mercredi 30 juin 2010

L'OMBRE DU VENT de Carlos Ruis Zafon


Résumé:

Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés.

L'enfant est ainsi convié par son père à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafôn mêle inextricablement la littérature et la vie.


L'avis de Dup:

Une couverture bien colorée pour une histoire aussi sombre... Surprenant choix de l'équipe LDP pour cette édition en coffret à tirage limité. La couverture originale était bien plus adaptée... c'est néanmoins ce livre que j'ai eu dans les mains depuis une semaine.
Et bien, encore un livre que je n'aurai jamais fini s'il n'y avait pas eu une "obligation" derrière: une LC= une lecture commune.

J'ai du mal à expliquer mon ressenti, car malgré tout il y a beaucoup de choses que j'ai aimé dans ce livre.
L'écriture avant tout: riche, pleines de métaphores. On sent de suite que l'on a à faire avec un grand monsieur de la littérature espagnole. Un peu d'humour égaye parfois le récit grâce à certains personnages hauts en couleur. Je pense surtout à Fermin, le nouvel ami de Daniel Sempére, le héros principal qui est aussi le narrateur.
L'impression d'avoir découvert la Barcelone des Espagnols, la vraie, la vivante, pas celle que j'ai pu découvrir en tant que touriste il y a fort longtemps. Même si c'est la plupart du temps à l'automne, où en hiver, en période troublée par la guerre, même si elle nous apparaît sombre, menaçante, on sent combien l'auteur l'aime. Barcelone est un personnage à part entière de ce roman.
Seulement voilà, je me suis ennuyée à suivre cette histoire compliquée, et j'ai eu bien du mal à arriver au bout de ses 640 pages! Est-ce parce que je sors d'une série de thrillers haletants et passionnants ? Le côté page-turner me manquait cruellement...



mardi 29 juin 2010

Des inédits de Pierre Bottero




Une informations importante a été mise en ligne sur le site
La publication cet automne de deux nouveaux inédits de Pierre Bottero.

D'une part, Le Chant du Troll, un texte poétique, émouvant et coloré, illustré par son ami Gilles Francescano.
D'autre part, le début d'une série, A comme Association, conçue avec un autre de ses amis : Erik L'Homme.

Quand, comme moi on aime Pierre mais aussi Erik l'Homme (son fabuleux  Le Livre des étoiles), on ne peut qu'être terriblement impatient!!!

Merci à Maxoo d'avoir relayé cette info!



vendredi 25 juin 2010

LE MAITRE DU HAUT CHATEAU de Philip K. Dick




En 1947 avait eu lieu la capitulation des alliés devant les forces de l'axe. Cependant que Hitler avait imposé la tyrannie nazie à l'est des Etats-Unis, l'ouest avait été attribué aux japonais.
Quelques années plus tard la vie avait repris s0n cours normal dans la zone occupée par les nippons. Ils avaient apporté avec eux l'usage du Yi-King, le livre des transformations du célèbre oracle chinois dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Pourtant, dans cette nouvelle civilisation une rumeur étrange vint à circuler. Un homme vivant dans un haut château, un écrivain de science-fiction, aurait écrit un ouvrage racontant la victoire des alliés en 1945...






L'avis de Phooka:




Un bien complexe roman que ce Maître du haut château et me voilà bien embêtée pour rédiger mon billet!
Je ne sais pas par où commencer..
Peut être tout simplement par une citation du roman, qui me semble être la clé pour sa compréhension.

Etonnant ce pouvoir qu'à la fiction-même la fiction populaire de qualité inférieure- d'évoquer les choses. (page 155 de la version J'ai Lu)

Voilà..
Je crois que là on touche le cœur du roman de Dick.
Car bien sûr, comme toujours avec Dick, ce roman n'est pas à prendre au premier degré. Il faut lire entre les lignes, et voir ce qui se cache au travers des pages.
La base de ce roman est pourtant une Uchronie me direz-vous! Une uchronie dans laquelle le Japon et l'Allemagne ont gagné la seconde guerre mondiale!
Oui, mais..
Si c'est effectivement le point de départ de l'histoire racontée dans ce roman, Dick ne parle pas de ça!
Il parle d'apparence factice, de réalité truquée, de ce qui est faux et de ce qui est vrai. Et selon lui, seule l'écriture peut nous permettre de comprendre notre monde fait d'apparences justement.
On suit les destins de plusieurs personnages ou groupes de personnages, qui n'ont aucun liens entre eux.
Aucun...sauf Childan, seul lien entre tous ces personnages, une sorte d'antiquaire pour les riches (les japonais donc) à qui il "fourgue" des antiquités américaines. Des anciens revolvers par exemple. Jusqu'à ce qu'il réalise que certaines de ses antiquités sont des faux (toujours la même question: comment démêler le faux du vrai et si ces "faux" sont fait par de "vrais" américains, alors ce n'est plus vraiment un faux non? Un vrai casse-tête). Alors Childan, pour ne plus risquer de vendre du faux, va vendre du contemporain américain. Des bijoux fabriqués par de "vrais" américains (les mêmes qui faisaient les faux pistolets, vous suivez toujours?). Il va montrer ces bijoux à ses acheteurs japonais qui vont les trouver sans charme. Mais dans ce monde, les japonais qui après la guerre se sont octroyés les Etats-Unis et leurs idoles, ont perdu leurs racines. Ils utilisent le Yi-King (leur oracle japonais, mais bel et bien un livre chinois à la base non?) pour guider leur vie, l'ont même imposés aux américains et pourtant ils sont à la recherche de spiritualité. A tel point qu'ils vont la trouver dans les bijoux proposés par Childan. De la spiritualité de pacotille donc...réalité ou mensonge...
Et puis le fin du fin, La sauterelle pèse lourd, le roman écrit par "le maître du haut- château" roman uchronique dans lequel le Japon et l'Allemagne ont perdu la guerre. L'uchronie à l'intérieur de l'uchronie... Comment démêler alors ce qui est faux du vrai! Et si tout n'était qu'apparence??

Bon j'arrête là, plus j'écris sur ce roman et plus je réalise des choses. Je réalise surtout que je suis sans doute passée à coté de beaucoup de choses que Dick y a mis! C'est vraiment un écrivain hors pair! Un écrivain qui oblige à réfléchir et à creuser ce qui nous sert de cervelle!

Alors réalité ou apparence?

En tout cas Prix Hugo en 1963 bien mérité!

(Juste un petit aparté: Quand j'avais 20-25 ans, j'ai dévoré une très très grande partie de la production de K. Dick! J'adorais! Ce "creusage" de méninges, c'était vraiment sublime! 20 ans plus tard, autant vous l'avouer j'en ai "bavé des ronds de chapeau"! :D, sincèrement j'ai du m'accrocher. Je dois devenir trop vieille et mes neurones ne suivent plus. Il faut avoir l'esprit drôlement clair et affuté pour apprécier Dick)

Lecture commune avec : Lexounet, Lagrandesteph, Frankie, Cerisia, Lynnae, kacktuss, Julien le naufragé



mardi 22 juin 2010

L'ÉVANGILE SELON JACQUES LUCAS de Cyrille Audebert





Résumé:

"Jusqu'à ce jour, j'avais une idée assez précise de ce que pouvait être le bonheur: un appart dans un quartier chic, des toiles vendues à prix d'or avant même d'avoir été peintes, et Mélodie... Mélodie, le modèle que je rêvais depuis toujours de serrer dans mes bras, et qui venait de me rouler la pelle de ma vie...
Ouais, c'était sûrement ça le bonheur.
Y avait bien cette "Ombre" au tableau, celle qui avait entrepris de nettoyer la ville de ses clochards d'origine maghrébine, mais c'était tellement loin d'ici, dans les rues sombres...
Et puis, ce matin-là, en rentrant, j'ai trouvé cet attroupement devant mon immeuble, et tous ces flics chez moi, à l'étage...C'est là que le cauchemar a commencé, et que les souvenirs de ma vie d'avant ont refait surface.
Et si l'assassin, c'était tout simplement moi, David Huxley...."


L'avis de Dup:

Une très bonne surprise et un agréable moment de lecture. Un polar qui se lit hyper vite, plein d'humour et qui n'a pas arrêté de me balader. C'est lui, ah non, c'est pas lui! C'est lui alors...ben non! Pourtant... Et j'adore me faire balader ainsi.
Tous les ingrédients sont là pour faire un bon polar: une intrigue qui tient la route avec ce bon vieux mobile de la vengeance (et je ne spoile pas en disant cela, car ils sont nombreux les personnages dans ce roman à avoir une raison de se venger!) , du suspens, des sentiments (amitié et amour sont au rendez-vous) , un peu de sexe mais pas trop.
Le premier point fort de ce roman c'est assurément l'humour de l'auteur, que l'on retrouve aussi bien dans les dialogues que dans les réflexions. Souvent un brin déjanté, c'est un régal!
Le second ce sont les personnages! Bien sûr David Huxley tient la primeur. Torturé à souhait, englué dans un passé dont il cherche à se défaire. Au moment même où il pense y être arrivé, le retour du boomerang est sévère... Mais les autres personnages aussi ont du charisme. La succulente lieutenant Margot Baudor, son détestable supérieur le commissaire Ballard, et surtout n'oublions pas le flegmatique privé belge: Jacques Lucas.

Bref, je me suis régalée! Et je remercie.... facebook (et oui on aura tout vu! Dup remercie facebook! :D...) qui m'a fait découvrir cet auteur, via Matahari qui m'a prêté son premier livre et qui m'a annoncé clairement que le second de Cyrille Audebert était encore mieux! Sur ce, je vous laisse car il faut que j'aille me le commander!


Editions Sindbadboy
290 pages
17 euros





1Fameblog


Book en stock est le blog qui sera à l'honneur ce 22 juin 2010 !

Suite à l'article publié chez nos amis de BOB, j'ai inscrit notre petit blog chez 1Fameblog, en croisant les doigts pour que mon inscription ne tombe pas à la trappe...

Le principe:
1FameBlog est un annuaire présentant chaque jour un blog de qualité. Tous les matins à 10h, la blogosphère s’agrandit avec un nouveau blog !

Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir il y a quelques minutes un message de leur part pour annoncer que Book En Stock y sera à l'honneur aujourd'hui!!


Alors je profite de ce billet pour les en remercier et leur faire de la pub!

Merci 1Fameblog!


Challenge "Je veux du Héros!!"




La proposition de Challenge de Nadège (LadyScar) m'a fait tellement rire, que je ne peux pas m'empêcher de m'y inscrire!

Un challenge plein d'hormones intitulé:


Elle en veut du vrai, du balèze qui n'a peur de rien, un méchant, un héros avec un sale caractère et qui ne sourit pas!

Dès que j'ai lu ça, j'ai bien évidemment pensé à Waylander et à Druss!!!
(Tiens Druss il faut que tu le découvres celui là Nadège!!)
Bon en fait, tous les livres de Gemmell ont ce genre de héros, comme ça je vais être obligée de me replonger dans le cycle de drenai! Yesss!

Donc je m'inscris!

Et c'est pas uniquement pour mettre les beaux logos sur mon blog...:D





Dernière minute: Dup,  s'inscrit aussi à ce Challenge!!! :D

On veut toutes du héros!!!!!!!!!





lundi 21 juin 2010

MERRY GENTRY Tome 1: Le baiser des ombres de Laurel K. Hamilton




Merry Gentry est détective privée à Los Angeles pour une agence spécialisée dans les dossiers étranges : « À affaires surnaturelles, solutions magiques. » Une affaire rentable depuis que le royaume des feys est sorti de l'ombre et que la coexistence avec le monde des humains s’avère difficile. Mais Merry est une détective un peu particulière : elle est en réalité la princesse Meredith NicEssus, disparue trois ans plus tôt, que recherchent encore tous les paparazzi de la planète. Mi-humaine mi-fey, sans pouvoir et pourtant princesse héritière, Merry a été obligée de fuir la cour de sa cruelle tante, la Reine de l’air et des ténèbres. Et si celle-ci la retrouve, la punition sera longue et horrible. Merry parvient donc à vivre discrètement parmi les humains. Jusqu’à sa nouvelle enquête, et croyez-la, ça sent très très mauvais : un membre de la Cour procure à des humains un produit magique interdit capable de déchaîner une folie sexuelle provoquant la mort de mortelles. Même si, pour les Feys, le sexe et la douleur vont de pair, les accords passés avec les humains et la Reine n'autorisent pas ce genre de dérapages… Merry est désormais l'objet d'une traque impitoyable. Quelqu'un veut sa mort. Ses talents suffiront-ils à la protéger ?


L'avis de Phooka:

Houlala que j'ai eu peur au début de ma lecture! Je n'arrivais pas à accrocher et je m'ennuyais pas mal...Une héroïne dont je ne comprenais pas l'interêt, une histoire qui semblait s'enliser, du sexe à gogo et ennuyeux. Bref, je la sentais vraiment mal partie cette lecture!
Et puis, après une scène de sexe franchement ennuyeuse et trop longue, d'un seul coup l'histoire débute vraiment....
Merry (la Princesse Meredith NicEssus) acquiert ses pouvoirs magiques et est rappelée auprès de la reine de l’air et des ténèbres. A ce moment, le personnage de Merry prend de l'épaisseur et devient vraiment interessant. Elle est tiraillée entre son coté humain et son coté Fey. Elle ne fait pas vraiment partie des Feys, mais s'en rapproche de plus en plus grâce à ses pouvoirs dont le moindre lui permet par exemple de charmer tous ses partenaires masculins. Bien que la suite du roman soit toujours très "chaude", il n'en reste pas moins que l'histoire prend vraiment toute son ampleur et devient de plus en plus passionnante au fil des pages!
Le style de l'auteur est fluide et se lit avec plaisir. Le récit devient de plus en plus complexe au fil des pages. La juxtaposition des deux mondes (le monde des humains et le mondes des Feys) donne tout son charme au livre. Les relations sont complexes, les personnages ambigus, le suspens toujours présent. Cette "pauvre" princesse passe son temps à échapper à divers pièges tendus pour la tuer de toute les façons possibles. Elle doit utiliser toutes ses armes, depuis ses pouvoirs magiques jusqu'à son magnétisme sexuel, et surtout son intelligence qui va lui permettre de créer des alliances et de comprendre bien des complots. Elle se révèle être une héroïne vraiment hors du commun.
Bon je ne vais pas tout vous raconter, sachez seulement que après un démarrage plutôt lent, je me suis vraiment surprise à dévorer les 350 dernières pages du roman!
J'ai compris ce qu'était la "Urban Fantasy". A mes yeux, ça ne vaudra jamais un Gemmell que je considère comme de la Fantasy classique, mais franchement j'ai été séduite par ce concept. Un mélange de Fantasy et de monde réel avec un savant dosage! Ca le fait! Pas de la grande littérature c'est sûr, mais un vrai plaisir de lecture qui détend bien (si elle ne sait pas quoi faire de ses gardes du corps la Miss Merry, je les lui emprunte bien volontiers! :D).

Quand on sait qu'en plus, il semblerait que cette série s'améliore au fil des tomes. Je suis partante pour lire la suite! (Ce qui est quand même incroyable pour un roman que j'aurais sans doute abandonné s'il n'avait pas été un partenariat!)

Un grand merci aux éditions J'ai Lu et à Partage-Lecture pour cette découverte! Une fois de plus, un partenariat m'a amenée à lire un roman que je n'aurais sans doute jamais lu et m'a ainsi permis de faire une sympathique découverte!
Franchement, je sens que je vais lire le tome2!!!


Editeur : J'ai Lu / Darklight, 541 pages, 8,90 euros.



dimanche 20 juin 2010

MORSURE SECRETE de Kresley Cole


Résumé:


Pendant cent cinquante ans, Lachlain le Lycae a été emprisonné dans les catacombes par des vampires. Jusqu'au jour où il hume le parfum de son âme soeur. Mais pourquoi le destin s'acharne-t-il sur lui ? Pourquoi sa promise est-elle une buveuse de sang ? Pourtant, cette frêle créature qui se débat quand il l'approche est celle qu'il cherche depuis plus de mille ans. Elle lui appartient. Dès lors, il est prêt à tout pour faire d'elle sa reine. Quitte à la nourrir de son propre sang. Quitte à affronter une horde de vampires déchaînés...

L'auteur:

Kresley Cole a commencé sa carrière d'écrivain avec des romans historiques. Depuis quelques années, elle s'est lancée dans une série paranormale qui l'a rendue célèbre : Les ombres de la nuit. Elle a reçu en 2007 le prix Rita du meilleur roman paranormal pour Morsure secrète.



La série: (en VO: The Immortals After Dark series)
  • A Hunger Like No Other (Pocket Star, 2006) Edité chez J'ai Lu: Morsure Secrète
  • No Rest for the Wicked (Pocket Star, 2006)
  • Wicked Deeds on a Winter's Night (Pocket Star, 2007)
  • Dark Needs at Night's Edge (Pocket, 2008)
  • Dark Desires After Dusk (Pocket, 2008)
  • Kiss of a Demon King (Pocket, 2009)
  • Untouchable in Deep Kiss of Winter (Pocket, 2009)
  • Pleasure of a Dark Prince - (Pocket, February 16, 2010)
  • Demon from the Dark - (Pocket, August 31, 2010)

Collection Crépuscule chez J'ai lu: J'ai Lu lance cette nouvelle collection, qui semble être donc de la bit-lit (je ne suis pas spécialiste dans le domaine). D'après ce roman que je viens de terminer, c'est un genre qui allie romance et créatures mystérieuses. Nul doute que ça va cartonner!


L'avis de Phooka:


Alors voilà! N'étant pas une adepte de la bit-lit (que je connais très peu), je me suis lancée dans ce partenariat pour la découverte du genre mais aussi parce que je trouvais le résumé sympa! Et pour tout vous dire, je ne m'attendais pas à ça!!!!! Waouuu! Chaud, c'est chaud! Je m'attendais à une petite bluette vampiro-lycantesque (je ne suis pas sûre que ce mot existe mais peu importe!) et je suis tombée des nues! La relation Lachlain/Emmaline est carrément torride (d'ailleurs j'ai vérifié si on écrivait bien bit-lit et non bite-lit..hummm!). Il faut dire que notre lycanthrope est une belle bête dans tous les sens du terme...A tel point qu'on se demande un peu pourquoi Emmaline lui résiste (moi à sa place...enfin bon , bref! :)). Emmaline elle, est tout le contraire, une métis de Walkyrie et de vampire (c'est clair ça ne court pas les rues!), toute jeunette (ben oui, elle n'a que 70 ans alors que Lachlain en a 1200!!), toute naïve aussi et pleine de principes. On assiste donc à la confrontation de deux mondes totalement opposés:le grand méchant loup dépravé face à la pure vampire chaperon rouge (rouge sang bien sûr).Un grand classique du genre donc!

Bon je rigole comme ça dans mon billet parce que je ne m'attendais pas du tout à ce genre de lecture! Mais autant vous l'avouer tout de suite, je l'ai dévoré avec énormément de plaisir ce roman (j'aurais bien dévoré Lachlain, mais bon je n'avais que le roman sous la main!). Il faut aussi dire que en arrière fond de l'histoire torride entre Emma et Lachlain, se trame une histoire complexe et fascinante sur le combat éternel entre lycanthropes, vampires, Walkyries et démons. Cette partie du roman est franchement bien fichue et donne à penser que les tomes suivants vont être passionnants, si l'auteur exploite cette partie là plus à fond!
Il faut bien reconnaître qu'une bonne partie de l'histoire se passe sur- ou sous- un lit. Mais si on apprécie ce genre ou si on arrive à passer outre le coté romance torride à l'harlequinisme outrancier, alors l'histoire est vraiment captivante et le roman se dévore à la vitesse grand V. La trame de fond est suffisamment complexe pour constituer une histoire franchement intéressante. Il est fort possible que je me laisse tenter par la suite, d'autant plus que d'après mes recherches sur le net, la série s'améliore au fil des tomes avec plus de suspens et de personnages et moins de "romantisme à la Harlequin". Vu la fluidité de l'écriture de Kresley Cole je n'ai aucun doute que ce roman va plaire à beaucoup et que la série va faire beaucoup beaucoup de fans!

A suivre donc!


Un grand merci aux Editions J'ai Lu et à Partage Lecture pour m'avoir fait découvrir ce roman franchement étonnant.

Publié par Phooka le 10 mai 2010


L'avis de Dup:

Pause thriller qui décoiffe ma foi!
Je savais que j'allais y trouver du c.l, après avoir lu la chronique de Phooka au moment de sa publication. Est-ce pour ça que j'ai acheté ce livre? Allez savoir! Bref je n'ai pas été déçue du tout! :D Mais bon, passons outre ce côté hot, arrêtons de se montrer comme une ado aux hormones bouillonnantes: ce livre n'est pas que ça (heureusement....)
Le monde imaginaire créé par Kresley Cole est super bien construit: le monde du Mythos! Au milieu des humains, indifférents voire ignorants de leurs existences, vivent des clans profondément ennemis. Les Lycaes, les Vampires, les Walkyries, Les démons, les goules... Eux-mêmes ne s'intéressent guère aux humains (sauf certains vampires of course!) , tellement préoccupés à faire régner leur suprématie, à maintenir l'ordre au sein même de leur clan, à passer leur temps à essayer de faire le maximum de dégâts dans le camp ennemi.
Seulement voilà, ces créatures du Mythos ont tous, qu'ils soient Lycae, Vampires où Walkyries, à trouver leur âme soeur (même les Walkyries à la réputation de vierges guerrières! ...MDR). Trouver celle ou celui qui lui est destiné pour former un couple idéal afin de vivre le mieux du monde dans une vie d'éternité.
Et c'est là que Kresley Cole s'amuse, car elle a fait tenir à cet "amour éternel" un rôle bien sarcastique. Elle va mélanger les clans, les obliger à affronter leur répugnance les uns vis-à-vis des autres, étouffer leur haine viscérale jusqu'à réaliser que l'amour est plus fort que tout!
Si c'est pas beau tout ça!!! :D
Bon, pas de la haute littérature, mais une lecture divertissante. Pile-poil la récréation que je cherchais en somme!!!


Editions J'ai Lu Crépuscule 416 pages, 7,40 euros.

Les résultats du David Gemmell Legend Award viennent de tomber!!!




And the winners are:

Ravensheart Award (Prix de la plus belle couverture):  

Best Served Cold – Didier Graffet, Dave Senior and Laura Brett. 



Morningstar Award (Prix du premier roman de fantasy):


The Cardinal’s Blades by Pierre Pevel.




Legend Award:   

Empire by Graham McNeill. 



 

Nous sommes ravies pour Pierre Pevel , notre chouchou pour qui nous avons beaucoup milité!!!
Bravo Pierre!!!



samedi 19 juin 2010

LE PLUS JEUNE DES TEMPLIERS de Michael Spradlin

 
Tome 1 : Le Gardien du Graal 


Elevé par des moines à l'abbaye de Saint-Alban, Tristan, un jeune orphelin, n'imaginait pas qu'une vie d'aventure pouvait s'offrir à lui. Mais tout change le jour où le chevalier Thomas Leux lui propose de devenir son écuyer. Et puis... le valeureux Templier ne lui cacherait-il pas le secret de sa mystérieuse origine ? Il n'en faut pas plus pour que Tristan accepte de le suivre sur la route des Croisades. Lors de son premier combat, le jeune Templier se comporte en héros, et sauve la vie du roi. Quelque temps plus tard, alors que la ville d'Acre est sur le point de tomber aux mains des Sarrasins, sir Thomas confie une mission extraordinaire à Tristan. Poursuivi par les Sarrasins, les espions et l'impitoyable sir Hugh, il va devoir rapporter le Saint-Graal en Angleterre.


 L'avis de Phooka 



 Voilà ma première expérience de partenariat jeunesse chez BOB. Le principe c'est qu'un enfant et un adulte lisent le même livre et de donner un avis à deux voix sur le blog. Si je me suis lancée cette fois c'est à cause du sujet du livre. La troisième croisade, la période préférée de mon fils, 8 ans 1/2, passionné d'histoire mais pas passionné de lecture (sauf si ça parle d'histoire justement). Je lui ai lu le résumé du livre et lui ai demandé si ça le tentait. réponse positive donc on a foncé!
Réception du roman: oops il est plus gros que je le pensais. Après discussion il est décidé que c'est moi, la maman qui lira le livre à voix haute car trop dense pour le gamin...(comme vous le verrez plus tard je me suis bien faîte avoir sur ce coup là! :D). Au niveau du livre en tant qu'objet, je tiens d'ailleurs à préciser qu'il est très beau, de super qualité et que c'est un réel plaisir de la tenir en main. Ce genre de détail compte!!
Début de la lecture, avant la page 10 on parle déjà du roi Richard, je savais que c'était bien entamé. Le héros, Tristan, est franchement sympathique. Son histoire permet de voir comment se passait la vie au Moyen-âge, et surtout à l'intérieur du monastère. Mine de rien l'auteur arrive à faire revivre cette époque avec beaucoup de précision, et les enfants peuvent parfaitement prendre conscience de la difficulté de vivre au Moyen-âge. Mais à aucun moment ça n'est rébarbatif, loin de là. C'est de l'Histoire, de l'aventure et du suspens! Arrivent les templiers et le lecteur se met à rêver de grandes batailles et de conquêtes! Mais là où l'auteur arrive à "frapper un grand coup", c'est que à travers Tristan on se rend compte que les grandes batailles héroïques, c'est bien sur le papier...mais que dans la réalité ce n'est que tristesse et désolation, mort et douleur. C'est vraiment bien fait. mais au delà de toute ces considérations, c'est avant tout un formidable roman d'aventures , pleins de suspens et de rebondissements, qu'il est difficile de reposer avant de l'avoir fini. Et une fois fini, on n'a qu'une envie..lire le tome 2 (qui sort justement ce mois ci et qui s'appelle La flèche du destin).
 En résumé: un excellent roman jeunesse, a partir de 9 ans pour les bons lecteurs quand même, mais aussi pour tous ceux qui aiment l'aventure et l'histoire. La meilleure preuve c'est que quand je n'avais pas le temps de lire..mon gamin en lisait des pages en cachette! :D. Il a très envie de lire la suite....et la maman aussi!



L'avis de mini-Phooka (8 ans 1/2)

Je vous transcris mot pour mot la discussion que j'ai eu avec mon fils à propos de cette lecture!

Est ce que ce livre t'a plu?
oui!
Pourquoi?
Parce que cela se passe pendant la troisième croisade et je suis passionné par la troisième croisade. J'aime bien le Moyen-âge et Richard Coeur de Lion.
Quels sont tes personnages préférés?
Richard Coeur de Lion
Tristan parce que c'est le héros
Sir Thomas parce que c'est un gentil templier
Sir Basil parce qu'il est rigolo
Maryam parce qu'elle les a sauvé
Robard parce que c'est lui aussi un héros
J'ai pas aimé Sir Hugh parce que c'est un méchant.
Comment as tu trouvé l'histoire?
L'histoire est bien racontée mais y'a trop de suspens. J'ai failli en mourir (..) . Surtout à la fin. A la fin des chapitres, y'a plein de suspens, donc on a envie de continuer et ça m'épuisait pour aller à l'école le lendemain.
Finalement aurais-tu pu le lire seul?
Oui, mais je préfère quand c'est maman qui lit! (NDLM ben voyons...)
As tu envie de lire la suite?
Ouiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
(NDLM: donc on l'a commandé!)
Un dernier mot?
Il est facile à lire, à conseiller aux CE2 et aux très bon lecteurs de CE1.
(NLDM: Note De La Maman)



Un grand merci aux éditions Tourbillon et à Blog o' Book pour cette belle découverte!

Editeur Tourbillon, 345 pages, 13 euros.


vendredi 18 juin 2010

40 ANS, 6 MORTS ET QUELQUES JOURS... de Victor Rizman.






Résumé:

Il suffira d’un sac poubelle au clair de lune pour révéler les 40 ans vides de sens d’un publicitaire père de famille. Décidé à changer de vie et à dépasser le point de non-retour, le coup de feu ponctuant son anniversaire lui ouvre la voie. Caché derrière Melinda286, traquant ses victimes sur un site de rencontres, il entreprend une série d’éxécutions brillamment mises en scène, parallèlement à ses dernières animations commerciales pour la marque de petfood dont il a la charge.

Aspiré dans son sillon, Vulcain Sanglar semble échapper à la tourbe de son existence en assurant la couverture presse des crimes. Puisant largement dans son étrange univers, il enrichit la symbolique des meurtres, étoffe l’histoire pour garder la première page. Le capitaine Joël Schmidt, lui, n’attend plus rien, même s’il croit reconnaître une fois encore cette satanée petite musique qui lui dit que tout est trop évident et lui a déjà coûté plus que sa carrière. Précipités dans le tourbillon du « Scarabée » ces trois hommes se verront secoués et confrontés à leur image. Chacun utilisera cette opportunité pour tenter d’y voir plus clair, progresser et envisager de nouvelles relations avec les femmes qui les entourent. A l’abri de l’intrigue policière, entre Internet et l’Egypte ancienne, les mirages de la communication et les vertiges des introspections, les personnages oscillent entre leur désir de «savoir» et celui de «croire». Le temps de compter jusqu’à 6 et leur vie aura changé. Construit à la manière d’un film, le roman cache derrière le suspense une exploration cynique des états d’âme actuels du «quadra-boomer» occidental.

Une intrigue policière qui transgresse les règles du genre en redonnant tout son sens à la manipulation.

L'avis de Dup:

Alors j'annonce tout de suite la couleur: ÉNORME COUP DE COEUR pour ce thriller atypique.
Atypique car hors du commun. Je viens de refermer ce livre et j'ai l'impression de sortir d'une salle de cinéma! Et qu'il était bien ce film, il m'a tenu en haleine du début à la fin grâce à un suspens permanent et qui va crescendo. J'ai eu très souvent, trop souvent presque, la gorge serrée par l'émotion tant les personnages sont poignants. L'analyse froide, tranchante, du constat d'échec de sa vie par notre tout jeune quadra est criant de vérité et ça fait froid dans le dos (...surtout pour une toute jeune quinqua !)
Afin de donner un sens à sa vie, de s'arracher de la banalité, il développe une intelligence incroyable pour mettre au point sa série de meurtres. Il veut réussir sa "sortie", renaître en quelque sorte... Il manipule à merveille le journaliste tout en lui apportant son heure de gloire. Celui-ci tient enfin la Une de son journal durant quelques jours. Il ballade comme il veut le capitaine Schmidt et surtout son acolyte Sanka. Mais si Schmidt doute, Sanka fonce, et le Scarabée ... gagne!
La première fin est grandiose, je ne m'y attendais pas du tout. Et dire que je ne peux pas vous en parler!!!
La deuxième fin est géniale aussi, même si je la voyais venir, je m'en suis délectée. Je pense que quelque part je l'espérais!
Donc un scénario efficace, tortueux et intelligent servi par ou pour des personnages hors-normes. Et il faut en parler de ces personnages, car si notre jeune quadra qui mute en scarabée tient le premier rôle, et Dieu qu'il le mérite ( c'est étrange à dire n'est-ce-pas d'encenser ainsi un sérial-killer...lisez donc ce livre et vous comprendrez!) , les autres personnages le sont tout autant.
Le journaliste Sanglar, dit "Le sanglier", dont le surnom lui colle à merveille: solitaire, bourru, dérangeant par ses croyances, sa marginalité et surtout sa saleté. L'image donnée par l'auteur est presque trop forte et on aurait tendance à pincer les narines dès qu'un chapitre le concerne.
Le tandem de flics: Excellent! Le grand et mince Capitaine Schmidt, surnommé Permafrost, et pour cause, il est froid, peu causant, toujours plongé dans le premier film de sa vie. Il rumine car il n'a toujours pas digéré la, non les casseroles professionnelles et familiale qu'il traine. Mais les dites casseroles sont présentées comme foireuses, du coup on a pitié et on l'aime lui aussi. Le petit et gros Sanka, volubile, qui compense les silences de son supérieur, qui ponctue chacune de ses tirades par des "Autant pisser dans un violon" , "Autant éteindre la télé avant la météo" , "Autant distribuer le programme à des ourangs-outans" ...

Bref, énorme plaisir de lecture que je vous conseille vivement. Monsieur Rizman, vous avez déjà une fan au rendez-vous pour le suivant!
Je remercie également Phil Muller de chez emotion-works qui nous a contacté directement sur le blog pour nous proposer la lecture de ce roman.
Pour les curieux le site de l'auteur que personnellement je n'ai ouvert qu'une fois le livre fini:
Et la vidéo sous forme de bande annonce par là

Editions émotions-works
291 pages
12 euros


jeudi 17 juin 2010

ESPACES INSECABLES de Sylvie Lainé




Dans la douceur de ses futurs, Sylvie Lainé nous entraîne le temps de six nouvelles dans son univers riche et personnel empreint d’amour et de liberté. Ses héros sont toujours à la croisée des chemins et, aujourd’hui comme demain, choisir sa voie nécessite des sacrifices. Une science fiction fine et sensible, pure et merveilleuse, toujours très humaniste. Née au XXe siècle, Sylvie Lainé a multiplié les nouvelles ces dernières années, accumulant les prix et les récompenses. Après le succès de son premier recueil chez ActuSF, Le Miroir aux éperluettes, voici un deuxième ouvrage avec six nouvelles passionnantes. Il contient « Carte blanche », Prix Septième Continent et « Le Chemin de la rencontre », Prix Rosny aîné. « Sylvie Lainé excelle dans un registre bien particulier : elle invente des futurs. Non pas seulement le décor, mais aussi la mentalité induite par ces nouveaux décors. Elle n’entasse pas des vaisseaux spatiaux : elle crée une esthétique de l’avenir, et nous montre, in situ, la perturbation des sens qui découle des avancées scientifiques. » Extrait de la préface de Catherine Dufour Premier tirage numéroté !



Un extrait:

« L’imprimante se mit à ronronner et crachoter avec une discrétion polie. Serge s’assit dans son lit, le coeur battant à grands coups. La distribution des cartes arrivait toujours de manière inattendue : il avait reçu ses dernières règles de vie seulement vingt jours auparavant. Il décida d’attendre la fin de l’impression pour se lever, réfléchissant aux éléments de sa vie dès à présent modifiés : un nouveau jeu de cartes annulait systématiquement toutes les directives du tirage précédent. »
Extrait de « Carte blanche ».

L'avis de Phooka:

 Que dire d'un tel recueil de nouvelles? Inclassable...
Si je devais faire une comparaison je dirais que l'effet produit c'est comme une bouteille de grand cru trouvée par hasard au milieu d'une caisse de "piquette". C'est merveilleux, c'est magique, ça explose de saveurs et...c'est à consommer avec modération!
Parce que ce genre de nouvelles ça ne se dévore pas, ça se déguste. Lentement! Comme pour en savourer chaque mot et chaque idée.
D'ailleurs je ne me verrais pas lire ce recueil d'une traite et pourtant il fait une centaine de pages (ce que je lis habituellement chaque jour) mais non ce n'est pas possible de "dévorer" ce livre. Il faut vraiment prendre son temps et le lire par petites touches.
C'est de la SF oui, mais attention, pour ceux qui pensent encore que la SF c'est uniquement des vaisseau spaciaux et des sabres lasers vous êtes loin du compte! Les mondes imaginés par Sylvie Lainé sont "autres", totalement novateurs et totalement inattendus! Et le but de ses nouvelles n'est pas de raconter une bataille ou une guerre ou une conquête. Non, ça parle des gens, de leur façon de vivre et surtout surtout des choix qu'ils doivent faire à un moment de leur vie! Tout est basé là dessus, la notion de choix et comment nous y faisons face.
Sublime...
Difficile de parler vraiment de ce livre, c'est hors du commun, hors du temps, hors norme. Je n'avais jamais rien lu de tel.
C'est à découvrir, je ne peux que le conseiller car c'est une vraie perle! Sylvie Lainé a un imaginaire, une réflexion et une écriture complètement atypique. Il faut la lire!!!! N'hésitez pas, vous découvrirez vraiment quelque chose de différent!


Edition Actusf, 116 pages, 8 euros

mercredi 16 juin 2010

L'ENSORCELEE DE SALEM de Katherine Howe




En entrant dans la maison de sa grand-mère défunte, la jeune Connie n’imaginait pas que toute sa vie allait changer. Dans la bibliothèque qu’elle est chargée de vider, elle découvre un livre mystérieux avec, à l’intérieur, une clé et un nom dissimulé, à peine lisible : « Deliverance Dane ». Deliverance, l’une des jeunes femmes condamnées lors de la tristement célèbre chasse aux sorcières de Salem. Qui était-elle vraiment ?
Dès que Connie commence son enquête avec l’aide de son petit ami, l’intrépide Sam, les événements inquiétants se multiplient : sa maison est vandalisée et Sam tombe très gravement malade… Connie doit se rendre à l’évidence : sa découverte n’est pas seulement historique, mais magique. Et c’est désormais à elle de trouver la formule qui permettra de sauver son premier amour.


Entre révélations historiques et magie noire, une inoubliable histoire de sorcières, d’amour et d’aventures.

« Un premier roman exceptionnel […] Un thriller historique fascinant sur le pouvoir caché des femmes à travers les siècles. » USA Today

« Si vous voulez vivre quelque chose de magique, plongez dans L’Ensorcelée de Salem. » Romantic Times Book Reviews Magazine

Imaginé à partir de la vie d’une de ses ancêtres ¬ Elizabeth Howe, l’une des victimes de la chasse aux sorcières de Salem ¬ L’Ensorcelée de Salem est le premier roman de Katherine Howe, jeune historienne et spécialiste en sorcellerie. Elle vit dans le Massachusetts à Marblehead (à côté de Salem) avec son mari et toutes sortes d’animaux.


L'avis de Phooka:

Voilà encore un roman découvert grâce à un partenariat (merci BOB !), un roman dont je n’avais jamais entendu parler, que j’ai choisi sur l’intérêt de sa quatrième de couverture, dont peut être je n’aurais jamais entendu parler autrement…et qui se révèle être une très intéressante découverte !!!
Je me suis plongée avec délice dans cette aventure historico-magique. Je me suis sentie très proche du personnage de Connie, plongée dans ses bouquins pour ses recherches au point de parfois perdre ses repères dans la réalité. Dans ce roman, le destin de Connie en 1991 est raconté en parallèle avec celui de Deliverance Dane, déclarée sorcière en 1692. Les chapitres s’alternent (pas toujours de façon régulière) entre notre époque et celle de la fameuse chasse aux sorcières de Salem. Connie va en apprendre chaque fois un peu plus sur cette Deliverance Dane et en même temps sur elle-même.
Le contexte historique est parfaitement retranscrit et très vivant ! L’auteur nous replace dans le XVIIème siècle, à l’époque des colons aux USA, avec beaucoup de justesse et de réalisme. Ca n’est jamais lourd, c’est très visuel et on imagine parfaitement la vie des gens de cette époque et la peur de ces femmes, comme Deliverance Dane, considérées comme des sorcières sur les bases de « preuves » totalement futiles ! C’est vraiment poignant et passionnant !
D’autant plus passionnant d'ailleurs que la question se pose de savoir où commence la sorcellerie et ou s’arrête la simple connaissance des plantes et des soins…

Parallèlement au destin tragique de Deliverance Dane, nous suivons celui de Connie, étudiante en histoire. Elle va chercher, fouiner, tâtonner et essayer de comprendre ce qui s’est passé à cette époque. Les découvertes qu’elle fera, vont lui en apprendre beaucoup sur elle- même. Et si la sorcellerie existait vraiment ? Et si elle en était une légataire ?

Ce roman est donc à la fois une sorte de thriller historique, mais aussi une histoire de sorcellerie avec une jolie touche de surnaturel ! Le tout parfaitement dosé et il se dévore avec un plaisir et une curiosité indiscutables !

N’imaginez pas cependant que Connie se promène avec une baguette magique en jetant des sorts ou que c’est une succession de poursuites en tout genre. Ce n’est pas du tout ça ! C’est une atmosphère feutrée, confinée et oppressante mais ô combien passionnante !

Vraiment une très belle découverte !


Un grand merci à XO éditions et à Blog O'Book pour ce partenariat qui m'a permis de découvrir une fois de plus un roman étonnant!



XO éditions, 368 pages, 19.90 euros.








mardi 15 juin 2010

MERCI !!!




MERCI PHOOKA
MERCI MES AMIES ET AMI

J'ai découvert tous vos mots ce matin en allumant l'ordi,
et même pas un moment devant moi pour y répondre!

Que dire si ce n'est que j'en ai été émue aux larmes.
Que la pilule passe bien mieux grâce à vous!

Merci également à tous ceux qui sont venus mettre un commentaire.
L'univers de la blogosphère littéraire est riche en échanges, partages et ce n'est que du bonheur
Merci à vous tous!

Alors pour positiver, comme je le disais ailleurs:
Voilà je ne suis plus une vieille quadra mais
UNE JEUNE QUINQUA
Na!!!

Je vous embrasse tous
DUP



PS: à ce rythme de publication, nous allons très vite atteindre le 200ème billet et refaire un concours ! :))

@ strange: je ne me lancerai pas à goûter du 50 ans d'âge! :))


Parce que c'est pas tous les jours....



Dimanche
Qu'on a 20 ans
La fête




L'anniversaire de Dup


Je profite du blog pour le lui souhaiter!
Et comme cette année, c'est un anniversaire bien spécial et que moi je suis nulle pour les jolis textes, j'ai embauché les cop's!
Merci à elles et eux!
Je leur laisse donc la parole...


Pour toi ma Dup, de ma rocaille, bleues comme tes yeux qui savent si bien sourire...
Le temps qui s'enfuit n'est rien quand il est riche de souvenirs...de mails, de lectures et de rires, tu n'es pas prête d'en finir.... 
Joyeux anniversaire mon amie.

Nicole






Un an de plus……… à chaque année c’est presque un drame !
Nous voyons filer notre jeunesse.
Nous nous sentons vieillir...
Et nous nous imaginons que c’est un drame !
C'est sûr que si nous nous arrêtons juste aux nouvelles rides
Et à  ce qui va moins bien
Aussi bien dire que la vie finit là !
Mais heureusement tout n’est pas négatif !
D'abord, tu te connais mieux.
Tu n’as plus rien à prouver et c’est ta force
Tu profites enfin pleinement de ta vie
Tu te donnes la priorité à toi même

  Mais surtout n’en fais pas un drame
 A Tous les ages,

N’oublie pas : 
QU'IL FAUT TOUT DE MÊME...
SE MÉFIER...
DES PETITS       
Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.
QUI PEUVENT SE PRÉSENTER !

Pat



Joyeux anniversaire à Dup' la célèbre chroniqueuse de Book en stock. Celle par qui "la terreur" s'insinue dans vos lectures et devient tentante, celle par qui le noir devient presque lumineux ! Celle qui fait grincer les planches de vos bibliothèques qui croulent alors sous ses tentations ! Celle qui nous laisse nous faire mordre par des vampires ou embrasser sauvagement pas des héros de monde imaginaire ! Celle qui à besoin d'une voiture fourgonnette pour rentrer chez elle après un bon salon du livre !
Et joyeux anniversaire avant tout à une amie qui est très chère à mon coeur et que j'ai découvert grâce aux livres et c'est une très belle histoire à vivre !
Pleins de bonnes choses à toi Dup et des millions de lectures et de bisous pour passer le cap' et encore JOYEUX ANNIVERSAIRE !
Amicalement au plaisir de tous nos échanges virtuels et réels  !

Didi

Eté dans nos coeurs
Par les pages qui tournant
Ont tissé des liens.
Joyeux anniv' Dup, souhaitons nous encore un long chemin d'amitié !
Gros bisous
Wal

Dupinette, les animaux se joignent à moi pour te souhaiter un joyeux anniversaire !!!

Micelnat




et pour conclure....

Pour le petit mot c'est pas mon truc non plus, souhaite lui juste un joyeux anniversaire de la part de strange
et ce petit mot peut être;   50 ans , bah non !  plus c'est vieux plus c'est bon 

(je te laisse trouver le jeu de mot...bon courage! )

Parce que tu le vaux bien, comme dit la pub:

Happy Birthday Dup!!!!!!






lundi 14 juin 2010

LE FILS DES BRULES de Laurent Brard



Résumé:

Sarole. Une petite ville tranquille où il ne se passe jamais rien. Flic sans ambitions, au placard depuis douze ans pour avoir laissé se commettre le meurtre de la jeune Cécilia, Oscar Bellem est sur le point de mettre un terme à sa carrière. Dans cet endroit retiré, il espère oublier, tirer un trait sur le passé. Mais derrière son apparence tranquille, Sarole cache un secret. Une ombre se faufile entre les morts. Cécilia n'a jamais été aussi proche.


L'avis de Dup:

Il m'a bien plu cet Oscar Bellem, même si (ou parce que!) l'auteur ne l'épargne pas. Présenté d'entrée de jeu comme mou, indécis, fataliste. Aussi bien dans son métier que vis-à-vis de ses sentiments, il hésite en permanence. Il subit, encaisse, laisse glisser...une sorte d'osmose est passé entre lui et moi!
Alors qu'il s'apprête à baisser les bras, tourner la page et abandonner son métier de flic (qu'il ne voyait de toute façon que comme une nécessité alimentaire d'ailleurs), les évènements le rattrapent. Il est contacté anonymement par une personne se faisant appeler "le fantôme" et qui lui rappelle que le meurtrier de Cécilia court toujours, qu'il pourrait très bien être à Sarole et que tout pourrait recommencer. Oscar Bellem va donc se replonger dans cette enquête, baclée il y a douze ans. Il se débat tout seul ou quasiment, avec ses états d'âmes, ses angoisses et ses hallucinations. Ses cauchemars bien réels emmêlent le tout et c'est avec plaisir que j'ai suivi ses pas tout du long de cette enquête bien chaotique. Au fil des pages on constate qu'Oscar Bellem n'est plus le même, il gagne en assurance, jusqu'à finir par donner des ordres à son patron alors même qu'il avait toujours fait profil bas.
En revanche j'ai trouvé la coïncidence de Sarole un peu tirée par les cheveux, bien trop grosse donc peu crédible.Sarole n'a rien à voir avec la ville où s'est passé le meurtre de Cécilia. Oscar Bellem "finit" sa carrière dans ce petit patelin parce que sa petite soeur s'y est installée et comme par hasard, il va découvrir que c'est là que toute l'histoire, le drame de sa carrière, a démarré. Sans que cela ait gâché réellement ma lecture, je reste sur un sentiment mitigé: le hasard fait trop bien les choses en quelque sorte....

Lecture faite en partenariat avec Livraddict et les éditions PLON


Et je me permets de vous encourager à venir lire les commentaires de ce billet car l'auteur lui-même s'explique quant à cet hasard qui m'a tant gêné. Et c'est un bon éclairage que je vous conseille vivement !

Avec son autorisation je publie son commentaire:

Bonjour à toutes et à tous. Bonjour Dup.
Merci d'avoir lu Le fils des brûlés. Autant que possible, je m'efforce d'éviter de réagir aux commentaires / avis qui, jour après jour, paraissent sur le net. La relation du livre avec ses lecteurs est, je crois, une affaire dans laquelle l'auteur n'a pas à interférer. Si cette fois je ne résiste pas à l'envie, c'est parce qu'il me semble que vous abordez un aspect essentiel de mon roman. Un aspect "voulu", assumé, que vous présentez pourtant comme un défaut. Vous parlez en effet de "hasard" et laissez entendre qu'il "fait trop bien les choses". Mais, justement, Le fils des brûlés repose entièrement sur le hasard ! C'est l'axe du récit, l'enjeu auquel doit faire face le protagoniste, "le" problème, "la" zone d'ombre qu'il oppose systématiquement aux événements. "Le hasard pouvait-il être vicieux à ce point ? " est la question qui inhibe Bellem dans ses choix, qui introduit le doute, en permanence. Donc, sans hasard, il n'y a pas d'histoire. Pour ma part, en position d'auteur, j'ai fait un choix : prévenir le lecteur. Lui dire d'avance et lui rappeler à plusieurs reprises que dans cette histoire "tout est possible, tout est impossible". Un choix, comme un clin d'œil, motivé par un constat : les intrigues policières, quand elles ne sont pas exclusivement documentaires (et encore !), reposent sur des événements, des rencontres, des "coïncidences" hautement improbables. Du début à la fin de son œuvre, Hitchcock cultive le thème du hasard. Fred Vargas, dont j'admire le talent, son "Homme à l'envers", à y regarder de près (à la loupe, pour essayer de dénicher l'erreur, le truc qui ne marche pas), s'appuie sur l'absurde, sur une succession de rencontres et de "retrouvailles" impossibles (Adamsberg se penche sur une affaire de Loup garou après avoir vu "l'amour de sa vie", son amour perdu, à la télé !). "Mystic River" réunit trois personnages que tout oppose, ou presque, autour d'un deuxième drame, une sorte de répétition, de fatalité, de "faute à pas de chance". Un hasard malheureux. Un prétexte, en somme, pour qu'ils soient ensemble. Alors oui, j'ai écrit un livre autour du hasard. Une succession, un enchevêtrement de hasards. Une juxtaposition de prétextes pour parler "d'autres choses" dont les commentaires, sur le net, ne se font pas beaucoup l'écho. Sauf le votre. Donc, je le répète : vous touchez à l'essentiel. Et je vous en remercie. Au plaisir de vous lire. Votre blog est beau et plein de sens. J'y reviendrai.
Laurent Brard.

Si vous voulez participer au débat, rendez-vous sur facebook, le mur de l'auteur! :)


Editions PLON
Collection nuit blanche
256 pages
17,90 euros