jeudi 27 novembre 2014

CHRONIQUES DE KARN de Simon Sanahujas



RANCŒUR



Éditions Rivière Blanche
300 pages
20 euros


4ème de couv :

Dans la capitale du plus puissant des Royaumes, des nobles crapuleux se livrent à une lutte sans merci contre le mystérieux Creuset d'Ombres, tandis qu'une horreur sans nom hante les profondeurs de la cité.
Alors que Karn - héros trahi, brisé et mué en truand - se fraye une route sanglante dans cette cité devenue prison, une métamorphose insoupçonnée se profile. Et si ce tunnel sans espoir pouvait finalement révéler qui il est réellement ? Et si son âme torturée pouvait encore receler autre chose que de la RANCŒUR ?


L'avis de Dup :

Wow ! Quel plaisir de lecture j'ai eu avec ce roman ! Plaisir d'autant plus grand que j'y allais à reculons moi aussi. Pas pour les mêmes raisons que Phooka, juste pour un a priori négatif donné par la couverture, oup's. Ce livre ne m'attirait pas du tout, et aujourd'hui je suis ravie de l'accueillir dans ma bibliothèque car c'est un coup de coeur. 

Tout le roman se passe à Elia, capitale du grand royaume d'Exenia. Les temps de guerres et de conquêtes sont repoussés, l'armée exeniane est revenue couverte de la gloire de ses victoires, rognant un duché par ci, un comté par là à ses voisins. Et tout cela grâce aux actions décisives d'un seul homme : Karn, un luxian. Il est adulé, promu Maréchal et reçu partout avec les honneurs. Et plus on est perché haut et plus la chute est difficile. Karn va devoir s'enfuir suite à un complot dans lequel ses deux meilleurs amis sont assassinés sous ses yeux et qui le fait passer pour le pire traître à la couronne. 

Lui qui avait tout donné pour servir ce royaume qui n'est même pas le sien, se retrouver ainsi sali, banni de la pire façon qui soit a beaucoup de mal à passer. Il devient une boule de haine, assoiffé de vengeance et, après avoir massacré ses poursuivants, rejoint Elia par la seule issue qui s'offre à lui, les égouts.

La plume de Simon Sanahujas est très descriptive, résultat son roman est très...olfactif :). J'avoue avoir tordu le nez plus d'une fois. Mais le plus dur a été de constater la noirceur de certaines actions de Karn. Parce que l'auteur a réussi le tour de force de nous faire aimer cet horrible personnage, qui agit parfois sans aucun état d'âme ! Mais on sait, on sent qu'il a des excuses, et plus ses actions sont noires et plus on se dit que la révélation va être grande. Parce qu'on attend des explications qui arrivent par bribes, via des flashbacks, tout du long du récit.

Outre le côté récit en alternance qui accélère la lecture, ces chapitres en italiques offrent un brin de répit dans la noirceur, permet au lecteur de reprendre son souffle, et surtout, surtout nous dévoilent petit à petit les bons côtés de notre Karn. On découvre toutes les déchirures qu'il a subi depuis son enfance, et mon Dieu, on l'aime encore plus fort. Karn est un de ces personnages à la Gemmell, un autre Waylander que je ne suis pas prête d'oublier.

Une lecture coup de coeur que je dois à notre cher Mois2, donc je remercie  chaleureusement Simon de s'être prêté au jeu des questions-réponses, Phooka d'avoir insisté pour que je le lise et bien sûr les éditions Rivière Blanche qui ont permis tout cela.

Simon est toujours avec nous, jusqu'à la fin de ce mois de novembre. Vous pouvez le retrouver ICI et pour lui poser toutes les questions qui vous passent par la tête :)





Bon, avec cette lecture là, je suis sûre de mon coup pour l'inscrire au challenge de Zina !
Je ne serai pas fanny au moins :P



2 commentaires:

  1. C'est vrai que celui-là, rien qu'en regardant la couverture, on se dit que ça va être noir ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mdr ! Le récit aussi est bien dark :)

      Supprimer