dimanche 30 juin 2013

Sorties Juin 2013 La Martinière Jeunesse



Hemlock Tome 1/3 

Kathleen PEACOCK, Nathalie AZOULAI 







Sortie le 06 juin 2013



380 pages

14,90 euros


À Hemlock, certaines personnes sont atteintes d’un virus qui les transforme en loups-garous. Mais les monstres ne sont pas toujours ceux qu’on croit. Amour, mystères et rebondissements dans ce premier tome d'une trilogie haletante ! 

Le livre:

Mac menait une vie paisible dans la petite ville de Hemlock, jusqu’à ce que sa meilleure amie, Amy, soit sauvagement assassinée. Le coupable : un loup garou, autrement dit un homme infesté par le syndrome du loup garou, un virus qui se répand à grande vitesse à travers le pays. La plupart des victimes de ce mal étrange parviennent à cacher leurs symptômes, c’est pourquoi le meurtrier d’Amy n’a jamais été démasqué. Depuis ce tragique événement, une véritable chasse à l’homme s’est engagée à Hemlock. La ville a été investie par les Traqueurs, une milice qui ne recule devant rien pour se débarrasser des loups-garous. Dans cette atmosphère inquiétante, Mac voudrait faire son deuil. Mais Amy vient continuellement hanter ses rêves. Pour en terminer une bonne fois pour toutes avec ses horribles cauchemars et débarrasser Hemlock des Traqueurs, Mac décide d’enquêter elle-même sur la mort de son amie. Et pour cela, elle va devoir compter sur l’aide de Kyle, son meilleur ami, et de Jason, l’ex-petit ami d’Amy. 

Un polar sombre et dense qui mêle habilement enquête policière et romance paranormale. 

« Un véritable page-turner, avec tout ce qu’il faut pour plaire aux amateurs de romances paranormales et de thrillers. » (The Bookseller) « Une écriture fluide et beaucoup d'action dans ce premier roman paranormal et sombre. Les ados fans de fantastique réclameront la suite avec impatience ! » (Booklist)

samedi 29 juin 2013

Cet été chez Blackmoon



Journal d'un vampire Tome 9
L.J. SMITH


l'info sera donc sur :
la date de sortie, 3 juillet
nbre de pages, 400
prix, 16,60 euros


Elena a révélé son pouvoir de Sentinelle pour vaincre les Vampires des Origines. Il y a quelques années, elle a bu l’eau de la Jeunesse et de la Vie Eternelles afin de passer l’éternité avec Stefan. Elena croyait enfin possible de vivre une vie normale avec ses amis à l’université de Dalcrest. Mais aujourd’hui les dangers ressurgissent, le passé la rattrape. Elle frôle la mort dans un accident de voiture, provoqué par Solomon. Puissant Vampire des Origines doté du pouvoir d’invisibilité, Solomon s’est lancé à ses trousses pour la détruire une fois pour toutes…
Damon, quant à lui, continue de sillonner l’Europe au bras de Katherine. Mais leur escapade va tourner court : un groupe de vampires d’une nouvelle sorte s’apprête à les attaquer…

********************
Orgueil et préjugés
JANE AUSTEEN


Sortie le 3 juillet
256 pages
11,90 euros

Est-il besoin de présenter encore ce grand classique ?
Bon, allez, juste parce que c'est vous ;)

Mme Bennet a cinq filles et compte bien les marier toutes.Ce qui n'est pas une tâche facile dans l'Angleterre du début du XIXe siècle. Non que les demoiselles Bennett soient laides, mais elles n'ont pas de fortune. Et cinq maris riches, ce n'est pas si facile à trouver. Surtout quand les filles en question émettent des préjugés, éprouvent des sentiments, et n'agissent pas forcément dans le sens qui leur permettrait de trouver un bon parti.


********************
Enclave Tome 2
ANN AGUIRRE


Sortie le 14 août
320 pages
16 euros



La vie de Trèfle a bien changé. Dans l’enclave, elle était une chasseuse, forte et combattive, indispensable à la survie de la communauté. Pourtant, à Salvation où elle s’est réfugiée avec Del, son partenaire de chasse, elle n’est plus qu’un fardeau. Elle ne sait ni coudre, ni cuisiner. Elle n’aime pas aller à l’école. Et pour ne rien arranger, Del prend ses distances. Mais aux alentours de la petite ville tranquille, le danger rôde toujours. Les Monstres ne sont pas loin. Et ils sont de plus en plus intelligents. Ils observent. Ils attendent. Ils ont un plan. Le combat approche. Bientôt, Trèfle va retrouver une raison de vivre.

********************

Le cercle secret
Saison 2
Tome 3
L.J. SMITH


Ah, une couv définitive :P
Sortie le 21 août
272 pages
15,50 euros


Depuis que de puissants esprits démoniaques ont pris possession de son Cercle, Cassie n’a d’autre choix que d’utiliser sa part d’ombre maléfique pour les repousser. Alors qu’elle lutte pour la survie de ses amis et de son âme sœur, Adam, Cassie va trouver un allié inattendu. Un allié qui la soumettra plus que jamais à la tentation des ténèbres…




vendredi 28 juin 2013

Bilan et fin du mois de INGRID DESJOURS



Et bien ce fut encore un mois2 bien sympathique !
Commencé et fini dans la bonne humeur.
Rempli d'humour,
bref,
un mois2 comme on les aime.



Un immense merci à Ingrid pour sa disponibilité et sa gentillesse !

Vient donc l'heure du bilan...

Cette rencontre a donné lieu à une interview participative fleuve :))


Et le partenariat avec les éditions PLON à une série de chroniques :

Titia


Nous devons clore ce mois2 deux jours avant la fin. Merci à Ingrid de ne pas nous en vouloir de ce "schrougnoutage" !
On avisera si des questions surgissent avant juillet, après tout, on avait proclamé juin desjourien !



Et maintenant, la parole à Ingrid !







mercredi 26 juin 2013

L’ARMÉE FURIEUSE de Fred Vargas




Editions J'ai Lu
440 pages
7,90 euros


Résumé :

Avec sa petite blouse à fleurs et son air timide, Valentine Vendermot et son histoire de fantômes ne sont pas de taille à mobiliser une brigade parisienne. Pourtant, le commissaire Adamsberg a très envie de s'intéresser à cette chevauchée nocturne dans le bocage normand. Il délègue l'enquête en cours et se rend sur les lieux : Ordebec, son église, son bistrot, son chemin de Bonneval, ses crimes atroces.


L'avis de Dup :

Je vous présente aujourd'hui mon auteur préféré de polar : Fred Vargas. Et non, ne cherchez pas dans la bibli de ce blog, vous ne trouverez aucune chronique la concernant. C'est une auteur que j'ai découvert dans les années 2000 avec L'homme à l'envers. Cela a été le coup de foudre immédiat et je me suis empressée de combler mes lacunes en lisant TOUS les romans déjà parus de cette grande dame. Tant et si bien que je me suis créée toute seule une overdose...
Donc, lorsque j'ai postulé récemment pour lire et chroniquer L'Armée furieuse, j'avais malgré tout une légère appréhension. Et bien, c'était sans compter sur la magie de la plume de cette auteur. Mes retrouvailles avec son illuminé de commissaire ont été un réel plaisir.

Malgré une intrigue plus que tordue, hyper complexe, car avec des ramifications qui partent dans des directions vraiment différentes. Fred Vargas nous fait explorer la légende de l'Armée furieuse, cette horde de cavaliers mort-vivants constituant la Mesnie du Seigneur Hellequin qui hante certains chemins du nord de l'Europe, appelés Grimweld. Ils viennent parmi les vivants désigner des "saisis", des individus ayant commis un crime caché et qui seront à leur tour victime d'un meurtre à connotation médiévale. La moitié de l'action se passe à Paris, l'autre moitié à Ordebec, là où passe le fameux Grimweld. Et même si les enquêtes demandent un minimum d'attention au lecteur, cette lecture passe comme une friandise, avec légèreté et rapidité. Un plaisir intense essentiellement dû aux particularités intrinsèques d'Adamsberg. Enfin, c'est mon ressenti et je vais m'en expliquer.

Ce personnage phare de Fred Vargas, il faut ABSOLUMENT faire sa connaissance au moins une fois. Je n'ai jamais vu un héros aussi atypique, aussi décalé et aussi agréable à suivre. Il est reposant, voilà le terme qui résume le mieux mon sentiment. Il est comme emplit d'une zénitude communicative, contagieuse.

Adamsberg tira une chaise et s'assit en allongeant les jambes, fermant le petit cercle des trois hommes devant la cheminée.
- Il n'empêche, commença-t-il - et sa phrase s'arrêta là, comme souvent, faute d'une pensée assez précise pour pouvoir la poursuivre. 
Danglard n'avait jamais pu s'accoutumer aux brumes indécises de l'esprit du commissaire, à son absence de suivi et de raison d'ensemble.

Et dans cet opus, faire la connaissance de Zerk (son fils qu'il vient apparemment de découvrir alors qu'il a 28 ans ), et réaliser qu'il est la copie conforme du père est un véritable bonus. Notamment le regard :

Les yeux d'Adamsberg étaient revenus à leur état presque normal, aqueux, "algueux" disaient certains, obligés d'inventer un mot pour décrire cet aspect fondu, indistinct, presque pâteux.

Ils avaient un regard similaire, noyé, sans éclair ni précision, la prunelle indistincte et insaisissable.

La découverte réciproque, l'apprentissage gauche, par tâtonnement, du lien affectif qui les lie est un délice.
Mais Adamsberg n'est pas le seul bras cassé de l'équipe de la brigade parisienne. Car il faut le dire, il est entouré d'adjoints hors-normes eux aussi. Ils sont tous dans l'excès de quelque chose, un quelque chose qui ne cadre pas avec le fonctionnement "normal" d'un commissariat ! 
Le commandant Danglard, véritable encyclopédie sur patte mais alcoolique notoire qui voue une amitié indéfectible au commissaire.
Quant aux différents lieutenants, l'un est narcoleptique, l'autre boulimique, un autre féru de zoologie et hyper pointu en poissons, mais d'eau douce... et il y a le lieutenant Violette Retancourt. Une tête de plus qu'Adamsberg, plus large que haute... Le seul élément fiable de ce commissariat, le pilier sur lequel se repose Adamsberg, sa grosse Berta en quelque sorte :)).
Et tout ce monde là se sert les coudes et marche bon an, mal an, derrière les lubies de leur chef. Ils s'occupent de la veuve et de l'orphelin, du pigeon maltraité, et suivent avec ferveur notre "pelleteur de nuages". Comme ce dernier terme lui va bien !!!

En soi, perdre du temps ne gênait pas Adamsberg. Insensible à la brûlure de l'impatience, il n'était pas prompt à suivre le rythme compulsif de ses adjoints, pas plus que ses adjoints ne savaient accompagner son lent tangage.

Un régal mes amis ! Cet opus, comme les précédents. Je pense me procurer très bientôt Un lieu incertain, le volume précédent dans lequel Adamsberg découvre l'existence de son fils Zerk si j'ai bien compris. Puis j'attendrai bien sagement la sortie poche du suivant  pour compléter ma collection de Fred Vargas qui sera ainsi au complet ! Bon, vous l'avez compris : Coup de coeur !




mardi 25 juin 2013

Challenge "Giebel or not Giebel" : Récap 1 / LES INSCRITS




Toutes les explications ICI

CATÉGORIE AMATEUR 

 *GOÛTEUR




** GOURMAND




 ***BOULIMIQUE 


CATÉGORIE PRO

 *GOÛTEUR



 **GOURMAND




 ***BOULIMIQUE







Mini Challenge assez intimiste, ça me plait bien toussa... :)

Et re le logo, parce qu'il me plait vraiment beaucoup !





lundi 24 juin 2013

LA RUNE DU LOUP DE M.D. Lachlan




Editions J'ai Lu
format semi-poche
537 pages
16.90 euros


Présentation de l'éditeur:

Le roi viking, Athun mène son armée dans une attaque contre un village anglo-saxon. À sa demande, les enfants sont épargnés, car une prophétie prétend que les Saxons ont volé un enfant des dieux qu'Athun doit éduquer comme son héritier. Cependant le roi découvre des jumeaux. Il va placer leur destinée entre les mains des sorcières qui vivent sur le Mur de Troll.



L'avis de Phooka:

Athun est un grand roi viking. Il est craint et respecté car nul ne peut le battre en combat singulier. mais Athun n'a pas d'héritier, pas de fils à qui léguer son royaume et son épée. Alors il va faire un marché avec les sorcières du Mur de Troll. La reine des sorcières l’envoie attaquer un petit village. Dans ce village, sur une colline, il y a une grande maison surmontée d'une croix et là il trouvera un bébé garçon qui sera son héritier. Athun va donc suivre la prophétie de la sorcière, mais au lieu de trouver un bébé, il va en trouver deux, des jumeaux ...

Dans ce roman, nous allons donc suivre essentiellement ces deux garçons. Séparés depuis toujours, ils vont grandir chacun de leur côté et de façon très différente, mais le destin va leur jouer bien des tours. Le destin mais surtout la volonté divine. Car à cette époque, celle des vikings, les dieux Odin, Loki et Thor interviennent beaucoup dans les affaires des hommes.

Vali l'un des garçons a été élevé comme le fils d'Athun et il est destiné à être son héritier; On lui a inculqué dès le plus jeune âge, la science du combat. Mais à cette époque, lorsque les vikings attaquent un village, aidés en général par des Berserks ivres de violence, la seule stratégie consiste à tout piller et à tout tuer, homme, femme, enfants et vieillards. Et surtout à s'en vanter après coup ... Et ça, Vali ne l'accepte pas et il est du coup considéré comme un couard. De plus Vali refuse de se marier à la fille du roi Fourchebarbe parce qu'il lui préfère Adisla, la fille d'un fermier. Bref, Vali n'est sans doute pas l'héritier qu'Athun attendait.

Feileg, son frère jumeau, lui a été élevé d'abord par des Berseks, puis abandonné aux loups à 6 ans dans la forêt. Sa vie n'est en rien comparable à celle de Vali. Là où l'un vit dans le confort et conte fleurette aux belles demoiselles, l'autre chasse, tue et traque.

Deux caractères bien différents donc, mais que le destin va pousser l'un vers l'autre ou l'un contre l'autre ...

De la fantasy viking, pleine de batailles, de bruit et de fureur. Mais pleine aussi de sortilèges, de prophéties et de manigances de la part de dieux qui finalement s'amusent en faisant fi des hommes. Les deux héros principaux sont effectivement très éloignés l'un de l'autre, par leur caractère, leur façon de vivre et leur passé. Mais plus ils vont se rapprocher géographiquement parlant et plus les points communs vont faire leur apparition. Ils vont s'aimer, se détester, faire front commun ou se battre, se reconnaître sans savoir qui ils sont. Bref ce sont deux destins que le lecteur suit avec énormément de plaisir.

La lecture est fluide et on se plonge vraiment dans ce monde viking à mi-chemin entre réalité et fantasy. Même si tout semble parfois "normal", le surnaturel attend toujours au détour d'un chemin. Le tout est parfaitement dosé et l'auteur sait vraiment comment happer le lecteur pour l’entraîner à la suite de ses héros.  Le monde viking crée par l'auteur est certainement très proche de la réalité historique et très réaliste. Les personnages secondaires eux aussi sont parfaitement dépeints, ils ont une présence qui illumine le roman, à tel point parfois qu'on aimerait es suivre un peu plus. 

Le roman est construit comme un immense puzzle dont on ne comprend le dessin qu'à la toute fin. Les pièces s'emboîtent petit à petit, et on se rend compte que les humains ne sont que peu de choses dans les mains des dieux. Ils sont sacrifiés sans le moindre remord. On se prend à les aimer, tous, pauvres créatures qu'ils sont: que ce soit Bodvar Bjarki le Berserk, pourtant une brute invétérée et sanguinaire ou la belle Adisla, ils ne sont tous que les jouets des dieux et le lecteur ne peut que les prendre en pitié. Rajoutez à tout ça un loup-garou qui est sans doute l'un des plus réussi que je connaisse, et vous comprendrez que La Rune du loup est un roman qui se lit avec beaucoup de plaisir et qui garde le lecteur en haleine du début à la fin. Je dois avouer que je n'en avais jamais entendu parler et je l'ai lu par pur hasard ... Comme quoi le hasard fait bien les choses, car il fera partie de mes coups de coeur pour ce mois de juin.





dimanche 23 juin 2013

Les sorties de juin 2013 chez Milady







MILADY IMAGINAIRE – 21 juin



· Légende de Drizzt, T12 : L'Epine dorsale du monde (R.A. Salvatore)


· Zombie Story, T2 (david Wellington)


· Ravens, T5 : CendreCoeur (James Barclay)


· Trilogie de l'Empire, T3 : Maîtresse de L'Empire (Raymond E. Feist/Janny Wurts)







MILADY BIT-LIT – 21 juin



· Buffy, T4 : Ask Malice / La Paix des braves / Les Portes de l'éternité (Collectif)


· Anita Blake, T16 : Sang Noir (Laurell K. Hamilton) 


· Les Gardiens de l'éternité, T9 : Caïne (Alexandra Ivy) 


· Demonica, T5 : Péché absolu (Larissa Ione)


· Les Sœurs de la Lune, T10: Courting Darkness (Yasmine Galenorn) 






































samedi 22 juin 2013

La couverture du tome 3 de saskia

Sortie le 10 octobre 2013

Sortie du tome 2 de ARTHAMIOS chez Midgard



Arthamios II : Le Sage des courants
Luc Van Lerberghe





Semi poche (130x210 mm)
Nombre de pages : 549
Illustrateur : Michel Borderie
Date de parution : 21/06/2012
Prix : 16,50 €
ISBN : 978-2-36599-039-4

La défaite fut aussi inattendue que lourde de conséquences. Salarios déchu, l’Empire des Hommes doit être contrôlé. Tandis qu’Aqualis s’y attelle, Jydyne est envoyée au chevet des élèves du domaine de Rachel. Arthamios et Rahauric ne pourront goûter au temps de paix. Le fléau s’étend peu à peu au territoire elfiens. Au même moment, un nuage de créatures destructrices s’abat sur les côtes des Terres Connues. Elles se nourrissent de chair fraîche. Leur appétit est insatiable, et la magie impuissante à les arrêter. Les peuples des Terres Connues se dirigent-ils inexorablement vers le gouffre de la désolation ? À moins bien sûr que la voix qui se fait entendre alors qu’Arthamios navigue dans les courants magiques n’ait la solution…





vendredi 21 juin 2013

Découvrez Tambours dans la nuit de Victor Dixen



prélude à ANIMALE



Ca se lit ICI.


ANIMALE paraîtra le 22 août 2013..


Bonne lecture et à très bientôt avec plus de news de Victor Dixen

Cinquième volet de l'interview d'INGRID DESJOURS



Quelle bavarde !
:))

Les interviews précédentes :
1 , 2 , 3  et  4

On prend les mêmes et on recommence ;)

Ingrid donc ,


et son texte d'intro , 
on ne s'en lasse pas  :))

***

Blanc. Il n'y a que du blanc autour.
Immaculé comme la page qui ne s'encre pas.
Vierge comme l'esprit qui ne s'ancre plus.
Et puis il y a ce silence oppressant que même les voix ne parviennent pas à habiter. Que disent-elles, d'ailleurs ? Elles parlent toutes en même temps. Certaines crient, d'autres pleurent. Mais toutes s'accordent à répéter, dans leur angoissante cacophonie, qu'il y a danger, qu'il faut s'enfuir.

Duuuuuupinette !
Phooooooooka !

Ça ne veut rien dire, c'est la preuve que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête ! Elle se demande si tel a toujours été le cas et depuis combien de temps elle est là, à se balancer d'avant en arrière, les mains dans le dos. Quelle drôle de position ! Inconfortable. Est-elle restée coincée dans cette posture alors qu'elle essayait de se gratter le dos, ou de s'apporter un peu du réconfort que son travail en solitaire lui interdit, en essayant de s'enlacer elle-même ? Il paraît bien que quand on louche, un seul coup de vent peut vous figer dans un strabisme définitif ! Du moins c'est ce qu'on raconte aux enfants, croit-elle se souvenir... bien que les histoires pour enfants, ce ne soit pas son fort. Mais l'hypothèse ne tient pas la route : il n'y a pas le moindre courant d'air ici. C'est même un miracle qu'elle respire encore tant tout semble confiné, immobile.
Elle regarde autour d'elle et soudain, elle comprend !
Les murs sont capitonnés. Il n'y a pas de fenêtre. Juste une porte minuscule qui doit être cadenassée.
Panique.
Elle voudrait crier, mais les voix dans sa tête l'en empêchent et insistent, comme pour la mettre en garde :

DUPINETTE !!!!!
PHOOKA !!!!

Ces noms-là semblent familiers. DUPINETTE ? Est-ce un code secret visant à l'avertir d'un danger imminent ? Au prix d'un effort surhumain, elle attrape les lettres au vol, s'y accroche, les mélange, les goûte et les recrache dans l'espoir de résoudre l'énigme... Dupinette = dépit tenu ? Non. Elle cherche d'autres anagrammes, se rappelle qu'après tout, c'est un peu sa spécialité, sa marque de fabrique... Mais il y a cette migraine qui menace de se déclarer si elle continue, avec des promesses de sévices si vicieux que nulle molécule, si puissante soit-elle, ne lui sera d'aucune aide. Dupinette = Tête du pin ? N'importe quoi ! C'est plutôt sa propre tête qu'elle est en train de perdre !
     Mais concentre-toi, à la fin, s'invective-t-elle !
Le son de sa voix la surprend un peu. Il faut dire qu'elle a plus l'habitude de se lire que de s'entendre... Mais elle continue. S'acharne. La migraine se déclare, s'installe, lui électrise les neurones un à un. Elle a le sentiment que son cerveau cogne à l'intérieur de son crâne pour s'en échapper. Dupinette, Dupinette. DUPINETTE = UN PETIT DÉ ! Dé ! Comme dans les dés sont jetés, comme dans Alea jacta est ! Comme pour dire que le destin est en marche et que rien ne pourra l'entraver... Encore moins une malheureuse en camisole !
La douleur lui chignole les tempes, ses yeux sont en feu :
     Pitié, que quelqu'un éteigne la lumière, hurle-t-elle enfin, à bout de forces !

Mais personne ne vient.
Elle perd connaissance.

***

Dans le couloir vert sapin, une femme en blouse blanche. Autour d'elle, quelques internes « hôtes » qui prennent frénétiquement des notes.
     Le spécimen que nous allons observer aujourd'hui présente de grave troubles du comportement, mais cela vous fera un merveilleux sujet d'étude.
     De quoi souffre-t-elle, exactement, se risque un étudiant ?
     Syndrome de personnalités multiples, accompagné d'une forte mégalomanie et de pulsions sadiques.
     Et quel est son crime ?
     Le sujet se prend pour Dieu et crée des mondes parallèles où elle torture ses personnages comme de vulgaires poupées... Elle est dangereuse. Posez-lui toutes les questions que vous voudrez, mais ne la regardez jamais dans les yeux, c'est bien compris ? JAMAIS ! Elle pourrait vous les crever, ce ne serait pas la première fois...

Tous acquiescent en retenant leur souffle. Le médecin ouvre doucement la petite porte sur laquelle le nom de la patiente contraste en lettres de sang et s'engouffre dans la pièce, accompagnée de deux infirmiers bâtis comme des bibliothèques normandes.

     Bonjour Ingrid, comment allez-vous aujourd'hui ?
     Qui... qui êtes-vous ?
     Vous ne me reconnaissez pas ? Je suis la gardienne de Book en Stock et vous êtes ma pensionnaire !
     Je... ne suis pas un book en stock, je suis un être humain, proteste la pauvre folle !
     Bien sûr...
     Qui êtes-vous, répète-t-elle ?
     Vous le savez, voyons !

La patiente se concentre, le visage tordu, déformé par l'angoisse.
Le temps semble s'être arrêté. Le silence le dispute aux voix qui hurlent dans sa tête. Enfin, elle risque la réponse qui l'effraie tant, lèvres tremblantes :

     Phooka ?
     Docteur Phooka, la corrige la femme en blanc, avec un drôle d'accent.

Phooka. Ce n'est pas un nom ça, c'est une maladie ! Mais la malheureuse a beau mettre les lettres sens dessus dessous, il n'y aucune anagramme à ce mot. Alors elle tente les associations d'idées. PHOOKA = Fou cas ? Pour un psy, ça se défend, mais elle pressent qu'il y a autre chose, une signification plus terrifiante encore, et continue. Tant pis pour sa migraine qui ne peut, de toute façon, pas être pire. Fou cas = Fou « K » ? Fou, si on le prononce sans l'accent étrange du médecin, c'est Fu. FU-K = Fuca. FUCA !
Horrifiée, elle regarde sa geôlière qui lui adresse en retour un sourire narquois.

     Eh oui, ma chère. Avec moi, vous allez en chier.

Ingrid Desjours pousse un long cri, mais personne ne l'entend. Les internes-hôtes  internautes ont tous coupé le son de leur ordinateur et commencent, imperturbables, à poser leurs questions à l'auteur.

*********************
Les réponses d'Ingrid sont intercalées et en vert...comme d'hab quoi !


Merci de vos réponses très instructives.
L'idée des suites à vos livres et notamment à celui que j'ai lu vous séduit-elle ?

Notamment à celui-ci, oui :)

Faire de Marc un inspecteur aux aventures renouvelées, est-ce possible ?

Oh oui ! Peut-être même est-ce déjà en cours, qui sait ? ;)

Un peu à la manière de Camilla Läckberg, d'un Mankell ou d'un Adler-Olsen ? Que pensez vous de ces auteurs scandinaves qui assaillent, avec talent, nos librairies et PAL ?
 
Mais le plus grand bien ! Quiconque amène les gens à la lecture est le bienvenu ! C'est un cercle vertueux qui se forme ! Et puis j'aime bien, moi-même, découvrir des univers complètement différents du mien et aller voir si le sang n'est pas un peu plus rouge dans le cimetière du voisin !

Wal :

Ce "mois de" est décidément fort intéressant !

Autres questions de curieuse:

La curiosité, quand elle est saine, est plutôt une jolie qualité ;)

-que lisez-vous en ce moment ?

Des partitions, parce que j'apprends le piano :)
Et accessoirement, "comment faire tourner son prof de musique en bourrique en dix leçons" (mais je suis très douée, j'y arrive à chaque fois :p)


-quel(s) livre(s) vous font envie ?

Tous ceux de ma PAL pour commencer, qui est monstrueuse.
Sinon :
- Le dernier Stephen King,
- IL de Derek Van Arman
- La griffe et le sang de François Larzem


Et j'aimerais relire tout Barjavel...


-quels artistes écoutez vous en moment ?

Damien Saez
Je suis complètement monomaniaque quand j'aime un artiste. Donc en ce moment je me fais toute sa discographie en intraveineuse.

Et habituellement ?

Damien Saez.
Bon, plus sérieusement (quoique...)
Je l'écoute effectivement beaucoup en ce moment. J'apprécie sa plume, que je trouve sublime, et j'admire sa flamme... Et puis, j'aime le rock. Alors forcément...

J'aime aussi Jean-Jacques Goldman pour sa subtilité, son sens du texte et de la mélodie, et parce qu'avec lui le mot "populaire" est loin d'être péjoratif et devient même très classe. Cet homme a un vrai respect de ce qu'il fait et des gens, j'aime ça. Quant aux autres, dans le désordre et pour plein de raisons très différentes : Lhasa de Sela, Queen, Michel Berger, Léonard Cohen, Miossec, Nick Cave & the bad seeds, Claude Nougaro, Pink, Noir Désir, Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Tom Waits,



-et quand vous écrivez, besoin de silence, de gros hard rock qui tache ou de trémolos suaves et enivrants ?

Silence absolu !
Je suis un tyran, un ayatollah du silence quand je travaille ! (pauvres voisins)

En général je me passe deux ou trois chansons que j'aime et qui correspondent à mon humeur du moment (et donc du chapitre à venir) avant de m'y mettre... et je chante (pauvres voisins bis), puis je coupe tout et m'offre même le luxe de porter des bouchons d'oreilles pour ne plus rien percevoir du monde extérieur !

Anonyme :

bonjour Ingrid desjours,

Virginia Woolf a ecrit " Ne donnez pas d’ordre à l’auteur ; efforcez-vous plutôt de vous mettre à sa place. Soyez son collaborateur et son complice"

C'est une jolie citation... assez juste, ma foi !

je ne sais pas si j'ai été une bonne complice en lisant votre dernier roman "svdlydup*", mais je sais que j'ai bien hate de re-collaborer avec vous!!

et vous? 

J'espère, Anne, j'espère...

*svdlydup = sa vie dans les yeux d'une poupée.


Cindy Mulher

Chère Ingrid,

J'ai littéralement dévoré vos 3 bouquins avec appétit et gourmandise.

Sans indigestion ? Alors j'épicerai plus la prochaine fois !

Quel talent !!
C'est profond, magnifiquement écrit, riche en "entre les lignes", et on ne referme pas vos livres dans le même état qu'on les a entamés !
Bravo et toute mon admiration !
Surtout, continuez !
J'aurai juste une question bien légère et futile, ma foi.

Mes préférées !

Bon nombre d'auteurs mêlent intimement littérature et cuisine.
Etes-vous un cordon bleu et aimez-vous la pastèque ?



Euh... au risque de passer pour une courge, j'ai l'impression d'une private joke !
J'aime la pastèque et le melon mais pas quand ils remplacent la tête des gens ;)
Suis-je un cordon bleu ? 

Je n'ai pas encore ma ceinture bleue de krav maga mais j'y travaille !

Pour ce qui est de la cuisine... oui j'adore ça ! Déjà j'aime la "bonne bouffe" et rien ne me plaît plus que rassembler des amis autour d'un bon vin et de quelques plats cuisinés de mes blanches mains! Il y a quelque chose de l'ordre de la communion là dessous... et j'adore en être le maître de cérémonie :)

Merci de votre réponse, merci à Book en Stock pour cette superbe initiative de juin.
A lire vos dizaines de bouquins à venir...

Bien à vous.
Cindy

Hervé Dralvil

Chère Ingrid Desjours,

La lecture de votre dernier livre m'a bouleversé et je trouve très injuste qu'on en parle pas plus.

Comme un "Capri(ce)" déjà fini ? eh oui, je décode les anagrammes :)

J'ai remarqué, après lecture de vos 3 livres, que la musique semble avoir une grande importance pour vous. Il y a des références, des concerts, des chansons dans chacun de vos opus.

Exact ! J'ai un rapport très particulier à la musique. J'en écoute avant d'écrire, toujours. Et il ne se passe pas un jour sans musique, pour moi. Même dans les transports j'ai le casque vissé sur les oreilles ! Parfois ça me joue des tours car j'ai une mémoire très auditive et il arrive qu'un morceau me hante nuit et jour, jusque dans mes rêves, comme une obsession... 

J'adorerais savoir composer, parce que je pense que la musique, c'est de l'art absolu, ça parle directement aux émotions, ça fait vibrer sans passer par le filtre intellectuel (contrairement à l'écriture). La preuve : il suffit d'écouter un vieux morceau pour avoir plein de souvenirs associés qui refont surface ! Il y a un côté magique à la musique... ça relève même parfois du chamanisme, je trouve. Ça vous met en transe, vous fait sortir de vous-même : lors d'un concert, j'ai parfois l'impression que le chanteur est un gourou et que les spectateurs abandonnent une part d'individualité pour se transcender, invoquer une espèce d'égrégore incroyablement puissant... Je suis terriblement friande de cette sensation, et souvent, je trouve l'inspiration lors de concerts !


Etes-vous musicienne vous-même ?

Un de mes plus grands regrets est de ne pas avoir appris à jouer d'un instrument... et comme il vaut mieux avoir des remords (découvrir que je suis une tanche en la matière) que des regrets... j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de m'y mettre, depuis peu.

Pratiquez vous un instrument ?

Le piano, depuis quelques semaines !!!! J'ai toujours eu envie de savoir en jouer :) Bon, pour l'instant je massacre un peu l'instrument mais il paraît que j'apprends vite ! Qui sait ? Je pourrais peut-être un jour faire des dédicaces en musique ?

Le chant peut-être ?
Après vous avoir entendue (sur vidéos youtube), je trouve que votre voix est riche et très intéressante, et mériterait une attention toute particulière.

Grands dieux non ! Je chante chez moi, au grand dam de mes chats et de mes voisins... Mais je ne pratique pas, je suis bien trop consciente de mes lacunes pour ça ! Pourtant, j'avoue que j'adorerais savoir bien chanter... et mieux : me retrouver sur scène et sentir cette communion avec la musique, les gens... Je crois que c'est un énorme fantasme ce truc... Bon, je sais, vous allez aussi me dire qu'il vaut mieux avoir des remords que des regrets (mais qui a dit cette sottise en premier ?!) et que je devrais peut-être essayer... c'est aussi l'avis de mon professeur de piano, cela étant... Mais il lui faudra une patience et une force de conviction hors du commun pour m'y amener... J'ai une vraie pudeur par rapport à ça.

En attendant, je m'intéresse à la voix des autres... parce que le personnage central de mon prochain roman est un chanteur ! Et c'est fou ce que la voix peut révéler d'une personne, pour qui sait écouter...

Bonne continuation.
Que la vie vous soit douce.
Merci Hervé...
H.D
Dup : Rhaa, je hais les anagrammes, j'ai buguer pendant un quart d'heure en installant ces réponses pour la trouver ! :P
Puis une fois trouvée, elle crève les yeux, semble tellement évidente qu'on se demande bien pourquoi on a passé autant de temps dessus, grrrrr...

Céline :

Merci Ingrid pour toutes ces réponses longuement développées.
C'était un réel plaisir de les lire.
Merci aussi de nous faire partager tous ces moments avec tes lecteurs, tes rencontres, tes signatures via ta page Facebook en étant personnellement derrière le clavier. Certes, tu en as profité pour nous faire découvrir ta couverture au compte goutte... jubilatoire pour toi, mais cruel pour nous, ça t'a amusée ?

Clairement, mais ce n'était que vengeance, puisque ça m'a pris un temps fou de masquer/démasquer la couverture à l'avance et de programmer sa parution sur Facebook !

C'est sûrement plus facile que d'avoir un site à jour (... oups...) ?

Je ne vois absolument pas de quoi tu veux parler ;)

Et ta passion pour les chats, ça te tient depuis longtemps ? Je sais ça n'a rien à voir mais on peut aussi poser des questions hors sujet...

Oui ! J'ai toujours été entourée de chats ! Dans l'enfance ils m'offraient déjà réconfort et affection, et j'aime toujours autant leur présence, bienveillante et nécessaire !
J' ai adoptés les "miens" grâce à une femme formidable qui recueille les chats abandonnés et leur trouve un nouveau foyer. Elle vient d'ailleurs de monter une association : Bouba and Cie : chats libres de Paris. Voici le lien Facebook si vous voulez lui donner un coup de main : https://www.facebook.com/pages/Association-Bouba-et-Cie-Chats-libres-de-Paris/354725134607323?ref=ts&fref=ts Elle le mérite !


Et si j'ai une relation toute particulière aux chats, je me suis toujours sentie très proche des animaux et de la nature. Je m'investis autant que je peux pour aider la cause animale...

Rendez-vous est pris pour le prochain opus. Y'a déjà une date ?????

Pas encore non... mais dès que ce sera confirmé, je me ferai un plaisir de l'indiquer sur mon site Facebook !


Résultats du partenariat Karine Giebel



Un grand merci aux éditions Fleuve Noir et Pocket qui ont bien voulu 
"élastiquer" les chiffres ! :))

Désolées pour ceux qui sont restés sur la touche, une autre fois peut-être.

Alors, les résultats : 
recevront 

PURGATOIRE DES INNOCENTS



Myrddin
Lune
Licorne
Wal
Zina
XL
Pierre


JUSTE UNE OMBRE



Olivier
Hécléa
Boulevard Livresque
Paikanne
Chica Nessita


Bonne lecture à vous,
et bon été à tous !

Il y a un challenge qui pourrait vous intéresser 
zeureux zélus et zautres, c'est


Challenge « GIEBEL OR NOT GIEBEL »


Bon, mini-challenge hein !
Mini parce qu'il ne courra que durant l'été.
Que ce dernier vienne ou pas, ses dates officielles restent
du 21 juin au 21 septembre.

Donc on vous propose un mini défi pour un maxi plaisir.






Deux catégories pour s'inscrire :
La catégorie "amateur" pour ceux qui n'ont jamais lu un roman de Karine.
La catégorie "pro" pour ceux qui en ont déjà lu au moins un.

Les grades : 
"Goûteur" = 1 roman
"Gourmand" = 2 romans
"Boulimique" = plus de 2 romans
On peut bien évidemment s'upgrader en cours de route !

- Inscriptions par un commentaire sur ce billet + annoncer votre participation sur votre blog ( avec le beau logo fabriqué par dame Phooka )
- Venez me mettre le lien vers ce billet d'annonce que je relaie
- Dépôt des liens de chroniques ( avé le logo ) sur ce même billet également

On peut bien sûr cumuler le partenariat et le challenge :))
On verra pour la périodicité des check-points ;)

Soyez indulgents, c'est la première fois qu'on organise un challenge :P


Allez, on ouvre le bal !
Je vous mets en vrac, je trierai après :P

*********************************


CATÉGORIE PRO :

Dup -> Gourmande
Olivier -> Boulimique
Nadia -> Boulimique
Wal -> Gourmande
Licorne -> Goûteuse
Paikanne -> Goûteuse
Syannelle Juliette -> Gourmande
Sylvie -> Goûteuse


CATÉGORIE AMATEUR :

Phooka -> Goûteuse
Myrddin -> Gourmande
Boulevard Livresque -> Goûteur
Lune -> Goûteuse
Hécléa -> Gourmande
Izagh -> Goûteuse
Deliregirl1 -> Goûteuse



*********************************


PS : On vous annonce que, peut-être, ce challenge sera doté. Quand, comment, combien, on n'en sait rien encore :))

Les éditions numériques 12-21 se proposent de doter le challenge !
Un grand merci à eux.

Quand vous m'aurez tous mis le lien vers votre billet d'inscription, je ferai un billet de récap tout beau, tout propre, bien classé.
@ Nadia : il faudrait que tu me poses un mail, disons sur : lemoisde (at) gmail (point) com pour que j'ai ton adresse mail pour la dotation ;)

Déjà :

Les éditions 12-21 offrent à chaque inscrit la nouvelle de Karine Giebel, J'aime votre peur de leur collection "Les petits polars" !

D'autres surprises suivront !!!

Les inscriptions courent jusqu'au 1er août ;)

jeudi 20 juin 2013

UN BÛCHER SOUS LA NEIGE de Susan Fletcher




Editions J'ai Lu
457 pages
8 euros


Résumé :

Au coeur de l'Ecosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher.
Dans le clair-obscur d'une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d'Irlande espionner l'ennemi, l'interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s'élève au-dessus des légendes de sorcières, par-delà ses haillons et sa tignasse sauvage. Peu à peu, la créature maudite s'efface; du coin de sa cellule émane une lumière, une sorte de grâce pure. Et lorsque le révérend retourne à sa table de travail, les lettres qu'il brûle d'écrire sont pour sa femme Jane, non pour son roi.
Chaque soir, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneigés, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. Chaque soir, à travers ses lettres, il se rapproche de Corrag, la comprend, la regarde enfin et voit que son péché est son innocence et le bûcher qui l'attend le supplice d'un agneau.




L'avis de Dup :

C'est un peu une chronique OVNI que je vous livre aujourd'hui, car ce livre ne fait absolument pas partie des lectures ciblées habituellement par ce blog. C'est un roman tout court, ni un thriller, ni un polar, ni un SFFF, ni un YA...Susan Fletcher plonge son lecteur dans la fin du XVIIe siècle, dans l'Écosse profonde, plus exactement dans les Highlands. 
Corrag, une jeune anglaise y est emprisonnée, accusée de sorcellerie, elle sera brûlée vive. Mais pour cela, il va falloir attendre le dégel car il fait trop froid et il neige trop en cet hiver 1692.
Charles Leslie, Révérend irlandais, va voyager jusqu'à elle afin de l'interroger sur des événements qui ont eu lieu dans la vallée de Glencoe, d'où elle vient. Charles est jacobite et glane tous les faits pouvant nuire à la réputation du roi Guillaume, le hollandais, afin de remettre sur le trône la dynastie des Stuart.

Les détails historiques de cette période sont bien là et raviront certainement les amateurs de la grande Histoire. J'avoue avoir glissée sur eux tant j'étais accaparée par les émotions que charriait le roman. Corrag accepte de témoigner s'il accepte d'écouter le récit de sa vie. Malgré la réelle répugnance qu'il éprouve pour cette créature misérable et repoussante, il va revenir tous les jours dans la geôle recueillir les paroles de la "sorcière".

Construit donc sur une alternance entre des passages du passé de la vie de Corrag, des passages contemporains à sa période d'emprisonnement et des compte-rendus journaliers de Charles sous forme de lettre qu'il écrit à sa femme Jane, restée avec ses quatre enfants à Glaslough en Irlande. Que dire si ce n'est que ce livre est poignant, émouvant et qu'une fois démarré on ne peut plus le lâcher. 

Corrag bien évidemment est LE personnage pour lequel on a immédiatement de la sympathie. Parce qu'elle est toute frêle, un peu naïve, mais cependant très débrouillarde. Parce qu'elle a toujours été très solitaire, elle est taxée de gueuse, de catin. Parce qu'elle a été instruite par sa mère sur les vertus médicinales des plantes, elle est forcément une sorcière. Et c'est toutes ces injustices qui pèsent sur ses épaules qui décuplent l'empathie que l'on éprouve pour elle.
Mais il y a aussi Charles qui va se révéler un personnage passionnant. Religieux rigide et plein d'idées préconçues, on va sentir éclore en lui la tolérance, puis le doute. Tous les principes fondamentaux sur lesquels il s'appuyait vont un à un s'ébranler puis s'écrouler. Et c'est un tout autre homme qui va naître au contact de la petite anglaise, "Sassenach" en gaélique, comme l'appelaient les habitants de Glencoe.

Ce roman est également un hommage à l'Écosse, et plus particulièrement les Highlands. Les paysages décrits sont somptueux et la plume de Susan Fletcher nous fait défiler devant les yeux une multitude de cartes postales toutes plus belles les unes que les autres. On découvre véritablement cette région qui décline toute une palette de couleurs au gré des saisons qui défilent. C'est magnifique et donne vraiment envie d'y aller.

Et bien, en résumé, TOUT dans ce livre m'a plu. Donc forcément je ne peux que le conseiller... et bien, à tout le monde ! Me voilà à nouveau sous le charme d'une plume épatante, que je ne connaissais pas du tout et qui m'a fait vibrer du début à la fin de ce roman. Coup de coeur donc !