mardi 31 janvier 2012

Fin du mois de Victor Dixen



Nous avons eu beaucoup de plaisir à découvrir Victor Dixen, l'auteur, que nous ne connaissions que par ses écrits. Nous avons découvert un auteur extrêmement sympathique et passionnant. Nous espérons qu'il en a été de même pour vous tous (et nous pensons que oui vu le nombre de questions et la richesse des échanges). Un grand merci à Victor pour sa présence, sa disponibilité et sa gentillesse et un grand merci à vous tous pour votre participation, en espérant bien sûr que vous soyez là le mois prochain!



Ci dessous, les liens des 3 tomes de l'interview participative fleuve!

Et les liens des 6 chroniques sur le tome 1 de Jack Spark faisant suite au partenariat avec les éditions Gallimard Jeunesse (merci à eux!)

Hyyirio
http://hylyirio.wordpress.com/2012/01/04/le-cas-jack-spark-tome-1-ete-mutant-victor-dixen/

Olya
http://olyaolenka.over-blog.com/article-ete-mutant-le-cas-jack-spark-tome-1-de-victor-dixen-92007256.html

Lady K
http://antredeslivres.blogspot.com/2012/01/le-cas-jack-spark-saison-1-ete-mutant.html

Margot:
http://addiction-books.blogspot.com/2012/01/le-cas-jack-spark-victor-dixen.html

Nahe:
http://nahe-lit.blogspot.com/2011/12/le-cas-jack-spark-saison-1-ete-mutant.html

Myrddin:
http://livres-a-pleines-dents.blogspot.com/2012/01/victor-dixen-le-cas-de-jack-spark.html

Nous laissons la parole à Victor pour conclure:


Voici donc venu le moment de se dire au revoir.

Je tiens à remercier chaleureusement Phooka et Dup de m’avoir invité chez elles durant un mois (très bonne adresse, je reviendrai ;-)

C’est que l’écriture est une activité diablement solitaire, et de telles opportunités d’échanger avec les lecteurs sont à la fois rares et précieuses. J’ai retrouvé ici les sensations pour lesquelles j’aime tant les festivals et les salons. Ces occasions permettent de prendre du recul, de s’interroger sur ce que l’on écrit et pourquoi on l’écrit.

J’ai personnellement beaucoup apprécié ces échanges, et j’espère que les lecteurs du blog y auront aussi trouvé leur compte. En lisant vos questions, en y répondant au cœur de la nuit, j’avais l’impression de converser avec vous !

Pour ceux qui voudraient poursuivre la discussion, je rappelle l’existence de mon blog : www.victordixen.com

Pour le moment, je retourne à mes ombres et à mes cahiers, et je vous dis à très bientôt !


Victor

VIA TEMPORIS tome 2 de Aurélie Laloum


Tome 2: Le trésor oublié des Templiers





Éditions Scrinéo Jeunesse
370 pages
euros






Présentation de l'éditeur:


Un meurtre, un trésor dissimulé depuis plusieurs siècles, un Ordre mystérieux qui a emporté avec lui l'un des secrets les mieux gardés de l"histoire, une énigme impossible à résoudre, un sombre personnage déterminé à bouleverser le cours du temps…C’est ce qui attend, une fois de plus Mathias et Charlotte, deux étudiants et leur professeur d’Histoire Aimery de Chalus, garant du Temps et de l’Histoire depuis des siècles…


Sur les traces des chevaliers du Temple avec Jacques de Molay, de Jérusalem à Fontainebleau avec Philippe Le Bel et Robert d’Artois, en passant par la forteresse de Tomar au Portugal, rien ne doit échapper à nos deux détectives plongés en plein Moyen âge, déterminés à sauver le cours de histoire…Serez-vous prêts à les suivre dans ce voyage épique à travers le temps, semé d’embûches, de mystères et de défis ? Préparez vous à ne plus jamais voir l’Histoire de France de la même façon, préparez vous à de terribles découvertes…


L'avis de Phooka:


Le premier tome de Via Temporis nous emmenait à l'époque de la Révolution Française, et nous a permis de rencontrer Marie-Antoinette. cette fois-ci, Mathias et Charlotte partent pour une période plus lointaine (et tout aussi dangereuse) de notre Histoire: Les Croisades.

Darkvenom est de retour, et une fois de plus, il menace le Professeur et le somme de résoudre des énigmes historiques sous peine d'une catastrophe mondiale; Pour en trouver les solutions, nos trois héros n'auront d'autres choix que de se "transporter" au Moyen-âge, en plein pèlerinage, direction Jerusalem, grâce à l'étrange machine du Professeur.

Changement d'auteur pour ce deuxième tome, mais le principe reste le même. Sous le prétexte de résoudre des énigmes et de sauver le monde, l'auteur, Aurélie Laloum, entraîne ses lecteurs dans cette fascinante période de l'histoire que sont Les Croisades, pour y rencontrer les non moins fascinants Templiers. Clairement le but de ce type de roman est de faire entrer des jeunes (et moins jeunes) dans l'Histoire de façon ludique. Soyons clair, si vous être franchement rébarbatif à l'Histoire en général, vous risquez de passer à côté quoique... Cette façon d'aborder le sujet est plutôt sympathique. Des énigmes à résoudre, de l'aventure, des rebondissements, de l'humour, tout y est pour concocter un joli roman. Et puis ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre ces fameux Croisés!

C'est une belle initiative que ces romans de la série Via Temporis. Trouver un moyen d'inciter les enfants (à partir de 10 ans grosso modo) à s'intéresser à l'Histoire en la leur racontant sous la forme d'histoires est vraiment une bonne idée. Malgré tout, il est clair que si l'enfant est vraiment rétif vis à vis de l'Histoire, ça ne le fera probablement pas changer d'avis, mais ça peut certainement permettre à certains d'y trouver du plaisir et de s'y intéresser un peu plus et franchement c'est déjà pas si mal!

En résumé, un très bon livre jeunesse, sans doute un peu trop jeunesse pour un adulte mais parfait pour des enfants et ados!

Autre avis: Ayma, samlor, LefsÖ, argali, Luthien, gerry29, grazou

Pour en savoir plus:



Le principe de la série est né d’un jeu de piste sur téléphone portable, créé en 2005 par Jean-Paul Arif, fondateur de Scrineo. A l’aide d’une machine à remonter le temps, un personnage imaginaire se rend au XVIème siècle et doit résoudre des énigmes historiques. Le joueur l’aide en se rendant sur place (au XXIème siècle, malheureusement !), et en résolvant les questions reçues par SMS.
Très bien accueilli par la presse et le public, le jeu a séduit plusieurs milliers de joueurs.
Quelques années plus tard, Scrineo décide de reprendre les éléments fondateurs de Via Temporis – les personnages, la machine à remonter le temps, des grandes énigmes historiques, pour les coucher dans une série de livres pour les jeunes à partir de 9 ans.
Jean-Paul Arif propose cette idée à deux auteurs ayant déjà écrit pour Scrineo : Joslan Keller et Véronique Pidancet-Barrière.  Les discussions s’enchainent pour donner corps aux personnages, définir les premières intrigues, affiner les principes de la série – une époque / un épisode ; fonctionnement du tempoflux.  La bible de la série est écrite.
Joslan Keller commence la rédaction du premier épisode. En mars 2011, sort Opération Marie-Antoinette qui fait voyager les deux jeunes gens à l’époque de la Révolution.
En parallèle, l’idée est d’ouvrir la série à d’autres auteurs.
En septembre 2010, Aurélie Laloum répond à une annonce et, lorsqu’au cours de l’entretien, elle signale qu’elle a rédigé son mémoire de Master sur Harry Potter et qu’elle est une grande fan de littérature pour adolescents, Jean-Paul Arif lui propose de rejoindre l’aventure Via Temporis.
Elle est emballée et propose dans la foulée le pitch de ce qui deviendra Le trésor oublié des templiers.
Tout y est ; les personnages, l’univers, avec en plus un sens des énigmes et du rebondissement
Le livre sort en novembre 2011. Il s’agit de son premier roman.

(source)

lundi 30 janvier 2012

Nos coups de coeur de Janvier




(et donc sélectionnés pour le GpP 2012)



COUPS DE CŒUR SFFF







COUPS DE CŒUR Thriller/Polar



rien!!


COUPS DE CŒUR Jeunesse:







L'HÉRITAGE DES DARCER, TOME 2 de Marie Caillet


  L’HÉRITAGE DES DARCER, TOME 2 : ALLÉGEANCE.




Éditions Michel Lafon
379 pages
15 euros

Présentation de l'éditeur:

Renversée depuis des années par la terrible dictature d'Edrilion, la dynastie des Darcer n'a qu'une seule héritière, Mydria. Dernier espoir pour ses ancêtres, celle-ci doit accomplir la prophétie : chasser le roi usurpateur. 
 
A la mystérieuse mort du souverain Keagan, la cour d'Edrilion est enfin livre de choisir son nouveau maître. Mais la reine de la Déléane, convaincue qu'il s'agit d'un meurtre, refuse d'abandonner son empire. Avec l'aide des Chimères, véritables extensions de son esprit, elle met tout en œuvre pour conserver son trône. 
 
Personne ne se doute que l’héritière des Darcer est encore en vie. Pourtant, dans les faubourgs d'une ville malfamée, Mydria e son compagnon Orest luttent pour subsister. Alors qu'ils se croyaient loin de ces enjeux de pouvoir, le destin va bouleverser leur avenir. Au milieu du chaos qui menace le royaume, une simple jeune fille et un hors-la-loi peuvent-ils encore rétablir la dynastie déchue?


L'avis de Phooka:

Dire que j'étais impatiente de me replonger dans le monde des Darcer serait un euphémisme. J'en crevais d'envie, voilà la vérité. Le premier tome était vraiment un coup de cœur, mais  pour être honnête la peur d'être déçue par la suite était quand même bien présente.

Allégeance se situe dans le continuité temporelle du premier tome , à peine quelques semaines plus tard. La reine de La Déléane se méfie après la mort de Keagan et ne veut pas laisser le trône d'Edrilion lui échapper. Pour s'assurer de sa suprématie, elle envoie un vague cousin de Keagan accompagné de quatre chimères prendre le pouvoir. Les chimères , des êtres monstrueux, sans pitié et qui obéissent au doigt et à l’œil à leur maître en communicant mentalement avec celui-ci.
Pendant ce temps Orest et My, vivent ou plutôt survivent comme ils le peuvent dans une ville du sud. Ils volent et commettent de petits larcins pour pouvoir acheter de quoi se nourrir. Ils doivent fuir sans cesse et vivent dans le plus total dénuement.
Jusqu'à ce qu'un ancien compère les retrouve et pousse My à se dévoiler comme descendante des Darcer.

De nouveau, Marie Caillet nous entraîne dans une histoire originale et enlevée. Aucun temps mort, aucun compromis, les héros sont soumis à rude épreuve. Celui qui, par hasard, penserait un instant à My comme à une riche héritière, princesse ayant la chance d'avoir le don d'aile aurait tout faux. My, elle en voit de dures et personne n'aurait envie d'être à sa place. Pauvre My. Elle devrait régner, être sur ton trône et ne penser qu'au bal du lendemain. Au lieu de ça, elle en est réduite à voler, à se traîner en haillons et quand sa situation semble aller un peu mieux, elle est poursuivie par des chimères assoiffées de sang et elle doit se battre épée à la main. Heureusement elle est bien entourée, par Orest bien sûr, toujours aussi taciturne, mais aussi par Allia qu'elle retrouve et par de nouveaux alliés (dont...des chats). Mais l'ennemi est fort, très fort ... trop fort peut-être?

Le récit est très sombre cette fois-ci, aussi bien au début lorsque My et Orest meurent de faim et en sont réduits aux pires extrémités, que lors des batailles contre les chimères. Il y a des morts et des survivants, mais, à l'instar du premier tome, les survivants ne sont pas pour autant vainqueurs. Une histoire sombre donc, plus sombre que dans le premier roman, parce qu'on n'entrevoit aucun espoir alors que précédemment le lecteur avait toujours le trésor en vue (comment ça je suis mercantile?). My semble tellement fragile face aux forces qui s'opposent à elle. Comment un malheureux papillon coloré peut-il se faire entendre? My arrivera t'elle à régner? Il va falloir attendre le tome suivant pour en savoir plus et franchement ça va être dur!!

Marie Caillet aura réussi encore une fois à emmener ses lecteurs dans une grande histoire, pleine de rebondissement et de surprises. Son écriture est toujours un régal et le seul reproche que l'on pourrait lui faire sera ..de nous faire attendre le tome 3 avec une impatience encore plus grande.

Un petit post-scriptum à propos de  ...chats. Si on me dit que Marie Caillet n'aime pas les chats, je ne le croirais pas. Elle fait de ces félins, des héros à part entière et les amoureux des chats ne pourront qu'être comblés! (Et je sais qu'ils sont nombreux, je pense à certaines personnes que je ne nommerais pas mais qui se reconnaitront :))


dimanche 29 janvier 2012

LA BATAILLE DES ROIS de GRR Martin


Le trône de fer tome 3



Éditions J'ai Lu
413 pages



Présentation de l'éditeur


Le roi Robert Baratheon est mort, son ami Eddard Stark a été exécuté. La dynastie Baratheon n'aura duré qu'une générations et la paix plusieurs fois centenaire qui régissait le royaume des sept couronnes a volé en éclats.

Joffrey, le bâtard illégitime, se terre dans sa capitale, les frères de robert rallient des troupes â leurs bannières, le fils de Ned a levé son armée et crie vengeance, des pirates razzient les côtes et des brigands pillent les campagnes.


Il y a quatre rois désormais et chacun forge des alliances pour entraîner le royaume dans la tourmente de la guerre. Maintenant c'est l'acier qui va hurler son chant de mort.


L'avis de Phooka:


Et hop, la folle équipe de la lecture commune du trône de fer est repartie à l'aventure. J'ai nommé: Hécléa, Emma666 et Acr0, rejointes par Neph

Ce qui suit sera une chronique, pas du tout construite, juste un ensemble d'impressions et d'émotions, parce que ça fait trop longtemps que je l'ai fini pour me souvenir des détails. C'est comme ça et pis c'est tout, na!

Bon déjà, je peux dire que ce n'est pas uniquement parce que j'ai une mémoire de poisson rouge que j'ai du mal à suivre parfois. La quantité foisonnante de personnages est tout simplement impressionnante et GRR Martin en rajoute toujours un peu plus. Des personnages qui atterrissent dans le récit comme si on les connaissaient, mais en fait pas du tout (merci à la LC car on peut demander aux copines). Il faut accepter ce fait, mettre son répertoire à jour et se relancer dans la chevauchée éperdue entre les royaumes qui se déchirent. On passe tout le temps d'un point de vue à un autre et évidemment le lecteur à ses chouchous parmi les personnages et quand il arrive au chapitre de "son" héros favoris c'est comme s'il se retrouvait en terrain ami. J'adore cette impression de "rentrer chez moi" lorsque je lis Arya ou Tyrion.
Et ça fait du bien de "rentrer chez soi" , croyez moi vu les batailles qui font rages au dehors. C'est clair que depuis la mort de Robert, tout le monde, ou presque, se déclare roi, lève son armée et prends les armes.
On se demande un peu comment l'auteur arrive à s'y retrouver dans ce monde d'une telle richesse et surtout comment il arrive à tisser, telle une araignée, cette gigantesque toile qui les lie tous.  Parce que chacun a des liens avec les autres, qu'ils soient amis ou ennemis, famille ou non, roi ou soldat. Chacun a son rôle à jouer, du plus ténu au plus important. Et le rôle que joue chaque personnage n'est souvent pas celui qu'on imagine. Bien sûr Tyrion manigance et on sent bien qu'il a une vision extraordinairement large des complots qui se trament.  Vision que le lecteur n'a pas et qu'on aimerait comprendre. On sait qu'on va le découvrir à un moment ou à un autre, mais on ne sait ni quand, ni comment. C'est toute la surprise. Je parle de Tyrion parce qu'il est un "marionnettiste" hors pair pour faire aller les gens dans le sens qu'il veut, mais il est loin d'être le seul et quand les complots des uns interfèrent avec ceux des autres alors le résultat est totalement imprévisible, d'où la complexité du récit.
Mais ce qui est toujours aussi étonnant, c'est le manque total de pitié de l'auteur vis à vis de ses personnages! Il n'hésite pas à en tuer certains et ceux qui survivent, n'ont pas la vie facile. Pauvre Arya ... je stresse, je me demande ce qu'elle va devenir, j'ai peur pour elle.
Il en est de même avec tous les personnages, même si, comme je l'ai dit plus haut il y en a qu'on préfère (et forcément d'autres un peu moins).
Et malgré toute cette noirceur, l'auteur ne manque pas d'un certain humour:
En bon fils de boucher, Janos Slynt rigolait comme un hachoir à côtelettes.

Mais ce volume a été pour moi, un peu en demi-teinte. Certains passages étant trop "politiques", trop compliqué, l'impression de perdre pied. Heureusement l'alternance des chapitres et des points de vue permet d'oublier très vite ces mauvais côtés. Et puis Daenerys m'a manqué. On la voit trop peu. Mais qu'est-elle donc devenue?

En résumé, pas le choix, si je veux les réponses à mes questions, je dois me jeter sur le tome 4!

En attendant, allez donc découvrir la chronique d'Acr0






samedi 28 janvier 2012

Les polars de janvier chez J'ai Lu






2010, dans une Amérique en pleine récession économique, une bombe explose dans une tour à Manhattan.
Guidé par un e-mail anonyme, Aidan, journaliste raté reconverti en blogueur people, se lance dans une enquête improbable à la recherche d'une terroriste qui l'entraînera dans une histoire sentimentale pleine de rebondissements. Chronique des nouveaux médias de l'ère digitale et récit palpitant sur le terrorisme national, American Subversive explore la relation entre l'inertie collective et les racines d'une insurrection, ainsi que les méthodes et la psychologie de ces extrémistes partisans d'une écologie radicale, prêts à tout pour changer le monde. 

**********




A Baltimore, le fameux corner formé par Fayette et Monroe est un marché de la drogue ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre qui fournit le carburant économique d'un quartier agonisant.

A travers les yeux d'une famille brisée - deux toxicomanes et leur fils rusé et vulnérable de 15 ans, DeAndre McCullogh - David Simon et Ed Burns examinent la réalité sinistre d'un des quartiers les plus déshérités des Etats-Unis, et démontrent pourquoi les politiques de répression, les croisades morales et le système d'aide sociale ont accompli si peu.


**********



La jeune Mattie Ross, 14 ans, veut venger son père ; assassiné par son contremaître pour quelques pièces d'or.

Pour l'aider, elle engage Rooster Cogburn, un shérif borgne aux manières désinvoltes et expéditives. Un fringant Texas ranger appelé " LaBaeuf " est aussi intéressé par sa capture et tente de rallier Cogburn à sa cause. La candide Mattie arrivera-t-elle à ses fins ?


**********



Steve Dark devrait être au fond du gouffre : la femme qu'il aimait est morte par sa faute, massacrée par le même psychopathe qui a tué ses parents adoptifs.

Mais Dark n'est pas un homme ordinaire. C'est un chasseur, capable de se glisser dans la peau des tueurs les plus aguerris et d'infiltrer leurs pensées meurtrières pour mieux les traquer. II se sent désormais investi d'une mission qui n'est pas limitée par les règles de la police et qu'il ne soumet à aucune autorité, qu'elle soit gouvernementale ou morale. Une mission qui, il l'espère, lui permettra enfin de restaurer la justice.

Comme j'ai aimé ces deux Level 26 : tome 1 et tome 2

**********




Ce qui semble être un météore venu du fin fond de l'espace s'abat au large des côtes du Maine...

Parmi les rares témoins, Abbey, une jeune astronome amateur.Peu de temps après, Wyman Ford, ex-agent de la CIA, est chargé par le Pentagone d'une mission secrète. Au Cambodge, il doit faire la lumière sur l'apparition subite de pierres précieuses radioactives d'origine inconnue, qui attisent toutes les convoitises.Bientôt, deux scientifiques ayant fait le lien entre les deux événements sont assassinés.
Quand Ford met la main sur le disque dur de l'un d'eux, qui avait disparu, et prend connaissance d'images satellites de la Nasa, il commence à comprendre... Ce n'est pas un météore qui s'est abattu, mais un puissant rayon gamma, tiré depuis Mars, qui a transpercé la Terre de part en part.Intuition confirmée quand un second rayon, plus puissant encore que le premier, atteint la Lune. Une course contre la montre s'engage pour Abbey et Ford : il leur faut convaincre le gouvernement d'une menace imminente et envoyer un message de paix à la mystérieuse entité extraterrestre, tout en évitant le tueur lancé à leur trousse par un islamiste bien décidé à profiter de cette menace pour faire régner la terreur... 



Le cycle de Lanmeur de Christian Léourier Part2



Partie 2:L'homme qui tua l'hiver



Editions Ad Astra
437 pages
25 euros

Présentation de l'éditeur:


Quand les hommes de la planète Lanmeur accèdent au voyage spatial, ils ont la surprise de découvrir que d’autres humanités s’épanouissent dans l’univers. Un hasard ? Peut-être pas. Lanmeur lance alors l’idée du Rassemblement et envoie des contacteurs sur ces mondes plus ou moins avancés, avec pour mission de les intégrer à sa propre civilisation. Mais quel projet se cache derrière ces sociétés si différentes ? Qui sont les Rêveurs de l’Irgendwo, auxquels Lanmeur devra tôt ou tard se confronter ?

Voici réunis pour la première fois en intégrales les romans du cycle de Lanmeur, pièce maîtresse de l’œuvre de Christian Léourier. Avec Ti-Harnog, L’homme qui tua l’hiver et Mille fois mille fleuves… découvrez les trois premiers volets de cette fresque monumentale, véritable classique de la science-fiction française. Avec ces voyages au cœur d’incroyables légendes, de peuples étonnants et de nouvelles cultures, Christian Léourier embarque le lecteur à la rencontre de l’Autre, avec le talent d’imagination d’un Jack Vance et l’intelligence de récit d’un Asimov.

L'homme qui tua l'hiver:
 La lointaine planète Nédim et son fabuleux site archéologique de Gogleth... Depuis l'enfance, Akrèn rêve de les découvrir. Elle touche au but. Du moins le croit-elle.
     Son vaisseau s'est, en fait, posé à Loed, la capitale. Si l'on peut dire ! Une ville en ruine, des colons qui se droguent pour oublier un implacable hiver long de plusieurs décennies, des indigènes hostiles. Et Gogleth ? L'ancienne cité est à 3000 km et désormais enfouie sous les glaces.

     Akrèn ne renonce pas et, étrangement, c'est un indigène, Ennian, qui lui propose d'être son guide. Bientôt leur caravane s'enfonce dans la tourmente de la steppe...

     Atteindront-ils jamais Gogleth et ses trésors ? Et quel est le vrai dessein du mystérieux Ennian ?


Lecture commune avec Acr0, Lune et Dup

L'avis de Phooka:

Une fois de plus Christian Léourier nous transporte dans un monde bien à lui: La planète Nédim. Des colons se sont installés sur cette planète il y a déjà quelques temps et après une période florissante, la colonie décline. Car sans le savoir elle est arrivée au printemps et maintenant l'hiver approche, un hiver terrible, froid, neigeux et surtout qui dure plusieurs décennies. Dans cette colonie en déclin arrive une nouvelle expédition, dans laquelle se trouve Akrèn, une femme passionnée d'archéologie et qui rève depuis toujours de faire des fouilles dans la très ancienne cité de Gogleth. Oui mais voilà, Gogelth à cette période est au milieu des glaces. Mais ce n'est pas ça qui va arrêter Akrèn qui va partir en expédition avec Ennian, l'homme qui va tuer l'hiver...

Comme toujours Christian Léourier nous plonge direct dans le sujet. Pas d'introduction, pas de mise en place, le lecteur se retrouve tout de suite sur Nédim, au milieu de cette ville glauque, Loed, qui a perdu son âme et sa population. Une ville dirigée par Diaspad, dont le première vision fait penser à un gros porc libidineux, mais il cache bien son jeu et il va se révéler bien plus fin et subtil que la première impression que l'on a de lui. Cette ville, elle sent la fin, la décrépitude l'envahit, tout comme elle envahit ses habitants. Dans ce sinistre contexte, Akrèn va apprendre à en connaître les habitants, qu'il soient "colons" ou indigènes. Indigènes méprisés bien évidemment et considérés comme des parias, infréquentables ... Et pourtant Akrèn va les fréquenter car le seul moyen qu'elle va avoir d'atteindre son but va être de se joindre à une caravane qui se dirige vers Golgeth. Le convoi est commandé par Ennian,un homme fier et fort. Le parcours va être périlleux et terriblement froid. Christian Lanmeur nous en imprègne, on grelotte, on s'épuise, on meurt de faim et surtout on apprend à connaître chaque personnage. Les raisons de leur comportement, leurs racines, leurs aspirations, leurs rêves ... jusqu'au dénouement final, un peu trop rapide qui laisse le lecteur dubitatif.

Mais peu importe le but, l'important dans ce récit c'est le voyage, pas l'arrivée. Un voyage dont le lecteur s'imprègne et rechigne à quitter si tôt, si vite.
Christian Léourier a vraiment un don pour conter, raconter et faire voyager les lecteurs au milieu de mondes imaginaires et de personnages fascinants.



Voir aussi la chronique de Lune

vendredi 27 janvier 2012

[Lecture Commune] Le Premier Crâne de Nicolas Sker



Résumé:

Directeur d’un laboratoire d’archéologie, Marcus Sambre aime les certitudes. Mais le jour où son ex-femme lui envoie un crâne retrouvé sur un chantier de fouilles en Angleterre, son univers bascule : la datation de l’ossement remet en cause toute l’histoire de l’humanité…
Aidé de la journaliste Evannah Poleska, Marcus se lance dans une quête obstinée pour percer un mystère où science, art et religion se côtoient dans un vertigineux engrenage.
Du Centre d’énergie atomique de Saclay au Golgotha à Jérusalem, talonné par des individus prêts à tuer, ce couple détonant devra repousser les limites de la raison pour affronter un secret qui pourrait se révéler bien plus redoutable que les hommes qui le traquent sans merci.


Dans le cadre du Mois de Nicolas Sker en Mars, nous organisons une Lecture Commune sur Le Premier Crâne.

Ceux qui sont intéressés peuvent s'inscrire en com sur ce billet.

(Il s'agit d'une vraie LC avec discussion par mail au fur et à mesure de notre avancement, on vous expliquera tout ça en détail si vous êtes inscrits)

Début de cette LC, fin février pour publication des chroniques vers le 10/15 mars? A discuter

Participants:


Phooka  Book en Stock
Hécléa http://hecleaspal.canalblog.com
Nahe:http://nahe-lit.blogspot.com/ 


LE CHANT DES PSYCHOMORPHES de Laurent Whale





Éditions Lokomodo (version poche)
272 pages
7.70 euros


Présentation de l'éditeur:

Je n’ai pas fait deux pas qu’une déflagration terrible me fait sursauter. D’un bond je suis de nouveau sur la terrasse, un sale pressentiment au creux du ventre. Làbas, au milieu du couloir de vol, l’énorme boule de feu ne s’est pas encore résorbée. Plusieurs G-speeds tourbillonnent vertigineusement vers le sol. Ils s’écrasent, semant la mort et la terreur dans une foule heureusement clairsemée. Deux autres engins se sont encastrés dans les tours voisines.
L’univers de Zéar a basculé.
Depuis les docks de Novo-Petersbourg jusqu’à Lambano et les lunes de Dagmar, il fuit. Dans l’espace comme sur les astéroïdes, l’étau se resserre autour des insurgés. Que peut une poignée de parias contre les mercenaires de Brixto ?
Quels pièges recèlent les jungles de D04-340 ?
L’espoir fait vivre, dit-on ; mais mourir est souvent plus doux.


L'avis de Phooka:

Voilà un roman qui rajeunit d'une bonne vingtaine d'années. Le lecteur se retrouve à la grande époque de la collection Fleuve Noire anticipation, des André Caroff, Richard Bessière, Maurice Limat, Jimmy Guieu et autres ... Des romans qui se dévoraient (et se dévorent sans doute encore) comme des friandises. De la lecture pure plaisir, au rythme soutenu, des paysages exotiques qui  donnent au lecteur un grand souffle d'air pur (ou pas si pur d'ailleurs! :))


Ayant laissé tomber le genre depuis un moment (sans raisons particulières d’ailleurs), j'avais oublié à quel point le "space opéra" est "jouissif". Pour ceux qui ne connaissent pas le genre, je dirais que c'est de l'aventure mais à très grand échelle. Aucune limite d'espace et de temps, tout y est possible.

Ici il s'agit de Zéar, un "fonctionnaire" que son métier amène à voyager mais qui rève de grande aventure sans avoir vraiment envie de quitter son nid douillet. sans compter que son rêve étant de devenir pilote, membre des services secrets, les aptitudes nécessaires font que le recrutement est sévère. Il se résigne donc à sa vie qui n'est finalement pas si mal.  Mais voilà, le destin en a décidé autrement et il se retrouve par des concours de circonstances assez incroyables, en plein milieu d'un complot galactique, pourchassé tel un dangereux terroriste. Sa fuite éperdue va lui faire croiser Tingal, un jeune paria, presque un môme mais dont les ressources dans les situations critiques, sont quasiment inépuisables. Et Zéar va finalement réaliser tous ses rêves bien malgré lui! Il va vivre LA grande aventure, visiter des mondes complètement exotiques en passant de l'hyper sophistiqué et moderne à la jungle préhistorique. Et il va emmener le lecteur dans son sillage.

Tout comme Zéar, le lecteur qui rêve d'aventures et de voyages va être comblé. L’écriture fluide et le rythme soutenu de ce court roman font qu'il n'y a aucun temps mort et qu'on saute de rebondissements en rebondissements sans avoir le temps de reprendre notre souffle. Tout y est, depuis le monde hyper moderne et étouffant, jusqu'à la jungle et ses dinosaures, des vaisseaux spatiaux, des batailles, un anti-héros tout à fait crédible, de l'amûuuur, de l'humûuur.  J'adore. Un grand moment de pur plaisir! Et y'a quoi de mal à se faire plaisir, je vous le demande? Alors qu'attendez-vous pour lire ces Psychomorphes?



D'autres avis chez : Le traqueur Stellaire et chez Lune

PS: Mr Whale, s'il vous reste quelques pilules d'Insectine, je serais preneuse! :))

jeudi 26 janvier 2012

Résultats du partenariat Le premier crâne


Les Editions Michel Lafon vont donc régaler :

Nahe 
Wilhelmina
Céline 

avec 



Bonne lecture à vous trois et rendez-vous au mois de mars !



Partenariat spécial Le Mois de Nicolas Sker


Complet


Les Editions Michel Lafon s'associent à Bookenstock

pour vous faire gagner 

3 exemplaires de




Le principe du partenariat : ( toujours le même...)

*Nous envoyer un mail pour annoncer que vous avez bien reçu le livre.
*Lire et chroniquer ce roman pendant le mois de mars et au plus tard le 20 mars (avec les liens vers Bookenstock).
*Annoncer le Mois de Nicolas Sker sur votre blog (de la façon dont vous le souhaitez)
*Venir participer à son Mois de... en posant une ou plusieurs questions (ou commentaires).

Pour y participer, vous devez nous envoyer un mail à l'adresse suivante:


lemoisde[at]gmail[point]com

avec:

  • l'adresse de votre blog
  • votre pseudo, si vous en avez un sur livraddict/facebook/bit-lit.com/google+ etc..
  • votre nom et adresse (ben vi c'est mieux si vous voulez recevoir le livre!)
et puis éventuellement un bonjour et merci, on n'est pas contre! :))


Complet

Le mois de mars sera le Mois de...



Nicolas Sker




Sieur Sker, si, si, c'est comme ça qu'on dit, n'a pour l'instant à son actif qu'un seul livre :



Mais, il nous en réserve un autre pour bientôt, allez donc voir ICI

Mais, et oui, ce n'est pas tout, ce monsieur a une autre casquette qui va sans doute intéresser, interpeller certains ! Un petit extrait de sa bio personnelle, je lui laisse la parole : 

"étude en école de commerce avant de fuir l’écharpe au vent vers la radio puis la télé : présentateur et rédacteur en Chef sur Fun TV (émission de jeux vidéo et de cinéma), puis rédacteur en chef et co-présentateur des émissions 80 à l’heure, 90 à l’heure, Génération Hit sur M6 pendant 3 ans. Développeur de projets d’émissions, puis scénariste et de nouveau rédacteur en chef d’un prime time pour les 25 ans de M6 en ce moment. Tout cela sous mon vrai nom que l’on peut donner désormais : Nicolas Beuglet."


Donc rendez-vous en mars pour discuter avec lui !
Si vous avez écrit une chronique sur son roman, donnez-nous le lien ici en commentaires, ou par mail à l'adresse du blog, ou sur FB, comme vous voulez.

Et attention, tout bientôt un petit partenariat 

LES ÉCRIVEURS de Frédéric Mars




Editions Baam!
350 pages
sortie le 8 février





Résumé :

" Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ce cadeau ou cette place d'honneur qui vous semblaient destinés ont atterri dans les mains d'un autre que vous ? Pourquoi des obstacles de dernière minute se dressaient sur votre route alors que rien ne semblait s'opposer à votre succès ? Pourquoi le bus que vous deviez prendre partait sans vous, à quelques secondes près ?
Vous invoquez le sort, la malchance, la fatalité ?
Vous pensez que c'est comme ça et qu'on n'y peut rien ?
Mais bientôt, dans quelques instant, VOUS SAUREZ.
Ma vie et la vôtre, que vous le vouliez ou non, sont dorénavant liées à jamais...
Pourquoi ça ?
Oh, c'est très simple. Ça se résume même en une phrase : Votre vie, c'est moi qui l'écris ! "


L'avis de Dup :

Et si tout ce qui vous arrive dans votre vie, en bien, en mal, en surprenant, était tout simplement non pas écrit à l'avance comme parfois on le dit, mais supervisé, décidé par quelqu'un d'autre ? Imaginez quelqu'un qui écrit votre vie... vous êtes l'Écrit d'un Écriveur. Cela fait froid dans le dos n'est-ce-pas ?
Frédéric Mars, se basant sur cette idée va inventer un monde à part, Hometone. Si ce monde est caché du reste de la planète, ceux qui y vivent sur "le dessus", vivent comme vous et moi. Sauf que, c'est le fief de naissance des Écriveurs.

Lara Scott, une jeune ado vient d'être "révélée". Après avoir été présentée au Gouverneur de l’île, on lui fait découvrir les dessous de l'île, au sens propre comme au figuré ! Car la cité des Écriveurs, la Cité Lumineuse se trouve dessous Hometone, elle est reliée à la surface par de nombreux ascenseurs... euh, spéciaux!
Elle va passer d'une vie jusqu'alors classique : le lycée, la cantine, la maison qu'elle partage avec un père plus que souvent absent et deux demi-soeurs dont une, Bethsie, qui est une véritable peste, à une vie de ouf !

Encadrée par un "superviseur" plein de charme, à peine plus âgé qu'elle, elle va découvrir la cité d'en bas, la Cité Lumineuse et tout ses pouvoirs. La tête sur les épaules, elle réalise très vite la gravité de ses nouveaux "devoirs", des responsabilités qui lui incombent soudain.
Mais aussi, elle entrevoit aussi la possibilité de lever le voile sur la mort de sa mère alors qu'elle n'avait que 3 ans. Ce décès qui la taraude depuis toujours, car jamais personne n'a pu lui donner la moindre explication.

L'auteur nous livre là une héroïne attachante, brillante, qui a beaucoup de jugeote mais qui reste néanmoins une ado révoltée, fonceuse. Une presque Lara Croft quoi !

Le récit de Frédéric Mars est à la fois complexe et captivant. 
- Complexe car tous ces pouvoirs d'Écriveurs sont basés sur une technologie de pointe, forcément. Des cadrans, des écrans, des projections holographiques modulables à souhait et parfois on, pardon, j'étais un peu perdue ( une vieille histoire de boulons...) dans cette cité lumineuse qui change d'aspect au gré des Bâtisseurs. 
- Captivant parce que l'idée même, le pitch est énorme ! Et s'il y avait des Écriveurs d' Écriveurs ? Vous imaginez le principe des poupées russes ? Et si des Écrits suspectaient qu'ils étaient manipulés ? Les points d'interrogations sont nombreux !

Et forcément, quand il y a autant de pouvoir concentré, supervisé par une poignée d'individus, il ne peut y que complots, machinations, manipulations...

Beaucoup (trop ?) de questions restent en suspend quand on referme ce livre et c'est vraiment frustrant. Soit, on sait qu'il va y avoir une suite vu le titre, mais cette fin m'a un peu déstabilisée, comme si elle n'était pas à la bonne place dans l'histoire complète. 
Mais je fais confiance à l'auteur pour la suite car il m'a complètement époustouflée avec son NON STOP... et je suis loin d'être la seule !!!

Et zou un deuxième YA pour mon challenge du Corner : Le tour des genres en 365 jours !







mercredi 25 janvier 2012

LOCKE & KEY T3 de Joe Hill et Gabriel Rodriguez



Tome 3: La couronne des ombres




Edition Milady Graphics
14,90 euros
160 pages
sortie: Le 20 janvier 2012

Présentation de l'éditeur:

Et si surmonter ses peurs était aussi simple que de tourner une clé dans une serrure ? Les ténèbres se referment sur Keyhouse, le manoir de la famille Locke. Dodge poursuit son insatiable quête des mystérieuses clés de pouvoir et est prêt à tout pour les obtenir. Y compris à torturer ses anciens alliés et à assassiner ses ennemis. Bode, Tyler et Kinsey vont devoir mener seuls un combat désespéré pour leur survie. 


L'avis de Phooka:


Énorme !!!!

Cette BD est une tuerie, tout simplement !
Après un Tome 1  absolument génial, un Tome 2 à tomber, les qualificatifs manquent pour le tome 3 ...
Dans cet opus, Dodge est toujours à la recherche des "fameuses" clés aux pouvoirs si stupéfiants et imprévisibles. Il est prêt à tout pour les obtenir et, malheureusement pour eux, Bode, Tyler et Kinsey sont sur sa route.

Bode...pauvre gamin, on a tellement peur pour lui. Lui qui justement trouve ces clés si facilement, lui qui semble être l'innocence même, si petit, si fragile. La hantise c'est qu'il lui arrive quelque chose à lui en particulier.  Et clairement il n'est pas épargné, pas plus que son frère et sa sœur, car Dodge a recours à tous les moyens possibles pour obtenir ce qu'il convoite, jusqu'à utiliser la couronne des ombres ... Dodge, un personnage qui n'a pas de limite et qui surprend toujours. car oui, les personnages sont la clé (sans jeu de mots) de cette BD. Ils sont incroyablement réalistes et "présents". Le lecteur s'y attache comme à des personnages de roman et Dodge nous hérisse.



Le scénario est toujours aussi machiavélique. Joe Hill nous fait vraiment frissonner. Je ne pensais pas qu'on puisse avoir  peur en lisant une BD, peur au point d'avoir les mains moites, peur que les héros ne soient plus là à la page suivante. C'est une réelle prouesse. sans compter que cette narration à tiroir (et à clé) est toujours aussi fascinante. Ces clés qui ouvrent des passages vers l'inconnu, le subconscient ou simplement...une armoire à réparer les objets cassés. Et ce qui est fascinant dans ce récit c'est le rythme. Aucun temps mort, même au bout du troisième tome. Les scènes s'enchaînent les unes après les autres, nous fascinent, nous captivent et nous laissent sous le choc.



Sans compter bien sûr que pour appuyer ce scénario "béton" le graphisme de Gabriel Rodriguez est tout simplement parfait. A croire que ces deux là ont la clé pour "ouvrir la tête" et voient précisément ce que veut l'autre. L'assemblage parfait. Le soin du détail de chaque dessin est impressionnant. IL faut regarder "derrière" (les ombres par exemple), toutes les petites choses qu'on ne voit pas au premier coup d'oeil.

A cela, il faut ajouter que les deux compères ne manquent pas d'humour (noir évidemment). Une scène où la mère trouve une clé se passe dans la bibliothèque de la vieille maison de Lovecraft et sur les étagères on trouve toutes sortes de livres: Lovecraft bien sur, Ubik de Philp K. Dick et .. Locke and Key de Hill et Rodriguez!!!!

Une BD a ne manquer sous aucun prétexte, jetez vous dessus, vous n'êtes pas prêts de l'oublier!





Une chouette chronique à lire chez Archessia

mardi 24 janvier 2012

SANS FORME de Gail Carriger ( Dup )


Une aventure de Alexia Tarabotti
Tome 2 : Sans forme



Editions Orbit
320 pages
16.50 euros


Résumé :

Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !




L'avis de Dup :


La vraie chronique, c'est celle de Phooka et elle est ICI. J'aime bien passer après d'ailleurs, parce que vous causer de Steampuck et d'Urban Fantasy... euh, je ne sais même pas ce que cela veut dire ! Et non, je ne veux pas de cours. Moi j'ai juste envie de vous dire que ce que j'ai lu m'a plu, et que j'ai autant aimé ce tome ci que le premier.

Quel plaisir de retrouver cette série et la plume de Gail Carriger, son humour pince-sans-rire tout en retenu. Ce langage châtié et qui malgré tout arrive à nous faire imaginer les scènes les plus "hot", sans qu'elles soient écrites ! J'adore.

Alexia Tarabotti, devenue Laddy Maccon, est toujours aussi mordante, elle a donc fait le bon choix avec son loup-garou de mari ! ( J'en voudrais bien un comme ça moi, et pas que pour mon 4 heure... )
Ivy, fidèle a elle-même... plus frivole cela ne se peut pas. Et pourtant elle arrive à nous surprendre à la fin, si, si !
Félicité, toujours à baffer, mais elle, du début à la fin...
Mme Lefoux. Aaah, Mme Lefoux, notre française, modiste, bricoleuse, inventrice (  on dirait ingénieure de nos jours ), elle apporte un sacré plus dans cette histoire. Un brin d'exotisme dans cet univers victorien, et pas uniquement à cause de sa nationalité... et non, je n'en dirai pas plus, si ce n'est que l'auteur est une sacrée coquine !

L'intrigue quant à elle, une "épidémie" d'humanisation, de normalité qui frappe nos surnaturels, mais n'affecte en rien notre paranaturelle Alexia a de quoi intriguer ! Inquiéter même ! Mdr... au diable l'intrigue a dit Autrefois Phooka et elle a bien raison, car elle nous fait voyager de Londres en Ecosse, en dirigeable excusez du peu, et oui, déjà à cette époque les trains étaient en grève... Elle nous fait découvrir l'éthérographe, l'ancêtre du téléphone qui commence à se répandre, le télégraphe n'étant pas fiable à cause des grèves des postiers, et oui, eux aussi ! Bref, cette intrigue est résolue en grande partie avant la fin du volume, quelques questions restent en suspend... et pourtant ce n'est pas ces points d'interrogations qui me font hurler, LA SUITE, VITE ! C'est la situation dramatique ( si, si, je vous assure ) dans laquelle l'auteur laisse notre héroïne préférée ! Femme sans coeur va !
Bref, une série à lire, à dévorer, sans modération.



lundi 23 janvier 2012

Venez poser vos questions à Victor Dixen tome 3!


Voilà déjà le tome 3 de l'interview de Victor Dixen dans le cadre de notre Mois2!



Si vous avez raté le début ça se passe ICI (tome 1) et ICI (tome 2)


On repart avec une question de Dup:

Bonsoir Victor,

Ma chronique du cas Jack Spark 2, où plutôt sa conclusion, semble inquiéter une lectrice. Donc j'aimerai vous laisser la parole afin de lui expliquer ce virage entre le tome 2 et le tome 3. Vous le ferez sûrement mieux que moi !

Pour m'expliquer à tous, ce que je "crains" le plus dans la SF ce sont les boulons : les vaisseaux spatiaux, les fusées etc ! Je sais, c'est restrictif et caricatural ce que je dis, d'autant que j'ai peu d'expérience dans ce domaine pour l'instant...
D'ailleurs le peu que j'ai lu ces derniers temps m'a emballée !




Victor: 

Bonjour ma chère DUP J

J’en profite pour vous remercier pour votre chronique, et pour avouer tout : oui, j’ai été mandaté pour vous convertir à la SF !!! (mais ne comptez pas sur moi pour livrer les noms de mes complices, je resterai muet même sous la torture).


Encore faut-il savoir de quelle SF on parle, me direz-vous. Car la SF, comme le sommeil d’ailleurs, est un monde en soi, avec une géographie complète faite de continents et de pays, de grands courants et de genres spécifiques. A vous lire, j’ai l’impression que c’est surtout la « hard science » qui vous rebute, lorsque l’aspect technologique est trop développé à votre goût ; peut-être aussi que la conquête spatiale et le « space opera » ne sont pas votre tasse de thé ? Encore que l’on puisse avoir des boulons sans espace (cf le Steampunk) et de l’espace sans boulons (cf le « planet opera »)…


Pour ma défense, je puis vous dire que vous ne trouverez dans l’Hiver Nucléaire ni boulons (la civilisation moderne est écrabouillée…) ni espace (un nuage de cendres épais de plusieurs kilomètres empêche de voir la moindre étoile, ne parlons pas de fusées…).

Cependant il est question du futur, tout de même. Un futur sombre comme la nuit nucléaire, apocalyptique au sens propre. Un futur où ressuscitent d’étranges technologies que l’on croyait oubliées, de ténébreux rituels qui n’auraient jamais dû être pratiqués à nouveau.

L’espace existe-t-il encore derrière la chape des nuages ? Hélas oui, et il ne nous veut pas du bien…

Rendez-vous à l’atterrissage, quand vous serez sortie de cet hiver-là (indemne je l’espère) ? ;-)



Phooka

Allez zou, une question qui me taraude depuis un moment.

Le tome 4 de Jack Spark sort en avril je crois (le 20 c'est ça?).
Peux tu nous en parler un peu?
Le titre a t'il été choisi? (J'ai vu que tu as fait des sondages à ce sujet sur internet)
Et la couverture?

Enfin bref je veux TOUT savoir! :) 


 Victor:



Bonjour Phooka,



Oui, c’est bien cela : la quatrième et dernière saison du Cas Jack Spark paraîtra le 20 avril (en même temps que l’Automne Traqué en poche, une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule ;-)



En parler ?... Il est vrai qu’un grand mystère entoure ce quatrième tome. Autant chacun des deux premiers se terminait sur un « cliffhanger » qui laissait présager une suite, autant l’Hiver Nucléaire semble boucler la boucle, terminer l’histoire et, au terme de centaines de pages de batailles, de doutes, de frissons, apporter enfin le repos à Jack et à ses compagnons. En ce sens, le Printemps de cette année sparkienne sera nécessairement très différent des saisons qui l’ont précédé. J’aime le fait que les lecteurs qui suivent Jack depuis le début ne s’attendent à rien, ne projettent rien par avance, et j’espère que la surprise sera totale à la lecture des premières pages.



Aussi, si tu m’y autorises chère Phooka, je me tairai pour préserver cette surprise, ce mystère.

Comme nous l’avons vu au cours des échanges sur ce blog, l’Eté était mutant et fantastique, l’Automne était traqué et thriller, l’Hiver était nucléaire et post-apocalyptique.

Quel sera le Printemps ?...
Je peux assurer une chose aux lecteurs : ils y retrouveront ce mélange de réalisme et de féérie, de rêve et d’angoisse, qui est je crois la signature du Cas Jack Spark. Mais avec des enjeux plus brûlants, plus urgents que jamais… parce qu’ils touchent chacun d’entre nous aujourd’hui.

Oui, le titre a été choisi (et il figure parmi les 4 options de la question que tu as vue sur Internet)
Oui, la couverture est finalisée (elle est époustouflante)
Non, je n’en dirai pas plus même sous la torture ;-)

Bon allez si, quand même, je lâche un teasing – c’est sur mon blog et je l’ai posté hier :

A très, très bientôt J


Malou

Bonjour Victor ! Et bonjour les donzelles de BES :)

J'ai lu il y a déjà un petit moment les trois premiers tomes du Cas, mais j'en garde un très bon souvenir. Ils sont d'ailleurs en très bonne place dans ma biblio et les ferez lire quand le moment sera venu, à mes enfants.

Ma question est la suivante : Pourquoi le mot FIN à la fin de L'hiver Nucléaire ? J'avoue que pour moi la série s'arrêtait là et j'ai été surprise d'apprendre qu'il y aurait une suite. En même temps cela paraissait logique vu le choix des titres en rapport avec les saisons. Mais tout de même, je me demande comment vous allez relancer l'histoire pour ce dernier (?) tome.

Merci de votre réponse, je repasserais vous lire et peut être vous questionner à nouveau :) 


 Victor:


Bonjour Malou,

Ah là là, ce fameux mot FIN sur la dernière page de l’Hiver Nucléaire, j’en ai beaucoup entendu parler ! Combien de lecteurs m’ont assailli avec des yeux jetant des éclairs dans les salons et festivals, combien d’e-mails ai-je reçus, tantôt implorants, tantôt menaçants : « Comment ? Ca s’arrête à l’Hiver ? Allez, allez, au travail Victor, on veut la suite ! »
Bon d’accord, je n’ai qu’à m’en prendre qu’à moi-même, c’était de la provocation gratuite ;-)
En réalité, je voulais signifier ce que j’expliquais dans la réponse à Phooka ci-dessous : que les 3 premiers tomes constituent un ensemble, et que le 4ème est comme une autre planète, proche et lointaine à la fois.
Il fallait que j’écrive le mot FIN pour qu’advienne ce nouveau commencement… parce que la fin d’une histoire, dans les livres comme dans la vie, c’est toujours le début d’une autre.

En tout cas, j’espère que vous prendrez autant de plaisir à arpenter ce Printemps que les trois saisons qui l’ont précédé, et qu’il trouvera sa place à côté d’elles dans votre bibliothèque !^^

A bientôt !

Dup


Votre Cas Jack Spark étant apparemment bouclé, je suppose que vous êtes sur un autre projet ! D'écriture j'espère !!!

Pouvez-vous nous en dire plus ?

Victor:


Chère Dup,

Oui, des projets j'en ai plein la tête, et certains même sur le devant du cortex frontal. Cela dit, je dois être un peu superstitieux : je préfère éviter d'en parler trop en amont.
Permettez-moi donc d'être assez elliptique. Dans mes voyages futurs, il sera question de la nuit bien sûr car elle me fascine et je suis loin d'en avoir percé tous les secrets. Les contes resteront aussi longtemps pour moi une source d'inspiration merveilleuse. Maintenant, il y a tant de mondes que je voudrais découvrir, tant d'histoires que je voudrais conter... Je vous promets une chose : ce n'est pas demain la veille que je cesserai d'écrire ; j'ai toujours un fer au feu, et un livre sur l'écritoire ;-)
 Phooka

Encore moi..

Je voulais savoir si tu étais (ou avais été) un grand lecteur. Quels sont tes livres de chevets et tes influences?

Victor:


Bonjour Phooka,

Oui, je suis un boulimique de livres, c'est aussi à cela que sert l'insomnie ;-)
Comme mentionné plus haut dans les échanges avec les lecteurs de Book en Stock (réponse à Yswa), je lis beaucoup, et j’essaye de varier les genres : littérature adulte et littérature jeunesse, romans historiques et romans fantastiques, classiques et contemporains. Mais ma tendance naturelle, je dois l’avouer, finit toujours par me ramener vers des œuvres riches en imaginaire. Quoiqu’il en soit, je rejoins les diététiciens qui affirment que l’on est ce que l’on mange : je crois que l’on est aussi ce que l’on lit !
En guise de chevet, ce sont des piles de livres qui s’amoncèlent à côté de mon lit car il y a longtemps que ma bibliothèque ne peut plus les accueillir tous (même en forçant bien !).
Après la PAL, j’inaugure la FAL (Forteresse à Lire) ^^


Phooka: Rhooo j'adore le concept de FAL! :)

Anonyme
Désoler Victor, je n'avait pas mis la suite de mon commentaire! :)
Le voiçi: Je trouve que Jack est un personnage plutôt simpatyque,
il plaît à beaucoup de jeunes, et je me demander si vous ne vouliez pas
en faire un film. Mais, (et oui, j'en rajoute encore) comment trouver des
personnages adapter, le docteur Krampus, cet homme si imposant, si
vous vous lançer dans un film, comment le représenter?

Je ne vous embête pas plus avec mon deuxième commentaire,

Anonyme A.


Victor:


Chère Anonyme,

Merci pour ton message. Il y aura en effet un Printemps, qui sort le 20 avril (au printemps donc, quel sens du timing ;-). Il sera très différent des trois tomes précédents, tout en se situant dans leur continuité. J’ai pris énormément de plaisir à l’écrire, et j’ai hâte de savoir ce que les lecteurs en penseront !

Concernant le projet de film, oui c’est à l’étude du côté de mon éditeur, mais ces choses-là prennent toujours beaucoup de temps à se monter ; en tout cas je croise les doigts. Certains lecteurs se sont déjà lancés dans des pronostics pour savoir quels acteurs pourraient incarner les personnages. Tu pourras voir leurs propositions sur le forum du Cas Jack Spark :

http://jackspark.forumactif.com/f7-quel-casting-pour-le-film

Concernant le Dr Krampus, il y a plusieurs idées, mais celle qui revient le plus souvent est Gérard Depardieu : imposant, ogresque, charismatique… Oui, je pense que ça pourrait le faire ;-)




Lady K

Re-bonjour ! =D
Je n'osais plus me montrer, j'ai bien failli être démasquée comme membre du clan Krampus ... On en restera donc juste à Lady K. ;P

Je suis ravie de lire que le tome 2 sortira en poche très bientôt, je vais pouvoir vite continuer les aventures de Jack Spark !

Ma question rejoint celle de Phooka au final. Certains auteurs ne lisent que pour leurs recherches, ou ne lisent que très peu car ils ont peur d'être influencés par les ouvrages de leurs collègues ... Est-ce que c'est ton cas ?




Victor:

Re-bonjour chère Lady K. !


Merci au passage pour ta belle chronique de l’Eté Mutant, j’y décèle la clairvoyance d’une Enfant de Mercure (Comment ? Il y en aurait 2 dans la famille Krampus ? A moins que… K comme… Kasandra ??? ^^)


En tout cas, j’espère que l’Automne Traqué saura te plaire tout autant ;-)

Concernant la lecture, elle a en effet pour moi une double fonction. Il est vrai que je lis beaucoup à titre documentaire, pour étayer mes romans ; mais d’abord et surtout, je lis pour ces plaisirs infinis que procure la lecture : évasion, réflexion, insurrection contre le réel ! Je n’ai jamais eu la crainte que trop de lecture m’aliène, au contraire. Il me semble que le style d’un auteur se nourrit de ses références, de tout ce qu’il a lu et assimilé. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme : en littérature c’est vrai aussi. Il ne s’agit jamais de reproduire à l’identique, mais de recréer à sa manière, en puisant l’inspiration à toutes les sources où elle jaillit. Du Bellay et les poètes de la Pléïade avaient formulé ce beau concept de « l’innutrition », que je fais volontiers mien : lire et relire les classiques (dans le cas de Du Bellay, les poètes antiques) jusqu’à les digérer, pour en faire le terreau d’une création nouvelle.

Ma conviction : plus on lit, mieux on écrit !


Phooka:

Comment te sens tu lorsque un des tes romans "sort"? J'imagine que depuis le tome 1 il est "passé" de l'eau sous les ponts non? Est ce que tu sens plus confiant pour la sortie du tome 4?

Victor:


Hello Phooka,

Bon, ça fait un peu "tarte à la crème" de dire ça, mais j'ai vraiment l'impression que chaque roman est un peu comme un accouchement  - ou en tout cas, comme j'imagine un accouchement de mon point de vue désespérément masculin ;-P.

Beaucoup de joie, pas mal de douleur et une pincée de stress, donc.

Ce mélange de fierté et de crainte est assez particulier, et finalement plutôt délectable je dois dire. Concernant la série Jack Spark, chaque tome est venu s’ajouter aux autres comme des enfants constituant une famille, chacun avec sa personnalité propre. J’ai l’impression que le tome 4, le petit dernier, sera aidé par ses grands frères et sœurs pour trouver son chemin. Et puis… il y a les lecteurs qui l’attendent à la sortie ;-)




Yswa :

Me revoilà, avec une petite question en tête ...

Si vous étiez un Fé, à quelle planète/onde seriez vous associé ?

Sinon autre petite question inutile :
Votre goûter préféré ?


Victor

Re-bonjour Yswa,

Ouh la, grave question ! Spontanément, je répondrais Enfant de Mercure car les ondes radio constitueraient une explication bien pratique à cette inspiration qui surgit n’importe quand, et qui m’oblige à me précipiter sur mes carnets comme un fou furieux pour noter les idées au vol. Oui, plus j’y pense, plus cette notion de « sixième sens » me plaît bien.

Après, il y a aussi les envoûteurs qui peuvent voir et entendre des choses étranges… Le Cas Jack Spark, dicté par la voix des Larves ? J’espère que non ! ^^
Quant au goûter… je suis ravi de cette question, car j’ai toujours personnellement accordé une immense importance à ce repas à la fois si inutile et si nécessaire, sans comprendre pourquoi tant d’adultes l’abandonnaient après s’en être régalés enfants. Je ne pourrais pas survivre sans goûter (j’ai essayé : no way). Alors pour mon goûter préféré, soyons fous : un « High Tea » à l’anglaise servi dans un salon XVIIIème, avec thés rares, scones, whipped cream et gâteaux en tous genres, pour moi c’est le sommet de la civilisation (c’est mon côté Croustignon !…).
 Phooka  :

Oops encore une question que je voulais te poser:

Quand tu as écris les premiers mots de Été mutant, savais tu déjà dans les détails où t’emmènerait cette histoire? Es-tu du genre à te laisser emporter par le récit ou alors as tu tout prévu à l'avance? 



Victor:

Hello Phooka

A vrai dire j’ai mis un an à concevoir non seulement l’Eté Mutant, mais aussi toute la tétralogie, avant d’en écrire la première ligne. Un an de prise de notes, de mise en fiches, de tracés de cartes pour préparer ce grand voyage dans lequel j’allais m’embarquer pour plusieurs années de ma vie. J’avais l’impression d’être un peu comme un explorateur, un Christophe Colomb qui essaye de tout planifier avant de se lancer à la conquête de son nouveau monde.
Bien sûr, rien ne s’est vraiment passé comme prévu. Au fil de la rédaction, je me suis approché de mes personnages et ils m’ont paru différents de ce que j’avais imaginé de loin, plus complexes et plus riches. Parfois, je suis retombé sur mon itinéraire ; parfois des vents imprévus m’ont emmené dans des endroits que je n’aurais pas imaginés. Mais au final, j’ai l’impression d’avoir gardé le cap, et d’être arrivé à destination ;-)

Dup

Rhooo, j'adore ta réponse "tarte à la crème" !!!
Cette image de l'accouchement pour une sortie de livres :))

Peux-tu me dire quelle est la durée moyenne de gestation chez l'animal* Dixen ?


* oops, déformation professionnelle ;) 



Victor:


Chère Dup,
Ma curiosité est piquée au vif : "déformation professionnelle" ? Tous les scenarii tournent dans ma tête : cabinet de vétérinaire, animalerie, studio de taxidermie, société secrète de recherche en cryptozoologie ? Voilà un bon début de roman !^^
La durée de gestation de l'animal Dixen est variable : en ce qui concerne Jack Spark, deux ans donc pour le premier opus, à peu près un an pour les suivants. Après, il y a des gestations plus brèves pour des textes plus courts. Mon roman-nouvelle "Versailles Académie", prequel au Cas Jack Spark publié chez Je Bouquine, a ainsi été écrit au cours d'un été pluvieux en Bretagne :
Donc, pas vraiment de durée standard : cela dépend des projets. 

Dup : Hum... tu as la bonne réponse ;)
Donc un animal à gestation variable = haute adaptabilité à l'environnement = animal fortement évolué = espèce à protéger et à étudier donc :))

 

Mais de rien ! Ca m'a fait très plaisir de te voir aussi disponible pour toutes nos questions !

D'ailleurs, je viens de penser à ceci ( comme tu parlais de Versailles Académie" )
J'ai eu la chance de pouvoir le lire ( oui, j'ai harcelé au moins quatre jours la documentaliste qui ne l'avait pas encore enregistré pour pouvoir le lire, mais j'ai réussis et ça m'a beaucoup plu ! je pensais que tu allais sortir de l'univers du Cas ... mais ... surprise ! Bref je n'en dit pas plus ;) )

Donc en parlant de ceci, comment ça s'est passé ? C'est Je Bouquine qui t'as contacté ou tu leur a envoyé ton idée ?
Et par la suite tu as eu des retours ? Positifs, négatifs ?
Bref je veux tous savoir sur cette petite histoire ! =D

 
Victor:
 
Ravi que "Versailles Académie" t'ait plu chère Yswa (je crois que tu as même posté un petit mot sur mon blog à l'époque, si je ne m'abuse).
A l'origine de ce texte, j'ai rencontré lors d'un festival une charmante jeune femme travaillant pour Je Bouquine, qui m'a proposé de me prêter au jeu du texte court. Cela m'a tenté, d'autant que j'avais une histoire se rapportant à l'univers de Jack Spark qui me trottait dans la tête depuis un petit moment. Les règles d'écriture d'un roman-nouvelle sont bien sûr très différentes de celles des romans amples que j'ai l'habitude d'écrire, mais l'expérience m'a vraiment beaucoup plu ;-) Cela oblige à avoir un rythme et un découpage plus rapide, plus nerveux, aller à l'essentiel.
Les équipes de Je Bouquine ont été assez gentilles de me dire que ce numéro avait été très bien accueilli en kiosques (ventes au numéro) et aussi dans les bibliothèques / médiathèques abonnées au magazine - au passage, merci Yswa de l'avoir fait référencer dans ta bibliothèque. ^^
Je crois que ce qui a plu, c'est le mélange humour / frisson... un peu comme dans Jack Spark, finalement ! En tout cas, j'ai hâte de récidiver !