lundi 25 juin 2012

LA PUCELLE ET LE DÉMON de Benedict Taffin



Éditions Asgard
sortie le 22 juin 2012
354 pages
17 euros

Présentation de l'éditeur:

Le mercenaire Sidoine de Valzan est chargé d'escorter la prophétesse Jehanne.
La jeune femme prétend pouvoir remettre le Dauphin sur le trône et rétablir la paix dans le royaume.
Mais à son arrivée, Sidoine découvre qu'elle a été assassinée par des démons.
Il lui faut absolument trouver une femme pour sauver le royaume, mais qui ? Il ne connaît personne en ces terres étrangères.
Personne, hormis la prostituée avec laquelle il a passé la nuit précédente : Oriane.
Oriane... Jehanne... qui verra la différence ?


L'avis de Phooka:




Vous connaissiez Bénédicte Taffin, l'auteur du magnifique Les yeux d'Opale, un roman de SF "jeunesse" (qui convient parfaitement aux adultes ...) voici Benedict Taffin, la même sans le "e" pour différencier ses écrits pour "jeunesse" donc de ceux pour "adultes" (Elle s'en explique ici). Et cette Pucelle et le démon est définitivement un roman adulte.


Jehanne est une jeune femme dont le destin semble tout tracé. Elle est celle qui doit amener le dauphin sur le trône pour redonner au peuple de l'espoir. Elle est belle, pure, et des "voix" l'ont informée qu'elle devait contribuer ainsi à "bouter l'ennemi hors du royaume".
Ça vous dit quelque chose? C'est marrant à moi aussi. Même sans être féru d'histoire, on reconnait vite le contexte.
Sidoine un mercenaire assez euh...brut de décoffrage et de surcroît habité par un démon, est chargé d'escorter la donzelle jusqu'à bon port.
Habité par un démon? Vous me direz que c'est un peu étrange pour un roman historique, quoique à cette époque ce genre de chose devait certainement se dire.
Sauf que Sidoine est bel et bien habité par un démon, un vrai. Mais alors me direz-vous, quid de l'Histoire avec un grand H?
Ben en fait, c'est mal parti... Quand Sidoine arrive pour prendre en charge la jolie pucelle, il est trop tard et celle-ci a déjà été assassinée par des démons (encore?) à la solde de l'ennemi.

Haaa, je me disais aussi, c'est bizarre cette histoire de démons pour un roman historique ! Jehanne est morte, on franchit ainsi la barrière entre le réel et l'imaginaire. Nous voilà donc plongé dans un genre de j'adore, la fantasy-historique, ou comment détourner des évènements réels pour mieux les rendre extraordinaires (au sens premier du terme).

Donc dans l'histoire vue par Benedict Taffin, la pauvre Jehanne est morte bien avant d'avoir pu accomplir quoique ce soit de sa destinée. Et comme Sidoine est un homme vraiment plein de ressources, il n'hésite pas à remplacer cette Jehanne, que personne n'a jamais vue de toute façon, par une autre jeune femme, Oriane, qui est juste ... la prostituée avec qui il a passé la nuit. Autant dire que pour le côté pucelle, on repassera ... mais est ce que ça empêchera Oriane d'être une Jehanne crédible, c'est à voir! En tout cas, le chemin qui mène au bûcher est semé d'em ... bûches (oui je sais elle est facile ..) . Sidoine et Oriane vont être poursuivis par des ennemis, par des démons, il vont aussi devoir faire face à l'Eglise  et d'ailleurs on se demande quel est le pire des dangers ...


Un récit vraiment hors norme, dans un contexte historique hyper connu mais dont Benedict détourne les codes et les poncifs pour notre plus grand bonheur. C'est un roman impertinent et jouissif et les personnages sont originaux et attachants. Sidoine n'a pas la langue dans sa poche (et le reste non plus d'ailleurs ...), mais il a un sens de l'honneur exacerbé qui va lui imposer d'aller au bout de cette aventure. Oriane va se révéler être une prostituée au grand cœur, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui ne sera pas si facile à diriger.
L'écriture de Benedict Taffin est un vrai bonheur. Elle m'avait déjà totalement séduite dans Les yeux d'Opale, et là elle récidive avec cette Pucelle. Les préambules des chapitres sont tellement bien écrits que j'ai pensé qu'ils étaient vraiment tirés d'écrits de l'époque de Jeanne, le récit coule tout seul alternant les passages très vifs lors des combats, à ceux plus apaisés permettant de découvrir les méandres qui se cachent sous les apparences.


Franchement, si je dois trouver un défaut à ce livre, c'est que j'aurais bien aimé passer un peu plus de temps avec ses héros et je croise les doigts pour que le chemin de Bénédicte croise à nouveau celui de Sidoine.  Peut-être peut-on espérer le retrouver dans une autre aventure?

Bref, un roman vraiment étonnant à découvrir absolument. je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Pierre Pevel en le lisant. Pierre qui est sans doute le "must" en terme de fantasy-historique et que Benedict admire. Elle vient de montrer avec ce roman qu'elle en est la digne héritière. 
Si on rajoute en plus que le roman est "emballé" par une magnifique illustration de Pascal Quidault, on se demande alors ce que vous faite encore là à me lire alors que vous devriez déjà être chez votre libraire préféré!


5 commentaires:

  1. Il a l'air excellent comme livre, et je l'avoue j'ai eu un bel éclat de rire devant le petite blagounette avec les bûches^^ Possesseur d'un humour pourri, je salue la performance!
    Jehanne d'Arc elle a frit, elle a tout compris! ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mdr
      L'humour a deux balles j'adore!!!

      Supprimer
  2. C'est malin, maintenant, il me le faut absolument !! Je ne connaissais pas le genre fantasy-historique, mais je sens que je vais bientôt réparer cette lacune ! En tout cas, ta chronique est très drôle et donne l'impression que le livre l'est également :)

    RépondreSupprimer
  3. Ça m'a l'air 'achement bien ! Je note !

    RépondreSupprimer
  4. Je l'avais repéré en librairie et grâce à ta chronique je me suis décidée à l'acheter. Je vais maintenant de ce pas m'atteler à sa lecture en espérant être aussi conquise que toi !

    RépondreSupprimer