dimanche 30 décembre 2012

Le prochain Olivier Peru


Sor Bookenstock, on adore Olivier Peru. Il n'y a qu'à regarder la liste de nos chroniques:


Peru Olivier et McSpare Patrick

Les Hauts-conteurs tome 1 (par Dup)
Les Haut-conteurs tome 1 (par Phooka et mini-Phooka)
Les Hauts Conteurs tome 2 : Roi Vampire (par Phooka et mini-Phooka)
Les Hauts-Conteurs tome 3: Coeur de Lune
Les Hauts-Conteurs tome 4 : Treize damnés

Peru Olivier
Druide (par Phooka)
Druide (par Dup)

(et encore on ne parle pas des BD)


Alors on ne pouvait pas manquer de vous parler de son "futur" bébé: MARTYRS qui sera publié chez J'ai Lu en semi-format (genre le trône de fer) et dont vous pouvez admirer la couverture ci-dessous.



Sortie prévue le 03 avril 2013

On vous en reparle très bientôt !

source

samedi 29 décembre 2012

Les sorties Seuil Jeunesse de Janvier 2013




Département 19 Le réveil du monstre, livre II-2 
Will HILL 



Broché
145 x 215 mm
432 pages
17 euros

Ils n’existent pas, mais ils vous sauvent la vie tous les jours... Le troisième roman de la série Département 19, le service secret chargé des affaires surnaturelles. Le livre À la Boucle, le QG du Département 19, Jamie Carpenter ne sait plus où donner de la tête. Valentin Rusmanov, qui refuse que Dracula, son ancien maître, ne mette le monde à feu et à sang, s’est constitué prisonnier afin de collaborer. Jamie ne sait pas s’il peut lui faire confiance, mais il n’a pas le choix et doit accepter l’aide du vieux vampire. Car il sait que le pire reste à venir : Dracula se ragaillardit, grâce au bons soins du fidèle Valeri Rusmanov. L’Heure H – le moment où le vampire aura retrouvé ses redoutables pouvoirs – approche dangereusement… Et ce jour-là, Jamie le sait : le Département 19 devra mener une bataille sanglante contre la plus redoutable des créatures. 


L'auteur Will Hill est née dans le Nord-Est de l’Angleterre et vit aujourd’hui à Londres. Il a occupé divers emplois, allant de barman à éditeur en passant par libraire, avant de se consacrer pleinement à l’écriture de Département 19.

Traduit de l'anglais par Frédérique Fraisse





Pour toi je décrocherai la lune

 Gregory HUGUES



Broché
140 x 205 mm
384 pages
13,90 euros



L'incroyable périple de deux orphelins à la recherche de leur oncle dans les rues de New York, mené par une fillette hors du commun. Drôle, bouleversant, libre, incroyablement humain. Un véritable coup de coeur ! Le livre Après avoir enterré leur père à la mode indienne afin d'éviter l'orphelinat, Bob, 12 ans, et sa soeur Ratte, 10 ans, partent seuls pour New-York à la recherche de leur seule famille : un oncle à la réputaion sulfureuse. Les voici bientôt dans la grande ville, livrés à eux même et sans logis. Heureusement, Ratte déborde d'énergie et d'imagination. Reine des comédiennes, elle n'a pas son pareil pour se faire des amis. Et pas n'importe lesquels : un trafiquant de cigares à la petite semaine, un vieil avocat verreux reconverti dans les arrnaques à six sous, un rappeur au sommet de sa gloire… Mais Ratte, avec son caractère imprévisible et son insouciance de petite fille, est aussi capable de vous entraîner dans les pires embrouilles. Et Ratte est fragile : ses crises de catalepsie la laisse chaque fois un peu plus diminuée… Bob l'accompagne dans son périple. Il la câline quand elle a besoin d'être câlinée, la rassure quand elle a besoin d'être rassurée, et tente de la raisonner quand elle dépasse les bornes. Jusqu'où la fillette les conduira-t-elle ? On sait bien que deux enfants de 10 et 12 ans ne peuvent vivre bien longtemps, seuls, dans une ville comme New-York… Une histoire poignante. 
Grégory Hugues crée un monde unique, à la fois désopilant, touchant et tragique. 

L'auteur Après une adolescence chaotique (et quelques années en centre de détention), Gregory Hughes, né à Liverpool, a entrepris de voyager à travers le monde. Scaphandrier au Canada, employé d’une compagnie de Ferry à Manhattan, cuisinier en Norvège, il a posé ses valises en Islande pour écrire son premier roman, Unhooking the moon.

Le traducteur : Traducteur de John Grisham et de Tom Wolfe, Benjamin Legrand est également l’auteur de romans noirs aux éditions du Seuil ( Le Cul des anges, 2010 ; Un escalier de sable, 2012).


vendredi 28 décembre 2012

J'AIME VOTRE PEUR de Karine Giebel





ebook chez chapitre.com
2,49 euros

Résumé :

L’Empreinte sanglante d’un pied nu, la suivre au long d’une rue… L'auteur s'est amusé à suivre les règles d’un petit jeu d’écriture : donner corps à une idée en devenir depuis presque un siècle et demi, posée par Nathaniel Hawthorne - l’un des pères de la littérature américaine, dans un texte au nombre de signes limité.


L'avis de Dup :


Un couple au lit. Lui est flic, elle écrivain.

Elle : L'empreinte sanglante d'un pied nu, la suivre au long d'une rue... t'en pense quoi ?
Lui : Ils ont de drôles d'idées les éditeurs d'imposer une phrase de démarrage !
Elle : Mais encore, qu'est-ce-que ça t'inspire ?
Il lui décrit quelques scènes atroces
Elle : Non, c'est du déjà vu et revu
Lui : C'est bien pour ça que c'est toi l'écrivain
Il commence a être inspiré par tout autre chose quand son portable sonne.
" Chef, Maxime Hénot s'est fait la malle de l'UMD !"
Maxime Hénot, c'est un dangereux psychopathe qu'il avait réussi à coffrer il y a quelques années après six crimes horribles.

Sonia, éducatrice organise une petite semaine d'excursion dans le Vercors pour une quinzaine de petits gamins handicapés. Le chauffeur du bus qui devait être Bertrand est Gilles. Beaux yeux bleus. A du mal au démarrage, cale deux fois. Luc, le prof de sport recruté pour l'occasion arrive en retard, panne de voiture. Beaux yeux bleus lui aussi. Les activités sportives qu'il va proposer dès le premier jour sont bancales, peu adaptées.

Voilà, vous avez compris, le vilain psychopathe s'est glissé dans le bus de voyage scolaire. C'était la meilleure planque pour déjouer le plan épervier et passer entre les mailles du filet.
Est-ce Gilles le chauffeur ? Ou Luc ?

Karine Giebel alterne les personnages à chaque paragraphe. Les passages sur Hénot font froid dans le dos, il le dit lui même. Quelle meilleure occasion ! Il est le loup dans la bergerie...

Elle est trop forte cette Karine, c'est la troisième fois que je relis cette nouvelle, et à chaque fois je stresse à mort. J'adore !



Et hop, une nouvelle chroniquée à inscrire pour le challenge de Lune !





jeudi 27 décembre 2012

Le mois de février sera le mois de ...



MARIE CAILLET





Auteur de la série jeunesse L'héritage des Darcer publiée chez Lafon, son troisième tome sort le 03 janvier 2013 et comme c'est une série que j'adore, c'est le moment d'en découvrir un peu plus.










Lorsqu'on s'appelle Mydria, qu'on est la fille unique et chérie des puissants Siartt, et qu'on a pour objectif principal d'accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse. Jusqu'au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n'est nullement Siartt, mais l'ultime héritière d'une dynastie renversée depuis des générations ! Horreur : à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides un sifflet et le Don d'Aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté... Le pire danger ne l'attend peut-être pas derrière l'errance, la bataille et les cloques aux pieds. Le pire danger pour un cœur confiant ne tient peut-être qu'en un seul nom : Orest.


Les chroniques sur Bookenstock:



Comme toujours, enoyez-nous les liens de vos chroniques/interview/articles sur cet auteur pour que nous puissions vous citer dans la récap au début de Mois de Marie Caillet.

On essaye de négocier un partenariat, mais fêtes obligent nous n'avons pas encore de réponses. Stay tune !



mercredi 26 décembre 2012

LE DERNIER APPRENTI SORCIER Tome 2 de Ben Aaronovitch



MAGIE NOIRE À SOHO


Editions J'ai Lu
Collection Nouveaux Millénaires
378 pages
18 euros


Résumé :

Après avoir réconcilié les divinités qui se partagent la Tamise, et mis hors d'état de nuire un tueur en série sorti d'un conte pour enfants vieux de plusieurs siècles, l'agent Peter Grant et l'inspecteur Nightingale pensaient pouvoir souffler un peu. Mais le repos n'est pas une option pour les deux derniers sorciers de Londres : ce sont cette fois les jazzmen de la capitale anglaise qui meurent un peu trop souvent et dans des conditions un peu trop suspectes. Au son du swing, du bop et de l'électro, Peter nous emmène dans les clubs enfumés de Soho, où magie et musique forment les deux faces d'un même penny...




L'avis de Dup :

Attention, risque de spoilers pour le tome précédent.

J'ai retrouvé avec plaisir notre futur grand sorcier Peter Grant, toujours en apprentissage auprès de Nightingale qui se remet doucement de sa perforation pulmonaire. Du coup, toutes les actions sur le terrain sont pour lui, mais cela ne le dispense en rien de ses entraînements, de ses études des langues mortes, des recherches dans les vieux grimoires poussiéreux et de tous les tracas administratifs et informatiques inhérent au métier de policier. 24 h par jour n'est souvent pas assez, surtout quand on se trouve une petite amie...
Et sur le terrain, il va y en avoir : des musiciens de jazz de Londres tombent comme des mouches en fin de concert, victimes d'attaques magiques. Or Nightingale soutient qu'il est le dernier sorcier de Londres et donc que ces actions ne peuvent émaner que de magiciens noirs. Cela chiffonne beaucoup notre ami Peter, étant un homme de couleur ...le distinguo lui plait moyen. Comme en plus son père est un jazzman presque à la retraite, mais qui tente un come back, il se sent doublement concerné.

Par le biais de cette nouvelle enquête, Ben Aaronovitch nous fait revisiter tous les grands classiques du jazz. Mais particulièrement Body and soul et toutes les différentes interprétations possibles de ce morceau, suivant le musicien, l'instrument, les époques, etc ... Je l'ai fredonné en permanence durant toute ma lecture !

C'est toujours aussi loufoque, on y croise des créatures spéciales que je vous laisse découvrir, tant l'imagination de l'auteur est débridée. On sent le londonien pur race, qui aime et connaît sa ville comme sa poche au point d'en faire un personnage à part entière. Et moi, mauvaise élève, je n'avais toujours pas de plan de Londres sous les yeux ! Mais qu'importe, je me suis laissée bercer par tous ces noms de quartiers, de rues, de places, de ponts déjà entendus ou lus ailleurs. Je me suis créé un Londres à moi qui s'adaptait très bien à l'histoire.

Et puis toujours cet humour so british, pince-sans-rire dont je suis fan. Véhiculé par Peter qui est le narrateur, qui se moque gentiment mais sûrement de la police et de son institution : la Metro, du rôle de l'agent de police et de sa formation. Rien que sur ce thème, j'ai noté au moins une dizaine de citations ! Je trie...



Quand on enquête sur un meurtre, on commence par la victime, étant donné que généralement, au début, c'est tout ce que l'on a. L'étude des victimes est appelée victimologie - tout sonne mieux avec un "ologie" collé au bout. Pour être sûr qu'on s'y prenne correctement, la police a inventé la mnémotechnique la plus nulle du monde - 5*WH & H - alias Who ? What ? Where ? When ? Why ? and How ?
La prochaine fois que vous verrez les images d'une enquête en cours à la télévision, dites vous bien que si vous apercevez un groupe d'inspecteurs à l'air grave, ils sont probablement en train de se demander dans quel putain d'ordre c'est censé fonctionner. Une fois ce problème résolu, les policiers épuisés se retirent généralement dans un bar voisin pour souffler un peu.


Voilà, c'est ça Ben Aaronovitch, c'est comme ça tout le temps et c'est succulent ! Pour moi, l'histoire derrière devient presque secondaire. Alors quand en plus celle-ci est intrigante, que les aventures ou plutôt mésaventures de Peter se succèdent à un rythme effréné, les pages défilent toutes seules et ce n'est que du bonheur de lecture.

Un des personnages principaux présent dans le tome 1 et que j'avais bien apprécié, Lesley, est quasiment occulté dans cet opus. Elle a bien des soucis à gérer suite à quelques incidents magiques qui ont eu lieu précédemment. Plus j'approchais de la fin, et plus je me disais que j'allais déplorer son absence dans ma chronique. Mais la fin concoctée par l'auteur me coupe l'herbe sous le pied, et me propulse dans le clan des accros, impatiente d'avoir le tome 3 entre les mains !



Si vous avez lu le tome 1, n'hésitez plus, cet opus est à la hauteur du premier. Quant aux autres, je me demande bien ce que vous faîtes à traîner encore ici !


mardi 25 décembre 2012

Joyeux Noël





Les deux mémés La fabuleuse équipe de Bookenstock, vous souhaite un Joyeux Noël !!!


Profitez-en bien et on espère que vous avez reçu des tonnes de bons et beaux livres !



dimanche 23 décembre 2012

En avant-premières 2013 chez MNÉMOS


Régis Antoine Jaulin
LE DIT DE SARGAS




Un récit mythologique d'une intensité tragique unique; 
À lire sans compter, les yeux éblouis par les exploits des dieux et des héros, la mémoire emplie des souvenirs des contes et légendes de notre enfance ou du merveilleux Silmarillion de JRR Tolkien.


Erik Wietzel
LA PORTE DES LIMBES





Un petit groupe enquête aux sources de l’occulte à travers des séances de spiritisme
Entre les essais scientifiques de l’atome, la création de peintures mystiques, la communication avec les morts,
le roman puise aux sources de l’occulte, des puanteurs fin de siècle et du fantasme du passage vers l’au-delà.


Jacques Martel
LA GUERRE DE L'HYDRE






L’histoire de destins pris dans les griffes d’une guerre épique
Au rythme des tambours de guerre : chaque histoire est une ligne de l’Histoire de la cité de l’Aube du monde, qui s’en trouvera changée à tout jamais.





samedi 22 décembre 2012

Les Bragelonne de Noël ...


Jon Shannow de David Gemmell,
 illustration de Didier Graffet




Hordes de Laurent Genefort,
illustration de Didier Graffet aussi





Genesia d’Alexandre Malagoli,
illustration de Pascal Quidault
(comprend le quatrième tome inédit !)






La Revanche des Nains de Markus Heitz,
illustration de Paul Mafayon




vendredi 21 décembre 2012

APOCALYPSIS Tome 5 de Eli Esseriam





OMEGA




Editions du Matagot
Nouvel Angle
295 pages
14,90 euros



4 ème de couverture :

L’Oméga. La fin. L’Apocalypse. Alice, Edo, Maximilian et Elias doivent enfin affronter leur destin, ensemble. Tandis que l’heure du choix approche, les quatre Cavaliers sont pris dans un tourbillon de révélations qui mettra à mal toutes leurs convictions. Que sont les ténèbres, quelle est la lumière ? Ils devront cependant oublier leurs doutes, car leur mission est simple : détruire l’humanité, et n’épargner que 144.000 âmes. En seront-ils capables ?


L'avis de Dup :


Attention, sûrement, inévitablement des spoilers par rapport aux tomes précédents. Je vais tâcher en revanche de ne rien dévoiler de ce tome 5 et cela ne va pas être de la tarte, je vous le dis !

Alors tout d'abord : Énorme coup de cœur . 
Quelle plume cette Eli, quelle verve. On en prend plein la vue, plein la tronche, mais surtout plein le cœur. Je suis passée du rire aux larmes, de l'incrédulité à l'ébahissement. Il y a eu des moments où je me suis dit : mon dieu, elle est complètement barje ! Oui, mais génialement barje, car tout est pensé, pesé, posé là où il faut.

Construit à nouveau comme la série des quatre tomes précédents, même si à chaque fois nos quatre cavaliers sont réunis. La première partie concerne Alice, puis l'histoire continue vue par Edo, puis Maximilian, et enfin Elias. Puis vient une petite cinquième partie, qui est après, ou l'après... c'est selon notre interprétation. Personnellement j'ai adoré. Je comprends que cela interpelle beaucoup, déroute certains. Moi je l'ai ressenti comme une suite logique de la puissance du pouvoir du cavalier pâle, conjuguée à la personnalité d'Elias... mais je n'en dis pas plus.
Revenons à cette construction. Dans chaque partie, on a en plus quelques chapitres qui concernent d'autres personnages qui gravitent autour de nos cavaliers. Parce qu'à la lecture des quatre premiers tomes, on se dit ou on se doute qu'il y a un lien entre eux. Là, Eli nous le met clairement en évidence. Enfin clairement ...je m'entends hein ! Faut s'accrocher, faut vouloir trouver. Moi j'ai fini, au milieu de la partie 3 concernant Maximilian, par poser mon livre, prendre une grande feuille ( qui n'a pas été assez grande au final d'ailleurs ) et poser sur le papier le nom des quatre cavaliers. Puis au-dessus d'eux leurs parents, à côtés les fratries, en dessous les proches. A côté encore, à part, les autres personnages secondaires et petit à petit, en reprenant ma lecture du début ( et oui, je suis pugnace ), mettre les flèches, les relations. Ben vous savez quoi ? C'est un vrai merdier, il y a des flèches partout, ça se croise, ça s'entrecroise et pourtant quand je prends du recul, que je regarde mon schéma, je me dis que c'est tout simplement génial. C'est de la folie, mais une folie constructive.

On retrouve la froideur calculée de "Universalice", la hargne et la niaque d'Edo, le bagout, la classe, en un mot "le style" de Maximillian, la douceur et la réserve d'Elias : le tout avec délice ! Les envolées lyriques d'Eli Esseriam sont un pur bonheur, ce sont des pages entières d'affilées qu'il faudrait citer pour vous permettre de savourer la subtilité de sa plume. Donc je ne vois qu'une solution : LIRE CETTE SÉRIE D'URGENCE !

Eli n'épargne rien à ses personnages, et encore moins à ses lecteurs. Même Drita et ses oignons m'ont fait pleurer... La maladie, la folie, le décès, l'amour, la haine, le rejet, tout est abordé. Et surtout la Croyance. En ce que vous voulez comme elle dit si bien, mais l'importance de croire. C'est une très belle notion, amenée tellement bien qu'elle fait du bien... ben d'y croire justement !
Et puis un dernier coup de chapeau au chapitre concernant Iris qui s'adresse à son fils Elias. Quel magnifique hommage à la mère et au rôle de maman. Le chapitre entier serait à citer là, franchement ! Chaque ligne ligne m'a prise aux tripes, j'ai fini le chapitre en apnée alors que je l'ai lu doucement, savoureusement. Puis je l'ai relu, re relu : que c'est beau ! Un tout petit bout pour vous donnez l'eau à la bouche :

Tu n'as pas rajouté des années à ma vie, c'est vrai. Mais tu as rajouté de la vie à mes années.
Et pas longtemps après, on a un chapitre où l'on croise une autre mère complètement azimutée, à l'ouest, disjonctée. C'est ça l'effet kiss cool Eli Esseriam, la douche écossaise. Il faut un cœur bien accroché, car c'est le grand huit assuré. J'adore, je suis devenue une fan inconditionnelle. Eli, j'avoue mon addiction complète à votre plume et il est hors de questions que vous vous tourniez vers la cuisine ou tout autre passion que l'écriture !





jeudi 20 décembre 2012

LE LABYRINTHE tome 1 James Dashner



 Tome 1 : L'épreuve

Editions PKJ
404 pages
18.50 euros


Présentation de l'éditeur:



Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d'enfants. Il s'agit d'une ferme située au centre d'un labyrinthe peuplé de monstres d'acier terrifiants. Les ados n'ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu'ils font là. Ils n'ont qu'un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les "coureurs" parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu'il veut être coureur et résoudre l'énigme du labyrinthe.



L'avis de Phooka:

Roman jeunesse proposé par Livraddict à l'occasion de leurs partenariats, L'épreuve est un livre dont je n'avais jamais entendu parler auparavant mais dont le résumé m'a séduite. Un grand merci à eux de m'avoir sélectionnée parmi les heureux bénéficiaires. Entre le moment où j'ai postulé et le moment où je l'ai reçu, il s'est passé pas mal de temps et du coup j'avais un peu oublié la raison pour laquelle je l'avais demandé. Limite s'il m'intéressait toujours ... Et puis je me suis lancée "pour voir" et j'ai lu plus de 100 pages d'une traite. J'étais prise au filet, captive de ce labyrinthe au même titre que tous les protagonistes du récit !

Thomas est un jeune garçon d'environ 16 ans, enfin même ça il n'en est pas sûr. La seule chose dont il se souvient c'est qu'il s'appelle Thomas et qu'il se retrouve tout à coup dans un monde totalement inconnu de lui. Un monde dans lequel évoluent quelques garçons, et uniquement des garçons, jeunes pour la plupart de 13 à 17 ans grosso modo. Ce monde est limité par quatre hauts murs dans lesquels il y a des portes. Derrières ces murs, un labyrinthe ... Tous les garçons sont arrivés par le même chemin que lui. Une sorte de boîte qui s'ouvre de temps à autre pour apporter nourriture et nouveaux arrivants amnésiques. Les garçons se sont organisés, ils ont une ferme, une cuisine, des médecins et des coureurs qui sont chargés d'explorer le labyrinthe chaque jour sans faute. Oui chaque jour, car pour simplifier les choses les murs du labyrinthes bougent pendant la nuit. Et la nuit, il ne faut pas y rester car les griffeurs rôdent ...

Pas drôle ce monde ... Pas drôle mais incroyablement prenant. Thomas ne sait rien, il ne comprend rien et il doit tout découvrir et apprendre. Du coup le lecteur s'identifie facilement à lui car il découvre tout à travers le héros et au même rythme que lui. Enfin "tout" c'est beaucoup dire, car finalement personne ne comprend ni pourquoi, ni comment ils sont dans cet endroit. Et puis c'est quoi cet endroit justement ? Ça ne ressemble à rien. Pourtant Thomas a parfois l'impression qu'il connaît cet endroit, des réminiscences, des impressions de "déjà vu" qu'il n'arrive pas à s"expliquer. Il "sait" intuitivement qu'il doit absolument explorer ce labyrinthe malgré les dangers. Mais le revers de la médaille de ces intuitions, c'est que les autres garçons vont se méfier de lui. Quand en plus la situation devient critique parce que la nourriture n'arrive plus, la coïncidence entre l'arrivée de Thomas et l'aggravation de la situation va devenir franchement troublante.

Ce roman se lit très vite. Les chapitres sont courts et s'enchaînent à un bon rythme. Le lecteur a tellement envie de comprendre que le syndrome du "encore un petit chapitre" frappe fort. De la même façon que Thomas a toujours envie de voir derrière la prochaine intersection du labyrinthe, le lecteur lui aussi est piégé et tourne une page de plus. Le récit est prenant de bout en bout et le dénouement final donne très envie de découvrir la suite, car ces pauvres gamins ne sont pas encore sortis d'affaire. Autour de Thomas, se réunissent d'autres mômes très typés, formant ainsi un groupe de jeunes héros hétéroclites et franchement sympas. Le lecteur les suit avec plaisir et s'y attache, du coup la disparition de certains pince le coeur.

De la SF jeunesse pleine de suspense et de rebondissements. Le lecteur, jeune ou moins jeune, se retrouve piégé au même titre que les héros et dévore le roman pour en trouver la sortie. Tout comme les héros aussi, la fin n'est qu'un énorme rebondissement qui donne envie de lire le tome 2 en espérant cette fois avoir les réponses à nos questions.




D'autres avis chez: Mycoton , et Galleane


mercredi 19 décembre 2012

NIGHT SCHOOL Tome 2 de C.J. Daugherty



Tome 2: L'héritage



Robert Laffont
Collection R
414 pages
17.90 euros


Présentation de l'éditeur



Humiliée de devoir la vie sauve à d'autres qu'elle-même, Allie Sheridan finit par rejoindre en automne les rangs de la très sélective Night School. Commence alors le véritable apprentissage aux côtés du troublant Carter et du sulfureux Sylvain...

La société secrète combine cours de self-défense aux cadences infernales et entraînement à la survie digne des commandos d'élite. À Cimmeria, les pensionnaires doivent s'exercer à vivre comme les impitoyables personnages de pouvoir qu'ils sont appelés à devenir : politiciens de haute volée, PDG de multinationales ou conseillers de l'ombre.
Et le message de la Night School est clair : pour pouvoir dominer le monde, il faut renoncer à toute vie privée et se dévouer corps et âme à l'organisation. Mais que faire quand l'amour et la mort s'invitent au bal des menteurs ?





L'avis de Phooka:

Si vous avez suivi les épisodes précédents sur Bookenstock, vous saurez sans doute que j'ai été plus qu'enthousiaste pour le tome 1 de la série Night School. Du coup je m'étais promise de lire le tome 2 pendant les vacances de Noël. Et vous savez quoi? Je n'ai pas pu tenir ma promesse ... je l'ai lu bien avant Noël !
C'est pas de ma faute aussi ! Naïvement j'ai feuilleté le premier chapitre et ce second opus démarre sur les chapeaux de roue par une scène d'action énorme. Du coup j'ai lu tout le premier chapitre, puis le second, puis .., puis ... Enfin bref, je l'ai terminé en un rien de temps.

Ouverture du livre: on démarre bille en tête par une poursuite palpitante d'Allie par les hommes de Nathaniel. Tenez vous bien, ça décoiffe! Pas de remise en situation, on plonge direct dans l'action. Franchement c'est bien vu et ça change des habituels premiers chapitres dans lesquels l'auteur remet en mémoire les différents protagonistes de l'histoire. Allie était rentrée chez elle se reposer et bien mal lui en a pris parce qu'elle n'y est pas en sécurité et sa vie est en danger.

La suite: après un tel démarrage, il faut bien souffler. Retour à l'école de Cimmeria. Le rythme se calme et se calque sur les nombreuses réparations nécessaires au sein de l'école suite aux dégâts occasionnés lors de l'incendie de l'été précédent. Tout le monde y participe, y compris les élèves, ce qui permet de retrouver nos deux "bogosses" Carter et Sylvain, et puis les copines d'Allie, Rachel et Jo. Allie est ravie de retrouver Carter dont elle est la petite amie, mais elle a toujours ce sentiment ambigu vis à vis de Sylvain (ben oui on retrouve notre joli triangle amoureux, mais une fois encore ce n'est pas le thème principal du roman et ça passe très bien). A Cimmeria, l'accent est mis sur la sécurité depuis les évènements de l'été, et les élèves vont être formés pour s'auto-défendre. Mais ce qui soucie le plus Allie, c'est qu'un traître est forcément parmi eux. Élève? Professeur? Personnel de l'école? Personne ne le sait, mais ce qui est sûr c'est que Nathaniel est au courant de tout ce qui se trame dans l'école. Chaque élève va donc devoir enquêter sur un autre élève pour trouver ce traitre et le climat ainsi créé n'est pas des plus joyeux ....

A partir de ce moment, le rythme va aller crescendo.La deuxième moitié du roman vous entraîne dans une spirale infernale jusqu'au dénouement final et, en ce qui me concerne, je n'ai pas pu reposer le livre avant de l'avoir fini. Au delà des amourettes Carter/Allie/Sylvain, le suspense est vraiment intenable. Qui est Nathaniel? pourquoi s'en prend t'il à l'école? Qu'est devenu le frère d'Allie? Qui est le traître? Des tonnes de questions qui ne trouveront pas toutes des réponses d'ici la fin de ce volume, mais qui hantent la tête du lecteur qui essaye de trouver lui aussi la solution. 

Allie est une ado sympathique et une héroïne réussie. Seul son atermoiement entre Carter et Sylvain est agaçant. "Décide toi Allie, une bonne fois pour toute, mince !". Sinon, elle a des ressources, elle n'est pas parfaite, mais elle a beaucoup de qualités. Le genre d'héroïne qu'on a vraiment plaisir à suivre.
Carter et Sylvain sont deux "bogosses" très réussis eux aussi. Pas trop caricaturaux justement, ce qui n'est pas pour déplaire. Ils ont de l'épaisseur et ont chacun leurs qualités et leurs défauts (bon OK, je comprends qu'Allie ait du mal à choisir ...)
Les copines d'Allie, Jo, Rachel et la petite nouvelle Zoé, sont elles aussi de très bons personnages; Trois filles très différentes et attachantes.

Rajoutons à ça, que l'auteur ne fait pas dans la dentelle. On avait déjà un mort dans le tome 1, ça continue dans le tome 2 et ça jette un froid. C'est bien trouvé, ça évite la complaisance et la facilité. Chapeau bas.

Inutile de vous dire qu'après un tome 1 coup de coeur, ce tome 2 qui en est un aussi, j'attends le tome 3 avec une énorme impatience !







D'autres avis chez: Mycoton


Et hop, numéro 12 pour le Challenge Littérature de l'imaginaire




mardi 18 décembre 2012

GUIDE DU MONDE DE BILBO de Stefan Servos



Dans les coulisses du film de Peter Jackson


Editions L'archipel

12,95 €

100 pages





Présentation de l'éditeur:


Après le triomphe commercial du film en trois épisodes duSeigneur des Anneaux (2001-2003), Le Hobbit, un voyage inattendu de Peter Jackson s'apprête à déferler sur les écrans du monde entier en fin d'année.
Pour tout connaître de la genèse du film et des secrets du tournage, Stefan Stervos a conçu cet album découpé en 12 chapitres clairs, concis et complets, qui répondent aux questions que se posent les fans.
Quelle place à part occupe Bilbo le Hobbit dans l'oeuvre de Tolkien ? Comment le mythe est-il né ? Les droits du film furent-ils difficiles à négocier ? Quelle est la véritable personnalité du réalisateur Peter Jackson ? Comment s'est déroulé son travail d'adaptation ? Pourquoi Guillermo Del Toro n'a-t-il finalement pas joué ? Qui sont les acteurs, à commencer par Martin Freeman, le rôle principal ? Quels furent les lieux de tournage en Nouvelle-Zélande ? Comment s'est-il déroulé...
Toutes les réponses en texte et en images !


L'avis de Phooka:

Comme moi vous êtes fans de Tolkien, de Bilbo, du Seigneur des anneaux ou tout simplement intéressés. Voilà le livre idéal. Une sorte de grosse revue, couverture souple et superbes illustrations, dans laquelle vous allez trouver des tonnes d'infos aussi bien sur Tolkien lui-même, que sur la genèse de la terre du milieu. Mais évidemment et surtout, vous allez apprendre tous les secrets de tournage "behind the scene". Découvrir que Peter Jackson a toujours voulu faire Bilbo, quasiment depuis tout petit. Que finalement pour ce faire, il a accepté de faire "le seigneur des anneaux", mais même ça, ça n'a pas été facile. Réunir le budget, trouver des "investisseurs" potentiels, obtenir les droits, trouver un producteur de cinéma qui le suivra, rien n'a été facile, très loin de là. Je n'imaginais pas à quel point même cela a été difficile et le temps qu'il a fallu pour y arriver. J'admire encore plus la persévérance de Peter Jackson.
Mais bref, revenons à ce livre qui est construit en chapitres clairs et bien illustrés. Ça se lit presque comme du thriller. On apprend énormément de choses sur tout ce qui tourne autour de Bilbo sans que ce soit rébarbatif à aucun moment. C'est à la fois suffisamment approfondi et suffisamment "grand public" pour ravir les fans et intéresser les simples "touristes" :). Le genre de livre qui conviendra à tous.
J'y ai appris beaucoup de choses. Entre autre et pour ce qui me concerne, le pourquoi de trois films pour Bilbo (alors que le livre est infiniment plus mince que la trilogie du seigneur des anneaux). Cela m'a rassurée d'ailleurs et j'attends avec impatience d'aller voir le premier en décembre. Il me tarde ... 


Un très chouette livre pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à Bilbo, Tolkien et Peter Jackson. Vraiment très agréable à lire et joliment illustré. Puisque c'est la saison, si vous cherchez un cadeau de Noël ou si simplement vous avez envie de (vous) faire plaisir, je vous conseille fortement d'y jeter un oeil !

PS: Maintenant que j'ai vu le film, je vais me replonger une deuxième fois dans ce livre !

lundi 17 décembre 2012

GRANDE ENCYCLOPÉDIE DU MERVEILLEUX d'Edouard Brasey




Editions Le Pré aux Clercs
 432 pages
34,90 euros


Présentation de l'éditeur:

A travers l'Histoire, les légendes, les mythologies : celtique, gréco-romaine, germanique ou nordique, à travers les créations littéraires ou cinématographiques, Édouard Brasey a collecté tout le savoir des Hommes sur les peuplades féeriques, elfes, lutins, sirènes ou nains, les bêtes terrifiantes comme les dragons, les licornes, les griffons, les gargouilles, mais aussi les créatures de la nuit, les loups-garous, les vampires, les trolls, les cyclopes, les géants, les orques, les titans...

Au total plus de 250 personnages, esprits ou animaux sont ici répertoriés avec leur description, leur origine géographique et mythologique, leurs moeurs et leur histoire.

Illustré de centaines de gravures anciennes, de tableaux de maîtres et des oeuvres originales de Sandrine Gestin et Alain-Marc Friez, cette Grande Encyclopédie du merveilleux rassemble toutes les sources de la mythologie, du folklore et de l'Histoire pour évoquer les créatures les plus fascinantes des mondes imaginaires.


L'avis de Phooka:

Pour une fois, je fais une chronique sans avoir lu tout le livre.Je préfère prévenir et être honnête. En effet, cette grande encyclopédie, n'est pas le genre de livre qu'on lit de bout en bout en respectant l'ordre des pages. Non, loin de là. C'est une vraie encyclopédie dans laquelle on cherche des infos classées comme il se doit par ordre alphabétique et par  thème, mais aussi et surtout que l'on feuillette à ses moments perdus, juste pour le plaisir.
Le livre est de toute beauté et c'est un réel plaisir pour les yeux. Il est grand, majestueux et ressemble à s'y méprendre à un vieux grimoire. Ajoutez à cela qu'il "craque" quand on l'ouvre et que le  papier utilisé ressemble un peu à du parchemin, je vous laisse imaginer l'effet que cela fait. Le lecteur a tout simplement l'impression d'être un de ces initiés, possédant le manuscrit original. Le grimoire magique dans lequel il va découvrir tous les plus terribles secrets du monde imaginaire.
Et croyez-moi ... ça le fait bien ! :)
C'est juste un énorme plaisir que de feuilleter ce livre, d'y découvrir les superbes illustrations qui accompagnent le texte d'Edouard Brasey. On en lit quelques pages, on le repose, puis on y revient un peu plus tard. Quelques minutes de lecture, quelques mystères éclaircis. Du plaisir ...


Il m'est très difficile de parler d'une telle encyclopédie. Oui elle est belle et même plus que ça, elle est carrément superbe. Les textes sont passionnants, mais restent accésibles à tous, les illustrations magiques. Mais que dire de plus? Je sais que si j'en avais lu une chronique, je ne saurais pas plus me décider. Alors j'ai préféré vous en faire quelques photos, pensant que ce serait plus parlant que tout ce que je pourrais vous écrire.

Mais je tiens juste à rajouter une chose avant de vous laisser "regarder" ces pages.

Si vous cherchez un cadeau de Noël pour un fan de l'imaginaire, n'allez pas plus loin. Vous l'avez trouvé !







Vraiment une superbe encyclopédie qui a sa place dans toutes les bibliothèques

Et hop numéro 11/60 dans http://bookenstock.blogspot.com/2012/11/inscription-au-challenge-litterature-de.html

.

dimanche 16 décembre 2012

Automne - Hiver chez Sarbacane


Petite sélection bookenstockienne...


ROLLAND AUDA
L'équipée volage


Parution janvier 2013
320 pages
16 euros


Résumé :

Rêvons un peu : en 1492, Christophe Colomb n’a jamais découvert l’Amérique. Et aujourd’hui, en 1905, l’empire Incaztèque domine le monde tandis que l’Europe est une myriade anarchique de cités recouvertes par les eaux. Les mers sont peuplées de monstres mutants et de flibustiers.
Au milieu de tout cela, deux piratesses, Barbe-Marie et Rejji, tentent de découvrir une île mythique : Isocélie. Pour y parvenir, elles devront semer le cruel Phinéas Moog dans les méandres de Massilia, la Cité Flottante. Aider Conan Doyle à retrouver Sherlock Holmes. Et enfin, traverser l’Atlantique pour découvrir la solution à l’énigme du Dôme
Atlante… Mais que cache vraiment Isocélie ?

« Un roman profondément original : neuf, jouissif et violent. Alertez les ados ! »  Télérama.

*******************************

EMANUEL DADOUN
Microphobie


Parution août 2012
240 pages
15,50 euros


Avis de l'éditeur :
MICROPHOBIE : un polar survitaminé très « BD », mêlant thriller biologique et séquences
fantastiques.

Résumé :
Laos, Ouganda, Australie : partout dans le monde, des gens explosent, tels des kamikazes improvisés. À l’origine de cette terrifiante menace aléatoire, il y a le vrombissement d’étranges insectes de métal, un vaccin révolutionnaire contre le paludisme et beaucoup de vies gâchées. Au centre du maelström, l’inspecteur Kowalski, chargé de l’enquête et coincé entre deux ennemis que tout oppose : Gary Plyton, empereur de l’industrie pharmaceutique et Duane Carter,
génie des nanotechnologies. Deux univers, deux manières de penser l’humanité. L’horrible bourdonnement commence…

« Un souffle punk, des distorsions du langage, tout droit issus des séries télé ou des films de Tarantino. »  ELLE.




samedi 15 décembre 2012

Les sorties La Martinière Jeunesse en janvier 2013


De quoi faire de chouette cadeaux de Noël aux enfants , c'est la période ! ;)


La rubrique coeur de Jessica Jupiter

Melody James
traduit de l’américain par Nathalie Azoulai






Dès 10 ans
14 x 20,5cm
240 pages
11,90 euros
Sortie le 17 janvier 2013


Voici Gemma Stone alias Jessica Jupiter, notre nouvelle héroïne drôle et généreuse ! Gemma Stone a des amies qu’elle adore, un petit frère malade, Ben, et des parents attentifs. Son rêve dans la vie, outre la guérison de Ben, c’est de devenir une grande journaliste. Pour le réaliser, elle participe à la création du webzine de son lycée en y mettant tout son coeur. Malheureusement pour elle, elle hérite d’une rubrique qu’elle trouve totalement futile, celle de l’horoscope, et doit encaisser tous les mauvais coups de la rédactrice en chef, Cindy. Gemma s’accroche et, de semaine en semaine, sous le nom de Jessica Jupiter, rédige avec fantaisie les prédictions astrologiques. À sa grande surprise, elle découvre que sa rubrique capte l’attention de ses amis et ennemis du lycée, parmi lesquels Tess, sa meilleure amie, footballeuse et amoureuse de Jeff Simpson. Consciente de ses nouveaux pouvoirs, Gemma se met au défi de rapprocher les deux adolescents en glissant dans l’horoscope de Jeff tout un tas d’indices qui le conduiront jusqu’à Tess... 




Profession détective

Jim SMITH, Dan WADDELL

Indices, empreintes, alibis, portraits-robots… Réveille le
Sherlock Holmes qui est en toi !






Relié
250 x 275 mm
24 pages
16,90 euros


Ce délicieux guide, animé et interactif, nous fait marcher sur les traces de Sherlock Holmes pour devenir un détective d’exception. Il nous enseigne tous les trucs et astuces des professionnels : examiner une scène de crime, recueillir des indices, identifier des criminels… mais aussi fabriquer un véritable périscope pour filer un suspect, puis lui prendre ses empreintes… et l’interroger !
 Grâce à ce livre animé ludique et plein d’humour, les enquêtes n’auront plus de secrets pour le jeune lecteur, qui pourra, pour conclure, mettre en pratique ce qu’il aura appris en tentant de résoudre un mystère. 
Outre les multiples conseils, trucs et astuces qui rythment les pages et les flaps de Profession détective, on y trouve : - un tampon encreur pour prendre les empreintes digitales ; - un kit à périscope à monter soi-même ; - des cartes pour portrait-robot ; - un poster rappelant les règles essentielles du détective au recto et, au verso, un crime à résoudre : l’affaire du tableau volé La Maussade Lina.
 Quand l’esprit de déduction du plus grand détective de tous les temps s’associe aux techniques des enquêteurs modernes : les criminels n’ont qu’à bien se tenir face au fin limier que le lecteur va devenir !

vendredi 14 décembre 2012

Le tome 3 du PUITS DES MEMOIRES de Gabriel Katz ...



Terre de cristal sortira le 21 mars 2013





Au cœur de Woltan, tandis que se lèvent les premières tempêtes de neige, Nils, Karib et Olen luttent encore pour survivre. La menace du complot pèse plus que jamais, dans cet immense royaume où les assassins règnent en maîtres. Loin, très loin au nord, s’étendent les Terres de Cristal, dont les glaces éternelles dissimulent un terrible secret. 

Dans le luxe des palais où chacun pourrait être un traître, les fugitifs sans mémoire savent désormais qui ils sont. Mais le danger n’en est que plus grand, car la vérité se rapproche…

LA TENTATION DES OMBRES de Jaye Wells



UNE AVENTURE DE SABINA KANE


Editions Orbit
386 pages
15,80 euros



Résumé :

Ne pas oublier :
1. d’apprendre à jouer en équipe
2. de traquer un assassin
3. d’assurer l’avenir des créatures de la nuit.

À présent que la menace d’un conflit entre races appartient au passé, Sabina Kane peut s’occuper de l’avenir : de sa relation avec le beau mage Adam, mais aussi de sa sœur Maisie qu’elle aide à surmonter le traumatisme de sa captivité à la Nouvelle Orléans. Même Giguhl se tient tranquille. Mais pour Sabina, tout cela est trop beau pour être vrai... et ses craintes se confirment quand une série de meurtres sadiques menace les négociations fragiles entre les mages et les vampires. Sabina décide de chercher le meurtrier, mais son enquête la conduit à remettre en question tous ceux en qui elle avait confiance. Et plus elle s’approche de sa cible, plus elle comprend qu’il pourrait s’agir d’un ennemi qu’elle sera incapable de tuer…




L'avis de Dup :


Attention : risques de spoilers sur les tomeS précédentS

Sabina Kane a bien des soucis à gérer dans le démarrage de ce tome 4. Soit, son soucis majeur, sa grand-mère, c'est fait. Liquidée mamie, explosée durant l'énorme bataille qu'il y a eu en plein milieu d'un cimetière de la Nouvelle Orléans. Cependant les séquelles physiques et psychologiques laissées sur sa sœur jumelle, Maisie, sont plus que préoccupantes.

Vous rajoutez à cela que sa relation avec Adam, quoique forte et toujours aussi ardente, va être mise à rude épreuve. Mensonge, ou "abstention de dire certaines choses", c'est selon ...et le doute s'installe. Alors qu'on approche de la date prévue pour la signature de l'inespéré traité de paix entre les races obscures : les Lilims ( vampires), les Hécatiens ( les mages ) et les Feys ( Fées, garous, etc...), des meurtres suspects viennent perturber cette fausse quiétude.

Sabina et Adam sont chargés de l'enquête. Quelques vérités vont surgir ( quand on gratte...), et le couple va avoir bien du mal à traverser l'orage. Mais le traité de paix est plus important que leurs problèmes de cœur et l'enquête va continuer, et se solder bien malgré eux par la mort du principal suspect. Retour à la case zéro. Les jours passent, plus rien ne se passe. Enfin, côté meurtres j'entends, parce que côté animations ce n'est jamais le calme plat avec Jaye Wells. Je vous l'avais déjà dit la dernière fois, avec cette auteur  c'est : action-action-action. Sabina elle-même ne peut croire à ce faux-calme, ne peut arriver à envisager enfin une paix durable. Et elle n'a pas tort car le jour dit, c'est l'hécatombe !

Et la spirale de l'action s'accélère. Et encore une fois, tout va reposer sur les épaules de Sabina. Ce n'est pas pour rien qu'elle a été proclamée l’Élue par sa sœur, l'oracle des Hécatiens, l'année précédente. En attendant, elle s'en passerait bien elle d'être l' Élue ! D'être obligée d'abandonner ceux qu'elle aime afin d'aller traquer dans l'Entremonde, le Liminal, l'affreux, le vilain qui s'y cache et qui cherche à enflammer le monde. Le Liminal, un monde passerelle entre le monde des vivants et l'Irkalla, le monde des morts et des démons. Heureusement Gigulh est toujours là, à ses côtés, cela a beau être un démon de la discorde, il est toujours lié par les faits à Sabina, mais aussi par une amitié profonde et indéfectible.

Le verbe est toujours aussi haut, l'humour toujours aussi piquant, les réflexions "drôles et enlevées" comme disait l'autre, et on ne s'ennuie pas une seule seconde en compagnie de Jaye Wells.
Malgré ma conversation avec Slade, je ne m'attendais pas à la voir aussi vite : Tanish Severinus, exaltée Despina des Lilims - un titre de fantaisie qu'elle s'était octroyé elle-même en devenant seule dirigeante de l'espèce vampire, deux mois plus tôt (à la mort de la grand-mère de Sabina). J'ignore comment l'appelaient ses amis intimes, mais en ce qui me concernait, madame restait " cette salope".
On aurait pu croire qu'une immortelle aussi âgée, détenant sur son peuple un pouvoir aussi absolu, aurait les moyens de remédier à sa malencontreuse apparence : entre ses boucles rouille mal coiffées, son grand  nez à la romaine et son menton fendu au point d'évoquer une paire de fesses, il fallait bien admettre qu'elle n'avait pas tiré le gros lot à la loterie de l'esthétique. Je serai allée jusqu'à dire qu'elle avait été estampillée du sceau de la laideur. J'aimerai ajouter qu'elle compensait ses disgrâces extérieures par une beauté intérieure éclatante, mais il n'en était rien. Soit les médecins lui avaient greffé un manche à balai dans le derrière, soit elle était née avec, je ne pouvais rien affirmer... sinon que je n'avais jamais vu vampire plus désagréable - à part ma grand-mère, et encore, il lui arrivait au moins d'avoir un petit sourire crispé, entre deux tentatives de meurtres à mon encontre.
Quant à nous autres humains, vulgaires tas de poussières à la vie si éphémère, n'avons absolument aucun rôle dans ce tome là, à part bien sûr, celui très secondaire d'être un garde-manger sur pieds pour les Lilims.

Et cette fin qui n'est pas une fin, mais qui nous ferre obligatoirement pour la suite ! Car si l'énigme a été résolue, explicitée, il n'en reste pas moins que le vilain, méchant, pas beau hélas très beau, Caïn est toujours en vadrouille et qu'il faut aller le traquer, l'empêcher de nuire. On sait donc que Jaye Wells va nous entraîner dès le prochain tome en Irkalla ! Hâte !!!

jeudi 13 décembre 2012

Le prochain Frédéric Mars sortira le 6 mars 2013 !



Et voilà en avant-première (mondiale, rien que ça, un vrai scoop) la couverture et le résumé du prochain roman de Frédéric Mars (qui avait été notre invité en mai ). Il s'agit de:

Le Manuel du Serial Killer

qui sortira chez Hachette Blackmoon le 06 mars prochain.

On se régale par avance !!







Dans deux ou trois heures tout au plus, ce garçon sera mort.

Je vous raconte la suite ?

Les hululements de douleur du môme qui se tient le ventre à deux mains ? Ses convulsions sur le sol de la cuisine familiale ? Les cris de la mère qui découvre son fils déjà quasi exsangue ? Raide comme une batte. Vidé ou presque de son sang, écrasé comme un petit cafard sur le carrelage immaculé.
Les yeux du gamin ont cessé de papillonner. Le coma ne va pas tarder à l’emporter. Même avec la meilleure volonté du monde, le médecin ne sera pas sur place avant plusieurs minutes. Et, sans soins immédiats, il va...
Alors, je vous la raconte ou pas, cette suite ?
Non.
Je vais plutôt vous parler de moi. C’est ça, de moi seul.

La mort est en moi. Là, dans ma tête. Elle y a toujours été comme chez elle.