mardi 31 mai 2011

Les éditions du Rail Noir reviennent !!!

Ça c'est une information plus que sympa ! Je l'ai trouvé sur le blog de Pierre Faverolle : Black Novel  que je vous conseille d'aller zieuter !

C'est quand même Le Rail noir qui a lancé deux de mes auteurs fétiches en thriller/polar : Franck Thilliez et Karine Giebel !!!

Ils ont déjà publié Mortelles hôtesse de Bernard Pasobrola déjà chroniqué par Pierre ICI

Et voilà les deux derniers:



La ligne 10 par Anne Peter-Sauzin

Léa Swindon est une jeune femme active sans histoire, elle prend quotidiennement le métro à la station Ségur – ligne 10, et scrute les gens qui l’entourent, les passagers, un SDF qu’elle surnomme intérieurement Sacha. Jusqu’au jour où une curieuse rencontre la conduit à intégrer très rapidement une entreprise cotée en bourse. Au fil des semaines, les relations de travail évoluent et le défi professionnel se transforme en traque personnelle. Léa aurait dû se méfier et ne jamais accepter les conditions financières mirobolantes qu'on lui offrait. D'autres ont accepté, ils sont morts.
Dans une atmosphère aux accents kafkaïens, Léa est emportée malgré elle au coeur d’une vaste enquête qui la conduira du métro parisien au métro chinois de Shenzhen.





Mort d’un cheminot par Jean-Philippe Milesy

Un cheminot est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête. La police conclut rapidement au suicide. Les camarades du jeune homme ne croient pas à cette thèse. Ils le connaissaient trop bien. Mais qui aurait voulu assassiner Guido Lanzani ? Et pourquoi ?
Le commissaire Etchepart est sollicité par Peyo, un ami basque, cheminot à Montparnasse, qui lui demande de rouvrir le dossier et d’expliquer l’inexplicable. Avec ses adjoints Tang et Elie, le policier est amené à explorer la vie d’un contrôleur qui s’avère beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.
Affaires sordides et forces occultes s’y mêlent étroitement et broient quiconque s’y intéresse de trop près.

Souhaitons à ces trois auteurs autant de succès !

Résultats du concours ELRIC






Pour ce concours, le résultat va aller encore plus vite : que des bonnes réponses !

And the winner is:

Mallou

Bravo à elle, quant aux autres, ne pleurez pas, on va bientôt vous en proposer un autre super sympa aussi :))



Résultats du concours HARPER CONNELLY






Tout d'abord merci à vous tous de votre participation, et surtout de bien avoir jouer le jeu des nouvelles règles. Je peux vous dire que c'est nettement plus agréable pour nous de gérer ainsi un paquet de mails vu qu'ils sont tous sympas !

Pour les questions 1) 2) et 4) , rien à signaler
Pour la question 3) quelques erreurs
Ben oui, fallait chercher, ce n'était dans aucun résumé mais dans ma chronique du tome 2 ( *sourire sardonique* )

Bon, le principal

Les résultats :

Mini Fourmi remporte les trois tomes
Choukette les tomes 1 et 2
Amethyst  le tome 3


Bravo à elles ( et oui, que des nanas :)) )
J'envoie vos coordonnées de ce pas aux éditions J'ai Lu que je remercie encore une fois.

Lettre ouverte de Nicole Provence à nos lecteurs....





Vous le savez puisque nous vous en avons souvent parlé, Nicole Provence est auteur mais aussi une amie. En ce moment elle se pose de nombreuses questions sur l'édition numérique. C'est la raison du petit sondage qui a fleuri sur notre blog.

Aujourd'hui elle nous précise ses pensées dans une lettre que nous diffusons et nous espérons que vous serez nombreux à y réagir!

Merci par avance
Dup et Phooka



Et si l’on parlait de l’édition numérique ?



Bonjour à vous amis lectrices et lecteurs, visiteurs de Book en Stock.



Je remercie mes amies Dup et Phooka d’avoir accédé à ma demande de vous proposer un sondage concernant l’édition numérique. Et ce, parce que je suis concernée. On me propose d’éditer quatre de mes romans non publiés, polar et jeunesses dans cette formule.

Si la satisfaction de faire connaître mes romans qui n’ont pas été accueillis dans les maisons d’éditions classiques me réjouit, j’hésite. Une première chose m’interpelle et non des moindres.



Avec cette édition virtuelle je perds le contact vivant avec mes lecteurs. Plus de rencontres en face à face lors de dédicaces régionales, les plus nombreuses, plus de salons en compagnie des autres camarades de plume qui permettaient de présenter mes romans à un public que je ne connaissais pas. Presque l’anonymat, sauf peut être un échange sur mon blog.



Depuis, j’en parle autour de moi, ceux qui me suivent depuis le début et que je remercie de tout cœur, ont une réaction plutôt négative. Quoi ? Lire sur un écran ? Moi, jamais !



Dans le sondage de Book en Stock que je consulte régulièrement les opinions évoluent. Pour l’instant, rares sont les lecteurs qui lisent des romans numériques, ou pensent le faire. C’est peu mais pas désespéré.



Je sais, le livre entre les mains, bien au chaud dans son lit ou dans un fauteuil confortable, le roman que l’on emmène partout dans son sac pour faire passer quelques heures d’attente, les pages que l’on respire et que l’on tourne….tout un rituel qui permet de s’isoler du monde et de vivre une aventure. L’écran, dans son lit….pas très chaleureux pourtant….



L’édition numérique ne détrônera jamais l’édition papier. Il y aura toujours les inconditionnels des romans que l’on achète sur un coup de cœur dans une librairie, souvent à cause de la magnifique couverture dont l’habillent les éditeurs, on connaît cet impact, ou parce qu’un Blog exceptionnel comme l’est Book en Stock vous donnera l’envie de le lire. Mais les romans s’empilent, prennent de la place et ont un coût. Pas facile pour les « livrivores » de devoir sacrifier quelques titres pour cette raison que je comprends amplement.

Avec l’édition numérique, la lecture pourra être accessible en tous lieux, sur un banc avec la Wi Fi, en voyage, dans le train, sur un bateau. De même dans des pays étrangers pour ceux qui bougent et ceux qui y vivent, où il est très difficile de se procurer des éditions en français, où il faut attendre très longtemps pour recevoir le livre commandé voire même devoir y renoncer.



La tablette remplacera le gros pavé lourd et encombrant qui prend beaucoup de place sur les étagères ( voir la BAL de Phooka !   ) et son prix d’accès relativement bas permettra un choix plus nombreux de romans à dévorer.

La jeune génération s’y met déjà, Internet fait partie de leur culture. Ils consommeront des aventures à vivre en direct sur un écran et ne renonceront pas pour autant au plaisir de la lecture dans un livre.

Autre avantage, pour les écrivains, et les lecteurs déjà habitués à commander leurs livres sur Internet. Les maisons d’éditions numériques présenteront tous les romans dans un catalogue consultable à tous moments. Plus de livres disparus des étagères de la librairie, classés n’importe où, et parfois même jamais déballés. Tous les auteurs auront la chance de pouvoir présenter la totalité de leurs écrits qu’ils soient publiés dans l’année ou précédemment. Plus de romans épuisés, indisponibles et qui se perdent dans les casiers de la Poste.



Seul regret pour moi et non des moindres. Ajouté à la privation de la rencontre en directe avec mes lecteurs, l’idée de la frustration de ceux ( et la mienne) qui pour diverses raisons ne peuvent lire sur écran

Alors, à quand les salons du numérique et les dédicaces par stylos spéciaux sur écrans ? Il paraît que tout est encore possible dans ce domaine et que tout reste à inventer.



Phooka et Dup, mes premières lectrices à qui je dois un œil bienveillant sur mes écrits et exceptionnelles animatrices de Book en Stock ne manqueront pas de vous faire savoir quand je serai en mesure de vous inviter à découvrir mes romans en ligne.



A bientôt donc et n’hésitez pas à me faire partager votre avis sur Book en Stock.



« Plumement » vôtre…

Nicole Provence






Les résultats du sondage:


Lisez vous des livres numériques?

oui, souvent
   
  28 (10%)

non, jamais
   
  143 (55%)

oui, parfois
   
  40 (15%)

non, mais je vais m'y mettre
   
  23 (8%)

j'hésite
   
  31 (11%)
 
  Nombre de votes  : 260
 

lundi 30 mai 2011

Scoop ! Nicolas Sker...



J'ai le plaisir de vous annoncer que l'auteur dont je parlais récemment, Nicolas Sker, sera l'invité de l'émission 

"Au field de la nuit" 
le 6 juin prochain
à 01 h 00 du matin
sur TF1






Il présentera son premier roman : Le premier crâne que j'avais beaucoup aimé.
Il sera en compagnie d'autres auteurs dont... Maxime Chattam ! Excusez du peu !
( Mon magnétoscope va ronronner car à cette heure là : je dors... )

TCHAT VIDÉO avec Michael MOORCOCK et Fabrice COLIN



Ce mercredi 1er Juin 
à 17h30 
est organisé sur FACEBOOK un Tchat vidéo avec les deux auteurs de



Nan, chercher pas là ça ne marche pas, c'est juste une copie d'écran :))
Mais je trouvais le dessin trop beau pour le shunter !


Si vous êtes fan
Si vous êtes disponible

Ne ratez pas cet évènement exceptionnel !!!

C'est ICI


LE CHAPERON ROUGE de Sarah BLAKLEY-CARTWRIGHT





Editeur: Michel Lafon

Parution: 14 avril 2011
347 pages
15,95 euros


Présentation de l'éditeur


Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde…
Depuis la mort de sa sœur, la plus douce des jeunes filles, Valérie est inconsolable. Henry, le superbe fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le cœur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes loin du cocon familial.
Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise depuis des années vit parmi eux. Tout le monde devient suspect. Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et celui-ci exige qu’elle le rejoigne avant que le sang coule… et que tous ceux qu’elle aime disparaissent.




L'avis de Phooka:


Un livre tiré d'un film. C'est rarement dans ce sens que cela se fait (on trouve plus souvent des films tirés d'un roman) et c'est souvent pas très intéressant (c'est ce qu'on appelle en franglais une novélisation il me semble). Il faut reprendre le storyboard du film et le scénario, enrober tout cela pour en faire un livre. Beaucoup s'y sont essayé, peu ont réussi...
Et Le chaperon rouge est sans doute l'exception qui confirme la règle !
Je n'ai pas vu le film, et j'ai donc lu le livre sans avoir la moindre idée de l'histoire et de son dénouement et franchement je l'ai lu (et je dirais même dévoré à belles dents :)) avec énormément de plaisir.  Je reconnais même que j'ai totalement oublié que l'histoire était tirée d'un film et c'est quand j'ai eu fini ma lecture que je me suis posée la question du "as tu envie d'aller voir le film?".
Ma réponse est non. Non pas que je n'aime pas, justement c'est tout le contraire ! J'ai beaucoup aimé le roman et je n'ai envie de gâcher mon plaisir.Toutes les images du livre sont dans ma tête , "à ma sauce", et je n'aimerai pas qu'on m'en impose d'autres qui seront forcément différentes. Je n'ai même pas la moindre idée de la tête des acteurs...et c'est tant mieux!
Le chaperon rouge, basé de façon très libre sur le conte de Perrault, est une histoire très sombre (comme la forêt où l'action se passe), très "stressante" et avec des personnages très forts! 
Valérie (notre chaperon rouge) est une fille vraiment pas comme les autres, indépendante, fière et un peu froide en apparence, et pourtant elle aime ses proches et ses ami(e)s. Simplement elle ne le montre pas. Elle est souvent pointée du doigts par les autres habitants du village qui ne la comprennent pas. 
Valérie aime son père, pourtant alcoolique invétéré et sa mère, une femme laborieuse et effacée. 
Mais surtout, elle a une sœur, Lucie, qui est est tout son opposé. Féminine, charmante et pleine de bonne humeur. Valérie l'adore et elles sont inséparables.
Jusqu'au jour où Lucie est retrouvée morte dans un champ au moment des moissons et de la lune rouge...
Le loup a frappé !
Et pire, tout le monde est soupçonné dans le village. N'importe qui peut être la bête...
Chaque nuit, le loup tue et il semble invincible...
S'en suit une enquête, des suspicions, des commérages, des doutes, des horreurs...

Mais au delà de ça, il y aussi une histoire d'amour. Tout aussi sombre d'ailleurs. Valérie aime Peter dont la famille a été chassée du village, mais elle est promise à Henry. deux prétendants pour une même fille, deux prétendants aussi pour être le Loup..ou peut être pas...

Un écriture très fluide et visuelle qui rend le livre encore plus prenant et plus sombre. Le roman est vraiment à l'image de la couverture: noir avec juste la tache rouge du chaperon de Valérie. Rouge, très rouge....

Au final, vous comprenez donc que j'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, sans concession, sans mièvrerie et très très prenant et sombre. Un régal....

Vous le savez sans doute, le dernier chapitre est disponible sur le net à cette adresse:


Et si je peux vous donner un conseil, je vous dirais bien de ne pas le lire et d'en rester à ce qui est imprimé dans le roman. Car si j'ai un seul reproche à faire, c'est bien ce chapitre online qui finalement n'apporte rien. Du moins rien de vraiment passionnant. Oui on y apprend qui est le loup, mais moi je préférais la fin ouverte du roman. Il n'est pas forcément nécessaire de "savoir" pour aimer et moi j'aurais préféré ne pas savoir justement...cat j'ai beaucoup aimé!

A vous de voir...

D'autres avis: Archessia, karline05, Elizabeth-Bennet, fangtasia, Heclea, Mélo, akasha, Melisende, Evy, Mycoton32, petit-lips, Marion, BooksFever, mariiine, Priline, MiladyEvey


dimanche 29 mai 2011

Parutions Folio SF - septembre/Octobre 2011





Septembre

Eoin  COLFER   Encore une chose...
                                            H2G2, VI
                           
                  Traduit de l’anglais (Irlande) par Michel Pagel


Laurent          GENEFORT         Mémoria
                                            Édition augmentée d'une nouvelle


Maïa             MAZAURETTE       Rien ne nous survivra
                                            Le pire est avenir
                                       
     
Prix Imaginales des Lycéens 2010


Robert Charles           WILSON   Mysterium
                                                        Traduit de l’américain par Pierre-Paul Durastanti
                                            Prix Philip K. Dick 1995


 Octobre

Isaac            ASIMOV   L'homme bicentenaire
                                   Traduit de l'américain par Marie Renault


Catherine        DUFOUR  L'accroissement mathématique du plaisir
                                   Edition augmentée d'une nouvelle


Serge            LEHMAN   Le haut-lieu
                                   et autres espaces inhabitables


Ian              McDONALD         Brasyl
                                   Traduit de l'anglais (Irlande du Nord) par Cédric Perdereau

vendredi 27 mai 2011

Sortie: Le miroir aux vampires de Fabien Clavel chez Baam!


Voilà bien un livre qui me tente énoooormément! :)

La couverture est sublime...



Le résumé alléchant...

Pour son année de Terminale, Léa entre à l’internat du lycée de Compiègne. Sa coturne est une jeune hongroise étrange et ténébreuse, qui semble avoir du mal à s’intégrer. Leur solitude finit par les rapprocher, en particulier lorsque des événements étranges surviennent au lycée. Et si l’incendie qui a ravagé le foyer, le suicide de l’un de leurs camarades de classe et les décisions étranges prises par la direction n’étaient pas uniquement dues au hasard?
 



Les premières pages font craquer...



Sans compter la vidéo...


Il sort le 1er juin et il me le faut!


ELRIC Les buveurs d'âmes de Michael Moorcock et Fabrice Colin




Editions Fleuve Noir
263 pages
19,50 euros


Résumé :

Prince déchu, dévasté par la mort de son aimée, Elric de Melniboné a juré de ne plus jamais se servir de Stormbringer, son épée maudite qui boit les âmes et lui procure sa vitalité. Accompagné de son fidèle compagnon Tristelune, Elric, abattu et mourant, part en quête de son dernier espoir : l'Anémone Noire, une plante magique ne fleurissant qu'une fois par siècle, qui pourrait lui redonner des forces et de grands pouvoirs. Pour la trouver, il doit gagner les ruines de Soom, une cité perdue au coeur d'une jungle inhospitalière infestée de créatures maléfiques...



L'avis de Dup :

Il n'y a pas longtemps, je lisais un tome 2 sans avoir lu le tome 1 ( Intuitions ). Là, j'ai fait encore plus fort : j'ai attaqué direct le tome 10 ! Et bien, pas de soucis, j'ai tout compris ! :))
Et surtout je suis ravie d'avoir fait la connaissance de ce prince mythique, si j'ai bien compris, une référence de la littérature en Fantasy. Elric de Melniboné, prince albinos aux pensées si sombres en regard de son teint si blanc...il m'a beaucoup plu ce personnage torturé.
Il s'inflige tout seul le pire des tourments, ne plus toucher à Stormbringer ( j'adore ce nom ! ). Il l'a coincée, cloitrée, cadenassée dans son fourreau. Il est de plus en plus faible, ne tient qu'à coup de drogues diverses et variées, et elle, cette morute :)), elle semble se moquer : elle frémit sans cesse dans son fourreau, elle l'appelle  !
Mais notre beau prince a une force de caractère qu'on ne peut qu'admirer, une profondeur d'âme que seul les grands seigneurs peuvent avoir. Quelle noblesse dans ces pensées si noires...oui, je suis tombée sous le charme ! Et c'est quasi mourant qu'avec Tristelune il va aller au bout de sa quête: trouver cette fleur noibuluscus. D'après les textes anciens, seule cette fleur si rare pourrait lui redonner force et vigueur tout en se passant de Stormbringer. Ils vont affronter bien des dangers, le plus grand restant néanmoins pour lui celui de son épée assoiffée de sang.

N'ayant pas lu un seul Moorcock ( oup's, excusez ma crasse inculte les puristes...mais cela ne fait que trois ans que je lis de la Fantasy ) je ne peux comparer. Je ne peux parler que de ce livre là. Et bien moi, il m'a convaincue. C'est mon premier Fabrice Colin (re oup's), mais j'ai trouvé l'écriture agréable, prenante, pas de temps morts. La chute est pour le moins... euh vraiment fantasy ! Surprenante quoi, accompagné d'une dernière bagarre, wouaou, qui décoiffe.
Je ne sais pas ce qu'en penseront les amateurs du "pur" Moorcock, j'ai hâte de le découvrir d'ailleurs, mais je sais que si j'ai l'occasion de trouver les tomes précédents...et surtout d'avoir le temps de les lire, je n'hésiterai pas !!!


Je vous rappelle qu'il y a un concours pour gagner ce livre 
Et qu'il ne reste que deux jours pour participer !


Ce serait ballot de passer à côté d'un coup de bol non ?

jeudi 26 mai 2011

Le second thriller des Editions Critic va sortir le 1er Juin



Après le succès phénoménal du Projet Bleiberg de David S. Khara, les Editions Critic se devaient de relever un défi : Faire aussi bien, voir mieux !
On nous annonce que c'est chose faite, que le successeur est trouvé et déjà en route pour l'imprimerie : Sortie le 1er Juin...


Je vous présente l'heureux gagnant : 
Frédérick Rapilly

Le chant des âmes




Moi je dis MIAMMM !
Et j'espère bien le lire bientôt pour vous en parler plus longuement.


SCENE de CRIME (chez Nathan Jeunesse)








Aide la police scientifique à boucler l'enquête !



Un crime vient d'être commis et il faut débusquer le meurtrier ! On soupçonne une jeune fille, mais sur quelles bases ?
En page de gauche, le journal d'un suspect, en face, des indices et notes de la police scientifique auxquels se référer. Le livre contient également un livret central pour aider le lecteur à mener sa propre enquête et découvrir en même temps la nature du travail des spécialistes en criminologie : leurs méthodes d'investigation, l'identification de la victime, le déroulement des interrogatoires, leurs outils et tests en laboratoire.

Dès 8 ans ce n'est pas un livre pour les oiin oiin!



L'avis de miniMoyen-Phooka (9 ans):

Le livre est très beau.
Au début, je croyais que le livre c'était les deux petits dossiers à droite et gauche et puis ensuite, j'ai vu qu'il y avait une partie centrale.
J'ai trouvé que les dessins était bien faits.
L'histoire est bien. J'aime bien qu'il y ait du suspens. Un homme a été tué, on ne sait pas qui l'a tué et on ne sait même pas qui a été tué au tout début.
J'aime bien parce que c'est toi qui doit trouver qui a tué. On tourne les pages, il y a des questions à résoudre. On trouve des indices pour savoir qui est coupable ou qui ne peut pas l'être.

J"ai l'impression d'être un policier dans la police scientifique (ceux qui utilisent beaucoup la science pour trouver les coupables, des médecins etc...).

Ce livre est pour les enfants à partir de 8 ans.

 L'avis de Phooka:

Cette fois j'ai laissé "moyen-Phooka" (...) parler avant moi car c'est lui qui s'est jeté sur le livre en premier.
Moi je me souviens de l'effet que m' a fait ce livre quand nous l'avons sorti de l'enveloppe...Je ne m'attendais absolument pas à ça. Il était de toute beauté et le summum a été lorsque nous l'avons ouvert. Il est construit de telle façon qu'il y a 3  livres en 1 (nous avons fait une photo mais je ne sais pas si c'est suffisamment explicite). Deux petits livrets à gauche et à droite entourent le livre principal au centre.  Le tout est superbement illustré. Il faut constamment passer de l'un à l'autre pour faire "avancer l'enquête" et on se sent dans la peau du policier qui feuillette ses documents.
Ce livre est non seulement beau mais incroyablement bien fait. Très attractif pour les enfants (et humm ...les grands aussi). Très ludique ! L'enfant est l'enquêteur. Il doit d'abord identifier qui est la victime et bien sûr trouver l'assassin. En cela il est aidé par les deux petits livrets qui jouxtent le livre principal: un journal intime et des rapports de la police scientifique.
Pour "le faire bien" il vaut mieux avoir une feuille et un crayon pour prendre quelques notes! ;)
En tout cas , une très belle surprise. Un livre parfait pour inciter nos "loupiots" à lire (c'est quand même sympa de mener une enquête comme un "vrai" policier) et un idée cadeau idéale pour des enfants de 8-12 ans !


LE LIVRE DES CHOSES PERDUES de John Connolly



Editions J'ai Lu
380 pages
7,60 euros

Présentation de l'éditeur:

Il était une fois - car c'est ainsi que toutes les histoires devraient débuter - un garçon de 12 ans qui venait de perdre sa maman. Inconsolable, David a trouvé refuge dans les livres pour oublier le remariage de son père et la naissance de Georgie, son demi-frère. Une nuit, persuadé d'entendre sa mère l'appeler, David découvre un passage caché au fond du jardin. Il le franchit et se retrouve propulsé dans un monde fantastique, peuplé de personnages issus de ses lectures et de son imaginaire. Alors que la Seconde Guerre mondiale déferle sur l'Europe, David entame un périple à la recherche d'un vieux roi qui conserve ses secrets dans Le Livre des choses perdues, sésame qui permettrait au jeune garçon de quitter ce royaume. Mais le conseiller du souverain a pour lui d'autres desseins... 


L'avis de Phooka:


Me voilà donc de retour avec cet auteur qui m'avait un peu déçue avec Les portes, que j'avais trouvé légèrement..niais.
Cette fois, je suis réconciliée ! Le livre des choses perdues est d'une toute autre trempe.
Et pourtant...
J'ai trouvé le début (avec la mort de la maman de David) tellement triste que j'ai bien failli lâcher le livre au bout de 10 pages tellement je pleurais (il faut reconnaître que ce n'est pas facile de lire en pleurant hein?:)). Je reconnais que je suis trop bon public et que ce genre de situation me touche beaucoup.
Heureusement j'ai prolongé ma lecture et elle fut des plus passionnante.
Connoly revisite les contes de notre enfance un peu comme dans Blanche neige et les lances missiles de Catherine Dufour (livre auquel j'ai beaucoup pensé pendant cette lecture). Mais contrairement à Dufour, Connoly ne va pas vers la dérision mais plutôt vers l'angoisse. Entendons nous bien, ça ne fait pas peur, mais cette façon de voir le coté sombre des contes, de les déformer pour les rendre plus effrayants, d'utiliser nos peurs intrinsèques pour mieux nous surprendre est franchement très réussie. David va se retrouver, seul, dans ce monde mystérieux et fantastique, peuplé de toutes les créatures qu'il a croisé dans ses lectures ou dans les lectures que lui faisait sa mère. Sa mère qui d'ailleurs avait toujours eu un contact étroit et fascinant (voire fasciné) avec les livres.
En cheminant à travers ce pays, inconnu pour lui, il va faire des rencontres, des bonnes..et des mauvaises. Et surtout, surtout, il va grandir.
Chaque rencontre va lui apporter quelque chose, de la confiance en lui, un regard différent sur la vie, sur SA vie. Il va comprendre énormément de choses petit à petit, et il sera bientôt prêt à rentrer chez lui. Oui mais comment?
C'est un roman à la fois sombre et angoissant, mais aussi plein d'espoir et d'espérance.
Un roman sur un enfant en train de devenir un homme.
Un roman plein d'humanité, qui conviendra autant à un adulte qu'à un enfant. Chacun y trouvera sa place, son propre chemin dans ce monde merveilleux et si terrifiant, en faisant ce trajet avec David jusqu'au château du roi.

Me voilà donc réconciliée avec John Connoly, dont Le livre des choses perdues m'a littéralement envoûtée!


D'autres avis: Nathalie, Lyra Sullyvan, Pimprenelle, Nini, Matilda, LaureduMiroir, Archessia, Ankya, Bambi_slaughter, FrenchDawn, soukee, MeL, Heclea, Avalon, mamzellebulle, Morpheus1001, tachas, Snow, Evilysangel, Mabiblio1988, JuNa62, Perdre Une Plume, Setsuka, Praline, Olya, Well-read-kid, BlackWolf, calypso, Nelfe, wilhelmina, karline05

mercredi 25 mai 2011

Des livres toujours des livres...



Une fois n'est pas coutume je vous parle de ma bibliothèque. Mon mari en ayant raz le bol de voir des livres partout en vrac m'a très gentiment mis des étagères tout le long d'un mur de la pièce "bazar" de la maison. J'ai commencé à ranger et je me suis rendue compte de l'ampleur du problème. J'ai des centaines de bouquins et bien évidemment de tous les formats, c'est un casse tête sans nom!

Voilà où j'en suis , j'ai rangé mes Bragelonne, mes Eclipse, mes Milady, commencé un peu les J'aiLu les livres de poche et les folio SF...

N'ayant pas de grand angle sur ce petit APN, on ne voit pas les 3 dernières rangées d'étagères basses. déjà remplies bien sûr!


Il reste plein de place hein? Oui mais bon il reste encore tout ça à ranger et derrière la bibli à droite (où les livres sont rangés sur deux lignes bien sûr)  il y a deux autres bibli derrière qu'on ne voit pas (on a du les déplacer pour mettre les étagères).

+ quelques piles dans ma chambre...et la bibli de la chambre de mini-Phooka que je squatte allégrement...

Euh...vous croyez que je peux demander de construire une extension de la maison? :))


LE LIVRE DE SASKIA de Marie pavlenko



Tome 1 - Le Réveil



Editions Scrinéo Jeunesse
376 pages
14,90 euros

Résumé:


Saskia fête ses dix-huit ans et s'apprête à entrer en terminale, comme beaucoup de filles de son âge. Dans sa maison en bordure de forêt, elle mène une vie des plus ordinaires. Ordinaire, vraiment ?
Si c'était le cas, pourquoi son quotidien vire-t-il au cauchemar, enchaînant phénomènes incongrus et rencontres étranges ?
Quel secret recèle la pierre qu'elle porte au poignet depuis qu'elle a été trouvée aux portes d'un orphelinat, bébé ?
Que lui veut Tod, mystérieux garçon qui la suit comme son ombre et ne se sépare jamais de son coutelas ? Et Mara, jeune fille froide et distante, qui parle une langue incongrue ?
Peu à peu, Saskia plonge au coeur d'un monde aussi fascinant que terrifiant, peuplé de créatures ailées, de magie, de combats mortels et de prophéties troublantes.
La voici embarquée dans une guerre séculaire dont elle était loin de soupçonner l'existence...

L'avis de Dup :

AAAAAARGH ! Je veux la suite ! Immédiatement !! Tout de suite !!!
C'est affreux les auteurs qui se permettent des fins de livre comme celle-ci. Pire que Pierre Pevel, pire que Fiona McIntosh, une fin à la Karen Miller, oui, voilà ! En pleine action, en plein suspens, grrrrrrrr !

Bon, je pardonne Marie Pavlenko car ce fut un énorme plaisir de lecture. J'ai été happée par ce récit fantastique dès les premières pages. J'avais du mal à laisser mon livre trop loin de moi. C'était mon "Kartan" à moi :))  (et non, je ne vous dirai pas ce que c'est, faut le lire...) Il fallait que je le vois, que je le sache à portée de main pour me ruer dessus dès que j'avais 5 mn à moi. Oui, je viens de vivre deux jours complètement à côté de mes pompes, espérant moi aussi voir débarquer dans ma vie un Tod protecteur. Oui, moi, à cinquante balais. Dire que c'est un livre destiné aux young-adultes... ben je vous assure que ça le fait aussi pour les... euh...autres.

L'écriture est impeccable, simple mais pas simpliste, fluide, agréable. Pas de temps morts, beaucoup de suspens et les actions s'enchaînent de façon logique. Tous les ingrédients sont là pour nous attacher au récit et à ses personnages : amitié, amour filial, amour tout court,  recherche de ses origines, complot, magie.
Le côté fantastique est génial, super bien amené. Balancé à coup de révélations énormes à une Saskia qui a tout juste 18 ans mais qui a bien la tête sur les épaules. Une Saskia qui refuse, qui doute, qui réfléchit et qui finalement accepte la "réalité" tant les faits sont indéniables. Et comme elle, on plonge car c'est juste...logique !   Et l'auteur nous emmène loin ainsi, c'est fabuleux. On en vient nous aussi à espérer avoir une paire d'ailes qui poussent dans le dos, quand on veut, comme on veut !!!

Et quand je parle d'ailes, vous pensez de suite à des anges, voire des démons, l'anti-thèse des anges. Et bien non, pas du tout, c'est beaucoup plus complexe... et du coup beaucoup plus crédible. C'est juste magique ce qu'à inventé là Marie Pavlenko. Vraiment chapeau, car on a envie d'y croire à ce monde là.

Seulement je ne peux rien vous dire de plus. Le maximum se trouve déjà dans le résumé, et reconnaissez que celui-ci est déjà bien alléchant. Juste lisez-le, vraiment il vaut le détour.
Quant à moi, j'espère bien que Scrinéo Jeunesse a sous le coude la suite à imprimer et ne va pas me faire languir trop longtemps...




D'autres avis chez :fangtasiaiwryLelfLiliebookBelledenuitLyra Sullyvan





mardi 24 mai 2011

FARLANDER de Col Buchanan


Le cœur du monde, tome 1 : Farlander


Editions Bragelonne
482 pages
22 euros
Sortie le 24 juin 2011

Présentation de l'éditeur:


Ash est un farlander, un "homme du lointain" venu d'une île où les hommes ont la peau noire. Il appartient à un ordre d'assassins d'élite, les Rõshun, qui fournissent une protection fondée sur la vendetta: qui menacerait la vie de leurs clients deviendrait leur cible. Nul ne s'y risque, car nul n'échappe aux Rõshun.
Mais Ash est vieux et malade. Le temps est venu de prendre un apprenti qui lui succèdera. Il choisi Nico, un gamin de la cité de Bar-Khos, assiégée depuis dis ans, dernière à résister à un empire d'une atroce cruauté. Affamé, désespéré, Nico n'a pas de meilleur choix que de suivre le vieil homme au monastère des Rõshun où il apprendra le meurtre, mais aussi l'amitié et l'amour...
Le jour où l'héritier de l'Empire égorge délibérément une jeune fille portant le sceau des Rõshun, l'ordre exige d'assassiner l'homme le mieux protégé du monde.
Les Rõshun échouent l'un après l'autre. Ash se propose, il n'a plus rien à perdre. Le jeune Nico l'accompagne.



L'avis de Phooka:


Pour tout vous avouer, j'avais à la fois hâte de lire ce roman et en même temps j'avais peur d'être déçue, tellement le "buzz" produit par Bragelonne autour de la sortie de Farlander était énorme.

Là, je viens de le refermer et je dis: WAOUHHHHH!!!

Oui waouhhh! et pour un peu je refermerais ma chronique là. Sur ce waouhhh qui exprime tout: ma satisfaction, mon étonnement, mon amour de ce livre, tout quoi.

Ce roman est tout simplement ÉNORME  !
Énorme par son récit, énorme par son écriture, énorme par ses personnages, énorme par les émotions qu'il véhicule.

Un livre que j'ai dégusté comme on déguste un repas dans un restaurant étoilé. Pour une fois je ne l'ai pas dévoré. J'ai pris le temps d'en apprécier toutes les saveurs, de laisser éclater les parfums, les arômes et les émotions. Et je me suis délectée...vraiment!

Une écriture d'une richesse et d'une précision incroyable, capable de faire ressentir des émotions au plus profond de nous (croyez moi, j'ai pleuré à la fin). Le style est fluide, limpide. La lecture "coule" comme une rivière calme ou comme un torrent impétueux de montagne selon les passages.

Des personnages touchants et je comprends pourquoi Stéphane Marsan parlait de Ash comme d'un héros Gemmellien. Il est, en fait, une sorte de Waylander âgé et diminué (un peu comme dans Waylander III), mâtiné de Durzo Blint. Et c'est une fan de Gemmell et de Brent Weeks qui vous parle! Ash est un Röshun déjà vieillissant. De sa vie, il n'a jamais voulu prendre d'apprenti pour lui transmettre son savoir. Et pourtant il  est le meilleur d'entre eux...Et un jour il va croiser Nico.

Quant à Nico, le héros dont le livre raconte l'histoire, on suit son parcours initiatique en tant qu'apprenti de Ash. Un apprenti bien trop souvent livré à lui même et à ses doutes. Nico que rien ne prédestinait à être Röshun et qui s'est juste trouvé au mauvais endroit au mauvais moment (ou peut-être au bon endroit au bon moment). Nico, un élève studieux, mais pas vraiment brillant, ni d'ailleurs vraiment mauvais. Juste un gamin ordinaire qui apprend à devenir un assassin, sans trop se poser de questions...du  moins au début.

Parce que, oui les Röshun sont en fin de compte des assassins. Ils sont chargés de faire vendetta quand un "porteur de sceau" est tué. En cela aussi Col Buchanan a eu un coup de génie, car même si les Röshun se comportent presque comme des moines et semblent incarner le bien, ils ne sont en fin de compte que des assassins...

Et cette fin, cette fin sans pitié pour le lecteur. Sans concession...

Un seul tout petit bémol peut être: j'aurais bien aimé avoir une carte car au début du roman j'avais un peu de mal à visualiser les différents pays impliqués.

Col Buchanan, retenez son nom car après avoir lu Farlander, vous serez comme moi : en attente de son prochain roman.

En attendant Farlander va aller se ranger à une place de choix dans ma bibli, tout à côté de mes Gemmell.

Un livre tout simplement exceptionnel !

Merci à Livraddict de m'avoir donné l’opportunité de découvrir ce chef d’œuvre et merci infiniment à Bragelonne de publier de tels monuments!

Sortie le 24 juin 2011

D'autre avis: Tsuki, sevmarguerite, salvek

lundi 23 mai 2011

Voici le nouvel appel à textes lancé par les éditions du Petit Caveau !



Bonjour à tous,

Voici le nouvel appel à textes lancé par les éditions du Petit Caveau !

Deadline : 15 octobre 2011, minuit.


Appel à textes « Vampire malgré lui »

Il est grand et fort, musclé à souhait. Sa beauté fait rêver, son regard ténébreux envoûte chaque femme qui le croise. Il les tombe toutes (et tous, parfois), dicte ses propres lois, règne dans l'ombre sur le monde. On le craint et le respecte, il fascine autant qu'il effraie ; on redoute de croiser sa route par une nuit sans lune, et pourtant, on n'aspire qu'à lui offrir la nuque pour le rejoindre dans l'immortalité.
Elle est belle, mystérieuse, aguicheuse ; elle attire les mâles dans ses filets pour mieux les dévorer. Comtesse des ténèbres, princesse de la nuit, on ne cherche qu'à la séduire alors qu'on en a une peur effroyable. Adulée, elle n'a qu'à choisir quel humain partagera son lit parmi la multitude tapie à ses pieds – lequel (ou laquelle) assouvira sa soif de sang dans une étreinte fatale. Ne pas se fier à sa beauté, sous laquelle le monstre sommeille... Qui sont-ils ? Les vampires, bien sûr, qui veillent en secret sur le monde des mortels, séduisent les masses, tirent dans l'ombre les ficelles du pouvoir, infligent la terreur et... Stop.

On rembobine la bande et on recommence. Des vampires à cette image, c'est ennuyant, n'est-ce pas ? Ce sont des clichés maintes fois exploités : des vampires beaux, forts, sulfureux au teint blafard, sans aucune peur sauf celles de l'ail, du soleil et de l'eau bénite... Mais qu'en est-il des autres ?

Ils ne sont pas tous héros, des créatures dotées d'une puissance sans limite... Ils ont aussi des peurs, des tics, des phobies, des faiblesses, ou se comportent à l'opposé de ce que l'on pourrait attendre d'un vampire. Après tout, ils ont été humains, avant de renaître... Ces vampires malgré eux, antihéros, on les oublie bien trop souvent.

Alors aujourd'hui, nous les voulons sous les feux de la rampe ! Mettez en scène ces vampires dotés d'un caractère contre-nature, ceux qui auraient souhaité ne jamais avoir été ce qu'ils sont. Révélez-nous leurs ambitions, leurs aspirations, leurs vies, montrez-les au grand jour ! Prenez les clichés à contrepied et surprenez-nous !
Attention, le « handicap », la particularité hors du commun, le malaise quel qu'il soit, tout autre état d'âme ou « problème » du vampire ne doit pas faire figure d'arrière-fond, mais être au centre de l'histoire, jouer un rôle et influencer la personnalité, les actes ou la destinée du vampire.

Trois mots d'ordre : vampire, originalité et surprises (en d'autres termes, infligez-nous des claques par des rebondissements, comportements et retournements de situation complètement inattendus).

Les nouvelles pourront relever de tous les genres et époques, et devront compter 60.000 sec au maximum (nous ne refuseront pas les textes plus longs mais nous serons d'autant plus exigeants)

Envoyez vos textes à l'adresse email suivante : anthologie_vampires[@]yahoo.fr (sans les crochets) avant le 15 octobre 2011, minuit, pour une publication courant 2012, en précisant dans l'objet du mail "Titre de la nouvelle - Nom d'auteur".

Que l'inspiration vous guide !

Les éditions du Petit Caveau

PSYCHOSE de Robert Bloch





Editions Moisson Rouge
188 pages
15 euros

Résumé:

" Norman sourit, puis s'offrit le luxe de frissonner en toute quiétude. Macabre mais efficace. Je le crois sans peine ! Vous imaginez un homme qu'on écorche - tout vif sans doute - avant de lui tendre la peau du ventre pour en faire un tambour ? Comment procède-t-on pour ne pas détériorer et conserver la chair du cadavre ? Et d'ailleurs, quelle mentalité faut-il avoir pour qu'une telle idée puisse naître en vous ?"

Bloch crée le personnage de Norman Bates après avoir pris connaissance des meurtres d'Ed Gein, serial killer ayant sévi à quelques dizaines de kilomètres de son propre domicile.

Norman Bates restera le père des serial killers du polar américain.



L'avis de Dup:

Quelle puissance !
Moi, inculte en connaissance cinématographique, c'est quand même un film que j'avais vu, il y a fort longtemps. Un film qui m'avait marqué, que j'avais adoré. Et j'ai honte de l'avouer, pour moi Psychose = Hitchcock !!! Et jamais il ne m'est venu à l'esprit qu'un film pareil pouvait être tiré d'un livre... et point de Google à l'époque :))  Et puis, voilà, le souvenir global s'est estompé, n'est resté que le titre, l'auteur du film et quand même quelques scènes chocs ( sous la douche par exemple...)

Lorsque l'on m'a proposé ce partenariat, je me suis dit pourquoi pas, mais j'étais sceptique. D'autant que je pensais que c'était dans l'autre sens: le film -& le livre. La préface du célèbre Stéphane Bourgoin avec notamment une interview de Robert Bloch recadre d'entrée de jeu la donne... J'ai donc entamé ma lecture avec jubilation plutôt qu'avec scepticisme !
Et je n'ai vraiment pas été déçue !

Un livre court, 188 pages, dont 18 de préface, qui dès le démarrage nous plonge immédiatement dans cette ambiance glauque, sombre, oppressante. Les détails du film reviennent et font stresser encore plus. D'autant que ces détails sont plus creusés ou plus explicites couchés sur le papier. L'impact est encore plus fort. Comme j'ai stressé !  Et comme j'aime ça !! Déjà le film était... gloup's,  j'ai trouvé la lecture encore plus puissante. Néanmoins les deux versions sont très proches et mon esprit n'a pas arrêté de faire le yoyo.
D'ailleurs ce livre je l'ai lu en noir et blanc ! L'auteur avait beau décrire certaines choses avec de la couleur, j'ai tout lu en noir et blanc :))

L'exploration de cette forme si spéciale de schizophrénie est exceptionnelle pour l'époque (1959), et superbement amenée.

Donc en résumé, je tire mon chapeau avant tout à l'auteur, je suis d'ailleurs désolée qu'il se soit fait gruger ainsi... mais je tire également mon chapeau à ce réalisateur hors-norme qui a su si bien tirer partie (et profit...) de ce roman. Un classique à lire absolument !

br/>

dimanche 22 mai 2011

Sorties mai-juillet 2011 chez Nathan Jeunesse


L’héritage des Fels




Sous les glaces du Nord, il existe un monde à conquérir…
Un monde scintillant où l’or remplace le fer, où la lave coule au creux des rues, où les gens ont le pouvoir de se métamorphoser en faucon ou en léopard des neiges : c’est le monde fabuleux des Fels, inconnus des humains.
Or ce royaume est menacé. Le sinistre Helva Gulkin est sur le point de s’emparer du trône, laissé vacant après la mort du roi Will Wolfkin.
Pour l’en empêcher, il n’y a plus qu’un espoir : faire appel aux descendants cachés du roi, deux enfants mi-fels mi-humains.
Toby et Emma ignorent tout des Fels, ne savent pas se battre et encore moins utiliser la magie… Pourtant eux seuls peuvent défier le tyran.

L’AUTEUR : Steven Knight a été nominé aux Oscars pour un de ces sénarios. L’héritage des Fels est son premier roman jeunesse.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Apparitions - Tome 2
Un pied dans la tombe

Désormais, Peter, médium de 15 ans, n’est plus le seul à percevoir sa soeur jumelle Maya. Un autre médium la voit aussi...
Maya la soeur fantôme de Peter, peut enfin converser avec d’autres personnes que son frère. Elle a rencontré un autre médium qui la perçoit : Caelan, bibliothécaire de la ville de Merywether.
La nuit, Maya habite les rêves d’Edward Matheson dont elle est tombée amoureuse.
Peter quant à lui est de nouveau hanté par des rêves obsédants où apparaît Tanya Bones, jeune femme récemment disparue. Il rencontre aussi Caelan qui le convainc de subtiliser chez Matheson un livre essentiel : Le Livre des Morts qui permettrait à Peter de maîtriser enfin ses pouvoirs médiumniques. Mais Caelan n’a pas révélé tous ses secrets : lui aussi est hanté par un fantôme et il est prêt à utiliser tous les pouvoirs du Livre des Morts…

L’AUTEUR : N. M. Zimmermann. A près avoir obtenu un master de philosophie et suivi des études de droit pénal, elle s ’est spécialisé dans la lutte contre la criminalité en Europe tout en écrivant pendant son temps libre.

L’ILLUSTRATEUR : Thomas Ehretsmann
www.apparitions-la-serie.fr

¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Bien sûr 0.4 de Mike Lancaster dont j'ai déjà parlé et que j'ai adoré!