mercredi 31 octobre 2012

Bénédicte Taffin: Le mot de la fin




Voilà encore un mois qui se termine. Un mois riche et passionnant. Nous tenons à remercier chaleureusement Bénédicte Taffin pour sa présence, sa disponibilité, sa rapidité de réaction. Ça a été vraiment fabuleux et nous attendons la suite de ses aventures littéraires avec impatience.


Ce mois de Bénédicte Taffin a donné quatre gros tomes d'interview que vous pouvez retrouver ici:



Et le partenariat avec les éditions Asgard (un grand merci à eux) a donné lieu a tout un tas de chronique sur La Pucelle et le démon:






********************************


Nous laissons donc Bénédicte conclure son "Mois de ..."


*******************************



Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, le mois d'octobre est passé drôlement vite. 

- C'ÉTAIT UN FOUTU BON DIEU DE MOIS QUE CE MOIS D'OCTOBRE ! MÊME ARKSHAAR L'A PAS RAMENÉ ! - 
Oui, Sidoine. On a compris...

 Il faut dire que le temps passe plus vite quand on s'amuse et j'ai vraiment passé un excellent moment en votre compagnie sur Book en Stock. Merci à Emma et Dup de m'avoir invitée et si bien reçue en ces lieux. On s'y sent vraiment bien. :) Merci à tous pour cette longue et très intéressante discussion. Je voudrais profiter de cette opportunité de m'exprimer pour remercier particulièrement tous ceux et celles qui prennent le temps de faire des chroniques de leurs lectures. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais beaucoup d'auteurs sont chevillés à leur ordinateur en attendant que tombent les premières chroniques. Enfin, moi, je le suis. Ces retours sont ma véritable rétribution pour cet acte solitaire qu'est l'écriture. Je ne suis plus seule avec mon univers. Vous, lecteurs, avez parcouru les chemins tracés pour vous, rencontré des personnages créés pour vous, vous m'avez accompagnée durant quelques pages et votre ressenti est ma plus belle récompense. Alors, merci à vous et surtout, continuez de partager ainsi vos lectures. Et je ne vous dis pas adieu mais au revoir, au détour d'un salon, d'une séance de dédicaces ou tout simplement au travers des signes d'un prochain roman.

A bientôt

mardi 30 octobre 2012

lundi 29 octobre 2012

Venez poser vos questions à Bénédicte Taffin Tome 4


Décidément y'a trop de questions, du coup on ouvre un tome 4!!
Oui,  quelle bavarde cette Bénédicte :)
Nous sommes ravies de l'engouement de ses lecteurs (et des autres), continuez à poser vos questions !
Le premier tome de cette interview de trouve ICI, le second , le troisième ici
Filez les lire si ce n'est pas déjà fait, c'est passionnant!
Et venez poser vos questions à Bénédicte, elle vous attend jusqu'à la fin du mois..







Photo ©C.Helie-Gallimard


Il est minuit et je ne dors pas. Aujourd’hui est le grand jour, celui où je mettrai mon âme à nue pour les lecteurs de Book en Stock. Pas de joker ont dit Emma et Dup avec un bel ensemble. Tu auras le droit de groumpfer ont-elles aussitôt ajouté devant mon air consterné.
− Encore heureux !  grommelle Sidoine.
Je soupire. Vivre avec cette tête de mule planquée en permanence sous mon crâne n’est pas une mince affaire et s’il était seul encore, mais non, c’est qu’ils sont nombreux à se faire entendre sous ma caboche.
− Ils vont poser des questions sur nous ? questionne Oriane.
Je n’ai pas le temps d’intervenir.
− Ils peuvent toujours poser ! S’ils croient qu’on va leur répondre ! bougonne Sidoine.
− Mais bien sûr qu’on va leur répondre ! Benedict n’aurait pas accepté d’y aller si ce n’était pas pour répondre ! explique Oriane.
− Elle aurait mieux fait de nous demander notre avis !
− Eh ! C’est encore à moi de décider, non ? Je dois encore vous rappeler que vous n’êtes que le fruit de mon imagination ? Je suis déjà bien gentille de vous garder une petite place au chaud sous mon crâne !
Groumpf ! Ca y est. Je suis contaminée. Comme d’habitude, Sidoine prend l’ascendant sur moi et je suis incapable de dire lequel de nous deux pense.
− Et nous ? On nous oublie ? Il n’y en a plus que pour les petits nouveaux !
C’est au tour d’Angus de râler.
− Oui, j’aimerais bien accoucher, moi ! proteste Héléa. Quelle idée de me mettre enceinte au début d’un roman et de ne pas le terminer !
Je sens sa détresse tout au fond de moi. Je me sens désolée.
− C’est promis, je vais parler de vous et je vais même terminer le second tome d’Opale et même le troisième ! Promis ! Juré ! Craché !
− Et moi ? fait Curtis.
− Et moi ? questionne Urbain.
− Et moi ?
− Et moi ?
Groumpf !
− Chacun votre tour ! Et pas durant ce mois d’octobre. Il est dédié aux lecteurs de Dup et Phooka. Compris ? Au dodo, maintenant !
Il y a encore quelques grommellements, puis les voix se calment. J’écoute le silence. Je suis sur le point de m’endormir quand j’entends une voix jusqu’alors inconnue.
− Je m’appelle Dimitri et je suis ton prochain personnage. Le prochain.
Des scènes tambourinent aux portes de mon esprit, les entrouvrent, et je sais que je viens de perdre la bataille.
− Le prochain, Dimitri. Tu seras le prochain…



A vos claviers, venez poser vos questions à Bénédicte! 



******************************


Thalyssa

Me revoilà :)
Je vais presque finir par me prendre pour une noble du coup ! ^^

Merci pour la réponse. Un livre en moins dans ma PAL et déjà un nouveau dans ma wishlist.... Dois-je te bénir pour le conseil de lecture ou lâcher les bhargoests qui gèrent mon compte en banque ? xD

J'ai une autre question, assez idiote je l'avoue, mais je me dois de la poser :P

Je vois partout écrit "Bénédicte Taffin" mais sur la couverture de la Pucelle, c'est "Benedict" ? Une raison particulière à cela ? :)




  • Bénédicte Taffin


Recoucou Thalyssa,

Hummm… alors, je pense que tu verras pour me bénir ou me détester une fois que tu auras lu les Pierre Pevel. ^^ Quant aux bhargoests, il ne faut pas les écouter. ^^ C’est ma suggestion du jour. Bon, les conseillers ne sont pas les payeurs, non plus…

Ah, on ne t’a pas dit à l’entrée que je ne répondais pas aux questions idiotes ? Non ? Arf. Le personnel n’est plus ce qu’il était. Groumpf ! Ceci dit, ce n’est pas une question idiote. Alors, en fait, il y a plusieurs raisons à ce que je m’appelle Benedict et non Bénédicte sur la couverture de la Pucelle. Déjà, c’est parce que j’ai un chouette éditeur, prêt à me suivre dans mes coups de folie. Ensuite, c’est pour différencier mes écrits jeunesses comme « Les yeux d’Opale » de mes écrits adultes comme la Pucelle. Et c’est également en réaction à tous ceux que j’ai entendu me dire qu’ils ne lisaient que des auteurs anglophones parce qu’ils écrivent bien, eux. En choisissant ce nom, j’avais pour ambition de me faire lire par une de ces personnes et qu’elle se rende compte a posteriori de ma nationalité et qu’elle revienne sur ses profondes convictions sur le talent des auteurs français. Je suis un peu naïve, je le crains. :) Bref, c’est une boutade.





Olya

Ah ! Je reviens à la charge, parce que je ne peux qu'être obligée après avoir lu ta réponse à Thalyssa.

Bon, je suis fan de Pierre Pevel. Genre, une vraie, une pure, une dure, j'ai lu tous ses bouquins, même ceux qu'on galère vraiiiiiment pour trouver encore (ceux notamment qu'il a écrit sous son pseudo Pierre Jacq) et y'a même une catégorie RIEN QUE POUR LUI sur mon blog :D
Bref, donc, tu te doutes que si tu nous dis que tu aimes cet auteur, je vais avoir des questions à te poser à ce sujet !

Les filles (Dup & Phooka donc) m'avaient d'ailleurs vendu ton livre comme ressemblant à un bouquin de Pevel. J'avoue que j'avais fait abstraction de cela, car je savais que si je cherchais à comparer, je n'aurai pas aimé ton histoire. Sans aucune raison, mais juste parce qu'on ne peut pas comparer les livres de son auteur préféré avec d'autres, c'est tout ^^ J'ai donc apprécié ton histoire pour elle même et pour toi, sans comparer avec autre chose et encore moins avec les livres de Monsieur Pierre !

Bref, mes questions arrivent :

- Comment as tu connu les livres de Pierre ? Tu es tombée dessus au hasard ? Une couverture qui t'a tapé dans l'oeil ?

- Quel est le titre que tu as lu en premier ? En as tu lu plusieurs d'ailleurs (autre que la Trilogie des Lames) ?

- Si tu en as lu plusieurs, peux tu nous faire ton classement perso ?

- L'as tu déjà rencontré lors d'un salon ? Si oui, vous avez papoté de quoi ? Si non, quelle question est ce que tu aimerais lui poser ?

- Ton personnage préféré des Lames, c'est qui ? (gniiiiiii Saint Lucq).

Boooooon, avec tout ça, je ne te remercie pas, j'ai envie de relire les Lames maintenant ! Mais j'ai pas le teeeemps :(


  • Bénédicte Taffin




Coucou Olya,

Je me demande si c’était une bonne idée de parler de Pierre Pevel, tiens, d’un coup. ^^

Alors, j’ai connu les romans de Pierre Pevel de la même manière que la majorité des romans que je lis. Mon homme les a achetés et il m’a dit que c’était super bien et je les ai lus. Par contre, j’ai le regret de dire que je n’ai lu que la trilogie du chevalier de Wielstadt et « les Enchantements d’Ambremer ». Je suis tombée amoureuse du chevalier de Wielstadt et je regrette que M. Pierre ait décidé de ne plus raconter d’aventures concernant ce personnage. Et je ne savais pas pour son nom d’emprunt.

J’ai déjà rencontré Pierre Pevel dans deux ou trois salons. On a parlé du chevalier de Wielstadt, des éditeurs, des lecteurs. Il m’est même arrivé de lui demander conseil et il m’a répondu très gentiment et très précisément. Bref, M. Pierre n’est pas seulement un excellent auteur, c’est également un monsieur adorable et très abordable, un monsieur qui mérite bien qu’on soit fan de lui. ;)

Bon, eh bien, bonne relecture. ^^


Amibe_R Nard

Alors, on arrive à bientôt la fin du mois.

Lançons-nous dans une dernière question :
- As-tu apprécié ton passage sur Book en stock ?
- As-tu récupéré plein d'idées pour tes prochains romans ?
- Est-ce que tes fans te donnent envie d'écrire encore et encore ?
- Est-ce que tu aimes bien les échanges avec eux ?
- Etais-tu timide avant et avais-tu peur de les rencontrer ?

Euh... ah oui, c'était une question unique à multiples facettes ! :o)
l'Amibe_R Nard



  • Bénédicte Taffin

Recoucou mon Bernard,

En voilà des questions !!! Je dois répondre en une seule fois ? Si oui alors la réponse est « Oui ! ». Non, il faut que je développe ? Bon…

Alors, oui, j’ai vraiment beaucoup apprécié mon passage sur Book en Stock et de pouvoir m’exprimer sur plein de choses et expliquer mes choix pour La Pucelle et le Démon notamment. Souvent, les auteurs lisent les critiques et n’ont pas la possibilité de répondre. Et puis, je pense que ce genre de dialogues démystifie un peu l’auteur et ce n’est pas plus mal. Et oui, un auteur, c’est un être humain comme les autres… enfin, presque. ^^

J’ai récupéré l’idée de préquelle pour Sidoine. Après, je ne sais pas quand j’aurai l’occasion de l’écrire. On verra.

Je n’aime pas trop l’expression « fan ». Mes lecteurs me donnent envie d’écrire, oui, bien sûr, et en même temps, leur attente me met la pression. Je trouve qu’il est plus facile d’écrire un premier roman qu’un second. Pour le troisième, je vous tiendrai au courant.

Et oui, j’aime bien les échanges avec mes lecteurs. La preuve, cette discussion fait 3 tomes !

Je suis toujours aussi timide et impressionnée de les rencontrer. C’est un peu étrange. Ils me connaissent mieux que je ne les connais. Je leur ai donné une part de moi-même au travers de mes écrits et j’ai toujours un peu peur de décevoir leur attente. Au-delà de ça, c’est toujours agréable de rencontrer de nouvelles personnes, faites de chair et d’os. J’ai eu la chance de me faire de véritables amis grâce à mes romans et ça n’a pas de prix. Et qui sait ? Je pourrais les mettre dans un prochain roman. :p


Dup:


Pauvre Bénédicte, entre le marteau et l'enclume ! :))

Gaffe, Arkshaarette chez moi veille :D Je sais, ça fait pas sérieux du tout ce nom, mais je ne te conseille pas de le lui dire...

D ailleurs, c'est elle qui pose la question : quand lui présenteras tu Atkshaar?...et moi indirectement Sidoine :Sidoine:


  • Bénédicte Taffin

Coucou Dup,

Arkshaarette, hein ? Je vois bien un chat se prénommer ainsi, je ne sais pas pourquoi. ^^

Alors, pour rencontrer Arkshaar, ça va être un peu compliqué… Il ne sort pas beaucoup et jamais bien loin de son possédé. En fait, je crois que l’espace possible entre les deux est de l’ordre du pouillième, c’est dire. Je crains qu’il ne faille faire venir ton Arkshaarette jusque près de chez lui. Mais je te préviens ! C’est loin! :p

Tout ça pour dire que je n’en sais rien… Un jour, sûrement…


Thalyssa

Merci pour les réponses :)

J'ai ignoré un peu mon bhargoest aujourd'hui, j'attends les représailles ^^ Après, j'avoue qu'il y a quelques temps encore, Je ne lisais pas trop d'auteurs français. Je ne suis pas fière de ce fait, mais depuis mon arrivée sur la blogo', les copinautes m'ont plusieurs fois tentée et il y a en effet de jolies découvertes à faire. Par contre, dire que les français ne peuvent pas écrire de "vrais" livres, là je saute au plafond... Je n'y fouinais pas trop car manquais de références et d'info sur l'actualité littéraire. Heureusement, tout ça, c'était avant !

Et comme jamais 2 sans 3, j'ai encore une petite question :)
Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire "Les yeux d'Opale" mais l'univers de la Pucelle est si sombre et... masculin. Sincèrement, si je n'avais pas lu ton prénom, j'aurais mis ma main à couper qu'il avait été écrit par un homme. Je trouve ça fantastique de pouvoir brouiller les pistes comme ça ♥

D'où ma question, écris-tu toujours dans ce style ou t'arrive-t-il d'écrire autrement ? Et pourquoi ?


  • Bénédicte 
De rien pour les réponses, Thalyssa. :)

Je suis ravie que tu aies eu l’impression que La Pucelle ait été écrit par un homme. Je voulais un roman empli de punch et de testostérone. Tu confirmes que j’ai atteint mon but. :) Et non, je n’écris pas toujours de cette manière. Si tu as l’occasion de lire Opale, tu verras que l’atmosphère est clairement moins sombre, plus jeunesse. ^^
Et je pense que l’ambiance de Dimitri sera encore différente, plus psychologique, parano. Cela reste ma manière d’écrire parce que je ne crois pas qu’on puisse changer intrinsèquement son style. Je pense que c’est quelque chose d’inné. Mais employer d’autres tournures de phrases, d’autres mots pour instiller des atmosphères complètement différentes, cela m’amuse beaucoup. Il y a tellement de possibilités.
C’est ce que j’aime dans l’écriture.



Dup :

Moi qui ai adoré La Pucelle et le démon, donne moi des arguments pour lire Les yeux d'Opale.
Et me dire que Phooka, elle a adoré, ne suffit pas hein !


  • Bénédicte


Eh bien, Dup, parce qu’Emma a adoré sera mon premier argument ! Ça ne suffit peut-être pas, mais c’est déjà un bon point, non ? ^^

J’avoue que l’un de mes plus grands soucis dans l’après écriture est de convaincre les lecteurs potentiels que mon roman peut leur plaire. C’est très malaisé pour moi parce qu’en fait, honnêtement, rien ne me permet d’affirmer qu’Opale te plaira autant que la Pucelle. Ces deux
romans ne se ressemblent pas. Les comparer reviendrait à comparer un pot de pâte à tartiner au chocolat avec un pot de confiture. Le mieux à faire est de goûter. Je ne peux pas connaître tes goûts à ta place.
Mais bon, je peux quand même te donner quelques indices. Opale est un livre qui évoque la différence et le regard qu’on porte sur l’étranger, la difficulté à comprendre l’autre, à échanger, à tolérer. C’est l’histoire d’une rencontre, entre deux êtres, entre deux peuples. C’est une lutte acharnée pour le pouvoir, un jeu de dupes. C’est une histoire d’amour naissant, de haine éternelle. C’est l’histoire de la vie, de celle de personnages fictifs, de la nôtre.
Alors, si ce genre d’histoire te tente, fonce ! :) 
Et si je n’ai pas trouvé les mots pour te convaincre, je te laisse aux mots des bloggeurs et bloggeuses qui le racontent bien mieux que moi. J’ai d’ailleurs une tendresse particulière pour celle de Laël, la première de mes chroniques. Je me permets d’en mettre le lien ici :
http://souslefeuillage.blogspot.fr/2010/09/les-yeux-dopale.html
Tu me diras si Laël et moi t’avons convaincue. ^^


Quels sont les festivals ou salons du livres auxquels tu penses participer dans les mois à venir ? Y a-t-il une escapade prévue dans le Nord voire même en Belgique ?

  • Bénédicte

Alors, Iluze, je devrais être, entre autres, aux Utopiales de Nantes, samedi 10 novembre, et au festival de l’imaginaire de Sèvres, le 8 décembre, et à Trolls et Légendes, à Mons, en Belgique, fin mars 2013. :)

Thalyssa :


Jeu de dupes… Ah bah, Dup, te voilà obligée de le lire :p Je pense faire pareil ^-^ Quand un(e) auteur(e) arrive à me séduire comme ça avec une œuvre, j’ai clairement envie de pousser la curiosité encore plus loin. Et lire que tu aimes varier les univers est un argument de poids à mes yeux !

Je me permets maintenant de fouiner en coulisses si tu veux bien. :)
Cela a-t-il été déstabilisant de changer de maison d’édition ?
Y a-t-il eu de grosses différences au niveau de leurs exigences vis-à-vis de tes manuscrits ?


  • Bénédicte

Jeux de Dup, tu veux dire, Thalyssa. ^^ J’attends déjà avec impatience ton avis sur Les yeux d’Opale. :)

Non, cela n’a pas été déstabilisant de changer de maison d’édition, juste un peu déroutant. Les façons de faire ne sont pas les mêmes, les moyens non plus. Mais au niveau exigences, j’ai trouvé la même volonté dans les deux maisons d’édition, celle de faire un bon bouquin, autant
que possible sans coquilles, avec un bon niveau de style et une splendide couverture. 

Pour moi, « La Pucelle et le Démon » est au même niveau que « Les yeux d’Opale », en termes éditoriaux. Non, le seul véritable gros changement est que j’avais le droit de dire des gros
mots et de décrire des scènes chaudes chez Asgard, droit que je n’avais bien sûr pas chez Gallimard Jeunesse. ^^




Pour la sortie ciné de Bilbo le Hobbit



en l'honneur de la prochaine sortie du film

BILBO LE HOBBIT



La célèbre trilogie de Tolkien, Le Seigneur des Anneaux
est remise à l'office.
Elle sera le 2 novembre en librairie.


Voici les couvertures

LA COMMUNAUTÉ DE L'ANNEAU


728 pages
7,90 euros

LES DEUX TOURS


602 pages
7,90 euros

LE RETOUR DU ROI


686 pages
7,90 euros





"Non-annonce" du Mois de Décembre



Notre Mois2 se met en pause durant décembre

car il laisse la place au GpP




C'était trop dur de gérer les deux évènements en même temps
d'autant qu'on n'a pas été raisonnables du tout cette année écoulée 
et qu'on a un paquet de coups de cœur à vous proposer ! :P

A très bientôt donc pour venir voter et nous aider à départager
toutes ces merveilleuses lectures

dimanche 28 octobre 2012

En Novembre chez Fleuve Noir





LES EXPATS
Chris Pavone


496 pages
20 euros
Parution le 15 novembre


Résumé :
Connaissons-nous vraiment les personnes qui partagent notre vie ? Cette question, Kate se la pose souvent, elle qui n’a jamais révélé à son mari, Dexter, qu’elle travaillait pour la CIA. Quand celui-ci lui annonce son embauche au Luxembourg, Kate est ravie. Elle va enfin pouvoir tirer un trait sur son passé. Raccrocher son tablier d’agent, prendre un nouveau départ avec sa famille.
Là-bas, Kate n’a d’autre choix que de se réinventer, s’intégrer dans le milieu très cosmopolite des expatriés, s’occuper de la maison tandis que Dexter, de plus en plus distant, rentre extenué le soir… Paranoïa ou instinct ? Malgré son environnement paisible et quelque peu ennuyeux, se réveille chez Kate une méfiance de plus en plus vive. Pourquoi son mari refuse-t-il de lui donner le nom de son employeur ? Et qui sont réellement Julia et Bill, ce couple d’Américains qui cherchent leur amitié de façon si appuyée ?
Car Kate sait bien une chose : si elle a pu garder tant de secrets si longtemps, n’importe qui peut mener une double vie…Chris Pavone est né en 1968 et a grandi à New York. Après des études de sciences politiques à Cornell, il a travaillé dans différentes maisons d’édition pendant près de vingt ans. Il a vécu plusieurs années au Luxembourg, où il a commencé à écrire Les Expats, puis est retourné à New York où il vit avec sa femme et leurs deux enfants.


L'avis de l'éditeur :
Dans la même veine que Mr & Mrs smith, deux agents secrets mariés ignorent les activités de l’autre, jusqu’à ce que la suspicion s’immisce au sein de leur couple, de leur quotidien…
Un roman bourré de suspense, porté par une écriture vive et sans rupture de rythme.
Un régal !




TIMEVILLE
Tim Sliders


384 pages
18.50 euros
Parution le 15 novembre 2012

Résumé :

David Cartier est un chef étoilé réputé. Il parcourt le monde pour ouvrir des restaurants, et apparaît souvent dans la presse au bras de ses nouvelles conquêtes. Sa femme Anna, une brillante chirurgienne, vit à Versailles avec leurs deux enfants : Tom, 6 ans, et Agathe, déjà adolescente. 
Ce soir, David et Anna passent la soirée ensemble pour signer les papiers de leur divorce. Ils ouvrent même une bouteille de champagne pour clôturer l’affaire, et David finit par s’endormir sur le canapé du salon…
Lorsque la petite famille se réveille le lendemain, c’est la panique : personne ne reconnaît la maison à l’aspect vintage, le look de chacun est différent et surtout, surtout… les téléphones portables et autres appareils modernes ont disparu !
Les Cartier comprennent vite l’impossible réalité : ils ont voyagé dans le temps et vont devoir cohabiter à nouveau pour une durée indéterminée, au tout début des années 80, précisément à l’époque où Anna et David se sont rencontrés, et se sont juré un amour éternel…
Pourquoi et comment en sont-ils arrivés là ? Et surtout comment feront-ils pour retourner en 2012 ? Bienvenue dans la mystérieuse Timeville ! La ville de tous les temps et de tous les possibles…




BEHEMOTS
Peter Watts


494 pages
24 euros
parution le 15 novembre 2012


Résumé :

Cinq ans après les événements de Rifteurs, le monde s’écroule. Lenie a rapporté des abysses le terrible virus βéhémoth, qui détruit la biosphère terrestre et tue des millions de gens. Tout autour du globe, le chaos s’étend peu à peu, les gouvernements tombent, et les guerres éclatent les unes après les autres. Sur les ruines de l’ancien monde fleurissent des sectes suicidaires, et l’ancien réseau Internet est désormais aux mains de monstres artificiels, qui révèrent Lenie comme une déesse…
Dans une station du fond de l’océan pourtant, quelques nantis espèrent un miracle. Mais Lenie est à leur recherche…




 

samedi 27 octobre 2012

Les sorties de novembre 2012 chez Orbit

 

En novembre

 

 

La Tentation des ombres de Jaye Wells (Grand Format)


La quatrième aventure de Sabina  Kane arrive en Grand Format.  Une fantasy urbaine toujours aussi efficace!
À présent que la menace d’un conflit entre races appartient au passé, Sabina Kane peut s’occuper de l’avenir. Mais son repos sera de courte durée quand des meurtres sadiques menacent les négociations fragiles entre les mages et les vampires.


Sans cœur de Gail Carriger (Grand Format)



Nous ne pouvions pas vous faire patienter plus longtemps… Voici la suite des aventures de la délicieuse et piquante Alexia Tarabotti devenue Lady Maccon.
Alexia a de nouveau des problèmes. Sauf que cette fois elle n’y est vraiment pour rien. Un fantôme fou menace la reine ! Alexia est sur l’affaire et suit une piste qui la conduit droit dans le passé de son époux.
Une histoire de vampires, de loups-garous et de théières.


Mission nocturne – Une aventure de Jill Kismet de Lilith Saintcrow (poche)

Découvrez en format poche une nouvelle héroïne, sous la plume de la mère de Danny Valentine : Jill Kismet.
Des aventures plus dures et plus âpres que celles de Danny, et tout aussi captivantes…

vendredi 26 octobre 2012

Les sorties d'Octobre 2012 chez Asgard/Midgard





Grand format (155x235 mm)
Nombre de pages : 283
Illustrateur : Jimmy Kerast
Date de parution : 22/10/2012
Prix : 18 €
ISBN : 978-2-919140-75-6



Tour à tour inquiétant, fascinant, envoûtant et inattendu, l’univers de Nicolas Liau nous emmène, tout au long des nouvelles qui composent ce double recueil, aux frontières de l’amour, de la mort, de l’angoisse et de l’étrange, à l’aide d’une plume incisive et poétique, héritée des écrivains du XIXème siècle.





Poche (110x170 mm)
Nombre de pages : 330
Illustrateur : Michel Borderie
Date de parution : 22/10/2012
Prix : 8 €
ISBN : 978-2-35900-127-3


Le chaos s’est abattu sur le Monde. Un à un, les royaumes tombent sous les coups d’Hilf Zorkèr, le plus ignoble des Seigneurs de Guerre, et de son armée Sombre. Au château de la Dame Blanche, chacun se prépare à soutenir l’ultime siège, sans espoir. Sans espoir sauf un : la légendaire armée des Chevaliers Vampires, dont la puissance phénoménale résiderait dans leur armure gorgée de sang. La princesse Fhillor va se mettre en quête de ces mystérieux Chevaliers Vampires qui seuls pourraient les sauver. Mais a-t-on jamais vu une légende sauver un empire ?




Poche (110x170 mm)
Nombre de pages : 489
Illustrateur : Didier Cromwell
Date de parution : 22/10/2012
Prix : 8,50 €
ISBN : 978-2-35900-128-0


Jamais l’Irlandaise et le Sioux n’auraient dû se rencontrer. Entre eux, un océan. Des océans... 1845. Jewell O’Connor et Zuzeca Cik’ala Iyasni ne sont encore que des enfants, mais déjà ils luttent pour leur survie dans un monde qui s’effondre. Pour elle, la famine. Pour lui, la guerre. Pour eux deux, la barbarie. Au fil des bonheurs, des apprentissages, des drames et des épreuves, ils cheminent l’un vers l’autre. L’Irlande de la Grande Famine, la New York des gangs, l’Amérique de la conquête de l’Ouest, les grandes plaines sauvages et ses tribus indienne. Une épopée pleine de vent, de fureur et de mystère. Une quête de liberté et d’identité. Une histoire de courage, celui d’une femme flamboyante et rebelle. Mais plus que tout, une grande histoire d’Amour qui marquera à tout jamais une légende à naître : celle de la Femme-Louve.




Semi poche (130x210 mm)
Nombre de pages : 376
Illustrateur : Loki Jackal
Date de parution : 22/10/2012
Prix : 15,50 €
ISBN : 978-2-365990-22-6


Une fille au sein de l’Illustre Institut d’Ithir ? On croit rêver ! Et elle veut étudier la Magie Harmonique en plus. Et pourquoi pas fouiner dans les secrets de l’Institut aussi ? Il ne manquerait plus qu’elle cherche ce qui a bien pu arriver à la seule autre fille que les murs aient abritée. Si cette Méliandra a mystérieursement et définitivement disparu, en quoi ça la concerne ? Non mais je vous jure !

jeudi 25 octobre 2012

SERUM saison 1 épisode 5 de Henri Loevenbruck et Fabrice Mazza


SÉRUM Saison 1 Épisode 5




Éditions J'ai Lu
6 euros
185 pages


Présentation:

1773 : MESMER INVENTE L’HYPNOSE
1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE
2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM
Les révélations de John Singer ont fait sombrer la République Libre de Tumba dans la guerre civile. Une guerre dont l’issue pourrait avoir des conséquences inattendues.
Lola Gallagher, quant à elle, part à la recherche de son frère disparu. Très vite, elle va découvrir qu’elle n’est pas la seule sur ses traces. Mais est-il encore vivant ?
À New York, l’enquête sur Emily Scott piétine.
Une information capitale se trouve quelque part dans les souvenirs du fils de Lola. Draken sait que le sérum pourrait libérer la mémoire du petit garçon.
Le psychiatre ira-t-il jusque là ?

Sérum Saison 1




L'avis de Phooka:



De plus en plus difficile de chroniquer cette série sans spoiler. Je ne veux rien dire des épisodes précédents de peur de donner trop d'informations ou d'indices au chanceux qui attaqueraient tout juste le tome 1, même si le résumé de la quatrième de couverture en dit beaucoup ...

L'enquête piétine. Personne ne sait qui est Emily Scott et surtout personne ne peut expliquer ses visions. Comment une amnésique pouvait-elle savoir autant de choses sur le futur? Lola trop impliquée personnellement est déchargée de l'affaire au profit de son collègue Detroit. Collègue dont les agissements sont franchement limites et perturbants. Sur qui enquête t-il vraiment? Sur Emily? Sur Draken ou sur Lola elle-même?
Draken, lui est toujours en fuite. Personnage ambigu s'il en est, ce psychiatre est controversé et son attitude tellement étrange qu'il est difficile de l'imaginer innocent. Difficile de comprendre ses agissements et le coeur du lecteur oscille en permanence en fonction de son comportement. J'ai rarement vu un personnage suscitant autant de questions.
Lola, elle, est un peu "out" cette fois. Déchargée de l'enquête, elle doit s'occuper de son frère. Une histoire parallèle qui nous emmène en Irlande. Quel rapport entre Lola, son frère et l'enquête? Peut-être aucun, sauf que Detroit fouine ...

Et cette fois, le cadre du roman s'élargit. Nous voilà en Afrique, entre les zèbres et les rhinocéros. Si loin et pourtant si proche, puisque ces "animaux" faisaient partie des visions d'Emily.

Tout se croise, s'entrecroise ... difficile d'avoir une image globale de ce qui se passe, parce que les auteurs distillent les informations au compte goutte. Et pire encore, ils nous étonnent toujours par des révélations et des retournements de situations totalement imprévisibles pour la plupart. On pense avoir compris ... jusqu'à la page suivante qui remet tout en question. Un vrai régal, une vraie frustration.

Une fois de plus, ce nouvel épisode se dévore en un rien de temps. Il se lit de la même façon qu'on regarderait une série policière américaine, avec envie et gourmandise. Évidemment à la fin, on n'a qu'une envie ... celle de "regarder" le prochain épisode. L'épisode 6, d'ailleurs qui devrait conclure la saison 1, en attendant le saison 2. C'est vraiment un concept original et addictif que cette série/lecture au rythme d'un tome par mois. Vivement la suite !

mercredi 24 octobre 2012

MA PLUS BELLE HISTOIRE D'AMOUR de Raphaël Cardetti




ebook chez chapitre.com
2,49 euros

Résumé :

L’Empreinte sanglante d’un pied nu, la suivre au long d’une rue… L'auteur s'est amusé à suivre les règles d’un petit jeu d’écriture : donner corps à une idée en devenir depuis presque un siècle et demi, posée par Nathaniel Hawthorne - l’un des pères de la littérature américaine, dans un texte au nombre de signes limité.


L'avis de Dup :


Raphaël Cardetti nous propose de passer un moment aux côtés d'un écrivain, presque dans sa tête, car cette nouvelle est écrite à la première personne du singulier. Ce dernier suit dans la rue enneigée les traces de pas ensanglantées, les empreintes d'Agathe. Agathe, c'est son amour et il faut qu'il la rattrape avant les autres, il faut qu'il la protège.
C'est un romancier à succès, spécialisé dans les belles histoires d'amour, celles qui se finissent toujours bien. :))  Ses livres se vendent comme des petits pains. Son lectorat, principalement féminin, pour ne pas dire exclusivement ( ça m'énerve de rapporter ça...), touche la ménagère, tranche d'âge 35-65 ans. C'est le rapport des sondages de son éditeur...
Il est sans cesse démonté par les journalistes, ses confrères et même les blogs ! (mdr, ça je préfère !). Mais il s'en moque, il vend. Et il le clame lors des interviews, des dédicaces : s'il a un tel succès, c'est qu'il sait de quoi il parle ! 
Mais pour l'heure il court, il doit retrouver Agathe... et tout en courant, il a un flash : le titre de son prochain roman : "Deux êtres pour une éternité" ! Tout est réunis dans ces cinq mots ! L'amour, la vie, la mort ! (argh)
Il est très modeste notre écrivain...

Cardetti nous dépeint avec cette nouvelle qui reste un thrilller, je tiens à le préciser, les méandres psychotiques d'un écrivain dont la conception de l'amour est...euh spéciale ! Un agréable moment de lecture dans lequel on retrouve avec plaisir la plume de l'auteur, son humour, son érudition et surtout son esprit machiavélique.

Du même auteur : Le paradoxe de Vasalis



Pensez à voter pour votre nouvelle préférée du recueil  ici !

Babelio lance Le mois de l' imaginaire








MAIS EN QUOI CONSISTE DONC CE MOIS DE L’IMAGINAIRE ?

Du 20 Octobre au 20 Novembre, venez chanter à la gloire de ce genre littéraire en ajoutant dans notre base de données un maximum de titres-sans oublier de les agrémenter des étiquettes correspondants au genre en question-, mais aussi des critiques, des citations, des auteurs, des biographies…ou que sais-je encore ! Faites jouer votre imagination puisque nous œuvrons pour un tremplin vers l’imaginaire !


PARCE QUE C’EST BIENTÔT NOEL…

N’hésitez pas à participer à ce mois de l’Imaginaire et à partager votre passion pour ces littératures, vous pourrez alors peut-être participer au Masse Critique spécial Imaginaire que nous lancerons le 20 Novembre !






Tout est expliqué ICI



mardi 23 octobre 2012

OUROBOROS de Franck Thilliez





ebook, chez chapitre.com
2,49 euros


Résumé :

L’Empreinte sanglante d’un pied nu, la suivre au long d’une rue… L'auteur s'est amusé à suivre les règles d’un petit jeu d’écriture : donner corps à une idée en devenir depuis presque un siècle et demi, posée par Nathaniel Hawthorne - l’un des pères de la littérature américaine, dans un texte au nombre de signes limité.  

L'avis de Dup :

Charly, scénariste et dessinateur de BD s'est retiré dans un chalet isolé en pleine forêt montagnarde. Tout juste un petit village plus loin quasiment inoccupé, sans aucun commerce. Il se réveille le 15 octobre, il a un trou de mémoire de quinze jour. Il se souvient juste d'être venu s'installer là le 1er octobre avec un stock de nourriture et de whisky pour tenir un siège. Et bien sûr tout son matériel pour dessiner.
Par terre des cadavres de bouteilles vides, des sacs poubelle s'entassent, et dans l'âtre de la cheminée les restes calcinés des dessins du tome 3 d'Ouroboros, pour lequel il est venu s'isoler. Un seul dessin y a réchappé à moitié. On y voit Teddy, son personnage flic qui lui ressemble tant, accroupi tenant une enveloppe kraft avec une inscription dessus. Une impression de déjà vu le tenaille...
Il remarque également que l'album photo de son mariage est ouvert à côté de lui et une photo bien étrange s'y est glissée. Une empreinte sanglante d'un pied nu. Encore un sentiment de déjà vu. Sur cette photo, il reconnait son écriture. Il est inscrit " La suivre au long d'une rue ".

Et il se souvient. Mais ses souvenirs s'emmêlent. Est-il Charly ou Teddy ? Est-ce Sullivan qui le manipule ? Sullivan, c'est le grand méchant tueur en série dans les tomes précédents. Et même ce décor, est-il réel ou créé par son feutre ou son crayon ?

L'embrouille créée par Franck Thilliez est magistrale, on s'enferme, on s'enterre avec Charly. Comme lui on est perdu psychologiquement. Les repaires temporaux, spatiaux volent en éclat. Cet auteur à le chic de manier les dates, les faits et ce n'est qu'à la toute fin que l'on se rend compte qu'il nous a complètement manipulé. Comme il l'a fait avec son personnage. Et que oui, comme l'Ouroboros, nous aussi on se mord la queue.

Du grand art. A lire de toute urgence, d'autant que cette nouvelle ne vous prendra qu'une bonne demie-heure de lecture. En tout cas bien moins que d'écrire cette chronique :P



Pensez à voter pour votre nouvelle préférée du recueil  ici !

L'EMPREINTE SANGLANTE... de Dup :))



Cette semaine j'ai décidé de suivre pour vous

"L'empreinte sanglante d'un pied nu,

la suivre le long d'une rue."



Je ne vous parlerai que de mes quatre préférées,
qui ne paraîtront pas forcément dans l'ordre alphabétique...

GIEBEL


Et vous? Vous avez une nouvelle préférée?

Votez pour elle ! 

dans les commentaires de ce billet, 
juste pour le fun 
et on fera une petite récap pour savoir laquelle remporte le plus de suffrages.
Ce serait rigolo non ?





lundi 22 octobre 2012

LES SEPT LAMES Tome 2 de David Chandler


Tome 2 Un voleur dans la nuit



Editions Milday
640 pages
9.90 euros



Résumé

La réputation de Malden, le plus talentueux des voleurs, n'est plus à faire. Cet esprit indépendant n'a aucune envie de partir en croisade contre les forces du mal. Mais en sauvant la vie du chevalier Croy, Malden se voit remettre l'une des sept lames magiques capables de venir à bout des démons. Héros malgré lui, Malden rejoint Croy et le barbare Mörget, bien résolus à se débarrasser d'une créature maléfique tapie dans une cité souterraine. 
La présence de Cythère, sorcière au visage de fée, promise au chevalier mais éperdument amoureuse du voleur, et la promesse d'un trésor inestimable dans l'antre du démon vont rendre l'aventure irrésistible...


L'avis de Phooka:

Petit préambule

Les Sept lames, c'est "l'autre" série de fantasy inédite publiée directement en poche chez Milady. Et comme personnellement je trouve cette démarche vraiment agréable, je ne manque pas de le souligner. Je regrette d'ailleurs que cette initiative ait peu de succès ...
Autre rappel, David Chandler n'est autre que David Wellington, dont vous connaissez peut-être la série des vampires (Vampire story -tome 1: 13 balles dans la peau,Vampire story -tome 2: 99 cercueil et Vampire story -tome 3: Vampire zéro) et celle des zombies.



Le premier tome de cette série, L'antre des voleurs, s'était révélé être une bonne surprise, malgré quelques longueurs. Ce second opus ne fait pas exception à la règle: quelques longueurs, mais au final un roman de fantasy franchement sympathique. Dans ce nouveau volume, les longueurs sont au début,  l'auteur resitue un peu les personnages, remet les lecteurs dans l'ambiance et l'action a un peu de mal à démarrer. Par contre, une fois tout en place c'est "que du bonheur" !

On retrouve bien sûr Croy, pardon Sire Croy toujours aussi à cheval sur l'honneur et les règles de chevalerie et Malden, toujours aussi à cheval sur pas grand chose, sauf sa propre liberté de mouvement (ce qui est nécessaire à un voleur tel que lui). Cythère, elle aussi, est présente et même sur le point d'épouser Sire Croy lorsqu'une sorte de géant barbare interrompt la cérémonie pour leur proposer une quête consistant à traquer un démon, ce que Croy ne peut évidemment pas refuser. Honneur de chevalier oblige ! Malden n'a pas la moindre intention d'aller se fourrer dans des situations impossibles et décide de les laisser en plan, sauf que bien sûr le destin en a décidé autrement et ils se retrouvent tous les trois à accompagner ce géant barbare, Mörget, dans son aventure. 

Une fois le récit mis en place, le lecteur se régale à suivre cette petite troupe dans son équipée. Sire Croy est égal à lui même, saoulant avec son amour dégoulinant pour Cythère (au point de ne pas se rendre compte que Malden lui fait les yeux doux lui aussi), bourré d'honneur et de principes au point de risquer sa vie et celle de ses amis. Malden lui, arrivé dans cette folle aventure par hasard aura besoin de tous ses talents de voleur et de survivant pour s'en sortir.

Clairement dans cet opus c'est Croy et son indéfectible courage qui est à l'honneur. Croy qui ne renonce jamais, têtu, opiniâtre, il faut avouer que ce chevalier a du caractère. Pourtant il n'est pas le "grand héros" caricatural que l'on pourrait imaginer. Il est pénible, pinailleur et franchement insupportable; par contre sa loyauté n'est jamais prise en défaut et il ne lâchera pas ses équipiers quoiqu'il advienne. Il est vraiment la clé du roman. Malden et Cythère bien que très présents, sont un peu plus en retrait, du moins j'ai eu cette impression. 
L'autre personnage impressionnat par sa présence et par sa taille, c'est bien sûr Mörget. A nouveau un héros en demi-teinte. Brillant, incroyablement fort et puissant, rien ne peut lui résister. Lui aussi, comme Croy, porte l'une des sept lames. Il doit détruire le démon pour prouver à son peuple qu'il est un grand guerrier et toute sa pensée est tendue vers ce but. Sa grande différence avec Croy c'est qu'il est prêt à sacrifier n'importe quoi ou n'importe qui à sa quête. Un drôle de barbare, souvent héroïque, mais pour quelques sombres raisons, on ne peut pas s'empêcher de douter de lui et on ne lui fait pas totalement confiance ...

C'est d'ailleurs toujours le critère principal de cette série de David Chandler. L'auteur utilise les plus gros clichés de la fantasy pour mieux les détourner et rendre des personnages stéréotypés, finalement atypiques. Et c'est un réel plaisir que de les suivre dans leurs aventures, ils sont terriblement attachants, avec leurs défauts (parce qu'il en ont pleins) et leurs qualités (parce qu'ils en ont pleins aussi).

Au final, je vais faire un peu le même reproche que pour le premier opus de la série. Le roman aurait gagné en puissance à être un peu plus court, ça l'aurait rendu beaucoup plus "pêchu" et du coup totalement addictif. En l'état, il reste un roman de fantasy très agréable à lire, mais comporte quelques longueurs. Il n'empêche que je découvrirai la suite avec plaisir.

dimanche 21 octobre 2012

En octobre 2012 chez Milady




 En Octobre chez Milady



Une nouvelle série ...





Une nouvelle série originale, pleine d'action dans la veine de Mercy Thompson de Patricia Briggs et LesVampires de Chicago de Chloe Neill.


Des héros emblématiques qui forment un couple du tonnerre à l'instar du couple Cat et Bones dans la série Chasseuse de la Nuit de Jeaniene Frost.


NUIT DE SANG
Belladone - Tome 1
Auteur : Michelle ROWEN


PARUTION LE 26 OCTOBRE 2012


Une série coup de cœur de bit-lit pour octobre !

Pour Jillian Conrad, l’expression « être au mauvais endroit au mauvais moment » prend tout son sens. En effet, kidnappée par un assassin, elle se retrouve au beau milieu d’une guerre sans merci, qui oppose les vampires à une organisation gouvernementale tentant de protéger l’humanité de ces monstres sanguinaires. Mais les apparences peuvent être trompeuses et son ravisseur, Declan, pourrait bien être son seul espoir.
















samedi 20 octobre 2012

Deux bougies chez RIFFLE NOIR !


Le blog des éditions RIFFLE NOIR
fête ses deux ans !

Vous savez, j'en ai parlé il n'y a pas longtemps de cette maison d'éditions.
C'est celle de notre ami Michaël Moslonka
une des victimes de notre Mois2

qui a sorti récemment



Bref, pour souffler les bougies avec eux, 
ils organisent un chtit concours :))
Et devinez qu'est-ce-qu'on gagne ?
DES LIVRES !

C'est jusqu'au 30 octobre
et ça ce passe ICI




Et si vous avez des soucis pour la question subsidiaire, je peux peut-être vous pistonner... moi je dis ça, je dis rien.


vendredi 19 octobre 2012

Concours LE SPECTRE DES ABYSSES



Les Editions Bayard jeunesse et Bookenstock
s'associent à nouveau pour vous proposer de gagner 
un exemplaire de


KATE FALLS


A votre clavier :


* Les questions :

1 - Citer un autre concours que nous avons organisé avec les éditions Bayard jeunesse.
2 - Pourquoi ce livre vous attire 
3 - Que lisez-vous en ce moment ?


* Les règles :


- Un mail sur bookenstock.concours(at)gmail.com avec l'intitulé du concours, les réponses et votre adresse.
- Une participation par personne, même nom, même adresse

Ce concours est ouvert pour la France et les pays limitrophes...

Nous nous réservons le droit de ne pas tenir compte des participations ne répondant pas à un minimum de courtoisie.
Le gagnant sera tiré au sort parmi les bonnes réponses.
Nous ne sommes pas responsables en cas de non réception du livre (perte par la poste etc...)

Date limite de participation : jeudi 1er novembre 2012 à minuit.



Bonne chance à tous !


jeudi 18 octobre 2012

LES ADVERSAIRES de Fabien Clavel



LES ADVERSAIRES
Fabien Clavel


Editions Le pré aux clercs
Collection Pandore
367 pages
16 euros


Résumé :

Depuis des millénaires, un tournoi oppose les anges de l'Ordre aux légions du Chaos. Ces duels à coups d'épées flamboyantes doivent rester inconnus des humains. Jusqu'au jour où la jeune Ayati est témoin d'une de ces luttes à mort au bout de sa rue. Engagée malgré elle dans l'ultime bataille entre les deux clans immortels, elle devra risquer son âme et mettre en péril son amour, alors que le monde menace de basculer dans l'Apocalypse.


L'avis de Dup :

Les signes sont là, indéniables. L'Apocalypse va recommencer, comme tous les 372 ans. Dieu désigne ou envoie sur Terre sept Philiaphores qui devront se battre à mort. Des Philiaphores, si j'ai bien compris, ce sont justement des anges de l'apocalypse qui viennent déverser chacun une coupe de la colère de Dieu. Et il ne devra en rester qu'un, qui sera El, l'élu. Seulement cette fois-ci, il semble que ce soit le bazar ! Il s'avère que parmi les Philiaphores, il y a des anges déchus, des êtres animés par des démons, bref des ennemis quoi !

Noguel, dont la couverture est d'être commissaire, pardon lieutenant de police, est un Éon. Un chef ange sur terre en quelque sorte. C'est lui qui a "senti" la présence d'une humaine, Ayati, lors du premier combat. Il la confie à Tumaël, un Veilleur. Un Veilleur c'est un ange qui a renoncé à ses ailes pour une vie humaine. Tumaël est écrivain... 
Mais Ayati va se révéler bien plus qu'une simple témoin humaine.
Puis il y a Driss, le rebeu qui était dans sa classe au lycée l'an dernier, en Terminale. Et lui, il va jouer dans la cours des méchants...
Et bien sûr ces deux là vont se retrouver !
Le tout se passe dans la banlieue parisienne, à Villejuif.

Ayati et Driss sont des personnages intéressants. Ils ont leurs fêlures, souffrent tous les deux d'un manque d'amour parental. Chacun pour des raisons totalement différentes. Et cet état de faits est très bien exploité par l'auteur. On s'attache très vite à ces deux jeunes légèrement à la dérive qui cherchent leur place.
Noguel est antipathique au possible tout en restant énigmatique.
Tumaël est très attendrissant et je regrette qu'il n'ai pas été plus exploité.
Sammaël, l'équivalent de Noguel chez les démons est lui, très charismatique...

Construit sur une alternance de chapitres entre le clan des anges et celui des cabalistes, ce livre se lit très vite. Ils ont chacun leurs arguments, les défendent et ma foi, les deux clans sont sympathiques. Le seul reproche que je ferais, c'est la complexité du vocabulaire... euh, angélique ! Disons qu'il faut s'accrocher au début, et puis très vite on prend nos repaires et la lecture devient bien plaisante.

J'ai beaucoup apprécié l'humour de l'auteur, qui même s'il écrit sur un sujet très spirituel, donne clairement ses opinions. Toute l'action se passe donc à Villejuif, sous un temps de cochon : une pluie battante, glaçante, qui semble ne jamais vouloir s'arrêter.
Pensées de Tumaël devant cette pluie, page 217.
S'il y avait un Dieu là-haut, son mécontentement devenait évident. Soit il leur envoyait un nouveau déluge, soit il pleurait, soit il leur crachait à la gueule pour exprimer son mépris. Le Veilleur penchait pour la troisième solution.
Pensées de Noguel, page 280.
Cette répétition de l'Apocalypse le fatiguait. Pourquoi tant de cruauté ? Quel était l'intérêt de forcer des esprits à s'affronter jusqu'à la mort ? N'y avait-il pas d'autres moyens de déterminer qui était digne de se voir chevauché par Dieu ?

L'écriture de Fabien Clavel est dynamique, fluide, bref très agréable. Et si le sujet a été vu et revu, le traitement qu'en fait l'auteur est original. Un agréable moment de lecture que je ne peux que vous conseiller !