samedi 30 mai 2015

Opération BOTTERO chez Rageot !



Une information qui nous tenait à coeur de partager avec vous, car sur Bookenstock nous sommes vraiment fans de cet auteur :


Les éditions Rageot remettent à la une 
les trilogies exceptionnelles de 
Pierre Bottero





Et parce qu'il le vaut bien, une page facebook va lui être consacrée ICI

Pour la sortie du premier tome, de nombreux goodies seront à gagner telles que des affiches, des cartes collectors... etc





Mais aussi des livres... et c'est ici que nous intervenons ! Tadam !!!

Les éditions Rageot et Bookenstock s'associent.

Guettez le blog car aux alentours de mi juin, nous organiserons un concours 
pour gagner des premiers tomes de la première trilogie : 

LA QUÊTE D'EWILAN
D'un monde à l'autre


Illustration : Krystelle


vendredi 29 mai 2015

DIS-MOI QUE TU M'AIMES de Joy Fielding





Éditions Michel Lafon
399 pages
19,95 euros


4ème de couv :

Je détecte sa présence avant de le voir, je le devine avant même qu’il ne se penche au-dessus de moi. Je reconnais tout de suite son odeur. Soudain, je sens tout le poids de son corps sur le mien, son poignet sur ma gorge qui bloque ma respiration, qui étouffe mes cris. « Dis-moi que tu m’aimes », ordonne-t-il en mettant le feu à ma chair.

Une nuit, planquée dans un buisson à espionner un suspect, la détective privée Bailey se fait surprendre par un inconnu qui la viole, en lui susurrant ces paroles glaçantes : « Dis-moi que tu m’aimes. »
Commence alors pour la jeune femme une longue descente aux enfers. Elle ne dort plus, fait toujours le même cauchemar, se lave frénétiquement plusieurs fois par jour, traque le moindre bruit. Et revit la scène encore et encore… Qui est son violeur ? Le voisin bizarre qu’elle épie toute la journée à travers ses jumelles ? Son ex avec lequel la rupture fut extrêmement violente ? Chaque passant ressemblant de près ou de loin à la silhouette de son agresseur devient suspect numéro un…
Entre rêves, hallucinations et réalité, le lecteur vacille avec Bailey, suivant chacun de ses pas, le cœur battant.



L'avis de Dup :

Bailey et son frère Heath sont issus du troisième mariage de leur père, mais sont aussi les seuls héritiers de son immense fortune, car ce dernier avant de décéder a déshérité ses cinq autres enfants. Outre les problèmes d'héritage et du procès qui en découle, il y a entre ces fratries de gros problèmes de jalousie car visiblement le patriarche n'a réservé son amour paternel qu'aux deux derniers.

Même si elle est à l'abri du besoin, Bailey est détective privé pour un gros cabinet d'avocats et adore son travail... et son patron, même si ce dernier est marié... Une nuit alors qu'elle surveillait les faits et gestes d'un suspect aux jumelles, planquée dans une haie au pied d'une résidence, elle se fait agresser violemment puis violée par un homme qui lui susurre à l'oreille "Dis-moi que tu m'aimes". La tête dans une taie d'oreiller , elle n'a pu voir son tourmenteur.

Comme le dit si bien le résumé, va débuter pour Bailey une longue descente aux enfers. Elle va rester cloîtrée dans son appartement, effectuant sans cesse des rondes de surveillance afin d'en inspecter tous les coins et recoins, pour ensuite aller se récurer sous la douche jusqu'à se faire saigner. Et si elle n'est pas sous la douche, elle est derrière ses persiennes, avec ses jumelles à observer les fenêtres de ses voisins. Tout homme entre vingt et quarante ans devient un suspect pour elle. Et lorsque son esprit lâche prise, des cauchemars viennent la tourmenter immanquablement. 

Si ce viol éloigne Heath qui ne sait comment la soutenir, il va néanmoins la rapprocher de Claire, l'aînée des sept. Elle est infirmière et viendra lui proposer son aide. Claire est souvent accompagnée de sa fille Jade, une ado dans toute sa splendeur.  Avec un franc-parlé et une absence remarquable de tabous, Jade va secouer et séduire Bailey. Du soutien, elle en a bien besoin, car elle même ne sait plus si sa paranoïa est réelle ou si elle devient folle réellement. Car elle continue à se sentir persécutée, harcelée de coups de fil anonymes qui raccrochent, l'attitude de ses voisins qu'elle épie semble de plus en plus louche. 

C'est Bailey la narratrice de son histoire et ainsi l'auteur nous fait partager toutes ses pensées les plus intimes. Le lecteur navigue sans arrêt entre les hallucinations et la réalité, les rêves et les cauchemars et percevoir la frontière devient de plus en plus difficile. Comme Bailey, on finit par être envahi par un doute permanent et il en résulte un sentiment oppressant qui va aller crescendo car géré de main de maître par Joy Fielding. Vous rajoutez à cela un autre sentiment tout aussi dérangeant qui nous accapare, celui du voyeurisme malsain, car comme Bailey on veut savoir ce qui se trame dans l'immeuble en face.

Joy Fielding est une  romancière canadienne prolifique et reconnue. Sa spécialité est le thriller psychologique et je dois avouer qu'avec ce "Dis-moi que tu m'aimes", elle démontre une parfaite maîtrise dans le domaine. Elle ferre son lecteur dès les premiers chapitres et l'entraîne jusqu'à la chute finale totalement imprévisible. On se réveille alors en sueur et traversé de frissons, exactement comme après un cauchemar. Du grand art, à réserver aux amateurs du genre néanmoins, car on ne ressort pas totalement indemne de cette lecture perturbante.



12ème roman à inscrire à mon challenge "Les dames en noir"
initié par Zina


jeudi 28 mai 2015

SPICE & WOLF tome 1 de ISUNA HASEKURA







OFELBE éditions
480 pages
19.90 euros









Déesse de la moisson, Holo est une louve qui peut prendre l'apparence d'une attirante jeune fille. Délaissée par les paysans de son village pour qui les vieilles légendes ne servent plus qu'à effrayer les enfants, Holo décide de rejoindre ses terres natales du Nord à bord de la carriole d'un marchand itinérant, l'énigmatique Lawrence Kraft. Tandis qu'ils découvrent de nouveaux horizons en troquant leurs cargaisons de ville en ville, le duo va apprendre à se connaître et rapidement devenir très complice. Mais méfiance : les faux-semblants, les arnaques et les pièges bordent leur chemin... Le talent divin de Holo pour comprendre la nature humaine leur sera bien utile pour reconnaître les bonnes affaires et déjouer les tromperies. Êtes-vous prêts à suivre cette charmante déesse dans un voyage initiatique parsemé de plaisirs simples, de rencontres, mais aussi de dangers ?


L'avis de Phooka:



Alors là, autant le dire tout de suite, je me suis lancée dans l'inconnu total. Je ne lis pas de manga, je ne regarde pas non plus de dessin animé japonais (enfin à part Goldorak mais ça commence à dater! :)). J'avais entendu parler de Spice & Wolf, parce que j'avais aperçu ce nom en zappant parfois sur le câble, mais mes connaissances s'arrêtaient là.

Du coup, quand les éditions Ofelbe m'ont proposé de découvrir ce livre avec l'argumentaire suivant: 


Les éditions Ofelbe, premier éditeur à s’être spécialisé dans la publication de romans jeunesse japonais (plus communément appelés Light Novels au Japon et par les fans français).


Notre objectif est de faire découvrir aux lecteurs de romans Young Adult/Ado un nouveau genre de la littérature de l'imaginaire grâce à des concepts/thèmes originaux, mais également à une écriture qui se différencie de celle des romans occidentaux, notamment dans sa manière de faire évoluer l’intrigue.

À ce jour, notre maison d’édition publie deux œuvres, Sword Art Online et Spice & Wolf, dont les premiers tomes sont sortis le 12 mars 2015. Un mois après ce lancement, nous sommes conscients du fait que nous devons chercher à communiquer davantage afin de faire connaître nos titres au plus grand nombre.
je me suis laissée tenter. Après tout, un peu de découverte ne me ferait pas de mal.

J'ai reçu donc Spice & Wolf et je dois reconnaître que le livre est de toute beauté, mais aussi beaucoup plus épais que je ne l'aurais pensé. En fait il contient deux "tomes" de l'édition originale en un seul volume.

Je me suis donc lancée et j'ai appris à connaître Lawrence, un jeune marchand itinérant, dont le but est d'amasser assez d'argent pour un jour ouvrir une boutique et Holo, une jeune fille un peu particulière. Particulière, car elle est affublée d'une queue de loup et d'oreilles assorties. Holo est la déesse de la moisson, mais elle en a assez de rester dans le même village de paysans et elle veut retourner chez elle et voir ce que le pays est devenu depuis les quelques 400 ans qu'elle a passé au village.

Le début du roman m' a plutôt convaincue. La rencontre entre Lawrence et Holo est sympathique et on pouvait attendre des belles aventures. Mais la tournure qu'a pris le récit m' a vraiment surprise. Au lieu, de mystère, de combat et autres péripéties que j'attendais, je suis tombée sur une sorte de guerre économique entre guildes, avec spéculations, trafic et fraude en tout genre. Si l'idée à la base est plutôt originale, le traitement lui , laisse à désirer. La foultitude de détails sur les transaction, le cours de l'argent, son évolution, la vente, l'achat, la bourse et je ne sais quoi encore a fini par me décourager. Et c'est vraiment dommage parce que le potentiel est là.

Holo est un personnage vraiment attachant,  pleine de ressources et de fantaisie. Elle est mutine, facétieuse et c'est vraiment agréable de la suivre. Lawrence, lui, est plus secret, moins expansif. Du coup la rencontre des deux donne un agréable cocktail car Lawrence a bien du mal à gérer Holo.

Dommage vraiment que les auteurs n'aient pas passé plus de temps à parler de leurs personnages et à les faire évoluer. Le potentiel était là, on pouvait imaginer, dans un contexte similaire, un récit bien plus pétillant et passionnant que celui-ci. Au lieu, de ça on se perd dans des complexités économiques, qui ne sont pas inintéressantes , mais qui poussées à l'extrême, finissent par lasser.

En ce qui me concerne je me suis arrêtée à la fin du tome 1, de la première histoire donc, qui constitue la moitié du livre. je lirai peut-être la suite un de ces jours, et je reviendrai alors vous en parler. Mais j'ai bien peur qu'elle ne soit dans la droite lignée de ce que j'ai lu. Dommage vraiment parce que, même si je ne me suis pas ennuyée dans la lecture, celle-ci aurait pu être bien plus passionnante vu le potentiel des deux héros. Une demi-déception donc, "demi" seulement car je ne pensais pas pouvoir accrocher comme ça à des personnage de manga. or ce fût le cas, et ma déception ne vient que de la profusion de détails techniques qui rendent le récit des péripéties des héros relativement indigeste. Dommage, vraiment, parce qu'il y a du potentiel !


mercredi 27 mai 2015

LE ROI DES FAUVES de Aurélie Wellenstein




Éditions Scrinéo
282 pages
16,90 euros


4ème de couverture :


Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur, mais son fils les surprend. Au terme d’une lutte acharnée, ils laissent le noble pour mort.
Capturés et jugés pour tentative de meurtre, les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ».

Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…




L'avis de Dup :

La famine sévit depuis trop longtemps dans le village d'Ivar. Aussi, accompagné de Kaya et Oswald, Ivar va transgresser les lois seigneuriales et partir braconner dans les bois giboyeux et interdits du Jarl. Ils vont être pris la main dans le sac, un lièvre transpercé d'une flèche de Kaya à leurs pieds, par le fils du Jarl. Ce dernier est particulièrement odieux et profite de son statut de Seigneur pour se payer du préjudice en tentant de violer Kaya. Ivar sort alors de ses gonds et attaque. Mais c'est le pot de fer contre le pot de terre et les trois jeunes se retrouvent emprisonnés, accusés de tentative de meurtre.


De toute façon, dans cette province, quelque soit le méfait, la sanction est toujours la même : on leur fait avaler un parasite, le lehrling, une sorte de mille-pattes qui les transformera en berserkirs. Avec tout un lot d'autres condamnés, ils vont être relâchés dans la province maudite, le temps de leur transformation en fauve, en berserkir. Ils vont devenir des êtres mi-humains, mi-animaux. Les berserkirs ont la réputation de ne plus conserver aucune humanité, ce sont des êtres brutaux assoiffés de meurtres.

Dès l’inoculation Ivar est assailli de visions : le Roi des fauves le somme de le rejoindre afin de l'aider avant la transformation définitive. Ils ont une semaine de répit, mais cette quête ne va pas être de tout repos. En ces lieux, c'est la loi de la jungle qui prévaut. C'est chacun pour soi, et même au sein de leur trio, maintenir la cohésion ne va pas être facile.

Va-t-il réussir à maîtriser son lehrling qui se manifeste bien trop tôt à son goût ? Va-t-il réussir à atteindre puis négocier avec le Roi des fauves ? Et quel est le rôle de ce satyre fantôme qui n'apparaît qu'aux yeux d'Ivar ? Beaucoup de questions dont il vous faudra trouver les réponses en lisant ce roman.

Le monde créé par Aurélie Wellenstein est un monde sombre et rempli de violence. Les épreuves que traversent les personnages sont rudes et ils ne sont pas tous taillés pour les affronter. L'auteur ne leur accorde aucune concession quand bien même son roman est destiné aux adolescents et c'est tout à son honneur. Ceci-dit, il faudra bien cibler les dits ados car cette lecture n'est pas facile et le pari osé. 280 pages seulement, mais denses et lourdes, pas vraiment un page-turner, pourtant ce roman reste captivant jusqu'à sa conclusion... plus que surprenante ! L'auteur marche hors des sentiers battus, au diable la morale et les convenances.

mardi 26 mai 2015

LES OUTREPASSEURS tome 3 de Cindy Van Wilder



Tome 3: Le libérateur



Édition : Gulf Stream

Pages : 345

Prix : 18 €



Un terrible hiver s'abat sur la Grande-Bretagne. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve seul, car le Chasseur et le lion d'Arnaut sont affectés par la disparition de la magie. Arnaut tombe dans un coma profond, auquel il semble n'y avoir aucune solution. Jusqu'à ce que Peter comprenne que le sous-sol de Lion House regorge de ressources cachées...



L'avis de Phooka:


Il m'est arrivé une chose un peu étrange avec ce tome 3. Je l'ai commencé pleine d'enthousiasme, pour me retrouver un peu perdue lors des premières pages, au point de laisser le livre de côté, assez découragée. Trop de points de vues alternaient trop vite et je ne m'y retrouvais pas. Je suis passée à un autre livre et je suis revenue ensuite vers ces outrepasseurs. Et cette fois, la magie a opéré et je me suis retrouvée en train de dévorer ce dernier opus à belles dents. Donc si vous êtes comme moi, ne vous laissez pas tromper par le début du roman, il saura vous séduire tout autant que les autres.

Peter et Arnaut sont en fuite. Les ferreux ont été libérés et fuient eux aussi. Noble a été vaincu et son pouvoir est remis en cause. Hermeline, la mère de Peter est partie à sa recherche accompagnée de Shirley. Sneizkaïa a lancé ses trois cavaliers de l'hiver à l'assaut de l'Angleterre pour détruire tout ce qu'ils pouvaient et Hersent tiraillée entre sa fidélité envers Noble et son envie d'en découdre avec Sneizkaïa , fomente son plan de bataille.

Vous comprenez sans doute pourquoi j'ai tout d'abord été un peu perdue, car comme toujours ma mémoire de poisson rouge a frappé. Je me ne souvenais pas en détail de ce qui s'était passé dans les tomes précédents et le livre entre directement dans le vif du sujet, en présentant en quelques pages ce que je viens de vous résumer juste au-dessus. 

(J'en profite d'ailleurs pour dire aux éditeurs qu'un petit résumé n'est jamais superflu pour une série ...)

Le lecteur suit donc tout ce petit monde, qui doucement converge vers le grand final, fort réussi et surprenant. Ce troisième opus donne la part belle à plusieurs personnages qui jusqu'à présent étaient un peu de retrait. Bien sûr on s’intéresse toujours à Peter, mais Shirley prend de l'essor, ainsi qu'Arnaut, Felix ou Hersent pour ne citer qu'eux. C'est pour ça qu'on peut parfois avoir une impression d 'éparpillement, mais d'un autre côté, c'est vraiment agréable de les suivre eux aussi. On ne peut néanmoins s'empêcher de penser que l'on aurait aimé suivre ces personnages un peu plus longtemps et qu'un quatrième tome n'aurait pas été de trop.

Construit de cette façon, évidemment, le rythme est infernal. Une fois rentré dans le roman, il n'y a pas le moindre temps mort. On suit tous ces protagonistes avec frénésie. Dans le premier tome, on découvrait les outrepasseurs, dans le second on réalisait leur puissance et dans ce dernier opus, c'est le déclin tel l'empire romain ... Mais ce déclin, permet à certains de donner le meilleur d'eux-mêmes et le final est vraiment grandiose.



Au final, ce troisième tome est une très belle surprise, surpassant même, à mon avis, le précédent opus. Au fil des tomes, l'atmosphère devient de plus en plus sombre et ce n'est pas pour me déplaire. La série dans son intégralité est une superbe découverte. C'est une série dite "jeunesse", mais qui ne tombe pas dans le simplicité, loin de là. La complexité des personnages, l’ambiance si particulière, souvent ténébreuse, donne une aura vraiment spéciale à l'ensemble de la saga. Une très belle réussite. J'ai hâte de découvrir ce que sera le prochain "Cindy Van Wilder".








Les chroniques des tomes précédents:

Les Outrepasseurs 1
Les Outrepasseurs 2
Les Outrepasseurs 1 by Dup

Le mois de Cindy:

lundi 25 mai 2015

Sortie de La mer éclatée , Tome 2 de Joe Abercrombie




La mer éclatée , Tome 2
La moitié d'un monde




Editions Bragelonne
Sortie le 15 juillet 2015
20 euros


Parfois, les filles sont bénies par la guerre. C’est le cas d’Épine. Espérant venger la mort de son père, elle ne vit que pour se battre. Mais la voilà accusée de meurtre. Elle se retrouve alors embarquée dans les stratagèmes de Yarvi, le ministre du Gettland. En traversant la moitié du monde en quête d’alliés contre l’impitoyable Haut Roi, elle apprend le prix du sang et de la tromperie, accompagnée d’un jeune guerrier qui déteste tuer. Épine ne sera-t-elle qu’un pion pour les puissants, ou tracera-t-elle son propre chemin ?



« Abercrombie propulse la Fantasy à coups de pieds dans le XXIe siècle. » The Guardian

dimanche 24 mai 2015

Sortie de Le Livre et l'Épée, T2 par Antoine Rouaud









Le Livre et l'Épée, T2 


Une Lueur sous les Cendres





Editions Bragelonne
Sortie prévue le 18 septembre 2015






« Dans les moments les plus difficiles, quand tout espoir semble voué aux flammes de la destruction, tu es une lueur sous les cendres. »




vendredi 22 mai 2015

BLOOD SONG Tome 2 d'Anthony Ryan




Blood Song, tome 2

Le Seigneur de la Tour




Editions BRAGELONNE

- Auteur : Anthony Ryan
- Illustration : Didier Graffet
- Traduction : Maxime Le Dain
- Collection : Fantasy

- Prix : 25,00 €
- Nombre de pages : 648
- Dates de parution : 15 avril 2015
- Date de parution numérique : 17 avril 2015




Qu’on le nomme Sombrelame, frère du Sixième Ordre ou Tueur d’Espoir, Vaelin Al Sorna demeure le plus grand guerrier de son temps, et le plus illustre témoin de la défaite du roi Janus. Écœuré par la guerre, il revient au pays déterminé à ne plus jamais prendre les armes. Nommé Seigneur de la Tour des Hauts Confins par l’héritier de Janus, Vaelin espère trouver la paix dans cette région glaciale et sauvage, loin des intrigues d’un Royaume tourmenté. 
Mais les êtres dotés de la voix du sang ont rarement l’occasion de mener une vie paisible. Entre les défenseurs de la Foi affaiblie, les adversaires du jeune roi inexpérimenté et les mystérieux assassins de la Ténèbre, Vaelin va découvrir malgré lui que nul ne peut échapper à son destin.





L'avis de Phooka:



Quelle claque ! J'avais adoré le premier tome de Blood song et bien sûr je me suis jetée sur ce second opus. Je ne pouvais pas passer à côté. Cependant, j'avais un peu peur d'être déçue car il me semblait difficile de tenir la qualité de La voie du sang. Et je me suis lourdement trompée, croyez-moi. Non seulement Le seigneur de la tour est d'une qualité exceptionnelle, mais en plus l'auteur a réussi à l'enrichir pour lui donner une dimension fabuleuse.

Mais revenons au début ...

Vaelin revient au pays, il est un héros comme peu le sont. Mais les horreurs qu'il a vécues le hantent et le hanteront à jamais. Il aspire à la paix et à la tranquillité. Son épée est rangée, empaquetée, pour ne plus jamais faucher des vies. Malcius, le fils de Janus, devenu roi, lui propose de devenir seigneur de la tour du nord dans les confins. C'est bien loin de la capitale et à priori, il devrait y trouver la paix qu'il recherche. Mais évidemment c'est "à priori". car le destin va rattraper Vaelin très vite.

Vaelin n'est pas le seul que nous allons suivre dans ce second tome. Cette fois-ci, c'est un feu d'artifice de personnages principaux. Et si j'utilise le terme "feu d'artifice", c'est à dessein, car ils sont tous aussi brillants et étonnants que Vaelin.

Lyrna, la princesse, sœur de Malcius, est une femme hors du commun. Depuis toute petite, elle a dû cacher son intelligence et agir de la façon dont "les femmes doivent agir". Ne pas se mêler de la politique, ne pas avoir l'air de tout comprendre, voire pire avoir des "coups d'avance" dans les intrigues politiques. Janus est mort et elle peut enfin se montrer telle qu'elle est vraiment. Mais le prix à payer va être immense ...

Reva, elle aussi est une femme hors du commun. Élevée dans la haine du Sombrelame, elle va tenter de le tuer et découvrir ainsi qui il est vraiment. Puis à elle seule (ou presque) elle va tenir le siège de Cumbraël ..

Frentis, lui est un ancien frère du sixième ordre. Un ami de longue date de Vaelin. Tout le monde le pense mort pendant la guerre, sauf Vaelin. Devenu esclave, se battant dans les fosses pour le spectacle, il en est libéré pour tomber dans un piège encore plus profond ... Son destin est sans doute le plus terrible que j'ai pu lire.

Ce qui précède n'est qu'une infime partie des héros que nous suivons dans ce roman. Il faudrait parler d'Alornis, le soeur de Vaelin, de Davoka, de Sollis, de Veliss ...et ils sont très très nombreux. Si j'insiste sur ceux qui précèdent c'est qu'ils ont droit à "leurs" chapitres. On suit en alternance Vaelin, Lyrna, Frentis et Reva. Le piège à lecteur !

Chacun est entouré de personnages qu'on pourrait penser secondaires mais qui ne le sont pas, chacun suit sa route et on devine très vite que leurs chemins vont se croiser.
Tout le roman converge vers ce point de rencontre que le lecteur attend impatiemment. Le point culminant, le sommet du livre ... Mais la route est longue et pleine d'embûches. On frémit, on tremble, on maudit les traîtres et les coups du sort, cette lecture est haute en émotions.

Autant vous le dire, au début j'étais perdue. Heureusement que Vaelin m'avait laissé un fort souvenir. Je le comparais d'ailleurs à Waylander dans ma première chronique. Et tel Waylander, je ne me souvenais pas des détails de ce qu'il avait fait, mais l'émotion qu'il suscitait en moi était très forte. Le début de ce deuxième tome démarre bille en tête, sans aucun rappel. Difficile de rassembler ses souvenirs. Mais peu importe, petit à petit, le piège se referme. Tant pis si on a oublié les détails précédents, la voix du sang racontait le passé de Vaelin, nous voici maintenant dans son présent. Un présent suffisamment complexe, violent et incertain pour qu'on ne se pose pas trop de questions. Une fois le piège refermé sur le lecteur, c'est un pur plaisir.

Bien sûr le livre est très très long. Certains, peut-être, le trouveront trop long, pour ma part ça n'a été que du bonheur. Les héros progressent lentement, laborieusement parfois, au gré des rencontres et des batailles. On vit avec eux, on se bat avec eux, on tremble avec et pour eux. Mais ce qui fait la force du roman, tel ceux de Gemmell, ce sont tous les personnages secondaires et ils sont pléthore. Un pur bonheur ! On s'y attache ou on les déteste. Quelle imagination de la part de l'auteur ! Quel talent ! On aime autant Arken, ce jeune garçon aventureux, que Malard, ce brigand qui devient guerrier, ou même Trente-Quatre, un esclave spécialisé ... dans les tortures. Sans oublier, bien sûr, Massacreur, le molosse ... Et tant d'autres ... Tant d'autres que j'ai aimé, dont j'aimerais vous parler, mais je ne peux pas parce que ma chronique ferait la longueur du livre. Un pur bonheur, vraiment.

Par contre, je lèverais bien une armée pour aller soutirer la suite de ce livre à l'auteur. La dernière phrase, m'a laissée sur le carreau. Quelques mots, qui m'ont fait enrager de ne pas avoir le tome 3 sous la main. C'est de la torture pure et simple !

Que dire de ce roman en conclusion ? J'ai pris un plaisir IMMENSE à sa lecture. Rien que d'en reparler j'en ai des papillons dans le ventre. C'est de la fantasy juste comme j'aime. Classique, avec des personnages incroyables et si communs à la fois. Une écriture parfaite qui dépeint les batailles, les paysages et la vie de tous les jours avec un indéniable talent, qui donne vie à des héros plus grands que nature. C'est juste le genre de livre que j'adore et j'en veux encore !! Je suis tellement triste de quitter Vaelin, Frentis, Lyrna et les autres ...






Lire aussi chez cassie



jeudi 21 mai 2015

DELTA CHARLIE DELTA de Laurent Guillaume




Éditions Denoël
Collection Sueurs Froides
272 pages
19,90 euros


Résumé :

Flic solitaire aux méthodes peu orthodoxes, Mako ne se sent bien que parmi la faune des voyous et des noctambules. Et lorsqu’il s’allie de manière officieuse à une capitaine de la PJ, l’enquête prend une tournure des plus inquiétantes. 

Un cigare entre les dents, Mako entame sa ronde dans la banlieue parisienne. La nuit s’annonce agitée. Une jeune fille a été retrouvée, violée et laissée pour morte dans une caravane abandonnée et les cadors de la police judiciaire sont déjà sur le coup. De son côté, une autre scène de crime l’attend : Herman, un junky ultra-violent se serait suicidé d’une balle dans le cœur. Mako décide d’enterrer l’enquête pour protéger les proches de la victime. En particulier Angy, une adolescente paumée qu’il prend sous sa protection. 
En quelques jours, la violence se déchaine dans le secteur. Plusieurs dealers sont retrouvés morts. Mako pressent que les deux affaires sont liées et cachent un dangereux secret. 
Dévoré par cette intuition, il s’allie avec la capitaine Marie Auger, une femme brillante, ébranlée par un drame personnel, qui semble elle-aussi prendre l’enquête un peu trop à cœur. Les deux flics vont faire équipe et franchir la ligne rouge jusqu’à découvrir le pire.



L'avis de Dup :

C'est la veille de mon départ aux QDP que j'ai ouvert ce roman, ayant repéré la présence de l'auteur sur les listes. Je ne connaissais pas du tout, je voulais juste savoir si je l'embarquais pour une dédicace ou non. Et bien je peux vous dire heureusement que ma valise et BookBringer étaient fin prêts parce qu'une fois commencé je ne voulais plus rien faire d'autre.

Une fois que Mako m'a prise par la main pour m'entraîner dans son sillage, j'étais ferrée. Quel personnage wow ! Si je devais faire un parallèle ce serait un peu au Sharko de Franck Thilliez qu'il me fait penser... Le major Makovsky, flic à la BAC est un oiseau nocturne. Ce qu'il préfère ce sont les quarts de nuit et si possible seul, mais il n'a pas toujours le choix. Il n'a pas trop le tempérament d'une nounou et c'est l'impression qu'il a à chaque fois qu'on lui colle un bleu. D'autant qu'il a une conception toute personnelle de la vérité et de la justice. C'est le borderline dans toute sa splendeur, un rebelle au grand coeur. Ainsi lorsqu'il conclura au suicide du Delta Charlie Delta pour lequel ils ont été appelé, une pourriture de junkie qui terrorisait ses parents et sa fille, cela ne va pas plaire à l'ambitieux jeune flic l'accompagnant. Suicide pour l'un. Meurtre pour l'autre. Les ennuis ne font que commencer pour Mako, mais ceux-ci semblent glisser sur sa carapace: la bave, la colombe, toussa, toussa :))

Parallèlement, le capitaine Marie Auger est sur une enquête bien glauque. Une jeune femme salement amochée et laissée pour morte, est découverte dans une caravane abandonnée dans un parking souterrain d'un immeuble dont la démolition était prévue le lendemain. Le sort de la victime et la volonté de faire disparaître les preuves vont révolter Marie, elle va prendre à coeur cette enquête. C'est un beau personnage elle aussi, différent mais complémentaire de Mako. Elle aussi n'hésite pas à prendre les chemins de traverses...

Laurent Guillaume nous a concocté une belle sauce bien noire pour mêler ces deux enquêtes, réunir ces deux personnages forts aux parcours atypiques. L'écriture est très visuelle, le jargon bien fleuri, on est véritablement plongé avec eux dans les ruelles sombres de la banlieue parisienne, à l'image de la couverture de ce roman qui en reflète si bien l'ambiance. Le tandem Mako-Marie va bien fonctionner, en dehors des clous bien sûr, mais je ne vous en dirais pas plus.

Coup de coeur pour ce polar noir, gros coup de coeur pour Mako. Je remercie sincèrement les éditions Denoël qui m'ont envoyé cette pépite, les QDP qui m'ont forcé à le lire et bien sûr Laurent Guillaume pour son écriture et ses personnages que je ne suis pas prête de lâcher. Je suis vraiment ravie d'en avoir encore plein à découvrir. On en reparlera sûrement bientôt sur Bookenstock !


mercredi 20 mai 2015

Sortie chez Sonatine ce mois-ci




378 pages
21 euros


Le pitch :

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

L'avis de l'éditeur :

Avec ce thriller psychologique exceptionnel, Paula Hawkins fait figure de révélation de l’année. Il vous suffit d’ouvrir ce livre et de vous laisser entraîner dans le piège paranoïaque et jubilatoire qu’elle vous tend et vous comprendrez combien cette publication fait figure d’événement.


Déjà dans ma PAL, je vous en parle très vite !

mardi 19 mai 2015

LA FILLE DE BELLE de Sophie Audouin-Mamikonian



Sophie Audouin-Mamikonian:

La fille de Belle




Editions La Martinière J.
428 pages
17.90 euros



450 ans avant TARA DUNCAN Plongez dans les secrets d’AutreMonde...

La Belle et la Bête se sont mariés mais la malédiction est restée dans les veines du roi Damien. Leur fille aînée, Isabelle, est née couverte de fourrure et dotée de crocs. Si, contrairement à son père, elle a la faculté de passer à volonté de sa forme humaine à sa forme de bête, le peuple, effrayé, refuse de voir en elle sa future reine. Une terrible menace plane pourtant sur le royaume. Œuvrant dans l’ombre, le duc de Drator, rival haineux et pervers du roi Damien, fomente un complot, assisté de mystérieux et redoutables alliés... Sur fond de calculs politiques et de tensions diplomatiques entre les différentes contrées d’AutreMonde, mais aussi de romance (car Isabelle, devenue une belle jeune fille, ne se montre pas totalement insensible au charme de certain jouvenceau), se noue la destinée, pleine de coups de théâtre, de fureur et de passions, d’Isabelle et des siens. Soutenue par une poignée de fidèles, elle tient entre ses mains le destin de sa famille, le sort de son royaume et peut-être même le devenir d’AutreMonde… 




L'avis de Phooka:



Ayant été un tout petit peu déçue par le dernier tome de Tara Duncan (et alors que j'avais adoré toute la saga), je ne pensais pas vraiment lire cette nouvelle série. Je pensais qu'elle serait peut-être "trop enfantine". Et puis, madame La Martinière J. me l'a proposé dans le cadre d'un concours pour le blog (par décision de la direction de Bookenstock, nous lisons toujours les livres que nous proposons en concours) et du coup je me suis lancée dans sa lecture.

Bien m'en a pris parce que je me suis vraiment régalée !!!

Bien entendu le récit se passe dans le monde de Tara Duncan, AutreMonde. On y fait connaissance d'Isabelle, la fille de Belle et de Damien, roi du Lancovit. Avant de connaître Belle, Damien était "La Bête" et terrorisait ses sujets. Belle l'a dompté et il est redevenu Damien, un roi ferme, mais juste. La malédiction semblait être loin, jusqu'au jour de la naissance d'Isabelle.

Isabelle, la jeune princesse est sous le coup de la malédiction, mais à la différence de son père, elle maîtrise totalement ses transformations en "bête" et reste tout le temps consciente de ses actes. Elle n'est donc pas dangereuse et elle voit plutôt ses transformations comme une force. Elle devient alors une arme puissante. Cependant, il en est différemment du peuple qui a souffert pendant le règne de son père lorsqu'il était "Bête". Beaucoup voudraient l'éloigner du pouvoir.

Isabelle, elle, essaie d'avoir une vie normale. Elle va aux cours comme les autres enfants et elle se fait des amis. Mais les ennemis du royaume sont puissants, en interne comme en externe, et tous souhaitent la voir disparaître, en particulier le duc Drator.

Heureusement, tout n'est pas forcément noir pour Isabelle qui rencontre le fils cadet de l'impératrice d'Omois ...

Ce roman est vraiment étonnant et passionnant. Les fans de Tara Duncan y retrouveront tous les royaumes qu'ils connaissent déjà par cœur. Mais "c'était avant". On découvre de nouveaux personnages, on en redécouvre certains que l'on connaît déjà ... On est en terrain connu, mais la comparaison s'arrête là.

Ceux qui n'ont pas lu Tara (si,si il parait qu'il y en a ! :)) découvriront avec Isabelle l'AutreMonde et je suis certaine qu'ils vont en tomber amoureux eux aussi.

La fille de Belle est un roman plus "mûr" que le premier Tara, aussi bien au niveau de l'écriture que du contenu lui-même. Tout y est maîtrisé, le récit est complexe et plein de ramifications, les personnages sont profonds et attachants. Dès le premier tome, on entre dans le vif du sujet, on découvre des protagonistes complexes et un contexte difficile. Les embrouilles politiques, les tensions avec les autres royaumes ne font pas toujours bon ménage avec les relations dans la famille royale. Le prix à payer est parfois élevé. Isabelle doit louvoyer entre son statut de princesse, de bête, de petite fille puis de jeune fille ...

Ce premier tome est réellement prometteur, c'est un livre abouti, dans lequel chacun y trouvera son plaisir. C'est dense et léger à la fois, comme  un plat qui révèle toutes ses saveurs au fur et à mesure de la dégustation. Je me suis vraiment laissée emporter par le récit, j'en ai aimé les héros. Bref, je me suis régalée ! SAM a réussi le tour de force de me surprendre et de me séduire par un roman que je ne pensais même pas lire. Chapeau !


lundi 18 mai 2015

M.O.N.S.T.R.E. - Tome 4 - de Hervé Jubert


RIRE DE SATYRE

MONSTRE  # 4



Éditions Rageot
224 pages
9,90 euros


4ème de couv :

Sam est harcelée par des cauchemars où des chiens la poursuivent en hurlant. Et elle s'inquiète pour Bufo, son vieil ami brésilien qui n'oublie jamais son anniversaire. Comme il ne lui donne plus signe de vie, elle décide de partir à sa recherche. Flanquée de Rolf, son amoureux du groupe M.O.N.S.T.R.E, elle embarque pour Rio de Janeiro...



L'avis de Dup :

Dans ce volume, Hervé Jubert s'occupe du cas de Sam, la québécoise de l'équipe, et ce n'est pas pour me déplaire. C'est un de mes personnages préférés de cette série. J'aime beaucoup son franc-parler et sa répartie, même si je regrette que le côté "Québec" ne soit pas plus accentué par plus d'expressions locales, tabernacle ! Je la trouve d'ailleurs bien extravertie pour quelqu'un souffrant du syndrome d'Asperger, mais bon...

Cette fois-ci nous allons voyager pour le Brésil en compagnie de Sam et son copain Rolf. Alors que ce dernier reluquerait bien du côté des plages ou des bars animés de Rio de Janeiro, Sam l'entraîne plutôt dans les favelas puis dans la jungle à la recherche de son ami Bufo. Un Bufo qui l'a sauvée quand elle était petite, un Bufo qui ne se sépare jamais de sa cagoule et pour cause : celle ci masque deux belles petites cornes qui émergent de sa tignasse. Et oui, Sam était vraiment prédestinée à faire partie de l'équipe des Protecteurs de chimères, Bufo est un satyre.




Parallèlement, on suit un Milo qui fait un peu cavalier seul ces derniers temps, il est de plus en plus préoccupé par les secrets que lui cachait son père. Et pour creuser, il va devoir renouer avec sa mère...

Quant au reste de l'équipe, ils passent un par un sous le grill de l'inspecteur Beaulieu de Scotland Yard qui se fait un point d'honneur à solutionner le meurtre de son ami Dickens, le majordome de Milo. En effet ce dernier a été assassiné par un Chasseur de chimères au cours de l'épisode précédent.

Dans le prochain volume, ce sera le tour de Takiko, la japonaise. Je suis bien impatiente car c'est sans doute le personnage que je trouve le plus secret. Rolf aussi cache bien des choses mais dans un genre totalement différent.

Une série qui se poursuit en tenant ses promesses. Elle est vraiment plaisante à lire et ravira petits et grands. S'il y a un seul reproche à lui faire, c'est que chaque volume est vraiment trop court. Je tiens également à saluer la superbe couverture signée Magali Villeneuve, qui illustre remarquablement cette saga. Le portrait qu'elle fait de Sam correspond exactement à l'image que je m'en faisais: un grand bravo à elle.

Pour relire les tomes précédents, suivez les liens : MONSTRE , MONSTRE et MONSTRE


dimanche 17 mai 2015

Sortie de Le Paris des merveilles Tome 3 de Pierre Pevel




Le Paris des merveilles T03
 Le Royaume immobile









Editions Bragelonne
Sortie le 20 mai 2015
384 pages
17.90 euros




Alors que tout le monde ne songe qu'aux prochaines élections du Parlement des Fées, Griffont doit aider un ami soupçonné de meurtre. De son côté, Isabel se trouve aux prises avec de dangereux anarchistes venus de l'OutreMonde et décidés à ensanglanter Paris pour se faire entendre. Mais ces deux affaires pourraient bien être liées, et nos deux héros ne tarderont pas à lever le voile sur un secret ancien susceptible d'ébranler le trône d'Ambremer. Un secret que convoite le Reine Noire, jumelle maléfique et ennemie acharnée de la reine des fées.

samedi 16 mai 2015

Sortie de Le Paris des merveilles Tome 2 de Pierre Pevel


Le Paris des merveilles T02
 L'Elixir d'oubli



Editions Bragelonne
Sortie le 20 mai 2015
384 pages
17.90 euros


Quelques mois après l'épilogue des Enchantements d'Ambremer, Griffont se voit de nouveau confronté à un tourbillon d'événements tous plus incompréhensibles les uns que les autres. Le plus inquiétant étant la présence d'un mage noir, Giacomo Nero que tout le monde semble craindre et qui pourrait bien être mêlé à une intrigue trouvant ses origines à l'époque de la Régence. En ce temps-là, Griffont était le chevalier de Castelgriffe, mage libertin, et faisait équipe pour la première fois avec une certaine baronne de Saint-Gil...

vendredi 15 mai 2015

Sortie de Le Paris des merveilles Tome 1 de Pierre Pevel




Le Paris des merveilles T01
 Les Enchantements d'Ambremer




Editions Bragelonne
Sortie le 20 mai 2015
384 pages
17.90 euros








À première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Époque. En y regardant de plus près, la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, et une ligne de métro rejoint le pays des fées... Dans ce Paris des merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés, lorsqu'il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. Il lui faudra alors s'associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...



jeudi 14 mai 2015

Résultats du concours DUST de Sonja Delzongue






Ainsi en a décidé notre choipeau :

Jason M.
recevra

DUST
de
Sonja Delzongue




Bravo à toi et bonne lecture !
D'ailleurs tu es chaudement invité à venir partager ton ressenti après ta lecture sur le billet destiné à ce roman ICI

mercredi 13 mai 2015

CELLE QUI EN SAVAIT TROP de Linwood Barclay




Éditions Belfond
Collection Noir
304 pages


Résumé :


Pour arrondir ses fins de mois, Keisha Ceylon a eu LA bonne idée : troquer ses balais de femme de ménage contre une boule de cristal. Entre thème astral et marc de café, elle s'est fait une spécialité : faits divers et disparitions. Cinq mille dollars contre l'espoir de retrouver un être cher : certaines familles sont prêtes à tout. Et justement, Wendell Garfield est sans nouvelles de sa femme Ellie, volatilisée à la sortie du supermarché une semaine plus tôt. Aucun indice, la police piétine. La presse est en émoi. Wendell et sa fille sont affolés : l'heure est idéale pour l'arnaqueuse qui se prépare à livrer sa plus belle, sa plus troublante, sa plus dangereuse vision... Car, sans le savoir, la fausse voyante vient de frôler de très près une vérité meurtrière. Et de réveiller les instincts d'un tueur en liberté... Quand l'humour se mêle à l'angoisse : le nouveau coup d'effroi du créateur de frissons.




L'avis de Dup :

"Un maître du suspense" nous annonce Stephen King... mouais.
Bon marketing ceci dit vu que c'est cette accroche qui m'a fait plonger et postuler pour lire ce livre. Je dois avouer que je n'ai pas du tout accroché à cette histoire, cherchant en vain le suspense annoncé par the King, cherchant l'angoisse et l'humour annoncé par l'éditeur sur la quatrième de couv'. J'ai dû passer à côté.

Si Keisha n'a pas fait d'études c'est uniquement la faute à pas de chance, la faute à la vie tout simplement. Des études en psychologie lui auraient sied à merveille tant elle développe de capacités à observer les réactions des gens, à rebondir sur la moindre petite phrase lâchée par un de ses "pigeons". Elle sait exactement ce que son interlocuteur attend qu'elle dise, et ma foi elle s'en sert et c'est comme ça qu'elle gagne sa vie. Il faut bien que l'argent rentre pour élever son fils Matthew, 9 ans. Et puis il y a Kirk aussi, qui était bien sympa au début de leur relation il y a quelques mois. Mais Kirk s'avère être un vrai boulet, pas très intelligent mais suffisamment pour avoir senti la bonne planque: se faire entretenir juste en filant un petit coup de main au moment opportun.

Les lignes de la main, les tarots, le thème astral tout y passe. Elle va même jusqu'à proposer des échanges, voire des dialogues avec nos défunts. Mais ce qu'elle préfère, c'est quand même exploiter la détresse des gens lorsqu'un proche a disparu. Et c'est ainsi qu'elle va se jeter dans la gueule du loup en proposant ses "visions" à Wendell Garfield. Parce que son don à Keisha, et véritable pour le coup, c'est de savoir faire parler les gens. Ce qu'elle va lui proposer ne va pas plaire du tout à Wendell, car éploré il ne l'est point, et cette médium pourrait très bien faire capoter ses plans. Pire même elle pourrait être une arnaqueuse mais avoir été le témoin de ses méfaits...

Alors pourquoi suis-je passée à côté ? En premier lieu parce que je n'ai pas apprécié les personnages principaux : Keisha, Kirk et Rona Wedmore l'inspectrice chargée de l'affaire. Même si je salue l'esprit de déduction affûté de ces deux femmes, elles ne m'ont pas fait vibrer. Ensuite, on se doute de tout ce qui va arriver, même les rebondissements qui apparaissent en cours de route m'ont semblé téléphonés.
La plus grosse déception reste cependant l'absence totale d'humour dans ce roman. A part peut être le fait que la fausse vision de Keisha s'avère être la vérité ?...
Mais je dois reconnaître que la lecture est aisée et rapide : juste 300 pages avec une police d'écriture large (le même roman chez Mnémos ne ferait pas 150 pages...) et puis découvrir comment Keisha rebondit à chaque tuile, chaque obstacle qui se présente à elle, fut assez divertissant.
Si vous n'avez rien à lire, sur la plage, et qu'on vous le prête (21 euros tout de même) pourquoi pas. D'ailleurs je mets à disposition mon exemplaire pour qui veut !




mardi 12 mai 2015

PLAYER ONE d' Ernest Cline




Editions Pocket

Titre Original
PLAYER ONE
624 pages

Traduit par
Arnaud REGNAULD




2044. La Terre est à l'agonie.
Comme la majeure partie de l'humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l'OASIS – un univers virtuel ou chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l'OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l'OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars ! Multinationales et geeks s'affrontent alors dans une quête épique, dont l'avenir du monde est l'enjeu. Que le meilleur gagne...





L'avis de Phooka:





Voilà bien longtemps que je n'avais pas dévoré un roman comme ça ! Le 1er mai, jour pluvieux s'il en est, j'ai mis le nez dans ce Player One. Le soir, il était fini. Six cent et quelques pages (écrites petit) lues en une journée. Incapable de décoller le nez du livre, je me déplaçai même dans la maison en lisant ...

Pourquoi est ce que ce livre m'a autant plu ? Parce que c'est un livre parlant d'un geek des années 80, écrit par un geek des années 80 et que je suis une geek des années 80 ! :) Sans compter le suspense, le récit, les personnages et le contexte ! Tout y est et ce n'est que du bonheur.

Dans ce roman, la terre agonise lentement et avec elle, les humains qui la peuplent. Ces humains s'entassent dans des bidonvilles fait de mobil homes empilés les uns sur le autres, jusqu'à vingt étages parfois. Ceux qui ont la chance d'avoir un travail peuvent s'acheter à manger, pour les autres c'est le monde de la débrouille. Le seul plaisir, la seule évasion c'est l'OASIS. Un ancien MMORPG (un jeu vidéo multijoueur pour les non initiés) est devenu bien plus qu'un simple jeu. C'est un monde virtuel complet qui permet aux plus pauvres d'aller à l'école et surtout de vivre "ailleurs" dans un monde où existent la magie, la technologie et tout ce qui rend la vie plus facile. Mais même dans l'OASIS il faut payer, par exemple pour passer d'un monde à un autre, car des mondes il y en a des milliers. 

Wade, 17 ans, passe tout son temps libre dans l'OASIS. Il y va à l'école et ensuite il y traîne en grappillant quelques points d'expérience. Mais son avatar reste d'un niveau très bas, car il n'a pas les moyens de se téléporter sur d'autres mondes pour réaliser des quêtes qui lui rapporteraient  ces fameux points.

L'OASIS a été fondé par deux amis, son accès est gratuit. James Halliday, l'un des fondateurs, meurt et publie une vidéo avec un étrange testament. N'ayant aucune famille, il a caché un "oeuf de Pâques" quelque part dans le jeu et celui qui le trouvera aura sa fortune, c'est-à-dire des milliards de crédits. La chasse à l' œuf commence ....

Mais voilà, cinq ans plus tard, la clé de bronze permettant d’accéder au premier portail n'a même pas été trouvée. La chasse s’essouffle, la communauté des "chassoeufs" diminue. Jusqu'au jour où sur le tableau des scores apparaît un nom: Parzival. Quelqu'un a trouvé la première clé ! A partir de ce moment tout s'accélère, les "chassoeuf" repartent en quête de plus belle. L'IOI, une société concurrente d'OASIS, veut mettre la main sur le jeu et engage des spécialistes. Ils sont prêts à tout pour gagner: tricher, tuer ...


Wade et ses amis virtuels Aech, Art3mis vont devoir faire face à toute sorte de dangers, virtuels ou rééls. Mais surtout ils vont devoir résoudre les énigmes et comprendre les indices que Halliday a semé. Or Halliday était un geek des années 80. On va donc éplucher des films, des jeux, des musiques de l'époque. Wade est un ado, malin et débrouillard, mais surtout bosseur. Il potasse comme un malade pour résoudre les énigmes de Halliday. On l'aime ce gamin, on frémit pour lui quand l'IOI le poursuit.

Et là, c'est bingo, un énorme plaisir que de se retrouver plongé dans Ladyhawke, La folle journée de Ferris Bueller ou Blade Runner. A cette époque j'allais au ciné 3 ou 4 fois par semaine. Les films que j'aimais, je retournais les voir plusieurs fois, alors j'aurais pu être Wade dans le livre. Il faut rejouer une scène de Blade runner, pas de soucis. Il faut éplucher un cahier de jeu de Donjons&Dragons, ça marche. Le pied !


Mais même, si vous n'êtes pas comme moi une geek de cette époque, vous apprécierez ce roman. pas de temps mort, du suspense, des énigmes, de la réflexion, des personnages vraiment attachants (mais sait-on vraiment qui se cache derrière un pseudo ...). Ce n'est sans doute pas le futur Nobel de littérature, mais quel plaisir j'ai eu à le lire. Essayez, vous serez conquis. Coup de coeur , non ... ENOOORME COUP DE COEUR, oui !!!!