samedi 31 mai 2014

Bilan et fin du mois de Anthelme Hauchecorne



Et voilà, encore une fois, un mois2 qui s'achève, 
et c'est à chaque fois une frustration !



Un grand merci à Anthelme pour sa disponibilité, sa réactivité
et son humour à nul autre pareil ! Ce mois2 a donné lieu à quatre tomes d'ITV
riches et passionnants, à lire et relire.


Il a apporté également sa flopée de chroniques durant un mois avec :

Âmes de verre




 Baroque'n' Roll 



Punk's not dead



Myrddin

Et maintenant, je vous laisse méditer sur son mot de la fin ! :))))



À nos agapes cannibales

Ou l’art de recycler un cancre jusqu’à la dernière miette



Le mois d’Anthelme Hauchecorne s’achève sur un tintement de vaisselle.

Les assiettes sont vides. La carcasse de l’auteur gît dépiautée jusqu’à la moelle, sur son lit de patates froides. Rassasiée, Dup rote au coin du feu tandis que Phooka peste contre les éclaboussures… Les convives glissent dans une douce torpeur, que seuls troublent les gargouillis digestifs.

Comme il convient entre hôtes bien élevés, les commensaux complimentent les cuisinières Dup et Phooka pour ce succulent « Mois de ».

De ce long souper, nous retiendrons :

De Sia, qu’elle parle la bouche pleine en patois.

De Ramettes, qu’elle cale sa chaise avec un roman de l’auteur.

D’Allison, qu’elle mange sa part devant la télé, en regardant Âmes de verre la série.

De Phooka, qu’elle vous découpe un cuistre à la cannelle comme personne.

De Dup, qu’elle nourrit un appétit secret et inavouable pour les rotules.

Sur ces considérations touchantes, les ossements d’Anthelme Hauchecorne intègrent le composteur, dans l’attente de leur enterrement au fond du jardin.

Entre les tomates et les poireaux.

Vivement le mois de juin : il y a de l’Olivier Gay au frigo.





vendredi 30 mai 2014

Nos coups de cœurs de mai 2014





Et donc sélectionnés pour le GpP de 2014



COUPS DE CŒUR SFFF











COUPS DE CŒUR THRILLER-POLAR


Rien !
Aucune lecture dans cette section ce mois ci ! O_o
Elle se relâche la Dup !!!

COUPS DE CŒUR YA/ Jeunesse


jeudi 29 mai 2014

Une Dup avec HSN aux Imaginales 2014 - 2/2



Je disais donc hier : "Et voilà, je vais finir mon après-midi et même la soirée avec toute la team de HSN !"

Alors la team, je vais d'abord vous la présenter,
dans l'ordre de mes découvertes littéraires

Il y a d'abord Feldrik Rivat, en côte de mailles
qu'il a fabriqué lui-même !


avec ses Kerns de l'oubli ♥ 1 et 2 (pas encore lu)

Puis j'ai découvert Céline Landressie, grâce à Feldrik
La voici


avec ses Rose Morte ♥ 1 et 2

Puis grâce à Céline, j'ai découvert le couple d'enfer, 
Magali Villeneuve et Alexanche Dainche.
Ils ont pas l'air comme ça, mais en fait ils sont très sérieux !
Comment ça je ne suis pas crédible ???


auteurs de La Dernière Terre ♥♥♥ 1 et 2
mon plus gros coup de coeur des 12 derniers mois !

Puis je vous présente le encore plus sérieux Sébastien Péguin :))
et là, c'est carrément une boutade !!!
Juste à côté, la femme de Feldrik, qui ne donne pas sa part non plus côté rigolade...


Je dégaine mon Chesstomb ♥, il se transforme en John Ethan Py... 
il m'avait bien mystifiée avec son nouveau pseudo !


Alexis Flamand et son Alamänder ne sont pas là,

mais il me reste à découvrir la plume de Nicolas Debandt


et ce sera bientôt chose faite car j'ai récupéré en SP grâce à Clémentine,
la presque boss d'HSN :)), ou la sous-boss comme vous préférez - le temps de ce salon exceptionnel-
son tout dernier Xénome, dont j'adore la couv ♥



Et maintenant parlons plutôt illustrations.
Car en plus d'être d'excellents auteurs, Magali et Nalex 
sont aussi des illustrateurs plus que talentueux !

Il ne me reste plus qu'à vous montrer ma magnifique dédicace du Nalex, faites dans LDT 2. 
Je vous présente Cahirounet, mon fils de papier, que j'aime de tout mon coeur.


♥ ♥ ♥



J'ai eu également plein de cadeaux, qui sont venus décorer ma nouvelle (depuis 3ans) "bibli en chantier"

le coin Cahir qui veille, juste au-dessus de ma PAL

L'arrogant Feor, en espérant qu'il ne sera pas 
trop vite enseveli par les livres que j'empile :)
Oui, oui, vous avez bien vu, il manque quelques étagères !

La LDT encore et toujours ♥

Ah oui, pis j'ai acheté aussi Khal Drogo...
mais lui, vous n'avez pas besoin de savoir où je l'ai installé :))
c'est pour mes "quatre heures"





Je vous présente maintenant ma nouvelle PAL,
avec, couchés à côté, les livres qui viennent d'en sortir, 
mais non encore chroniqués :P





Un immense merci à vous, j'ai passé des moments inoubliables et une soirée pour le moins mémorable ! :))
Je vous kiffe grave comme on dit !

Un immense merci à mes enfants également, sans qui je n'aurai pas pu venir !

J'aime vraiment beaucoup les Imaginales,
donc à l'année prochaine Épinal !


Pour info , les Imaginales 2015 auront lieu
du 28 au 31 mai
La marraine en sera Robin Hobb ♥ ♥ ♥



Quatrième volet de l'ITV d'Anthelme Hauchecorne



Voici en ligne le quatrième volet !

Pour lire ou relire les pages précédentes, suivez ces liens :






Cancre cuisiné à la cannelle canaille
Spécialité de Toussaint pour petites pestes et grands malades
Recette proposée par maîtresses Dup et Phooka

Temps de préparation :
34 ans
Cuisson :
Un mois, à feu nourri
Ingrédients :
65 kilos de viande de second choix vigoureusement attendrie au maillet ; 1 intégrale de Pierre Desproges ; 2 sacs de farine de Grands Anciens label Providence A.O.C. ; un sachet de levure chimique Tim Burton ; 3 cubes de bouillon de bave de triton ; une cuillère à café de cannelle en poudre.

Concoction :
Bercez trop près du mur, faites mariner dans le lait et les langes souillés, attendez que votre cancre gazouille.
Nourrissez ensuite votre mascotte de bandes dessinées (Spirou, Achille Talon, Les Eaux de Mortelune…) de sorte qu’elle entre en ébullition.
Laissez reposer quelques années devant des films d’horreur, jusqu’à ce que la croûte de votre cancre se cloque de boutons d’acné. Envoyez au lycée, réglez votre système scolaire sur thermostat 10, fonction grill enclenchée.
Ajoutez une pincée de jeux de rôle, deux-trois séries râpées (Breaking bad, Sherlock…) puis servez avec sa garniture de musiques tonitruantes et ses verrues.

Dégustation :
À vos fourchettes, et n’hésitez pas à piquer les parties tendres de la bête !

Crédit photo : Julie Deltorre, pour Chaudron Magazine



****************************************


Olivier :




Et bien me voilà piqué au bestiaire et à l'imagination débordante et débridée de ce cher Anthelme. Après avoir lu l'intégralité de ces interviews et fort de la seule impression, positive, de " Punk's not dead", je m'interroge sur les substances et les trauma de ce jeune homme. As-tu pensé à te reconvertir sur la série des "dictionnaires amoureux" qui reprendrait ton bestiaire animalier réels et imaginaires, les mythes de l'humanité revisités, les humains dégénérés, les patronymes burlesquo pathétoqies, les domo robots familiers et les gros mots désuets (n'est pas Maître Brimborion ? Sérieux c'est une piste à creuser et encore je n'ai lu que le seul "Punk'not dead"..... Penses-tu qu'il n'y a rien de tel que les nouvelles, les histoires pour défendre des causes qui te sont chères (écologie, humanisme, anti esclavagiste, l'anti nationalisme) ? A la lueur de notre quotidien et des crises que nous vivons depuis 2002 avec pour apothéose, hélas appelée à se poursuivre, les résultats électoraux de ce week end, je te suggère de refaire publier et diffuser à la plus large échelle possible le terrible texte " La Guerre des Gaules"c'est maintenant un devoir quasi vital. 


Anthelme :


Je ne connaissais pas la série des « Dictionnaires amoureux » avant de parcourir ta question, Olivier. Bientôt Le Dictionnaire amoureux des bébêtes et croquemitaines, par Anthelme Hauchecorne ? J’avoue que le titre me plaît. Espérons qu’une âme bienveillante des éditions Plon lise un jour cette interview, sans frôler l’infarctus.

Je ne prétends pas changer la face du monde avec mes nouvelles. Il faudrait plus que des mots pour défendre des valeurs telles que l’écologie, l’humanisme… À travers l’écriture, je cherche plutôt un exutoire, une façon productive d’exprimer mon indignation sans avoir à équarrir sauvagement certains concitoyens pénibles. Je crains hélas que la barque de mon dégoût ne prenne l’eau plus vite que je n’écope, avec mes gentilles histoires. Un jour viendra, la coupe sera pleine et je passerai à l’acte : peut-être mordrai-je un élu FN, ou bien détruirai-je un champ d’OGM ? Le cas échéant, je compte sur toi Olivier pour m’apporter des oranges. Sanguines et bios, comme je les aime.

Enfin, j’ai suivi ton conseil et diffusé gratuitement La Guerre des Gaules sur Facebook. J’invite les curieux à y jeter un œil, ou même les deux, et à relayer. L’illustration de Loïc Canavaggia justifie à elle seule le détour. À vos clics !


Ramettes :
Le mois ce termine et je n'ai toujours pas trouvé comment formuler ma question donc j'en reste à une constatation de lectrice attentive... J'ai remarqué dans "Âmes de verre" que vous êtes toujours dans des univers souterrains, clos (cave, métro, entrailles...) mais rien ne peut resté caché que ce soit des êtres ou que ce soit des révélations... non au non-dits ? par association d'idée j'en suis venu au poids qu'est une maladie dont on est porteur, une impuissance face à ce qui est invisible... mettons à jour les problèmes et au moins essayer de les combattre ??? Bon je ne suis pas claire mais cela fait un petit moment que ça me tourne dans ma tête depuis que j'ai lu la scène du parasite dans le corps de G... avec Camille et Elie qui combattaient... 
A part ça je vous remercie pour votre patience et bonne humeur... Bonne plume que mes cousines les Ramettes vous accompagnent !

Anthelme :


Je cultive en effet une fascination malsaine pour les souterrains. Peut-être subsiste-t-il en moi un troglodyte refoulé ? Peut-être suis-je le chaînon manquant entre le hobbit casanier et l’ours mal léché ?
À dire vrai, cette passion pour les sous-sols résulte plutôt des contes et légendes dont je m’abreuve. Chez les Germains par exemple, les créatures fantastiques grouillaient dans le Nibelung, situé sous nos souliers. Les esprits hantaient les marais, à califourchon entre terre et flots, entre le monde des vivants et celui des morts. Comme quoi, outre les troubles mentaux de l’auteur, l’importance accordée dans mes écrits aux éléments chtoniens procède bel et bien d’une longue tradition.
En matière de patience, c’est moi qui te remercie. Il en faut beaucoup pour lire mes idioties.

mercredi 28 mai 2014

Une Dup aux Imaginales 2014 - 1/2



J-1 phase de remplissage de Bookbringer en fonction de la liste des auteurs invités et de mes livres correspondant et non paraphés déjà. Par exemple pour Thomas Geha, ben il a fallu sortir toute ma collec pour en trouver un seul non dédicacé :)) 

Passage à la pesée réglementaire :
8,5 kg avec le casse-rotule dès fois que...

en forme le sportif !

Puis, avant d'aller me coucher, je choisi dans ma PALU un livre à lire. Et c'est en lisant la couv d'Animae que Roxane Dambre me dit quelque chose. Et si, et si ??? Et bien oui, elle est aux Imaginales, youpi ! Je m'installe confortablement sous la couette et attaque ma lecture...et que vois-je ? Il est déjà dédicacé O_o. C'est quand même rare les SP dédicacés non ? Mais le pire, c'est qu'il est dédicacé à "Dup et Phooka" ! Alors là, rien ne va plus, je l'aime beaucoup ma copine mais on ne fait pas livre en commun nous ! Si, si, nous avons déposé un contrat de blogage où il est stipulé que l'on ferait livre à part sous la communauté bookenstockienne :))
Bref, je démarre ma lecture en pensant éteindre très vite cause le lendemain réveil à 5h. C'était sans compter sur Mlle Dambre qui m'a tenue en haleine jusqu'à minuit passé et cékiki a raté son réveil à l'aube ?


départ à 7h-1/4 au lieu de 6h prévue... je rate déjà une conf que je voulais suivre. Bon...
Du coup, je ne me sens plus aux pièces, et c'est tant mieux car 1) la bonne sortie ratée, et 2) il m'a fallu un sacré bout de temps pour m'en rendre compte. Voilà ce que c'est de faire la fière et de laisser à la maison le GPS, genre "pfff, je connais l'itinéraire moi"... bref la route s'est juste rallongée de qq 100 km et d'une heure quoi ! Mais basta, j'y suis et en entier, même pas mal !
Et qui je vois dès l'entrée, qui dépasse d'une tête tous les autres ? :))


Olivier Gay 

Je lui transmets la gentille phrase de Paikanne, on parle bien sûr du futur mois2, une dame à mes côtés hésite sur ses polars, je lui fais l'article à sa place pendant qu'il signe La servante, et finalement je craque déjà sur son Le noir est ma couleur. Et oui, c'est Phooka qui a bénéficié du parte, et je vous rappelle : nous faisons livre à part ! Et toc, une seconde dédicace pour dame Dup \o/


J'avance un peu, repère la place de Marika Gallman mais point de Marika. Ensuite je vois Mr Abercrombie très très entouré...mais je me connais tellement que je n'ai même pas pris mon Servir froid, et passe mon chemin. Je ne suis pas, mais pas du tout anglophone... Je repère également la place de Paul Beorn, je dois lui transmettre une bise de Nadia Coste, mais il n'est pas là :( En plus je voulais lui acheter son dernier poche : Les derniers parfaits. Et à côté, que vois-je ? Une pile énorme de Corpus Prophetae !!! Non !!! et si ! bien sûr un Matt Verdier juste derrière. Rhaaaaaa la haine, j'ai zappé son nom sur la liste, pas vu du tout et je n'ai pas mon livre ! Heureusement, il est trop sympa et me déchire 1/4 de sa feuille et me fait une superbe dédicace sur feuille volante. Le voici, un poil à contre-jour, dommage pour vous, car il a un sourire éblouissant !


Matt Verdier 

J'arrive au bout du grand rectangle, virage à droite pour prendre le petit côté. A l'autre angle par rapport à l'an dernier je trouve le couple infernal : Sire Cédric et Morgane Caussarieu. C'est le coin qui décoiffe, déconne et rigole :)). J'avais apporté La mort en tête, mais pas Dans les veines car on me l'a offert en epub. Je me renseigne sur les prévisions du Sire. Un one shot dans moins d'un an et probablement une suite avec Eva Svärta et le beau commissaire Vauvert encore après. Ce sera Place des éditeurs au lieu du Pré aux clercs. J'achète le dernier roman de Morgane qui est sorti en avant première pour les Imaginales : Je suis ton ombre. et je lui prends également un tee shirt avec la couv de Dans les veines dessus, rien que pour faire râler mon mari :)) 

Sire Cédric toujours aussi dispo !


fallait que vous la voyez cette dédicace :))

Je repère le grand stand de L'Homme Sans Nom à la même place que d'habitude, mais il est assailli de fans alors je continue mon tour de la grande table. avec la dernière grande ligne droite, et là il y a paquet de beau monde à voir ! Tout d'abord, les deux compères Oliv' Peru et Patrick McSpare côte à côte. Ils n'arrêtent pas ! Heureusement, je n'ai rien à faire signer à Oliv car la queue est impressionnante, et je précise qu'elle ne désemplira pas, sauf quand il s'absente, et encore ! Je vais donc à côté voir Patrick. Il me fait le "Alex" des Héritiers de l'aube en dédicace sur mon tome 1, puis je lui prends pour dame Phooka le tome 2 fraîchement sorti, qui elle a droit à "Alba", et c'est la première Alba dessiné par l'auteur :). Je triche carrément et accapare Oliv quand même en râlant qu'on a toujours pas Martyrs 2 à se mettre sous les yeux. Cela se précise parait-il, et là, oh surprise, il dégaine son portable et je suis quasiment la preum's à admirer la future couv !!! Je vous laisse deviner ? Et oui, SUPERBE bien évidemment =D

Patrick McSpare

A peine plus loin se trouve l'ami Kapriel Gnatz :)) On a beaucoup parlé Mois2, délires, et pendant qu'il me dédicace La maîtresse de guerre, je lui avoue que si j'ai bien aimé sa Kaelyn, les trois compères du Puits des mémoires restent loin devant dans mon coeur. Il m'apprend alors que va sortir dans un futur prochain, je ne sais plus quand, une autre trilogie bien lourde, bien épaisse, dans le même monde. Bref, que du bonheur en perspective !!! Merci m'sieur Katz pour votre bonne humeur contagieuse !

pas de tof, je ne l'ai pas trouvé dimanche matin :((

Un chouia plus loin, ou avant, je ne sais plus, se trouvait THE chouchou de Bookenstock : Thomas Geha 
J'avais donc apporté le seul livre non dédicacé et non lu d'ailleurs. Je vous le donne en mille : un recueil de nouvelles =D  Les créateurs. Ben vous savez quoi, c'est un sacré bon libraire quand même, il a beau dire que pour lui blablabla, je suis repartie avec une anthologie... de nouvelles of course !!! Lancelot :)) M'en fous, elle est trop belle la couv de Ryohei Hase !
Lui, il était là aussi dimanche, on fait coucou à dame Phooka et il prend la pose pour le blog  :))

Thomas Geha

Plus loin encore, je remarque Antoine Rouaud, et pas loin, la place vide de Pierre Pevel. Je dégaine mon gros La voie de la colère. Il est tout surpris parce que c'est un "épreuves-non-corrigées". Je lui dis comment je l'ai obtenu et que ma chronique a été une des premières sur le net. Ni Dup, ni Bookenstock ne lui disent quelque chose, bouh ! :( A quoi ça sert que la Dup elle se décarcasse, dites moi ! Mince alors, un coup de coeur en plus ! bref, sur ces entrefaites sieur Pevel arrive, je sors donc mon très lourd Haut-Royaume relié. Pas très causant... j'ai droit à une brève bafouille en doré sur la page de garde noire. La classe à défaut d'autre chose...

pas de tof, je ne les ai pas cherché dimanche matin ;)

Un peu plus loin, je repère m'sieur Jean-Luc Bizien, mon auteur caméléon préféré. Il vient rarement dans l'est de la France ce normand. Je l'ai raté une fois aux QDP, donc là je suis ravie. J'avais dû choisir parmi mes nombreux livres et j'ai opté pour le plus petit, le moins lourd mais le plus jubilatoire en terme de lecture : (I can't get now), Mastication.
Tof délire avec Marika, faite le dimanche.

Marika Gallman et Jean-Luc Bizien

Marika me vend le mois2 à m'sieur Bizien, ils redeviennent sages, mais je rate ma tof ! C'est vrai en plus !

Un peu plus loin, je trouve la place de Fabrice Colin, vide...
Il est à côté d'un certain Régis Goddyn qui lui est là, debout et qui argumente sa saga à quelqu'un. Je vois vite fait trois tomes. Je vais ainsi passer trois fois... trois fois le même scénario ! A la quatrième, toujours pas de Fabrice Colin, mais personne non plus devant m'sieur Goddyn. Du coup je lui demande de me développer l'argumentaire sur sa saga Le sang des 7 rois. Ça me plait bien, plus des couv sublimes de Yann Tisseron, hop je craque ! Et ENFIN, au cinquième passage, sieur Colin is here !!! Un brin de papotage, un grand merci pour son conseil au sujet de Obsession chez Super 8, on râle après ces américains qui sont trop forts :)... et je lui prends l'Intégrale d'Arcadia qui est MA-GNI-FI-QUE, à tomber la beauté de ce livre.
Dimanche, pas de sieur Colin, mais voici Régis Goddyn
toujours fidèle au poste lui !

Régis Goddyn

Je refais le tour car j'ai aperçu que Marika était revenue...là, je suis restée un bon moment. On papote et je lui prend le tome 5 de Maeve Reagan tout frais pour dame Phooka. Je repars avec l'intention de rejoindre le plus gros morceau : HSN. Mais en chemin, mes yeux s'arrête sur une pancarte Roxane Dambre ! Décidément, deux fois que je veux la zapper ! Elle est toute mimine, toute jeune, toute blonde. Je lui dis tout le bien que je pense de mon début de lecture et tout le mal de sa première dédicace et la prie de rectifier le tir :))
Une dédicace pour moa toute seule, et une pour dame Phooka dans un autre livre, of course !
pas de tof, pas là quand je suis passée juste avant de partir.

Et voilà, je vais finir mon après-midi et même la soirée avec toute la team de HSN : L'Homme Sans Nom !
Mais là, cela fera l'objet d'un autre billet, tant j'ai de choses à vous montrer !!!
Donc, à venir :
Des dédicaces
Des livres
Des dessins
Des bisous
Des blagues
De la rigolade
Bref que du bonheur !!!


Mes achats de moi à moi, héhé.



Ceux pour dame Phooka ♥





mardi 27 mai 2014

ILUVENDAN Tome 1 de Nicolas DEBANDT et Marc-Antoine FARDIN


Iluvendan, Tome 1
Rencontre avec Gaeria



Editions L’Homme Sans Nom,

2011

418 pages
19.90 euros



Quatrième de couverture :


Iluvendan. Une cité où la magie et la technologie se côtoient et s’entremêlent. Le Iolthän, étrange cristal noir, source d’énergie mystérieuse, assure la prospérité de la cité, fait voler ses aéronefs, offre le confort à ses habitants. Trois adolescents, les jumeaux Feäsil et Klaod et la séduisante Imenel, vont enfin pouvoir découvrir cette cité, car c’est là qu’ils mèneront leurs études. Les heures de cours, les rencontres avec les enseignants, les doutes personnels, cela aurait déjà de quoi largement remplir les journées : mais voilà qu’ils découvrent des rumeurs parlant d’une pénurie de Iolthän, d’une guerre imminente face au pays voisin ! Et comment résister à l’appel de l’aventure lorsqu’on est jeune ? Les trois héros vont décider d’enquêter. Manipulés par certains, aidés par d’autres, ils devront faire face à des forces qui les dépassent, mais feront tout pour faire éclater la vérité !



L'avis de Phooka:


Voilà longtemps que cette série, publiée chez l'Homme Sans Nom, me titillait. La beauté de la couverture, l'attrait du résumé, tout y est pour tenter la lectrice de fantasy que je suis. De plus, vu l'enthousiasme et les coups de coeur à répétition de Dup pour les romans de cet éditeur, il fallait vraiment que je découvre enfin leur production !

Iluvendan, c'est avant tout une cité. Une cité magnifique, dans laquelle la technologie se mêle à la magie. Un petit côté steampunk lui donne un aspect vraiment fascinant. Dans cette ville, le pouvoir se répartit entre les différentes castes dirigeantes. Ces castes sont basées sur les capacités de leurs membres: armée, magiciens (les graveurs), acrombres, druides ... Chaque caste a son université et recrute chaque année, les meilleurs jeunes de la région. Parmi ces jeunes justement, le lecteur va suivre trois destins hors du commun en les personnes des jumeaux Feäsil et Kleod, et leur amie de toujours Imenel, surnommée Lou.
Le père des jumeaux est un ancien militaire ayant eu un passé glorieux. Depuis toujours il souhaite que ses fils suivent la même voie que lui. Imenel, elle, a toujours eu l'agilité, la souplesse et l'habileté pour devenir une acrombe ce dont elle rêve depuis toute petite. L'académie des acrombes étant la plus mystérieuse de toutes, on ne sait pas exactement en quoi consiste ce "métier", mais ce qui est sûr c'est que ce sont des acrobates ou des assassins, en tout cas des mystères ambulants capables du meilleur comme du pire.

Mais ce qui règne sur la cité avant tout, c'est le Iolthän, ce mystérieux minéral dont la ville tire tous les pouvoirs. Source d'énergie, source de magie, à la base de tout le développement technologique d'Iluvendan, ce cristal est le sang de cette civilisation. Or justement, il semblerait que les gisements soient en train de s'épuiser et qu'il faille drastiquement en diminuer la consommation, ce qui entraînera forcément une régression du niveau de vie de tous les habitants, sans compter une baisse du pouvoir de défense de l'armée.

A ceci, il faut rajouter un consul véreux qui veut prendre le pouvoir, des résistants qui n'ont pas tous la même vision des choses. Bref, la situation devient très tendue. Dans ce contexte, il est temps de partir à l'aventure et voir s'il existe d'autres sources de Iolthän.

Le récit est donc basé sur ces trois jeunes gens que le lecteur va suivre dans leur découverte du monde. En premier lieu, ils vont découvrir la cité d'Iluvendan car ils viennent d'un petit village voisin mais ne sont jamais allés dans cette magnifique ville. Puis par la force des choses, ils vont être amenés à découvrir le reste du monde et ses merveilles.
C'est d'ailleurs la grande force de ce roman, la richesse du monde créé est éblouissante. Sa diversité et sa complexité sont un régal pour le lecteur. Servit par une plume incroyablement "visuelle", on ne peut que se retrouver immergé totalement dans cet univers.
Mais ce point fort peut aussi devenir le point faible de ce roman, car à créer un monde fabuleusement riche, on en oublie un peu les personnages et la trame. Même si l'on s'attache aux héros, il leur manque un petit quelque chose qui les rendraient plus attachants, plus "exceptionnels". mais voyant comment se termine ce premier tome, je me dis que tout n'est pas perdu car leur destin est en marche.
Ce qui est sûr c'est que l'univers créé par les deux auteurs est vraiment hors du commun. Leur imagination fertile saura surprendre le lecteur et l'entraîner dans un monde réellement différent.

Il me faut cependant aussi reconnaître que je me suis parfois un peu ennuyée, la faute à quelques longueurs. Ce roman qui en version HSN fait 418 pages, pourrait se comparer à un 600 pages chez un autre éditeur vu la densité d'écriture. Et si les descriptions superbes m'ont fait voyager dans un monde fabuleux, mes envies d'action ont été un peu déçues. Et pourtant je sais que ce roman restera longtemps dans ma tête comme un univers vraiment exceptionnel. A aucun moment je ne regrette ma lecture et il est certain que je lirai le deuxième volet de ce diptyque.



lundi 26 mai 2014

L'ASSASSIN ROYAL L'Intégrale 1 de Robin Hobb - 2/3 -



PREMIERE ÉPOQUE

2 - L'ASSASSIN DU ROI


Éditions J'ai Lu
Semi-poche
1112 pages
16.90 euros


4 de couv :

Bâtard du Prince Chevalerie, le jeune Fitz grandit dans l'ombre de la forteresse de Castelcerf, où le Roi Subtil ambitionne de faire de lui son assassin personnel. Mais pour survivre, et avant même d'apprendre à manier la lame, il lui faudra faire preuve d'une connaissance parfaite des arcanes de la politique.


L'avis de Dup :

Alors que Fitz grandit et devient presque un homme, il n'en reste pas moins le Bâtard. Il est de retour à Castelcerf et de son séjour parmi le peuple des Montagnes il gardera des séquelles : de graves crises de tremblements et de convulsions. Il va quand même tenter de conquérir son bonheur auprès de Molly, son amie d'enfance dont il est éperdument amoureux depuis des années. Fitz va donc découvrir l'amour, et connaissant l'auteur, on ne peut que trembler pour lui...

On va également assister dans cet opus à la naissance d'un autre type de relation entre Fitz et Oeil-de-nuit. Non, je ne spoilerai pas, je veux juste vous dire que celle-ci est passionnante et abordée de façon géniale par Robin Hobb. Sa plume est vraiment magique, tout ce qu'elle dit semble couler de source et parfaitement normal. Fitz semble heureux de cette relation et donc...même réflexion qu'au paragraphe précédent !

Les Pirates rouges pilonnent toujours les côtes des Six-Duchés, le Roi-Servant Vérité s'épuise seul avec son Art à tenter de les leurrer, de les éloigner. Les forgisés ( des hommes sans âmes créés par les Pirates) véritables fléaux et crève-coeur du peuple, semblent converger vers Castelcerf. Et même si cela reste une énigme, c'est un danger pour le peuple et pour la crédibilité de la couronne. Fitz, en digne assassin du roi va avoir du pain sur la planche. Mais il est commandé maintenant par Vérité car le Roi Subtil s'enfonce dans une profonde somnolence teintée d'hébétude sans aucun doute fomentée par le perfide Royal toujours aussi détestable.

Peu d'action dans cette partie du récit, mais on ne s'ennuie pas une seule seconde tant il se passe d'événements dans les couloirs de la forteresse de Castelcerf. L'auteur en profite pour creuser chaque personnage un peu plus et on a vraiment l'impression de vivre cette aventure aux côtés de Fitz. On découvre un peu mieux Kettricken, la nouvelle Reine-Servante, mais aussi l'ancienne, Patience ainsi que le si intriguant Fou du roi.

L'ambiance de ce tome est lourde d'incertitudes et de menaces. Du coup on a hâte d'aller plus avant dans la saga pour savoir ce qu'il va se passer. Je ne regrette donc toujours pas d'avoir passé ce contrat moral avec J'ai Lu pour lire toute la saga, au rythme de leur parution d'intégrales. Je prie juste pour que ce soit encore Marc Simonetti l'auteur des couv' suivantes.

La première partie se trouve ici : L'apprenti assassin

dimanche 25 mai 2014

Sorties PANINI Books du 14 mai 2014



Rempart
Adam Baker


400 pages
14 euros
Format semi-poche

Lorsque la fin du monde arrive, voulez-vous être le premier à partir ou le dernier à survivre ? Le Rempart de Kasker : une plate-forme pétrolière isolée dans l’océan Arctique. Une équipe de quinze permanents lutte contre l’ennui et la dépression dans l’attente du navire qui les ramènera chez eux. Mais le monde a basculé en enfer. Des villes entières sont frappées par une pandémie qui s’étend peu à peu à l’échelle planétaire et les informations font état d’émeutes et de massacres un peu partout sur le globe. Puis, les communications cessent les unes après les autres. Enfin, c’est le silence... Le Rempart reste prisonnier des glaces et son équipage va devoir survivre au long hiver polaire avant de trouver le moyen de rentrer. Confrontés à la famine et à l’hypothermie, les survivants ignorent que la contagion meurtrière qui a ravagé la civilisation se dirige droit vers eux...


Blackbird
Chuck Wendig


400 pages
18 euros
Format semi-poche
( j'adore cette couv !!! )


Miriam Black a un don, elle sait quand la mort va frapper à votre porte. Âgée d’une vingtaine d’années, elle a déjà vu des centaines de décès aux causes diverses et variées : accidents, suicides, maladies... Quand Miriam rencontre Louis Darling, qui l’a prise en stop, elle lui serre la main et voit que dans trente jours, il sera monstrueusement assassiné et prononcera son nom avant de mourir. Miriam avait abandonné l’idée d’essayer de sauver les gens car cela ne faisait que précipiter leurs morts. Pourtant, elle va devoir essayer...




samedi 24 mai 2014

En mai, côté Thriller



QUELQUES SORTIES GRAND FORMAT
piochées chez une petite souris préteuse :)


Une petite sélection bookenstockienne en image.
Pour plus d'infos sur ces livres ( résumé, date de parution...), 
voire, plus de choix tout court ( il y en a 68 de proposés ! ), suivez ce lien



Parce que c'est l'ami Pierre qui figure sur le bandeau !


Parce que c'est Sonatine...


Parce qu'on ne passe pas à côté d'un Stephen King


Parce que c'est Mirobole et que je kiffe leurs couvertures !


Parce que la couv est flippante à souhait...


Parce que c'est un de mes chouchous depuis son premier livre :
L'évangile selon Satan




Encore merci à la petite souris ;)


vendredi 23 mai 2014

L'EVEIL DES MACCHABS de Ty Drago


Tome 1



Âge : A partir de 12 ans

Editions: Bayard Jeunesse
Collection : HORS COLLECTION
Date de parution : 10/04/2014
Pages : 528
Prix : 14.90 €



Présentation de l'éditeur:

Si vous les voyez, votre cauchemar ne fait que commencer…William Ritter, 12 ans, mène une vie normale. Jusqu’au jour où il s’aperçoit que son voisin, pourtant bien vivant, a l’aspect d’un cadavre : les yeux hors des orbites, la peau en putréfaction… Horrifié, Will se précipite au collège, où le même phénomène se reproduit : un certain nombre de professeurs sont devenus des macchabées, eux aussi ! Le garçon, terrifié, est rapidement repéré par ces espèces de zombies, que personne d’autre que lui ne semble voir. Personne, sauf Helen, une camarade de classe, qui lui sauve la vie et l’entraîne dans une fuite éperdue à travers les rues de Philadelphie. Pour Will, le cauchemar ne fait que commencer…




L'avis de Phooka:



William Ritter, collégien, 12 ans. Un môme normal, une vie normale de collégien qui s'ennuie en cours (tiens ça me rappelle quelqu'un). Bref, rien ne le distingue d'un autre gamin, hormis le fait que son père, ancien policier, ait été tué deux ans plus tôt. Depuis il vit avec sa mère et sa soeur dans une petite maison de la banlieue de Philadelphie.

Tout allait bien, du moins à peu près bien, comme pour n'importe quel ado, jusqu'au jour où en sortant de sa maison pour aller au collège, Will croise son vieux voisin grincheux et se rend compte que c'est une sorte de zombie dégueu. A partir de là, tout va aller de mal en pis. Au collège, certains profs se révèlent aussi être des "zombies", enfin des Macchabs comme il l'apprendra plus tard. Et ceux-ci réalisent que Will les voit tels qu'ils sont vraiment et non pas sous l'apparence humaine qu'ils se donnent. Will ne doit la vie sauve qu'à Helen, une "fossoyeuse", qui le sort du collège in-extremis. Will apprend alors que les "zombies" n'en sont pas réellement, ce sont des entités qui prennent possession de corps fraîchement décédés et qui en changent lorsque ce corps devient en trop mauvais état. A la différence des zombies, les macchabs sont rapides et très puissants. Seuls quelques ados peuvent les voir sous leur vrai jour. Ces ados sont pourchassés par les Macchabs et doivent donc se cacher d'eux. Pour cela, ils ont créé une organisation pour survivre et Will sera contraint et forcé d'en faire partie et ainsi devenir un "fossoyeur" car il est hors de question qu'il retourne à sa vie normale. Mais Will n'est pas une recrue tout à fait ordinaire, il a un historique que je vous laisserai découvrir.

Will est un gamin de 12 ans confronté à une situation qui le dépasse. Pourtant il fait preuve d'une adaptabilité étonnante, sans doute un peu trop, mais il faut bien aller de l'avant. L'auteur n'allait pas le laisser se morfondre de sa vie passée pendant tout le roman ! Alors c'est vrai que sa mère et sa sœur lui manque, mais au lieu de passer son temps à se lamenter, Will décide de tout faire pour éliminer ces Macchabs, car une fois délivré de cette menace il pourra tout simplement rentrer chez lui. Le raisonnement tient la route. D'ailleurs Will a la tête sur les épaules, même s'il est un peu tête brûlée parfois. Et ce côté tête brûlée, va le faire foncer dans le tas à maintes reprises. Résultat: il devient une sorte de héros malgré lui. Et pourtant il n'est pas invincible, loin de là. Son côté  héroïque le met souvent dans des situations périlleuses et il ne devra la vie sauve qu'à l'intervention d'autres gamins de la bande. 

Et c'est justement ça qui m'a plu dans ce roman. Will est le héros, bon ça OK c'est classique. Mais il est loin d'être un super-héros. Son courage indéniable, l'entraîne à se fourrer dans des situations quasi-inextricable, voire même à mettre ses amis en danger. C'est ce qui le rend plus humain et plus attachant que s'il réussissait tout en solo. Il est de plus, secondé par des amis forts sympathiques, tels Burgermeister, une grosse brute au grand cœur, ou Helen, la jeune fille qui l'a sauvé au tout début de cette histoire. Et puis tous les autres, ces mômes qui sont coincés dans le Refuge, obligés de se cacher et de se comporter en armée clandestine. Obligés de ne plus être des enfants ... et c'est sans doute ça qui leur coûte le plus !

12 ans: c'est l'âge noté pour ce roman. Mon gamin a 12 ans, il m'a demandé de quoi ça parlait et quand je lui ai raconté, il a préféré décliner ma proposition de lecture "de peur d'avoir peur" et de fait, je n'ai pas insisté, car il est assez impressionnable et les descriptions des Macchabs ne sont pas toujours très ragoûtantes ... Je préfère prévenir au cas où. Ça pourra convenir à certains gamins de 12 ans mais pas à tous ;)

En tout cas, c'est un roman jeunesse atypique, bourré d'action et de frissons. Pas le genre de thème souvent abordé pour cet âge, mais justement ça change. Le livre se dévore très bien malgré ses 530 pages, de plus il est de belle facture (belle présentation et qualité de papier), ce qui en fait un objet à la fois beau et passionnant. Je lirai la suite avec intérêt, car je suis très curieuse de savoir comment ces gamins vont continuer à se battre contre ces entités venues d'on ne sait où et qui se font appeler "les destructeurs de monde". 





Quelques infos en plus:

« L’éveil des Macchabs » est le premier d’une série de cinq tomes, dont le tome 2, « La Reine des  Macchabs » (T.P.), paraîtra début 2015.

Les droits d’adaptation cinématographiques ont été acquis par Moderniciné, un producteur spécialisé dans les films d’horreur.

jeudi 22 mai 2014

LE GARDE, LE POÈTE ET LE PRISONNIER de Lee Jung-Myung




Éditions Michel Lafon
360 pages
19,95 euros


4 ème de couv :


Pénitencier de Fukuoka, Japon, 1944. 

Dans ce sombre lieu dont peu sortent vivants, le gardien-chef, Sugiyama, réputé pour sa cruauté bestiale, vient d’être assassiné. Le jeune conscrit Watanabe est chargé de l’enquête ; mais à peine l’a-t-il commencée qu’un détenu coréen, communiste et résistant, s’accuse du crime. Pourtant, Watanabe ne croit pas à sa version des faits et décide de poursuivre ses investigations malgré les ordres. En reconstituant les derniers mois du gardien-chef, il met au jour l’étrange relation qui s’est nouée entre la brute Sugiyama et Yun Dong-ju, un jeune poète coréen condamné pour « écrits séditieux ». Alors que la guerre fait rage et que les bombes pleuvent sur Fukuoka, Watanabe mettra tout en œuvre pour protéger Yun Dong-ju, dont les vers sont si purs qu’ils brisent le plus dur des cœurs. Mais il devra affronter un complot qui dépasse largement l’enceinte de la prison…


L'avis de Dup :

Aujourd'hui je vais tâcher de vous présenter ce livre qui est inclassable dans ce blog. C'est-à-dire qu'il ne correspond à aucune de nos catégories habituelles. Je dis "tâcher" car je ne suis absolument pas sûre d'y arriver. C'est un roman tout court, appelé parfois de la littérature blanche, ou encore roman contemporain. Bref, on s'en fout, ceci est un livre et un bon !

J'ai été kidnappée par ce récit et par l'incroyable dureté des conditions de vie, que dis-je de survie, des prisonniers dans ce pénitencier. Quelques prisonniers de droit commun mais essentiellement des prisonniers politiques, des Coréens. Kidnappée et non happée, car happée sous-entend une frénésie de lecture, une sorte de course en avant. Là, j'étais bien dans ces pages, avec l'envie de le parcourir calmement, de m'en  imprégner pleinement. Et c'est là toute la force de cet auteur, car quand vous lisez mes phrases précédentes, on se dit qu'il y a un "blème" quelque part non ? J'ai été subjuguée par la plume poétique de Lee Jung-Myung, par la beauté de ses mots, par l'optimisme de ses phrases, alors même que le sujet ne s'y prête absolument pas ! Pour cela je remercie vivement Camille et les Éditions Michel Lafon pour avoir suscité en moi la curiosité de lire un tel roman.

Je ne sais même pas si je vais vous parler de ce qu'il y a dedans, le résumé est suffisamment clair et glaçant. 

Construit en deux parties, la première retrace les derniers mois du gardien Sugiyama, avant son assassinat. Des flash-backs provoqués par les recherches de Watanabe affecté à l'enquête. Sugiyama était une brute épaisse, craint de tous les prisonniers et faisant tout pour l'être. Si dans cette première partie on ne peut le trouver qu'abject, ce que va découvrir petit à petit Watanabe va sinon modifier, du moins nuancer notre opinion.

Son enquête va le rapprocher d'un jeune poète coréen, Yu Dong-Ju, emprisonné sous prétexte d'écrits séditieux. Cette relation sera l'objet de la seconde partie du roman. Les échanges entre ces deux amoureux de littérature et de l'art des mots est un délice. Pourtant ni les lieux, ni les conditions n'y sont propices, ils sont tous rationnés, gardiens comme prisonniers, il pleut des bombes chaque jour, etc. La plume magnifique de l'auteur met en exergue tout ce que j'aime dans la littérature, et en premier lieu le pouvoir d'évasion, du rêve éveillé. Cette faculté de pouvoir soustraire le lecteur de son environnement quel qu'il soit. Et pourtant, je peux vous promettre que là, les mauvaises conditions sont poussées à l’extrême !!!

La trame de l'histoire, l'enquête de Watanabe, et enfin le complot qu'il va découvrir au sein de la prison sont devenus totalement secondaire pour moi. Je buvais les mots de l'auteur, je m'imprégnais des vers de ce jeune poète qui a réellement existé et qui parsèment ce roman. Je conseille ce livre à tous les passionnés de lecture, et Dieu sait s'il y en a par ici !!!