samedi 30 juin 2012

Chez La Martinière Jeunesse cet été :



BLOOD LOVERS
Tessa Graton


A paraître le 23 août
512 pages
16.50 euros


Will et Mab n'auraient jamais dû se rencontrer. Mais la magie du sang en a décidé autrement...
Après Blood Magic, un nouveau roman sombre et envoûtant de Tessa Gratton.

Le livre
Mab est la fille de Josephine Darly, la redoutable sorcière qui a tué les parents de Silla dans Blood Magic. Elle a hérité des pouvoirs de sa mère et, pour elle, pratiquer la magie du sang est aussi naturel que respirer. Mais contrairement à Joséphine, elle n’utilise son don qu’à bon escient.
Un jour, alors qu’elle manipule une dangereuse malédiction, celle-ci lui échappe et contamine Will, un jeune et bel inconnu. Dès lors, le garçon est hanté par d’horribles cauchemars et des évènements
étranges surviennent autour de lui. Mab se sent d'autant plus coupable qu'elle en tombe amoureuse…
En voulant le sauver, elle va pourtant se trouver confrontée à la réapparition d'un dangereux sorcier et ses talents de magicienne du sang vont être mis à rude épreuve…


COMMENT J'AI PIQUÉ LA PETITE AMIE
DE JOHNNY DEPP
Gary Ghislain


A paraître le 30 août
272 pages
13.90 euros


Le livre
David a vu passer beaucoup de patients au cabinet de son père, psychiatre. Mais Zelda est sans doute la plus bizarre de tous : dotée d’une force incroyable et d'une beauté stupéfiante, elle prétend être extra-terrestre ! Quand elle lui annonce qu’elle est venue sur Terre pour enlever son « élu » et le ramener sur sa planète, David sait qu’il aurait dû fuir cette fille un peu dérangée. Et quand il découvre que l’élu en question n’est autre que Johnny Depp, il se dit qu’il n’aurait pas dû lui proposer de l’aider...
Pourtant, le jeune garçon se retrouve bientôt embarqué dans une course poursuite effrénée sur les toits de Paris, poursuivi par la police, ou au volant d'une voiture volée... Car David n’a peut-être pas le charisme de Johnny Depp, mais il est bien décidé à gagner le coeur de cette fascinante extra-terrestre !


IRRESISTIBLE FUSION
Simone Elkeles


A paraître le 6 septembre
368 pages
13.90 euros

Le dernier roman très attendu de la trilogie Irrésistible Alchimie de Simone Elkeles !
Le plus jeune des frère Fuentes échappera-t-il au destin de sa famille ?

Le livre
Contrairement à Alex et Carlos, Luis, le plus jeune des frères Fuentes, s’est toujours tenu à l’écart des gangs. Il rêve de faire des études et de quitter les quartiers défavorisés de Fairfield.
Nikki Cruz est une jeune fille sage qui s'est promis de ne jamais sortir avec un garçon des quartiers populaires. Pourtant, quand elle rencontre Luis au mariage d’Alex, elle sent ses certitudes vaciller... D'autant plus que Luis semble décidé à la séduire !
Mais Chuy Soto, le chef des Latino Blood, ne compte pas laisser un frère Fuentes échapper à son gang. Et quand il révèle à Luis des secrets concernant sa famille, celui-ci remet en cause tous ses projets d’avenir...
Ses sentiments pour Nikki seront-ils assez forts pour l'éloigner de la violence des gangs ?


WAKE
Lisa McMann


A paraître le 13 septembre
224 pages
13.90 euros


Le livre
De quoi sont faits nos rêves ? Que se passerait-il si quelqu’un pouvait entrer dans ces histoires folles qui agitent nos nuits ?
Depuis qu’elle a cinq ans, Janie Hannagan porte un lourd secret : quand les autres s’endorment près d’elle, elle perd connaissance pour être entraînée dans leurs songes. Témoin de leurs terreurs nocturnes, elle voudrait les aider mais comment faire ? Elle est là, au coeur de leur intimité la plus profonde, mais ils ne semblent pas la voir… Et quand elle se réveille, il ne lui reste qu’une sensation
de gêne coupable qu’elle ne peut partager avec personne.
En se confiant à Cabel, Janie croit trouver l’âme soeur et espère sortir de sa solitude. Mais ses rêves, à lui, se révèlent si troubles et inquiétants… A-t-elle fait le bon choix en choisissant ce garçon-là ?






vendredi 29 juin 2012

Concours La pucelle et le démon



Normalement, nous n'organisons plus de concours sur Bookenstock, mais quand les éditions Asgard nous ont proposé de vous faire gagner 3 exemplaires de La pucelle et le démon, nous n'avons pas hésité un instant.

Donc Bookenstock et les éditions Asgard (merci à eux!) vous proposent de gagner 3 exemplaires de La pucelle et le démon de Bénédicte Taffin (chronique ICI)



Bon passons aux choses sérieuses: les questions:

1/ Donnez nous le titre d'un autre livre de Bénédicte Taffin chroniqué sur Bookenstock.

2/ Donner nous le titre d'un autre roman des éditions Asgard chroniqué sur Bookenstock.

3/ Parlez-nous du livre que vous êtes en train de lire.

4/ Pourquoi La pucelle et le démon vous tente?

Les règles sont les mêmes que d'habitude:

- Un mail sur bookenstock.concours(at)gmail.com avec l'intitulé du concours, les réponses et votre adresse.
- Une participation par personne, même nom, même adresse

Ce concours est ouvert pour la France et les pays limitrophes...


Nous nous réservons le droit de ne pas tenir compte des participations ne répondant à un minimum de courtoisie.
Les gagnants seront tirés au sort parmi les bonnes réponses.
Nous ne sommes pas responsables en cas de non réception du livre (perte par la poste etc...)


date limite de participation: lundi 09 juillet 2012 à minuit.

jeudi 28 juin 2012

APOCALYPSIS Tome 3 de Eli Esseriam


CAVALIER NOIR : MAXIMILIAN


Editions du Matagot
Nouvelle Angle
269 pages
14,90 euros



Résumé :



"Je vivais déjà l'Apocalypse. La mienne. Deux options s'offraient désormais à moi : user de mon don pour sacrifier ceux que je jugerais utiles à mon apprentissage. Avec indolence, froideur et distance. La seconde : me servir de cette aptitude potentiellement belle pour retaper un peu mon karma délabré et prolonger quelque peu cette succession de déceptions appelée "vie" en tentant de la rendre un minimum valable."

Maximilian Von Abbetz,

Cavalier Noir


L'avis de Dup :

Troisième Cavalier de l'Apocalypse abordé : le Cavalier noir. Maximilian a beau être blond comme les blés, il porte bien sa couleur ! C'est un Von Abbetz, fils d'un multimilliardaire allemand qui a installé sa "Kompagnie" en France. Et du haut de ses 17 ans, il use et abuse du pouvoir financier familial, se vautre dans la luxure la plus dépravée...tout s'achète n'est-ce-pas ! Il a du coup un regard méprisant pour tous, mais à sa décharge sur lui aussi. Il est d'un cynisme ahurissant et manie avec aisance l'humour le plus noir qui soit.

Au début de cette lecture, on a plus envie de le claquer qu'autre chose ce gosse de riche. Son insolence est à la hauteur de son humour et malgré tout, le sourire est resté accroché sur les lèvres de la lectrice que je suis. Quel délice cette auteur ! Je ne sais pas le nombre de fois que j'ai noté une page en me disant "faut que je note pour mettre un extrait", mais à chaque fois, la page suivante est mieux, et ainsi de suite jusqu'à la fin !!! Quel plaisir de lecture, chaque tome est mieux que le précédent, et pourtant je ne pensais pas trouver mieux qu'Edo !

Puis, par petite touche, Eli Esseriam nous fait découvrir l'entourage de Maximilian, et là on comprend son cynisme, et mon dieu, comme on pardonne ! Son humour est à la hauteur de sa dérision... comme quoi naître avec une petite cuillère en argent dans la bouche ne fait pas le bonheur.
Un petit quand même :
Gretchen (sa soeur aînée) s'étant excusée pour aller vaquer à des occupations de la plus haute importance, à savoir, assortir la couleur de ses chaussures à celle de son rouge à lèvres, je me retrouvais avec les deux femmes les plus chères à mon coeur (sa mère et Sylke, sa soeur jumelle). Nous étions bien ainsi. Enfant, je rêvais secrètement que mes parents se séparent et que Père garde l'aînée. Une fois plus grand, je continuais d''en rêver, évidemment, mais ne faisais plus l'effort de dissimuler ce projet sous le seau du secret. J'estime que notre trinité serait bien plus sainte, et saine, que ce quintette dissonant et mal accordé. Aussi je goûtais avec plaisir et délice la moindre seconde de paix partagée avec elles deux.
Cet extrait, pour amener le suivant ! ( ils parlent de rêves )
- Racontez-nous, Maman !
- Oh, c'est bien simple : une nuit par semaine au moins, je rêve que je suis la femme de Barbe-bleue. Cela me parait cependant très... réel. Mais, une chose me permet toujours de distinguer mes songes de la réalité : si vous saviez à quel point Barbe-bleue est plus doux, aimant et tendre que votre père...
Nous avons pris quelques secondes avant de rire franchement. D'abord un peu stupéfaits, nous nous sommes rapidement ressaisis pour laisser place à une hilarité qui cette fois, n'avait rien de feinte.
- Allons, Maximilain, aurais-tu déjà oublié notre contrat ? Tu dois réviser ! Tu ne vois donc pas l'heure ?
- Non, Père. Je ne vois que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie.


Et lorsqu'il découvre enfin sa destinée de Cavalier et que son don va lui être révélé, il va pouvoir se venger et se délecter. Il lui colle à merveille ce don d'ailleurs, quelle imagination Eli Esseriam, c'est juste énorme !!! Et plus j'avançais dans ma lecture et plus je serrais les fesses, et ça n'a pas loupé, il va payer lourdement ce nouveau pouvoir...rhaaa je le savais, et bien cela ne m'a pas empêché de pleurer. Ce devrait être interdit d'écrire des livres qui prennent tant aux tripes !!!

Un tome bien plus noir que les précédents, mais qui n'en est pas moins un coup de coeur. Il ne détrône pas Edo dans mon coeur, il est à la même hauteur. Je ne peux que vous conseiller d'entamer très vite cette série, ne pas rester en rade car je pressens un cinquième tome de ouf. Ils seront les quatre réunis pour la fameuse Apocalypse qui a mon avis ne sera pas du tout celle qu'on attend ! Quant à moi, je vais très vite me ruer sur le dernier : Elias, Cavalier pâle. 

Cavalier blanc : Alice
Cavalier rouge : Edo

Un autre avis du Cavalier noir chez : Archessia


mercredi 27 juin 2012

MÉTAMORPHOSE de Anaïs Cros




Editions Lokomodo
565 pages
9.90 euros


Résumé :

Après le massacre de la Nuit sanglante, les derniers nains survivants s'apprêtent à quitter Lunargent pour retourner vivre dans les montagnes. Le roi Torn charge Listak, Amhiel et Evrahl d'escorter le convoi. Mais leur mission est en réalité plus complexe : rejoindre Roseraie et essayer de sauver la paix entre la Cité des Roses et le royaume nain.
Au fil de leur voyage, les trois compagnons verront se profiler un nouvel ennemi derrière la silhouette du terrible Morsech. Il ne faudra pas moins que les dons exceptionnels de Listak et le courage sans faille de ses amis pour tenter de faire obstacle à une guerre qui menace désormais d'embraser tous les Territoires Magiques...


L'avis de Dup :

Aparté : 565 pages dévorées en deux jours "ouvrables" plus une demie nuit blanche, si c'est pas un coup de coeur ça !!! Cela faisait longtemps que je n'avais pas veillé ainsi sur un livre, mais le dernier tiers de cet opus est "inlâchable" !

Bon, je commence ma vraie chronique : On retrouve nos trois amis exactement là où on les avait quittés. La "Nuit Sanglante" comme elle s'appelle déjà vient de s'achever et les préparatifs pour incinérer dignement tous les nains décédés durant ce massacre se mettent en place. La description de la cérémonie par Anaïs Cros est plus que poignante, et je n'ai pas honte de dire que j'avais les larmes aux yeux en lisant la traduction du Chants des Morts par Evrahl. 
Puis les survivants s'apprêtent à partir, sous escorte, rejoindre les montagnes Oulanes. Listak, Amhiel et Evrahl vont se joindre à la caravane quelques jours avant de bifurquer vers le lac Sanguin et Roseraie où ils doivent se rendre en mission diplomatique.

Cependant la discorde entre nains et humains ne fait qu'augmenter et dès les premiers jours de cet exode les incidents éclatent. Evrahl ne sait plus où donner de la tête pour calmer, tempérer. Il y a une force obscure qui oeuvre dans l'ombre pour précipiter les évènements, une force qui relève d'une sombre magie. Mais ce n'est pas le seul soucis d'Evrahl, le mal qui touche Listak semble progresser inexorablement, et plus son état se dégrade et moins il accepte l'aide de ses amis, tant son égo est fort. 

L'arrivée à Roseraie ne se passe pas comme prévue et les évènements vont se bousculer et pousser notre trio bien plus loin sur les chemins. Je remercie d'ailleurs l'auteur d'avoir fourni une carte des Territoires Magiques en début du livre, ce qui m'a permis plus d'une fois de m'y référer. Les épreuves qu'ils vont rencontrer en chemin vont se succéder, et rien ne leur sera épargné ! Anaïs Cros n'a pas beaucoup de pitié pour ses personnages, mais ils en ressortent à chaque fois grandis. Même ceux qu'on "abandonne" en cours de route méritent grandement notre estime.

Listak est toujours aussi désagréable, voire plus, mais la métamorphose qu'il subit perturbe grandement son entourage et le lecteur car elle reste incompréhensible pour tout le monde et lui le premier. Il a une telle force de caractère, une telle volonté que malgré tout, il force l'admiration.

Amhiel est toujours pleine de ressources, même s'il lui arrive parfois de douter. Elle est au supplice devant les souffrances de celui qu'elle aime et ne peut soulager. Elle ne va pas être épargnée non plus par l'auteur !

Quant à Evrahl, c'est toujours lui le narrateur et on sent une profonde sagesse dans son récit. On l'imagine aisément très vieux, au crépuscule de sa vie, se remémorant et contant de façon impartiale son histoire. Par la voix de ce nain plein de sagesse on découvre en Anaïs Cros une fabuleuse conteuse que je hisse sans hésiter aux côtés de Robin Hobb. Et là je dis cocorico, nous avons notre Hobb française !!!

Mais il faut absolument que je revienne sur ce dernier tiers du roman, et ce, délicatement, sans spoiler. L'auteur va entraîner nos trois amis et quelques alliés sur les sommets des montagnes Oulane, vers le mont Nekron. Elle nous offre là un récit d'un réalisme extraordinaire, j'ai été transportée comme lorsque, plus jeune, j'ai lu Premier de cordée de Frison-Roche. J'étais terrorisée par les dangers de la montagne, en proie à un vertige énorme, frigorifiée par les températures négatives et les tempêtes de neige. Je claquais des dents sous ma couette, mais fallait que j'aille au bout, comme eux.
Et quelle fin, mais quelle fin, énorme ! Vraiment je ne m'y attendais pas ! Et je peux vous dire que non seulement elle est grandiose, mais en plus elle ouvre des perspectives immenses pour LES suites des aventures de notre trio. Car je n'attends qu'une chose, encore plein de tomeS de cette série géniale ! De la belle et bonne Fantasy comme on aimerait en lire tous les jours. A découvrir absolument.




mardi 26 juin 2012

LE TRÔNE DE FER Tome6 de GRR Martin

  LE TRÔNE DE FER Tome 6

Intrigues à Port-Réal





Éditions J'ai Lu
347 pages
7,20 euros

Présentation de l'éditeur:

Le jeune et inconséquent roi Joffrey semble bien installé sur le trône de fer. L'usurpateur Baratheon est mort, l'armée de son frère Stannis a été défaite devant Port-Réal et le souverain Robb se retrouve dépossédé de ses propres terres. Joffrey n'a pourtant participé à aucune bataille. Il doit ces succès au courage de son oncle Tyrion et à la ruse de son grand-père Tywin. C'est un roi velléitaire, lâche et cruel qui s'apprête donc à régner sur les Sept Couronnes. Toutes les forces en présence n'ont cependant pas dit leur dernier mot. Là où les épées n'ont pu l'emporter, la puissance de la magie réussira-t-elle ?

L'avis de Phooka:


Une fois encore ma chronique du Trône de fer va plus tenir du billet d'humeur que d'une vraie analyse du roman. Mais hein, ici c'est chez moi (et Dup) et je fais qu'est ce que je veux et pis c'est tout!

Un billet d'humeur donc (bonne ou mauvaise telle est la question) à la fois parce que je ne veux pas spoiler ceux qui n'auraient pas encore lu cette série, mais aussi parce que la trame en est tellement compliquée qu'en essayant d'expliquer je risque plus de vous dégoûter qu'autre chose.

Soyons honnête, j'ai bien failli laisser tomber pour de bon cette fois-ci. Depuis le début de cette série, j'oscille entre le coup de cœur et l'ennui profond. Il y a des choses vraiment énormes, des personnages incroyables, des situations et des revirements impressionnants qui en font le succès que l'on connait. Mais il y a aussi des moments où tout traîne en longueur, où il ne se passe rien et pendant lesquels on aurait envie de balancer ce pu** de trône de fer par la fenêtre!

Et dans ce sixième tome, le prologue et le premier chapitre m'ont achevée ! J'ai même annoncé aux copines de lecture que cette fois je jetais l'éponge, non trop c'est trop, je n'en pouvais plus.  Et puis quand même, ça m’embêtait de laisser tomber Arya, Tyrion, Jon et tous les autres, alors je me suis dit "allez, encore un p'tit chapitre" et là hop tout c'est enclenché, j'ai dévoré les chapitres les uns après les autres jusqu'à la fin!
La faute à qui? à quoi?
En fait, je ne sais pas vraiment.
Bien sûr il y a Arya, toujours aussi débrouillarde, mais qui tombe malgré elle dans des pièges, pauvre gamine. S'en sortira -t'elle un jour?
Tyrion, gravement blessé physiquement et moralement. Trahi, bafoué, il a beau ne pas être toujours un "héros" on aurait quand même envie qu'un jour il "baffe" tous ceux qui lui font des sales coups, en particulier  son père et sa sœur.
La dite soeur Cerseï d'ailleurs va devoir avaler des couleuvres apparemment. Du coup ça donne envie de lire la suite rien que pour ça!
Sansa, égale à elle-même, elle a bien du mal à sortir de son rôle de petite princesse et vu ce que l'avenir lui prépare encore, ça risque de lui faire un choc!
Par contre, Robb est assez peu présent et prend un chemin un peu inquiétant. A se demander si on va le voir encore longtemps (pure supposition de ma part hein..mais bon comme Martin aime bien tuer ses persos de temps à autre, moi je me fais du soucis pour Robb...et pas que pour lui d'ailleurs!)

Bref, on retrouve tous les protagonistes des précédents volets, plus quelques nouveaux (ben oui ça manquait, c'est vrai seulement 6754 personnages à se souvenir c'était un peu peu ... :)) et c'est vraiment cet attachement du lecteur vis à vis des héros qui fait que cette série est inlâchable. On a trop envie de savoir ce qu'ils vont devenir entre les guerres, les conflits, les magouilles en tout genre, c'est un truc de fou.
Et pourtant il y a des chapitres entiers où il ne passe rien, dans lesquels on n'apprend rien de nouveau et on enrage. C'est vraiment un sentiment ambivalent qui flotte au dessus de cette série, de la lenteur et des chapitres qui n'en finissent pas en alternance avec des passages de folie qui rattrapent largement le reste.

Comme je l'ai déjà dit, même si cette série est sympa, je ne comprends toujours pas cet engouement incroyable derrière elle. Mais ce qui est sûr c'est que c'est quand même un univers vraiment impressionnant que Martin a construit et on a vraiment envie de savoir le surprises qu'il nous réserve ! (Mais bon quand je réalise qu'il y a encore une dizaine de tomes, je sens que je vais encore avoir le temps de m'ennuyer! :))




Lecture commune réalisée avec Acro dont vous pouvez lire la chronique ainsi  que Emma666, Heclea, Neph & Eirilys qui chroniqueront l'intégrale.

lundi 25 juin 2012

Coming out de Dup et Phooka: Quelle horreur elles lisent du numérique!

Nous avons un énorme péché à vous confier. C'est terrible, vraiment, vous pardonnerez nous?

Oui nous sommes coupables.


Coupable de lire en numérique sur Kobo et Sony PRS-T1.

C'est une chose terrible à avouer et le pire .... nous y prenons plaisir.

Coupable de lire du numérique, qui nous permet d'avoir de la lecture sous la main en tout temps

Coupable de lire du numérique, qui nous permet de voyager sans traîner un sac de 10 kilos


Coupable de lire en numérique, quand on habite loin de la France et qu'on n'a pas de librairie à portée de main

Coupable de lire du numérique, quand on prend les transports en commun.

Coupable de lire du numérique quand on a déjà des milliers de livres et que la maison ne peut plus s’agrandir et qu'il est hors de question de se débarrasser de nos livres papiers que nous aimons tant.

Coupable de lire du numérique, parce que le soir au lit on a les poignets ou les épaules qui flanchent avec les gros pavés (du vécu, nous ne sommes pas de toute première jeunesse)

Coupable de lire du numérique quand notre vue baisse et qu'on peut changer de taille de police.

Alors nos détracteurs ont raison, nous sommes de la pire engeance et nous pactisons avec le démon. Car ceux qui nous le reprochent, n'ont bien sûr pas d'ordinateurs, pas d"APN, pas de téléphone portable. Ils écrivent des lettres, envoient des pigeons voyageurs et content ds histoires au coin du feu. Je les envie nous  qui sommes si dépravées.

Nous sommes des mémés perdues, que le dieu des livres nous prennent en pitié.

Mais vous savez quoi... le pire c'est que nous allons même continuer!

(message écrit suite à une remarque, une fois de plus sur le fait que nous avons osé publié un article sur le passage en numérique chez Lokomodo. Juste pour info, ni Dup ni Phooka ne regardent la télé par exemple et il ne nous viendrait jamais à l'idée de condamner ceux qui le font...question de respect peut-être?).

Je tiens juste à rappeler que nos biblis respectives (Dup et Phooka) contiennent des milliers de livres papiers et qu'elles continuent de grossir en parallèle à notre immense faute.

hé oui nous sommes "bi" !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Billet d'humeur et d'humour, ceux à qui ça ne plait pas, tant pis! :)

LA PUCELLE ET LE DÉMON de Benedict Taffin



Éditions Asgard
sortie le 22 juin 2012
354 pages
17 euros

Présentation de l'éditeur:

Le mercenaire Sidoine de Valzan est chargé d'escorter la prophétesse Jehanne.
La jeune femme prétend pouvoir remettre le Dauphin sur le trône et rétablir la paix dans le royaume.
Mais à son arrivée, Sidoine découvre qu'elle a été assassinée par des démons.
Il lui faut absolument trouver une femme pour sauver le royaume, mais qui ? Il ne connaît personne en ces terres étrangères.
Personne, hormis la prostituée avec laquelle il a passé la nuit précédente : Oriane.
Oriane... Jehanne... qui verra la différence ?


L'avis de Phooka:




Vous connaissiez Bénédicte Taffin, l'auteur du magnifique Les yeux d'Opale, un roman de SF "jeunesse" (qui convient parfaitement aux adultes ...) voici Benedict Taffin, la même sans le "e" pour différencier ses écrits pour "jeunesse" donc de ceux pour "adultes" (Elle s'en explique ici). Et cette Pucelle et le démon est définitivement un roman adulte.


Jehanne est une jeune femme dont le destin semble tout tracé. Elle est celle qui doit amener le dauphin sur le trône pour redonner au peuple de l'espoir. Elle est belle, pure, et des "voix" l'ont informée qu'elle devait contribuer ainsi à "bouter l'ennemi hors du royaume".
Ça vous dit quelque chose? C'est marrant à moi aussi. Même sans être féru d'histoire, on reconnait vite le contexte.
Sidoine un mercenaire assez euh...brut de décoffrage et de surcroît habité par un démon, est chargé d'escorter la donzelle jusqu'à bon port.
Habité par un démon? Vous me direz que c'est un peu étrange pour un roman historique, quoique à cette époque ce genre de chose devait certainement se dire.
Sauf que Sidoine est bel et bien habité par un démon, un vrai. Mais alors me direz-vous, quid de l'Histoire avec un grand H?
Ben en fait, c'est mal parti... Quand Sidoine arrive pour prendre en charge la jolie pucelle, il est trop tard et celle-ci a déjà été assassinée par des démons (encore?) à la solde de l'ennemi.

Haaa, je me disais aussi, c'est bizarre cette histoire de démons pour un roman historique ! Jehanne est morte, on franchit ainsi la barrière entre le réel et l'imaginaire. Nous voilà donc plongé dans un genre de j'adore, la fantasy-historique, ou comment détourner des évènements réels pour mieux les rendre extraordinaires (au sens premier du terme).

Donc dans l'histoire vue par Benedict Taffin, la pauvre Jehanne est morte bien avant d'avoir pu accomplir quoique ce soit de sa destinée. Et comme Sidoine est un homme vraiment plein de ressources, il n'hésite pas à remplacer cette Jehanne, que personne n'a jamais vue de toute façon, par une autre jeune femme, Oriane, qui est juste ... la prostituée avec qui il a passé la nuit. Autant dire que pour le côté pucelle, on repassera ... mais est ce que ça empêchera Oriane d'être une Jehanne crédible, c'est à voir! En tout cas, le chemin qui mène au bûcher est semé d'em ... bûches (oui je sais elle est facile ..) . Sidoine et Oriane vont être poursuivis par des ennemis, par des démons, il vont aussi devoir faire face à l'Eglise  et d'ailleurs on se demande quel est le pire des dangers ...


Un récit vraiment hors norme, dans un contexte historique hyper connu mais dont Benedict détourne les codes et les poncifs pour notre plus grand bonheur. C'est un roman impertinent et jouissif et les personnages sont originaux et attachants. Sidoine n'a pas la langue dans sa poche (et le reste non plus d'ailleurs ...), mais il a un sens de l'honneur exacerbé qui va lui imposer d'aller au bout de cette aventure. Oriane va se révéler être une prostituée au grand cœur, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui ne sera pas si facile à diriger.
L'écriture de Benedict Taffin est un vrai bonheur. Elle m'avait déjà totalement séduite dans Les yeux d'Opale, et là elle récidive avec cette Pucelle. Les préambules des chapitres sont tellement bien écrits que j'ai pensé qu'ils étaient vraiment tirés d'écrits de l'époque de Jeanne, le récit coule tout seul alternant les passages très vifs lors des combats, à ceux plus apaisés permettant de découvrir les méandres qui se cachent sous les apparences.


Franchement, si je dois trouver un défaut à ce livre, c'est que j'aurais bien aimé passer un peu plus de temps avec ses héros et je croise les doigts pour que le chemin de Bénédicte croise à nouveau celui de Sidoine.  Peut-être peut-on espérer le retrouver dans une autre aventure?

Bref, un roman vraiment étonnant à découvrir absolument. je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Pierre Pevel en le lisant. Pierre qui est sans doute le "must" en terme de fantasy-historique et que Benedict admire. Elle vient de montrer avec ce roman qu'elle en est la digne héritière. 
Si on rajoute en plus que le roman est "emballé" par une magnifique illustration de Pascal Quidault, on se demande alors ce que vous faite encore là à me lire alors que vous devriez déjà être chez votre libraire préféré!


dimanche 24 juin 2012

Les sorties chez Asgard en juin 2012

 

Sortie le 22 juin 2012

 

La Pucelle et le Démon – Bénédict Taffin

Format : grand format (155×235 mm)
Nombre de pages : 320
Illustrateur : Pascal Quidault
Prix : 17 €

Le mercenaire Sidoine de Valzan est chargé d’escorter la prophétesse Jehanne. La jeune femme prétend pouvoir remettre le Dauphin sur le trône et rétablir la paix dans le royaume. Mais à son arrivée, Sidoine découvre qu’elle a été assassinée par des démons. Il lui faut absolument trouver une femme pour sauver le royaume, mais qui ? Il ne connaît personne en ces terres étrangères. Personne, hormis la prostituée avec laquelle il a passé la nuit précédente : Oriane. Oriane… Jehanne… qui verra la différence ?

Voir la chronique ICI (lien à venir)






Fantôme de Chair – David Gibert


Nombre de pages : 312
Illustrateur : Jimmy Kerast
Prix : 18 €

Une malédiction née sur un bûcher. Une séductrice qui hante nos rêves depuis des siècles. Une prédatrice au charme sulfureux qui se délecte des âmes corrompues, leur infligeant les supplices infernaux. Qui est cet être d’une beauté surnaturelle ? Un succube ? Un ange exterminateur ? Une femme brisée, prisonnière de sa folie ? William, tombé sous son emprise, est prêt à franchir les portes de la mort pour percer son secret.

samedi 23 juin 2012

Asgard à l'heure du numérique





En voilà une nouvelle qu'elle est bonne! Asgard éditeur de Fantasy, de SF, de Fantastique mais aussi de Polar/thriller se met au numérique. Il y en aura donc pour tous les goûts, les amateurs de papiers et les amateurs de ebook.


Voici le programme annoncé:


4 juillet :
La Cité Noire – Thomas John
De Sang et de Larmes – Thomas John
11 juillet :
Érèbe – Anthony Brocard
18 juillet 2012 :
L’Oeil et le Poing – Julien d’Hem
25 juillet :
Le XXIe Siècle de Dickerson et Ferra – Adam Possamaï
1er août :
Seuls les Dieux – Simon Sanahujas
8 août :
La Pucelle et le Démon – Bénédicte Taffin
15 août :
Fantôme de Chair – David Gibert
Failles – David Bry
22 août :
Nocturne sur instruments divers – Laurent Fétis
Aux Frontières de l’Aube – Guillaume Fourtaux
29 août :
Inconsolables sorcières – Jan Thirion
Mémoire Morte – Gilles Vidal



vendredi 22 juin 2012

DE SANG ET DE LARMES de Thomas John



Éditions Asgard
Collection reflets d'ailleurs
453 pages
20 euros


Présentation de l'éditeur:


Retour au coeur de la Cité Noire. Une cité régie par des sorciers aux pouvoirs déclinants. Une cité où toutes les sept nuis, lorsque les lunes se confondent, la mort hante les rues et emporte les défunts. Une cité d'aventures épiques, d'amours et de mort. Plongez toujours plus loin dans les tréfonds des intrigues de la Cité Noire où Ao, Kroll et Perceron devront se battre pour survivre…

L'avis de Phooka:

Bon avant de plonger réellement dans ma chronique, je voudrais faire un petit aparté à destination des éditeurs de saga de fantasy.
S'il vous plait, mesdames et messieurs les éditeurs, pensez à vos lecteurs fans du genre et qui donc ont en cours des dizaines de saga dont les tomes sortent- au mieux - au rythme de un par an.
Dans mon cas, à raison de grosso modo 120 romans par an, il s'est passé donc 119 romans entre le premier tome et le second. Sachant qu'en plus j'ai une mémoire de poisson rouge, il n'y a aucune chance que je puisse replonger direct dans une série. Alors pensez à mettre des résumés, plizzzzzzzz! 

Donc avec De sang et de larmes, on replonge directement dans la Cité noire à la suite de Kroll et tous les autres. Comme vous avez pu le deviner à mon aparté, j'ai eu du mal à m'y retrouver alors que j'avais adoré La cité noire et que je n'avais qu'une hâte c'était de lire la suite. Du coup j'ai peiné sur les cinquante premières pages, simplement à cause de mon manque de repères, j'enrage!
Fort heureusement tout s'est remis en place et à partir de ce moment là, ma lecture a été un pur régal.
A nouveau, Thomas John nous fait vibrer avec son écriture d'une incroyable richesse. Très visuel, ce roman est comme un film qui se passe dans votre tête. On "voit" les rues, les gens, les combats. On ressent les émotions des héros, leurs peurs, leurs peines et leurs joies (même si elles sont peu nombreuses).
La Cité Noire, toujours aussi déclinante, toujours aussi tortueuse, un vrai  panier de crabes. Kroll est devenu un "homme" (en fait un Cromlek)  important. De ce fait, les grandes maisons de la cité le courtisent ou le menacent pour obtenir ses faveurs. Difficile de faire un choix, difficile de savoir qui soutenir, qui ment, qui dit la vérité, qui est fiable ou pas. Et chaque erreur se paie content. Kroll va l'apprendre à ses dépens, lui qui n'est pourtant pas naïf. Ses amis aussi vont se retrouver au centre de toutes les attentions: Valthar, Ao, Perceron, tous vont être durement mis à contribution. Mais heureusement ils ne manquent ni de ressources, ni de courage. Et de courage ils vont en avoir besoin car la guerre les menace, une guerre infâme contre le pouvoir, les sorciers et leurs créatures.

Cette fois Perceron n'est pas relégué au rang de personnage secondaire, amuseur public. Il est sans doute le plus grand héros de ce second volet. Même s'il n'est pas seul, Kroll, Ao et Ryniver l'entourent, le lecteur a un énorme plaisir à le retrouver. Sa légendaire malice va lui être indispensable pour survivre et sauver ceux qu'il aime. Et cette fois des cabrioles ne suffiront pas, la situation est vraiment grave.
Kroll lui doit à la fois maîtriser le pouvoir qui lui est conféré dans la cité, mais aussi ses propres pouvoirs du feu. Son unique but est de sauver Ao, se sentant toujours coupable de ce qu'il lui est arrivé. Ao, qui elle aussi va prendre beaucoup d'ampleur et de puissance.

Difficile de décrire ce qui se passe dans ce roman, tellement le contenu est dense. Dense mais pas rébarbatif, non dense au bon sens du terme. Aucun moment pour s'ennuyer, aucun temps mort. L'action et les révélations s’enchaînent, le suspense est toujours présent, les héros sont incroyablement attachants et le lecteur est tout simplement transporté dans cette cité noire dont il ne ressort pas indemne. Un roman bien sombre, plus encore que le premier car l'espoir s'amenuise.


Un très grand moment de plaisir que cette lecture qui confirme tout le talent de Thomas John à raconter des histoires passionnantes et à piéger ses lecteurs dans une spirale infernale de rebondissements. On en redemande encore ... et bien sûr pour ma part, j'attends le tome 3 (avec résumé) avec une monstrueuse impatience.


 Une fois de plus , Asgard nous régale avec une couverture sublime de Pascal Quidault !

jeudi 21 juin 2012

LES CITÉS DES ANCIENS T 3 de Robin Hobb


LA FUREUR DU FLEUVE



Editions J'ai Lu
350 pages
7.60 euros


Résumé :

Dans ce troisième volume, les tensions se nouent et s'accentuent.
Graffe prétend plus que jamais régenter le groupe et se heurte à la révolte de Thymara, qui n'accepte pas qu'on lui dicte sa conduite ; Sédric, après avoir volé le sang du petit dragon cuivré, tombe malade et constate avec effroi d'étranges modifications chez lui ; Leftrin découvre enfin l'agent de son maître-chanteur et se trouve désormais face à un choix terrible ; et Mise doit, elle aussi, décider entre son amour pour le capitaine et sa vie de femme mariée.
Et chacun suit la migration des dragons vers Kelsingra, une cité qui n'existe peut-être pas. Mais, alors que la situation paraît bloquée pour tous, un événement imprévu et catastrophique vient redistribuer toutes les cartes...




L'avis de Dup :

La couverture de ce livre est magnifique, mais bon sang, elle ne reflète pas du tout le roman, Mataf n'a aucune voile, je la vois plus comme une grosse et solide péniche, mais bon. En revanche le titre ne pouvait pas mieux coller...
Repasser à nouveau quelques paires d'heures aux côtés de ces dragons ronchons, bancals, qui ne savent même pas voler, de leurs dévoués gardiens ainsi que de l'équipage et des passagers de la gabare Mataf fut un vrai plaisir. Ils remontent donc tous, encore et toujours ce fleuve aux eaux acides, toujours à la recherche de la mythique cité des anciens, Kelsingra qui reste ancrée dans leur mémoire gigantesque.

Les personnages deviennent de plus en plus attachants car Robin Hobb nous les peaufine au fil des pages. Ils s'affirment au fur et à mesure des épreuves qu'ils rencontrent, et elle ne manque pas d'imagination dans ce domaine ! Aussi bien physiquement que moralement. 
Et même si Alise m'a un brin énervée avec sa profonde naïveté, elle reste avec Thymara mes personnages préférés. Et contre toute attente, elles vont se rapprocher. Deux femmes que tout sépare, l'éducation, les origines, mais qui par bien des côtés se ressemblent. Une volonté farouche d'indépendance, mais que la vie, passée comme présente, pousse vers une profonde solitude aussi.
Leftrin n'est pas en reste non plus. En fait, si j'étais honnête et si j'osais vous saouler, je crois bien que je les énumérerai tous ! Même les méchants prennent de l'étoffe, pour qu'on les déteste encore plus...

Mais les dragons changent eux aussi. Ils deviennent plus costauds à force de marcher, de nager sans cesse à contre courant, et du coup ils dépendent de moins en moins de leurs soigneurs, ni même des chasseurs. Ils se découvrent de jours en jours de nouveaux pouvoirs. Eux aussi sont agités par une envie d'indépendance... 

Mais voilà, la fureur du fleuve... ( zavez qu'à le lire ! ), va remettre tout ce monde là à sa place ! Cela va être la loi de la survie, quasiment chacun pour soi en pleine jungle. Et la donne va sacrément changer...

Ce que j'ai le plus apprécié dans ce tome, c'est l'approfondissement par l'auteur de ce lien qui lit chaque dragon à son gardien. Une sorte d'empathie mentale qui va jusqu'à créer des sensations physiques chez l'autre, comme la faim, la douleur ou même l'épuisement. Certains dragons en jouent comme un charme, d'autre comme Synthara pour imposer, ordonner. La belle Synthara, la moins difforme de tous et qui se prend toujours pour une reine, et les méprise tous : dragons, gardiens, humains. Quant à la petite cuivrée, la simplette, celle qui était condamnée d'avance dès le début de la migration à cause de son physique chétif et son mental trop léger, à qui on ne donnait pas cher de sa peau dès le premier tome, encore moins durant le deuxième, va se trouver elle même un gardien des plus inattendus !

Cette série est géniale, c'est profond, ça prend aux tripes et on n'a de cesse de tourner les pages pour savoir. Et comme à chaque chapitre, voir même chaque paragraphe, on abandonne tel personnage pour un autre, c'est totalement addictif ! 
Du tout bon, comme d'habitude, Madame Hobb, je me déclare fan
Et moi, je n'ai qu'une envie c'est de lire la suite ! 

L'avis de dame Phooka sur cet opus ICI
Et le mien sur les Tome 1 et Tome 2



mercredi 20 juin 2012

Erratum sur les parts !


C'est kiki a fait une grosse boulette ?

C'est Dup !

Les éditions Pocket proposaient 

DE FIÈVRE ET DE SANG de Sire Cédric




et non 
L'ENFANT DES CIMETIERES




Ce qui est logique vu que c'est De fièvre et de sang le premier de la série avec 
Eva Svärta !!!

Bon, tout est arrangé, et je remercie grandement les blogueuses pour leur gentillesse !
Wal ayant elle, déjà lu De fièvre et de sang, recevra un Enfant des cimetières ;)
Merci Le pré aux clercs qui a tout arrangé !

Encore toutes mes excuses !

Quiche Dup   


Festival RÊVES D'AILLEURS à Grenoble du 27 juin au 1er juillet






POURQUOI UN FESTIVAL ?

    La culture de l’Imaginaire est de plus en plus présente dans notre vie de tous les jours, et à différents niveaux. Elle touche aujourd’hui un public de plus en plus large qui souvent ignore la diversité d’un tel mouvement.
L’association Les Rêv’Ailleurs propose un événement qui permettra de partager cette culture avec le plus grand nombre. Quels que soient le courant (science-fiction, fantasy, steampunk, burlesque, manga, culture geek, etc.) ou le média (cinéma, littérature, illustration, théâtre de rue, jeu, musique, danse, etc.), Les Rêv’Ailleurs ouvrent une scène à tous les acteurs locaux de la culture de l’Imaginaire et à tous les curieux, badauds ou amateurs du genre.

Des expos, des dédicaces, des animations de rue, un zombie walk, des dicussions et plus encore !


Le site où vous trouverez toutes les infos.


 et pleins d'invités

Invités




Ne manquez pas cet évènement à Grenoble
 du 27 juin 2012 au 1er juillet

Lecture commune pour PREMIER SANG de Sire Cédric







Résumé :



Les plus grandes terreurs naissent dans l’enfance et prennent racine au plus profond de nous. 

Qu’est-ce qui les fait resurgir ? Sommes-nous capables de les surmonter ?



Par une nuit d’hiver glacée, deux flics de la criminelle, partis pour surveiller un parrain de la drogue en banlieue parisienne, mettent les pieds dans une étrange affaire. Leur principal suspect est mort brûlé vif dans son appartement et les méthodes employées ne ressemblent pas à un règlement de compte. Eva Svärta, la policière albinos, dominée par le désir obsessionnel de retrouver le meurtrier de sa mère et de sa sœur jumelle, pressent un danger imminent. Et si les fantômes du passé se mettaient à reprendre vie ? Hallucination ou réalité ?



À travers ce nouveau roman étonnant de maturité, Sire Cédric ramène son héroïne aux origines du mal qui l’empoisonne. Le vertige qui la submerge progresse tout au long de l’intrigue, impitoyablement, terriblement. Vos nuits n’ont pas fini de vous surprendre. 


Comme vous le savez en septembre, Sire Cédric est tout à nous :))

Un partenariat a été proposé avec entre autres Premier Sang, son dernier thriller. Si certains des heureux bénéficiaires veulent le lire avec moi, je propose une Lecture Commune à partir de fin août/début septembre. Il n'y a évidemment aucune obligation.

Tout le monde est le bienvenu, partenariat ou pas.

Ceux qui sont intéressés peuvent s'inscrire en com sur ce billet.

Il s'agit d'une vraie LC avec discussion par mail au fur et à mesure de notre avancement, on vous expliquera tout ça en détail si vous êtes inscrits.

Participants:

Phooka
Deliregirl
Hécléa
Nahé 
Vepug
Olivier

Résultats du partenariat SIRE CÉDRIC



Notre coup de gueule ayant trop bien marché,

Et bien il nous a fallu "choipeauter" !

Nous avons donc sélectionné pour ce partenariat les blogueurs sur des critères assez stricts,
basés sur les chroniques de leur blog ( l'argumentation, la longueur et la qualité des chroniques ont été déterminant selon NOS critères qui nous sont propres et ne préjugent en rien de la qualité des blogs ). Désolées pour ceux que nous ne pouvons doter.


Bon, trêve de bavardages, les résultats now !!!


Recevront :




 LE PREMIER SANG 




L'ENFANT DES CIMETIÈRES 


et une dernière repêchée au dernier moment,
qui s'était égarée sur la toile :))
qui recevra un exemplaire de


Nous remercions encore une fois la générosité de l'éditeur
qui n'a pas hésité à rallonger la liste !



Bonne lecture à vous, bonnes vacances aussi !
Et n'oubliez pas, 

RENDEZ-VOUS EN SEPTEMBRE




Petit PS:
Dame Phooka va proposer bientôt une Lecture Commune, une vraie ( clin d'oeil à Acro ) pour Le premier sang ! Si cela vous tente les heureux bénéficiaires de ce livre, ça se passe ICI et ce sera probablement fin août, début septembre. :))

Bilan et fin du Mois2 Nicole Provence



Ce fut un Mois2 plus bref, mais bien dense que nous a offert là
Nicole Provence et nous la remercions chaleureusement !

Pour cause vacances, nous clôturons aujourd'hui !

Mais,  pas avant d'avoir fait le bilan :

Les ITV "fleuves" :))





et... et oui !



Les partenariats :

Les trois Madeleine





Angkor



Delphine... qui pour des raisons personnelles n'a pu ni le lire, ni le chroniquer :(

Le ravin des anges





Et comme il est de tradition maintenant, 
le dernier mot revient à Nicole
à qui nous souhaitons bonnes vacances !


Dernières minutes…

Voyons un peu ! La maison est en ordre, les sacs sont gonflés à bloc et nous allons prendre le départ. Une chose me titille, je suis certaine d’oublier un détail… Je fais le tour des pièces, j’oublie quoi ?...Ha oui, débrancher l’ordinateur et la ligne téléphonique. Ici les orages sont fatals et je risque de les retrouver HS à mon retour.

Et puis tout à coup !...

Mince, je n’ai toujours pas envoyé ma demande de congés sabbatiques aux deux siamoises de Book en Stock, ni d’ailleurs adressé mes félicitations à toutes celles et ceux qui ont participé de façon si vivante à cette rencontre du Mois 2. Un bon moment que j’ai apprécié à sa juste valeur et dont je me souviendrais avec plaisir. Ces semaines sont passées si vite que je n’en reviens pas.

Grand merci à tous, Phooka et Dup qui ont organisé cette rencontre avec le succès dont elles sont coutumières, et vous tous qui avez été très actifs, Hécléa, Olya, Wal, Téki, Kitty, Niki, Milly, Sabine, Did, Delphine…et j’espère que je n’oublie personne !

C’est bon les filles, je vous lâche ! J’ai rempli mon contrat. Un clic sur «  envoyer » et mes bafouilles partiront chez Bookenstock. Un peu France Gall je débranche tout, je donne trois tours de clés, les voisins arroseront les fleurs et les légumes. Il ne me reste plus qu’à commander le soleil.

Au revoir et bonnes vacances à tous !

Nicole Provence


mardi 19 juin 2012

Faut-il continuer les partenariats ?



Voilà une question que l'on se pose Dup et moi-même depuis un moment déjà, mais encore plus depuis hier.

Nous ne sommes pas un site de partenariats spécialisé comme livraddict ou babélio, nous n'en offrons que dans le cadre de nos "Mois de" à la fois pour donner l'occasion aux auteurs qui acceptent de venir passer un mois entier avec nous d'avoir une belle vitrine de blogs, mais aussi pour faire plaisir justement aux blogueurs qui s'impliquent dans cette action.

Or, depuis un moment déjà, la participation à ces partenariats est bien faible. Oh, nous avons assez de participants, juste assez en général, mais cela implique souvent pour nous d'accepter des gens qui n'ont pas de blogs et dont nous publions des chroniques sur Bookenstock. Si ces gens font un très bon travail et nous n'avons vraiment rien à leur reprocher, il se trouve que le côté vitrine élargie que nous recherchons pour nos auteurs n'est du coup pas optimisé.

Ayant lu sur livraddict que les partenariats posaient aussi problème, nous savons bien que nous ne sommes pas les seules dans ce cas là.


Que faire?

Devons nous tout simplement arrêter au risque sans doute d'arrêter aussi nos "Mois de" alors qu'on adore ça et que nous avons des fidèles (un très grand merci à eux d'ailleurs, ils se reconnaîtront)?

Devons nous juste finalement faire envoyer des livres aux copines blogueuses qui font un bon boulot sans passer par la case "partenariat" ouvert?

Devons nous continuer de la même façon, au risque de pêter les plombs un des ces quatre?

Y'at il quelque chose que nous ne faisons pas bien?

Nous ne sommes pas des pros, nous avons des tonnes de choses (boulot, enfants) à faire et le blog nous nous y consacrons à fond et vraiment nous nous décarcassons pour vous obtenir de beaux partenariats.

Franchement, si un partenariat comme celui de Sire Cédric ne remporte pas plus de succès, c'est navrant ... vraiment.

Grosse période de doute chez  les mémés de Bookenstock :((


Et un gros gros merci à nos fidèles blogueurs qui ne sont bien sûr pas concernés par ce message, même s'ils peuvent donner des idées ;)

NOIR SAPHIR de Nicolas Cluzeau

 Chroniques de la mort blanche tome 2



Éditions Galapagos
326 pages
15,95 € 


Présentation de l'éditeur:

Au large des grands empires continentaux l'île d'Orlandie, patrie antique des êtres-fées, n'en finit pas de se consumer. Comme si la Mort Blanche, fléau des magiciens et des druides, ne suffisait pas, la guerre civile atteint son point culminant et clame plus de victimes chaque jour.
Endrew, le nouveau Haut Roi, n'a plus que la Marche du seigneur Donnely à écraser pour asseoir sa suprême autorité. Le souverain est confiant, car dans son ombre évoluent les représentants du puissant Empire de Léristère, aux intérêts inconnus, ainsi qu'un esprit corrompu concentré sur sa vengeance.
Mais la résistance s'organise: Deirdre, fille de Donnely, part en quête d'une arme antique qui pourrait détruire Endrew. De leur côté, Arline et Sean ontdécouvert, grâce aux sortilèges de la Tour d'Émeraude, le moyen de mettre un terme à l'épidémie. Mais la tâche n'est pas de tout repos. Pour les deux jeunes magiciens atteints par la Mort Blanche, le temps est compté...



L'avis de Phooka:

Autant j'avais eu du mal à me plonger dans le premier tome de la série, Avant les ténèbres, autant cette fois-ci je me suis retrouvée immergée immédiatement dans le monde crée par Nicolas Cluzeau. On retrouve les (nombreux) protagonistes de l'histoire avec chacun leur histoire.


Arline et Sean sont toujours à la recherche d'un moyen de neutraliser cette "mort blanche" qui atteint les magiciens. Ils sont aidés par des amis rencontrés au gré de leur pérégrinations. La tâche n'est pas aisée.
De son côté Endrew fait tout ce qu'il peut pour devenir le haut-roi et dominer le monde, quitte à avoir pour alliés des gens peu recommandables, qu'il pense manipuler ... à tort ou à raison?

Je ne veux pas trop dévoiler l'histoire pour ne pas spoiler ceux qui n'aurait pas lu le tome 1. Sachez juste que ce deuxième tome en est la suite linéaire et si Avant les ténèbres démarrait un peu lentement, ce reproche ne peut pas être fait à Noir Saphir.

Par contre, un petit résumé des évènements du tome précédent n'aurait pas été superflu vu le nombre de personnages en jeu, histoire de se remettre plus vite en selle étant donné que le récit reprend bille en tête. Je dois reconnaître ne pas avoir retenu les noms de tous les protagonistes de l'histoire par cœur, mais je m'y suis retrouvée en fonction de l'endroit où ils sont :)
Des personnages souvent ambigus, mais attachants, très réalistes et très présents. On ne peut s'empêcher souvent de soupçonner une once de malfaisance parmi les "vertueux", tandis qu'on espère un soupçon de gentillesse pour les "affreux". Rien n'est complètement blanc ou noir, rien n'est joué d'avance et c'est très agréable.
S'y ajoute une écriture fluide et très visuelle, qui permet au lecteur de se "déplacer" dans le roman comme au milieu d'un décor grandeur nature. L'imaginaire de Nicolas Cluzeau est toujours aussi riche et apporte énormément de surprises. C'est un vrai régal. Ses créatures et ses créations sont nombreuses. Elles foisonnent, au risque parfois de s'y perdre mais après tout quel plaisir de se perdre dans un monde aussi riche. Dès que le lecteur touche des yeux la page du roman, il se retrouve propulsé dans ce monde "merveilleux" peuplé d'êtres-fées, de magiciens, de sorciers, d'esprits du mal, de druides, d'hommes-loup . Et ce n'est qu'un tout petit échantillon de ce que vous y trouverez. Difficile de ne pas être séduit ...

S'il faut mettre un bémol, je dirais que c'est le revers de la médaille d'une telle imagination. On peut parfois s'y égarer, ne plus savoir qui est qui. Un peu de concentration est nécessaire, c'est le prix à payer pour se faire plaisir.

Bien que classé "jeunesse" (je mets des guillemets car la collection Galapagos s'adresse surtout aux grands ados), cette lecture convient aussi aux adultes. Tout le monde y trouvera son compte. La fin de ce tome deux laisse présager d'une suite pleine de rebondissements. Nos héros sont en mauvaises postures (mais ce ne serait pas des héros sinon) et franchement il me tarde de savoir ce qu'ils vont devenir.

Petit plus: A nouveau Galapagos nous régale avec une couverture superbe et vraiment très réussie !

(spoiler ci dessous)
Je ne pardonne toujours pas à l'auteur d'avoir fait disparaître Lorcan aussi vite dans le tome 1. J'espérais le retrouver dans le tome 2 .... :(