je ne l'ai ressenti à aucun moment dans ma lecture! Donc aucune inquiétude à avoir de ce coté...par contre qu'il est triste de perdre un tel auteur!


Bragelonne: environ 20 euros







dimanche 7 mars 2010

JUSQU'À CE QUE LA MORT NOUS UNISSE de Karine Giebel






Résumé:

L'Ancolie est une fleur aussi belle que toxique.
Belle, à l'image de certains souvenirs. Toxique, à l'image de certains regrets. L'Ancolie c'est aussi le nom d'un chalet perdu en pleine montagne. C'est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu'il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide. Jusqu'au jour où la mort frappe tout près de lui, l'obligeant à sortir de sa tanière.
Au yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre, que la montagne n'a pas tué, et que les vrais coupables doivent payer. Alors, aidé de Servane, jeune recrue de la gendarmerie, avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité. Une quête qui va le conduire sur d'effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons.
Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais. Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale.

L'auteur:

Karine Giebel est née en 1971 dans le Var où elle vit toujours.
Depuis qu'elle sait tenir un stylo... elle écrit. Elle est notamment l'auteur de Terminus Elicius. Prix Marseillais du polar 2005, et Les Morsures de l'ombre, Prix intramuros à Cognac en 2008, Prix Derrière les Murs au Festival International du Roman Noir en 2009 et lauréat de Prix SNCF du Polar en 2009. Ses livres sont traduits aux Pays-Bas, en Espagne et en Russie. Certains d'entre eux sont en cours d'adaptation audiovisuelle.
(Source Decitre)

L'avis de Dup:

Pour moi Karine Giebel fait partie de mes auteurs français de thriller préféré, au même rang que Maxime Chattam et Franck Thilliez. Et pourtant elle ne cesse de me surprendre, chaque livre est totalement différent du précédent ( et oui, je les ai tous lus :)) ) et celui-ci ne fait pas exception. Jusqu'à ce que la mort nous unisse serait plus à classer dans la catégorie des polars.
J'ai démarré ce livre avec impatience et fébrilité, comme à chaque fois que j'ai un Giebel dans les mains. 50 pages... 100 pages... pas grand chose ne se passe!!! Mais que fait-elle ??? On a l'impression de parcourir une très belle brochure de pub pour le parc du Mercantour et pour les randonnées que l'on peut y faire avec un guide. Cela lui laisse le temps également d'amener ses personnages. Et le pire, c'est que le principal, Vincent, je ne l'apprécie pas spécialement, avec sa façon d'utiliser les femmes comme des kleenex.
Puis vient la mort de son ami Pierre, et la machine infernale Giebel s'enclenche. C'est époustouflant de sentir la puissance de l'écriture, on court réellement en même temps que les personnages. A partir de là, on ne peut plus le lâcher ce livre! On se rend compte que l'on s'attache de plus en plus à Vincent et Servane, et plus on s'y attache et plus l'auteur les fait souffrir. C'est odieux... c'est délicieux!
Je ne peux en dire plus sous peine de "spoiler" et ce serait vraiment dommage car ce polar est énorme, mais je tiens à rajouter qu'en fermant ce livre j'aurai volontiers tordu le cou de Karine Giebel si je l'avais eu sous la main!