mardi 30 juin 2015

lundi 29 juin 2015

LE SOURIRE DU DIABLE d'Antonia Hodgson




Éditions XO
480 pages
19,90 euros


Résumé :

« Bienvenue à Marshalsea, môssieur... » 

Londres, 1727 : le jeune Tom Hawkins, qui a refusé de devenir révérend comme son père, ne vit que pour le jeu, la bière, les femmes. Criblé de dettes, il est envoyé à Marshalsea, une prison des bords de la Tamise où sont réunis les débiteurs de la ville. Dans cette prison, l'argent décide du sort de chacun. Les plus riches, comme Tom, mènent une vie de château – ou presque – avec lingerie et domestiques. Ils ont même droit à une taverne?! Les autres croupissent dans l'aile insalubre et coupe-gorge de l'établissement. Dans ce monde souterrain impitoyable, Tom Hawkins affronte des personnages plus avides, fourbes et cruels les uns que les autres. Il ne peut faire confiance à personne. Surtout pas à son compagnon de cellule, l'ironique Samuel Fleet, qui incarnerait le diable ! Sa rencontre avec la séduisante Kitty Spark pourrait bien tout changer...



L'avis de Dup :


Tom Hawkins est un jeune homme insouciant, croquant la vie à pleines dents à Londres depuis qu'il s'est affranchi de l'autorité paternelle. Son père, pasteur sévère d'une petite bourgade, voyait en lui son successeur. Or Tom se trouve bien trop d'affinités avec une vie plus mouvementée, faite de fêtes, de jeux d'argent, d'alcool et de filles. D'aucun dirait, une vie de débauche. Seulement tout ceci a un coût, les dettes s'accumulent et l'ultime tentative de se "refaire" au jeu échoue. Tom se retrouve incarcéré à Marshalsea, la tristement célèbre prison de Londres au XVIIIe, réservée aux débiteurs de sa Majesté.

Cette prison, c'est un véritable personnage dans ce roman, et de loin le plus intéressant. L'auteur s'étant beaucoup documentée à ce sujet (elle nous l'annonce dès le début ), on découvre donc ce lieu sordide de l'intérieur en même temps que Tom. Ce sera d'ailleurs le décor de ce roman qui fonctionne un peu comme un huis clos étouffant. Une ambiance glauque et délétère s'il en est, où la corruption bat son plein, où la misère humaine est exploitée au maximum et côtoie souvent l'indicible. Antonia Hodgson excelle dans la description de ces lieux au point de nous faire tordre le nez devant les odeurs repoussantes, les maladies et les miasmes qu'on y croise. J'ai même souvent été prise de démangeaisons réflexes, sentant l'invasion de puces, poux et autres vermines !

Or, dans cette prison spécialisée pour les débiteurs se trouve visiblement un meurtrier car un prisonnier y a été assassiné récemment. Tom va d'ailleurs occuper son lit laissé vacant, et donc partager la cellule avec celui qui pourrait très bien être le responsable de cette triste affaire : Samuel Fleet. Plus pour sa tranquillité d'esprit qu'autre chose, Tom va enquêter sur ce meurtre. Et c'est là que le bât blesse pour moi, car il ne se passe pas grand chose. L'intrigue est linéaire, pourvue de quelques rebondissements, prévisibles bien à l'avance.

Je me suis réellement ennuyée à la lecture de ce roman. Les personnages ne m'ont pas accrochée et à partir de là, s'imprégner du récit fut bien difficile. J'ai trouvé Tom d'une niaiserie insupportable. S'offusquant d'un rien, gémissant sur son sort lorsqu'il est seul, continuant à jouer les gentlemen dans des situations qui ne s'y prêtaient plus du tout. Bref, plus j'avançais dans ma lecture, plus il me hérissait le poil. Alors pour un personnage principal, c'est ballot. Et il vaut mieux que je ne parle pas de la belle Kitty... Le seul qui a eu grâce à mes yeux, c'était Samuel Fleet dont l'ironie m'a tirée quelques sourires.

En fait ce roman est avant tout un roman historique dont l'intrigue n'est là qu'en tant que support. Cherchant à lire un roman policier avant tout, j'en ressors bien déçue. Certes, je me suis bien documentée sur cette Marshalsea en 1727, ce fut glaçant, repoussant, malodorant. Mais 480 pages de documentaire c'est un peu long quand l'alchimie des personnages ne fonctionne pas. Amateurs d'Histoire avec un grand H et de lieux mythiques, ce livre est fait pour vous. 



15 ème roman à épingler pour le challenge de Zina



dimanche 28 juin 2015

CONCOURS : Du Bottero à gagner !




Chose promise, chose due !!!

Voici donc le concours que nous avions annoncé fin mai ( ICI )


BOOKENSTOCK ET LES ÉDITIONS RAGEOT 

vous proposent de gagner

3 exemplaires de

LA QUÊTE D'EWILAN
Tome 1
D'UN MONDE À L'AUTRE 





Pour participer un mail à 

bookenstock(point)concours(at)gmail(point)com
Intitulé : Concours Bottero
Avec :
*Votre pseudo, si vous en avez un
*Vos coordonnées
*Les réponses aux questions qui suivent
*Un minimum de politesse
*Et c'est tout !


Les questions :

1) Combien de Bottero ont été chroniqué chez nous ?
2) Quelle est la date anniversaire de Bookenstock ?
allez je vous aide, un indice : c'est le mois* aux alentours du mois du GpP
*merci Aelynah :siffle:
3) Pis ça veut dire quoi GpP ?
niark, ben oui, du Bottero, ça se mérite !
4) Que pensez-vous de ces questions ?
lâchez-vous, je veux rire en dépouillant :))



Les Éditions Rageot livrent en France, en Belgique et en Suisse.
Elles ne sont pas tenues responsables des aléas de la Poste...


Top, c'est parti !
Vous avez jusqu'au dimanche 5 juillet minuit.

Si vous n'avez pas encore lu cette pépite, c'est le moment !





samedi 27 juin 2015

En juin 2015 chez Sonatine (3)



INÉDIT 
Le premier roman de R.J. Ellory






Le pitch :


Après l’assassinat de John Kennedy, tout a changé aux États-Unis. La société est devenue plus violente, la musique plus forte, les drogues plus puissantes que jamais. L’Amérique a compris qu’il n’y avait plus un chef, un leader du pouvoir exécutif, mais une puissance invisible. Et si celle-ci pouvait éliminer leur président en plein jour, c’est qu’elle avait tous les pouvoirs.

C’est dans cette Amérique en crise que Daniel Ford a grandi. Et c’est là, en Caroline du Sud, qu’il a été accusé d’avoir tué Nathan Vernet, son meilleur ami.

Nous sommes maintenant en 1982 et Daniel est dans le couloir de la mort. Quelques heures avant son exécution, un prêtre vient recueillir ses dernières confessions. Bien vite, il apparaît que les choses sont loin d’être aussi simples qu’elles en ont l’air. Et que la politique et l’histoire des sixties ne sont pas qu’une simple toile de fond dans la vie de Daniel, peut-être lui aussi victime de la folie de son temps.



vendredi 26 juin 2015

MOON de Karen Bao



Tome 1 : La révolte de la colombe



Editions Milan
Collection Macadam
352 pages
15.20 euros
Traductrice: Claire Allouch





Phaet n'a jamais senti le soleil sur sa peau, le vent dans ses cheveux, elle n'a jamais marché dans la neige ou plongé dans l'océan. Phaet a grandi sur la Lune, colonisée par les humains depuis des décennies. A 15 ans, elle ignore tout de la liberté. Quand sa mère Mira est arrêtée, Phaet n'a plus le choix. Pour subvenir aux besoins de sa famille, elle s'engage dans la Milice et entre au service de la dictature.




L'avis de Phooka:



Encore une dystopie, allez-vous me dire ?

Oui c'est vrai, une de plus, on en voit énormément sortir ces derniers temps. Mais, cela n'empêche pas de prendre plaisir à en lire et celle-ci ne déroge pas à cette règle. Phaet (prononcer "fate", destin en anglais), est une jeune fille de 15 ans passionnée de biologie. Elle travaille dans les serres sur la base IV de la lune, aidant ainsi à produire la nourriture nécessaire au "luniens". Phaet, continue ses études en parallèle et espère bien obtenir un jour un bon diplôme qui lui permettra de vivre un peu mieux. Elle est d'ailleurs plutôt douée, avec un QI au dessus de la moyenne. Elle a une jeune sœur qui va en primaire et un jeune frère passionné d'informatique. Son père est mort dans un accident, 9 ans plus tôt et sa mère travaille dans le service d'information où elle rédige des articles politiquement corrects, selon le bon vouloir du pouvoir en place. 

Depuis que les survivants terriens ont attaqué la lune, 15 ans auparavant, l'état d'urgence a été décrété, les élections annulées et le gouvernement des bases lunaires s'est transformé en dictature. Le maintien de l'ordre est assuré par la Milice que tout le monde, ou presque, déteste. Mais voilà, le jour où la mère de Phaet tombe gravement malade, il faut payer les soins et Phaet n'a pas d'autre choix que de s'engager dans cette milice qu'elle abhorre. A 15 ans, elle est la recrue la plus jeune. Là, elle va apprendre à se battre, à piloter, à surveiller ses arrières, mais aussi à se faire des amis.

Bien que le concept soit éculé, le roman se lit avec beaucoup de plaisir. Les pages se tournent toutes seules. Bien sûr, il y a quelques facilités assez grossières sur lesquelles il ne faut pas s'arrêter sous peine de "sortir du livre". Il y a aussi quelques belles réussites et je pense en particulier à la réaction de la mère de Phaet lorsqu'elle apprend comment sa fille a réussi à sauver sa famille du naufrage financier. Une scène poignante au possible et superbement trouvée, au point que la lectrice passionnée que je suis a eu des envies de meurtres ! :)

Le personnage de Phaet est terriblement attachant. Cette jeune fille ne parle quasiment jamais, elle ne sait pas exprimer ses sentiments et ses sensations, ce qui lui pose de gros problèmes. Elle réfléchit beaucoup et on voudrait qu'elle puisse exprimer à voix haute tout ce qu'elle ressent. Quelle frustration pour elle et pour les lecteurs. Elle est fragile, mais a un mental d'acier. On ne peut qu'être admiratif, même si parfois ces points là sont justement un peu trop extrêmes.

Moon, est en tout cas une lecture fort agréable et j'espère bien avoir l'occasion d'en lire la suite car je suis curieuse de connaître le destin réservé à Phaet. Une dystopie de plus, oui, mais réussie alors pourquoi s'en priver ! 






jeudi 25 juin 2015

WATCH_DOGS de John Shirley



WATCH_DOGS

Dark Clouds


Éditions Lumen
404 pages
13,90 euros


Résumé :

Mick Wolfe est un ancien militaire qui a failli laisser sa vie et sa réputation en Somalie. Aux commandes de son drone, il a été témoin d’un vol spectaculaire de billets de banque par un petit groupe d’officiers prêts à tout. De retour à la vie civile, il cherche à blanchir son nom mais se retrouve confronté à la Blume Corporation, l’entreprise tentaculaire qui a mis au point le ctOS, l’infrastructure de caméras de surveillance qui quadrille tout Chicago.

Seul contre un ennemi puissant et sans scrupules, Mick va plonger dans les bas-fonds inquiétants de la cité pour tenter de rétablir son honneur sans y laisser la vie. Aiden Pearce, le légendaire hacker qui a mis au pas une bonne partie des gangsters de la ville, acceptera-t-il de l’aider ? Qu’exigera-t-il en échange ? Une course contre la montre en forme de chasse à l’homme commence !
Dans Watch Dogs – Dark Clouds, retrouvez l’univers sombre et hyper-connecté de la nouvelle licence-phare d’Ubisoft, Watch Dogs. Action, cybercriminalité et hautes technologies : suivez pas à pas dans sa descente dans les entrailles de Chicago un hacker solitaire confronté à un défi mortel…



L'avis de Dup :

N'étant absolument pas fan de jeux vidéos, ceux qui attendent de ma chronique une comparaison quelconque de ce livre avec le dit célèbre jeu peuvent passer leur chemin. Ce qui m'a attiré vers cette lecture c'est le pitch annonçant un thriller cyberpunk.


Mick Wolfe était militaire, responsable des drones au sein de la Delta Force, une unité d'élite de la défense américaine. Alors qu'il effectuait une mission de surveillance en Somalie, il est témoin d'un détournement de fonds organisé par des officiers supérieurs, dont le commandant Verrick, son supérieur direct. Il tente de dénoncer ce vol, mais c'est le pot de terre contre le pot de fer, il se retrouve aux arrêts pendant un an puis radié, sa carrière militaire ruinée. C'est animé par la vengeance et la volonté de blanchir son nom qu'il rentre au bercail : Chicago.

Mais un Chicago qui ne ressemble en rien à celui d'aujourd'hui. C'est une ville où il y a plus de caméras de surveillance que d'habitants ! Où le flux des images délivrées sont reliées à des logiciels de "ouf", qui permettent à ceux qui les exploitent de tout savoir, TOUT. Tout ce qu'il y a à savoir...ou pas, sur tel individu. Le tout est chapeauté par une grosse boite, la Blume Corporation. Et qui détient la majorité des parts de cette société ? Le sieur Verrick, qui a su blanchir l'argent volé en Somalie.

Mike va s'associer avec Aiden Pearce, le plus grand hackeur de Chicago, une véritable légende urbaine. Leurs intérêts convergent et cela va être une lutte sans merci. En résumé : action-hacking-action-hacking-action. Un roman très visuel et très...masculin. L'auteur essaie bien d'y glisser une fille dans l'intrigue, de rajouter un poil de sentiments mais on sent bien que ce n'est pas sa tasse de thé.

En revanche il domine dans le cahier des charges de ce thriller hyperconnecté. Nos hackeurs ont des vies mouvementées, la plupart du temps dans la clandestinité, mais grandement facilitées par leur capacités à dominer certains domaines. L'électronique : voler des voitures de plus en plus équipées devient un jeu d'enfants, il suffit juste de choisir les nouveaux modèles hauts de gamme. Le web et le black cloud : délester le compte en banque d'un mafieux par ci, d'un dealer par là et le quotidien devient plus facile. Suivre à la trace son ennemi en hackant les caméras de la Blume Corporation, retournant ainsi ses armes contre elle, etc...

Un thriller pour ados d'aujourd'hui, que j'ai trouvé pour ma part plaisant mais pas inoubliable, où l'action prédomine aux dépens de la profondeur des personnages. Nul doute qu'il trouvera son lectorat, à commencer par les amateurs du jeu du même nom.


mercredi 24 juin 2015

Sortie de "La liste de nos interdits" chez Fleuve Noir en juin




Parution le 11 juin
368 pages
18,90 euros


Le pitch :

Ne pas se rendre seule à la bibliothèque le soir
Ne pas se garer à plus de six places de sa destination
Ne pas faire confiance à un inconnu
Ne pas sortir sans bombe lacrymo
Toujours repérer les sorties
Toujours contrôler
Toujours suivre les règles
Toujours avoir un plan de secours
Ne jamais se retrouver coincée
Ne jamais paniquer

La liste de leurs interdits était pourtant longue. Mais un soir, Sarah et Jennifer oublient une règle élémentaire, et montent dans la voiture d'un inconnu.
Direction l'enfer absolu. Seule Sarah parvient finalement à en réchapper.
Mais dix ans plus tard, hantée par la mémoire de son amie disparue, elle doit participer à une nouvelle enquête, qui décidera ou non de la libération du monstre. Elle s'était pourtant juré de ne jamais recommencer, mais va devoir transgresser une seconde fois les règles de la liste...



mardi 23 juin 2015

LES MANTEAUX DE GLOIRE de Sebastien De Castell





Bragelonne
409 pages
20 euros
sortie le 17/06/2015



Le roi est mort. Désormais considérés comme des traîtres, les Manteaux de gloire, son fidèle ordre, ont été séparés. Falcio Val Mond et ses amis Kest et Brasti en sont réduits à travailler comme gardes du corps pour un noble qui refuse de les payer. Cependant la situation pourrait être pire : leur employeur pourrait être étendu au sol, baignant dans son sang, au cœur d'une mise en scène faisant du trio le coupable idéal.
Ah, attendez, c'est exactement ce qui vient de passer...
Mais ce n'est que le début des réjouissances : une conspiration se trame dans la cité la plus corrompue du monde et menace tout ce pour quoi Falcio et ses alliés se sont battus. S'ils veulent déjouer le complot et réunir les Manteaux de gloire, les trois amis ne pourront compter que sur leurs épées et le serment qu'ils ont prêté...






L'avis de Phooka:



Falcio, Kest et Brasti sont trois survivants de l'ordre des Manteaux de gloire, crée par le roi Pelsia, dans le but de donner plus de justice, contrecarrant ainsi le pouvoir des ducs. Bien évidemment, ceux-ci n'ont pas apprécié et ont comploté pour éliminer ce roi trop en faveur du bas peuple. Depuis les Manteaux de gloire sont devenus des parias, utilisant leurs capacités de combattants pour gagner quelques piécettes pour survivre.

Les trois amis essayent de maintenir coûte que coûte, la raison de vivre des Manteaux de gloire. Ils suivent les préceptes d'intégrités et défendent la veuve et l'orphelin quand ils le peuvent. Et pourtant, ils sont sacrément mal reçus et perçus par toute la population qui les a affublés de nom d'oiseaux en tous genres. Ils sont considérés comme des traîtres et des voleurs. Malgré eux, Falcio, Kest et Brasti se retrouvent embringués dans une histoire pleine de traîtrise, dans laquelle ils sont accusés du meurtre d'un marchand influant. Mais cette histoire de meurtre va déboucher sur une machination bien plus large encore.

Le récit se passe du point de vue de Falcio. Il était, du temps de sa splendeur, le chef incontesté des 144 Manteaux de gloire qui servaient le roi. La loi du roi est encrée en lui et rien ne peut l'en détourner, ni les injures du peuple, ni la morgue des ducs. Kest et Brasti, bien que plus enclins à dévier des lois, lui restent fidèles corps et âmes.  A eux trois, ils vont changer le cours de l'histoire ... ou pas !

Ce qui est très "agréable" dans ce récit, c'est que nous suivons des parias. Leur manteaux, symboles de leur rang, sont déchirés et tachés, ils doivent chiner leur nourriture et accepter n'importe quel boulot pour survivre. Les gens qu'ils croisent les haïssent, et même si l'un des Manteaux essaye de défendre un opprimé, rien n'arrive à faire "remonter leur côte". C'est terriblement frustrant. Petit à petit, le lecteur comprend la raison de ce mépris. Il n'empêche que le sentiment d'injustice est présent tout au long de la lecture. On espère toujours que la vérité éclatera au grand jour. Mais la vie n'est pas si simple ...

Suivre Falcio, Kest et Brasti est un réel plaisir. Le lecteur s'attache énormément à ces trois personnages, mais aussi à Aline cette orpheline qu'ils sauvent des griffes du duc de Rijou. Petit à petit, on en apprend plus sur le passé des uns et des autres, avec un point de vue plus centré sur Falcio, un homme au destin peu commun.

Certaines batailles sont décrites avec une précision d'horloger au point qu'on voit les épées se mouvoir dans l'espace quand il s'agit de Falcio. Par contre, l'auteur utilise souvent des ellipses quand il s'agit de ses compagnons, ce qui peut-être parfois frustrant, surtout quand il s'agit d'une bataille d'une importance primordiale pour la suite du récit. Mais c'est un choix de l'auteur et il a sans doute ses raisons.

Bref, je me suis régalée et il me tarde déjà de lire la suite. J'ai de la chance ces derniers temps chez Bragelonne, je n'ai lu que des pépites. Pourvu que ça dure ! :)






lundi 22 juin 2015

TROIS FOURMIS EN FILE INDIENNE de Olivier Gay




Éditions Le Masque
268 pages
16 euros

Résumé :


Fitz deale tranquillement sa coke dans un club parisien quand il reçoit des messages insistants de Bob le hacker, qui a pris la fâcheuse habitude de s’immiscer dans sa vie sans y être invité : « Tu m’avais promis une faveur. Il est temps de passer à la caisse ». En effet, dans l’épisode précédent, Fitz s’était engagé sur l’honneur à lui rendre un service futur en échange de son aide. Le hacker lui demande de se faire passer pour un amateur d’art et le met sur la liste des VIPs invités à la vente aux enchères privée sur l’île du multimilliardaire Philip Munster. Sa mission : se faufiler dans le bureau de l’homme d’affaires et y placer un dispositif de piratage informatique. Pour parfaire sa couverture, il cherche une escort quand il est contacté par Jessica, son ex travaillant à la police judiciaire. Elle a elle aussi Philip Munster dans son radar, car il est suspecté de financer des groupes terroristes internationaux. Dans le collimateur des Stups et sous la pression de Jessica, Fitz n’a d’autre choix que d’accepter qu’elle l’accompagne.
Fitz et Jessica, couple forcé et détonant, s’embarquent dans une aventure haute en couleur et en rebondissements, digne de OSS 117.




L'avis de Dup :


Retrouver mon Fitz préféré fut un réel plaisir. C'est LE personnage qui accroche un sourire permanent à son lecteur. Olivier Gay l'a créé looser, dragueur, insouciant et bourré de plein d'autres défauts, mais avec un bon fond, un grand coeur et surtout terriblement conscient de ses tares. Sa vie se résume toujours à dealer quelques grammes de coke durant les soirées parisiennes branchées, mais pas plus que nécessaire. Juste de quoi lui permettre de s'acheter de beaux costumes pour profiter des dites soirées pour boire, draguer. Ah, et aussi s'acheter des crèmes hydratantes hors de prix pour entretenir sa "belle gueule".


Cependant, depuis sa dernière aventure, il a une dette envers Bob. Bob est un hacker de génie qui s'est infiltré dans sa vie, et qui partage son intimité malgré toutes les précautions qu'il peut prendre. Et cela va être l'heure de rendre des comptes. Fitz a beaucoup de défauts, mais parmi ses qualités, il est loyal. Il accepte donc la mission, alors même qu'il va devoir quitter Paris intra-muros ! Oui, j'ai oublié de citer dans la liste de ses défauts, Fitz est un parisien pur souche, l'autre côté du périph, c'est la zone pour lui.

Bob lui demande donc d'infiltrer une vente aux enchères de tableaux d'art qui aura lieu sur une île privée, au large de Sri-Lanka. Puis de poser un keylogger ( un mouchard électronique) sur l'ordinateur personnel du milliardaire qui organise la vente privée.

Alors même qu'il envisageait sa mission un peu comme un voyage au Club Med, notre ami va vite déchanter. D'abord parce qu'il doit y aller en couple avec son ex, la commissaire Jessica. Cette dernière a pas mal de choses à lui reprocher, à commencer par sa vie toujours aussi dissolue. Mais malgré son côté emmerdeuse, il en pince toujours autant pour elle et Jessica n'est pas prête aux concessions. Et ensuite, parce que le manoir dans lequel ils vont débarquer ressemble plus à une forteresse blindée, qui plus est surveillée par une milice surentraînée et armée jusqu'aux dents. Quant à la jungle qui l'entoure, elle grouille sûrement de serpents et d'araignées grosses comme le bras.

Les aventures, que dis-je, les mésaventures de Fitz sont à la hauteur de nos attentes et les pages défilent à toute allure. Fitz ne sait plus où tenter de marquer des points, auprès de Jessica ou auprès de Bob ? Olivier Gay nous offre encore un moment de pure détente en compagnie de ce personnage singulier, atypique et poursuit sa série de polars sans prétention avec brio. Quelque soit le domaine littéraire auquel il touche, l'essai est transformé. Il m'a d'abord convaincu avec son diptyque de Fantasy, emballée avec sa série jeunesse (les deux premiers pour l'instant) et chaque polar de Fitz est un régal. Donc quelque soit votre domaine de prédilection, vous trouverez toujours un "Olivier Gay" pour vous ravir !



Olivier Gay sur Bookenstock :



















dimanche 21 juin 2015

Les sorties folio SF XL de juin 2015








Juin 2015


Folio XL





Jean-Philippe JAWORSKI
 Récits du vieux royaume

Omnibus regroupant Janua vera et Gagner la guerre



Hervé Leblan






Roger ZELAZNY 
Les princes d’Ambre

Cycle 1

Traduit de l’américain par Roland Delouya, Ronald Blunden, Bruno Martin et Philippe R. Hupp

Omnibus regroupant les cinq premiers tomes du cycle


Jean-Sébastien Rossbach

samedi 20 juin 2015

Les sorties folio SF de juin 2015






Juin 2015




Serge BRUSSOLO
 Anges de fer, paradis d’acier

INÉDIT

Couverture de Georges Clarenko





Christian LÉOURIER

 Le cycle de Lanmeur, III

Les rêveurs de l’Irgendwo

Tomislav Tikuli




Bernard SIMONAY
 Le secret interdit


Benjamin Carré


vendredi 19 juin 2015

RUSH Contrat #5 de Phillip Gwynne





Casterman Jeunesse
360 pages
15 euros





Trois mois se sont écoulés depuis que Dom est revenu des Jeux mondiaux de la jeunesse à Rome. Il attend de recevoir son cinquième contrat mais La Dette tarde à se manifester. Il est néanmoins persuadé que l'organisation mafieuse va lui demander de mettre la main sur l'or de Yamashita. Ce trésor serait enfoui au fond de l'océan, près des côtes australiennes... Comment arriver à le localiser ? Et surtout, existe-t-il vraiment ou bien n'est-ce qu'une légende ? Dom n'a pas d'autre choix que d'essayer d'en savoir plus. Mais il n'est pas le seul sur la piste de l'or..




L'avis de Phooka:





Retrouver Dom, c'est un peu comme retrouver un bon pote en se donnant rendez-vous dans un troquet sympa. On sait par avance qu'on va passer un bon moment et qu'on ne sera pas déçu.

Dom est revenu de Rome. Un peu perdu, il attend son cinquième contrat. Rien ne vient et il désespère. Alors au lieu de rester les bras ballants, il décide de prendre les devants. Il sait qu'il doit retrouver l'or de Yamashita, donc il se dit qu'en le cherchant, il finira bien par croiser le chemin de La Dette.
Malgré les nombreuses questions restées sans réponse depuis Rome, Dom semble retrouver une vie quasi normale, même Imogen lui reparle et se rapproche de lui. Mais Dom est pressé d'en finir avec ses contrats et il est prêt à tout sacrifier pour arriver au bout.

Cette fois, nous restons en Australie, mais nous passons plus de temps sur l'eau que sur terre. Dom se perfectionne en natation et s'initie à la plongée. Il veut être au top pour le moment venu ... Il retrouve de "vieux amis", et on découvre de plus en plus de liens entre ses relations et La Dette. Mais tout ne s'explique pas, loin de là.

Une foultitude de mystères jalonnent cette série. Des mystères liés à La Dette, aux parents de Dom ou à ses amis. C'est ce qui fait tout le sel de la saga soit dit en passant. Mais Dom agit comme si de rien n'était et ce n'est pas naturel. C'est d'ailleurs le seul bémol de cette série à mon avis. A sa place, je harcèlerai mes parents de questions et je ne lâcherai pas avant d'avoir des réponses. J'imagine parfaitement que tout va s'expliquer dans le prochain (et dernier ?) opus, mais ça rend l'attitude de Dom assez étrange.

Ceci étant, à part ma curiosité qui est malmenée, cela ne gène en rien la lecture qui est toujours aussi addictive. Ce volume est beaucoup plus épais que les précédents, mais le rythme ne s'en relâche pas pour autant, bien au contraire. A plusieurs reprises, Dom échappe de peu à la mort et quand on voit comment la difficulté de ses missions augmente, on ne peut que s'inquiéter de ce qui va lui arriver par la suite ...

C'est toujours un plaisir que de retrouver Dom et ses contrats. Cette série est remarquablement enlevée, pleine de suspense et de surprises. C'est sans conteste une lecture idéale pour vos jeunes ados cet été !


La chronique de Belledenuit, une autre fan de la série! :)

jeudi 18 juin 2015

LES PÈLERINS D'YSSEL de Linden Oliver





Éditions de la Bourdonnaye
330 pages
21,10 euros


Résumé :

Malgré sa victoire sur les Pillards Pourpres, la prestigieuse Moéva d’Arézar, général des Dames d’Yssel, a tout perdu : sur ordre du prince-servant Haert, sa compagnie est dissoute et les survivantes doivent se disperser aux quatre coins du royaume d’Abhorn. Ce cruel coup du sort, ajouté à d’autres deuils inaccomplis, pousse la sombre guerrière à revenir sur les terres de sa naissance pour espérer y mourir en paix. Mais au lieu de prendre son âme, l’étoile de la Mort confie à Moéva une dernière mission : sauver sainte Yssel, l’étoile reine du firmament, qui se meurt malgré le culte fervent que lui rend l’Humanité toute entière. Le sort des humains et de leur protectrice étant étroitement lié, Moéva s’investit dans cette dernière quête par devoir, mais sans conviction. Car comment rendre la Foi à la plus auguste des entités, alors que l’on ne croit soi-même plus en rien ? Pour réussir cette épreuve, il faudra à la jeune femme toute la force de sa gloire passée, et le soutien d’improbables alliés. Hélas, le chemin jusqu’à Yssel est semé d’embûches ; son déclin déchaîne sur terre les passions et réveille les Ténèbres. Ames déchues, cœurs avides et esprits maudits complotent dans l’ombre pour dominer le monde avant sa chute. La Couronne d’Abhorn vacille. Le monde d’Adir tout entier est en péril. Face à l’adversité et malgré sa douleur de vivre, Moéva sera-t-elle à la hauteur des espoirs placés en elle ?


L'avis de Dup :

Voilà une saga de Fantasy prometteuse mais qui ne se laisse pas facilement amadouer. J'ai bien failli en abandonner la lecture tant le début me semblait ardu et chaotique. Pourtant je vous conseille fortement de faire l'effort de passer le cap des cent premières pages !

Dame Moéva est la plus grande guerrière-héroïne, Général de la Compagnie des Dames d'Yssel. Elle vient de remporter une bataille décisive pour son royaume d'Abhorn. Mais c'est une victoire bien amère tant elle a perdu de valeureuses guerrières durant cette bataille. Alors qu'elle pleure les siens, elle apprend également qu'elles ne sont plus rien, elle et ses rescapées : le Prince-Régent vient de dissoudre la Compagnie. Désœuvrée et pleine d'amertume elle entreprend un long voyage vers l'Est, pour retourner sur ses terres natales. Elle prendra sous sa coupe une jeune lunarel, Saerra.

Cette décision purement politique de dissolution va mettre en rogne la jeune princesse Elvire, petite soeur de Haert le Prince-Régent. Elle savait la Compagnie des Dames d'Yssel chère au coeur de sa mère défunte. Une Elvire pas encore majeure, qui a bien du mal à trouver sa place et son rôle au sein du palais royal. Elle aimerait faire quelque chose pour ces Dames d'Yssel, et va mettre à profit son étrange don qu'elle découvre depuis peu. Elle possède une connaissance innée de tous les textes de lois du royaume, mais également tout ce qu'il faut savoir des personnes qu'elle croise : généalogie, rôles, possessions, ambitions, hauts faits comme méfaits, etc...

On suivra donc ces deux femmes, en alternance.

Avec la première on voyagera et découvrira ce monde riche et passionnant créé par Linden Oliver. Un monde peuplé aujourd'hui d'humains qui ont réussi à s'affranchir du joug de Elfes et de leur magie dorée et destructrice. Les Elfes vaincus, ont disparu depuis longtemps. Cependant quelques uns de leurs gènes subsistent au sein des Lunarels. Suffisamment pour inquiéter, pour être jalousés et donc rejetés. C'est donc un monde où règne un racisme profondément ancré que nous décrit Linden Oliver.Un univers parsemé d'une magie ancienne destructrice et d'une magie actuelle discrète et féerique. Un peuple qui voue un culte à Yssel, la reine des étoiles du firmament.

Avec la seconde on explorera le palais royal dans ses moindres recoins, surtout par les souterrains et passages secrets. Elvire disparaît quand elle veut et créé des sueurs froides aux Chevaliers d'Ambre responsables de sa sécurité. On découvrira également le travail et les manœuvres du Prince-Régent qui doit faire face aux envahisseurs, à une résurgence de peste rouge dans l'Est du royaume. Mais aussi ses démêlés avec sa femme, la très hautaine et froide Kathryn, intriguent beaucoup.

J'ai beaucoup aimé ces deux personnages mis en avant par l'auteur. Ils sont passionnants, touchants et incroyablement forts à la fois. C'est rare de trouver dans une saga de fantasy une galerie de personnages à prédominance féminine, cela méritait donc d'être relevé.

En résumé, voilà une saga de Fantasy bien sympathique qui aurait été un coup de coeur s'il n'y avait eu ce démarrage aussi rébarbatif. Oui, j'ose le dire car peut-être faudrait-il repenser ce début qui risque d'en rebuter plus d'un, alors que la suite est vraiment passionnante. En tout cas, moi je m'inscrits pour lire la suite de ces aventures prometteuses. L'ayant lu dans sa version numérique, je vais tâcher de me procurer la version papier car j'en entends beaucoup de bien en tant qu'objet et j'avoue que la carte riquiqui sur ma liseuse ne donne absolument rien !



mercredi 17 juin 2015

Sortie de Farlander tome 3 de Col Buchanan






Farlander , Le cœur du Monde Tome 3
Le rêve noir




Editions Bragelonne
Sortie le 26 juin 2015
24 euros








Alors que l'empire de Mann menace de réduire le monde en esclavage, seule une poignée de nations insulaires lutte encore. L'ordre des Roshuns, les assassins d'élite, s'engage lui aussi dans la guerre. Mais Ash le farlander a plus urgent à faire. Un long voyage le mène jusqu'aux mythiques îles du Ciel, où il espère pouvoir ramener à la vie Nico, son apprenti. Se pourrait-il que cette expédition permette de sauver bien plus qu'un jeune garçon ? Pourrait-elle la clé de la survie des ports libres eux-mêmes ?

mardi 16 juin 2015

LIKE ME de Thomas Feibel





Edition : Bayard Jeunesse
Date de parution : 29/05/2015
Nb de pages : 350
Prix: 13,90 €




Fais-toi des amis, gagne des points et deviens la star d'ON SHOW ! Jana, Caro et Eddie s'inscrivent à un concours organisé par le réseau social ON. Le vainqueur deviendra le présentateur d'une émission de webtélé. Pour l'emporter, il faut réunir le plus de points en postant des vidéos et des photos. Les trois collégiens s'allient pour augmenter leurs chances. Mais, bientôt, Caro est prise de doutes : Jana va trop loin, elle semble prête à tout pour gagner. Malgré tout, elle-même ne parvient pas à s'arrêter. La quête des like devient un besoin irrépressible...


L'avis de Phooka:



Quand j'ai reçu ce livre dont je n'avais vraiment jamais entendu parler, il a bien failli finir dans un tas de livres à "lire quand j'aurais des journées de 45 heures" pensant qu'il s'agissait d'une bluette à deux balles. Puis, par curiosité, j'ai lu la quatrième de couverture et là mon opinion a changé. A tel point d'ailleurs que je l'ai commencé immédiatement et fini le lendemain.

Like me c'est l'histoire de Jana, une super belle "nana" qui arrive au lycée à la rentrée, pleine d'assurance et de morgue. Non seulement elle est belle et super bien sapée, mais elle passe son temps à pianoter sur son iphone rose pour mettre sur son compte "ON" toutes les photos de la magnifique villa  avec piscine de ses parents et de ses fringues hors de prix. "ON" c'est le facebook que nous connaissons. Mais là où "ON" va plus loin, c'est que la firme décide de créer une webTV locale et a donc besoin de présentateurs. Toute le monde peut postuler, c'est si simple. Il suffit d'avoir un compte sur "ON" et de rapporter un maximum de "like" et de points "ON".

Au lycée, Jana s'installe à côté de Caro, une fille sans problème, bonne élève, plutôt dans le genre "sage". Caro est fascinée par Jana qui représente tout ce qu'elle révérait d'être. Caro c'est vraiment la gentille fille, tellement gentille qu'elle en est naïve. Pour essayer de se faire bien voir par Jana, elle crée un groupe de soutien de maths et les cours se passent chez elle. Elle y convie Eddy, un garçon dont elle est secrètement amoureuse et Ivo, un petit génie. Jana incite tout le monde à participer au concours de "ON", enfin tout le monde sauf Ivo est qui totalement réfractaire aux réseaux sociaux. A partir de ce moment va commencer l'escalade ... En effet, quel meilleur moyen pour obtenir des points que de poster des photos ou vidéos compromettantes, voire malsaines ... Où est la limite entre l'acceptable et l'inacceptable ? Caro et Eddy se laissent entraîner dans ce jeu, fascinés par Jana, ils ne voient pas où cela les amène ....

Le récit est simple et malheureusement terriblement crédible et d'actualité. Il se lit vite et s'il ne surprend peut-être pas des adultes, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ce serait une bonne lecture à donner à nos ados ou pré-ados. J'aimerais bien que les gamins du collège lisent ce livre et en débattent en cours. C'est une excellente mis en garde contre les effets nocifs des réseaux sociaux lorsqu'ils sont mal utilisés.

Like me est un roman écrit par Thomas Feibel, un auteur allemand, spécialiste d'internet, des jeux vidéos et des réseaux sociaux. On sent bien qu'il maîtrise son sujet et je ne peux que vous conseiller de le lire, mais surtout de le faire lire à vos enfants. Sous le couvert d'un récit mêlant aventure et suspense, il y dénonce un danger réel avec beaucoup de talent !






lundi 15 juin 2015

LA VOIE DES ROIS 1 de Brandon Sanderson



LES ARCHIVES DE ROSHAR

LA VOIE DES ROIS 1


Éditions Le Livre de Poche
757 pages
19,90 euros


4ème de couv :

Roshar, monde de pierres et de tempêtes. Des siècles ont passé depuis la chute des Chevaliers Radieux, mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers invincibles, sont toujours là. Pour elles, les hommes s’entre-déchirent. Dans le paysage dévasté des Plaines Brisées, Kaladin, enrôlé de force, lutte dans une guerre insensée qui dure depuis dix ans, où plusieurs armées combattent séparément un unique ennemi. Dalinar Kholin, chef de l’une de ces armées, est fasciné par un texte ancien appelé La Voie des Rois. Hanté par des visions des temps anciens, il commence à douter de sa santé mentale. De l’autre côté de l’océan, la jeune et ambivalente Shallan apprend la magie, et découvre certains secrets des Chevaliers Radieux…


L'avis de Dup :

Brandon Sanderson a toujours eu une place privilégiée dans mon coeur depuis que j'ai découvert sa série Fils-des-Brumes, donc l'inventivité m'avait époustouflée ( série que je n'ai pas encore finie pour ma part, il me reste le tome 3 à découvrir ). Dire qu'il est le chouchou sur Bookenstock est un euphémisme quand on voit sa biblio chez nous (voir en fin de chronique). Donc quand ce roman est apparu enfin en français, nous nous sommes toutes les deux ruées dessus. Mon impatience a gagné sur ma raison, j'ai abandonné toute lecture séance tenante (bon, j'avoue, j'avais fini Blood Song et Vaelin juste avant :)), pour m'immerger dans ce pavé. Quel bonheur de lecture mes zamis, wow !!! Faites comme moi, ne réfléchissez plus, c'est La voie des rois, point final !

J'avais adoré Fils-des-Brumes, et bien sachez que Roshar le surpasse largement. Pourtant, contrairement à ce que j'ai pu lire comme impressions sur ce roman, moi je n'ai pas pleuré, je n'ai pas ri à cette lecture. Non, pas du tout. En revanche, j'ai vibré tout du long, en empathie complète avec tous ces personnages, en attente permanente. Parce que j'entrevois quelque chose d'ÉNORME qui va nous arriver. Parce que je SAIS que je vais pleurer, je vais rire, je vais être émue au-delà de tout ce que j'ai pu lire jusque là. Ce Brandon Sanderson est un magicien qui sait parfaitement me manipuler. Il m'a remplie d'espoir et d'attente à un point que je n'arrive pas à décrire.

J'ai souffert avec Kaladin, j'ai stressé avec Shallan, j'ai suivi avec attention les doutes et interrogations de Dalimar. Voilà pour les personnages les plus importants de l'intrigue principale. Mais je ne vous en parlerai pas plus simplement parce que leur histoire n'est pas finie ! 750 pages et nous n'en sommes qu'à la moitié de ce tome d'introduction. 750 pages et je me sens complètement frustrée, je n'en ai pas eu assez, je suis en attente de ces personnages, de ce qui va leur arriver. Rhaaaaaaaa.

Leurs aventures sont divisées ici en trois grandes parties. Intercalés entre celles-ci se trouvent des Intermèdes qui nous font suivre brièvement d'autres personnages. Ils sont éparpillés dans le monde merveilleux et cruel de Roshar et ainsi nous découvrons d'autres facettes de ce nouvel univers, sa richesse incroyable. Ces personnages sont eux aussi d'une envergure énorme. En quelques pages seulement on s'y attache énormément et on espère qu'une chose, les retrouver. Ils distillent des informations, ils frustrent par leur présence éphémère, ils émerveillent par les caractéristiques singulières que leur prête l'auteur. Szeth bien sûr, mais aussi, Ishikk, Balat, Rysn, Axies...

Juste un exemple : on rencontre Axies, un Aymien. Il a la capacité de se tatouer mentalement le corps, puis d'effacer à sa guise toute trace. Ceci lui permet de prendre des notes pour ses études, en toute circonstance, parfois même de bien cacher ces informations :)). Et comme si ce n'était pas assez spectaculaire, il a une ombre inversée. Elle est projetée vers la lumière plutôt qu'à partir d'elle !
Quelle imagination de génie ! Et ceci n'est qu'un minime échantillon de ce qu'on trouve dans ce pavé. 

Je suis vraiment admirative et sous le charme complet de cet auteur. Ce monde, ses peuples si différents, un climat de dingue avec des tempêtes monstrueuses qui retentit sur tout : la faune, la flore, les coutumes, les croyances. TOUT déborde d'imagination, et RIEN n'est excentrique, tiré par les cheveux. Tout se tient, est logique et c'est vraiment passionnant. 

Quant au système de magie, déjà dans Fils-des-Brumes il avait fait fort, mais là c'est juste monstrueusement génial. Ça s'appelle la Fluctomancie et je vous laisse la découvrir vous même. Pour vous appâter, je vais juste vous révéler une des facettes de cet art, que de toute façon vous découvrirez dès le prologue. Une magie qui permet de modifier le principe de gravité. Réfléchissez-y, le potentiel est énorme !!!

Tout, je dis bien tout, est génial dans ce roman. Il fait 750 pages et pourtant lorsqu'on a fini ce pavé, on se rend compte que c'est un tout petit rien par rapport au potentiel exposé là. Juste la moitié de l'introduction vers une saga qui je l'espère sera une "beaucoulogie".

MÉGATONIQUE COUP DE COEUR ! 

dimanche 14 juin 2015

En juin 2015 chez Sonatine (2)




208 pages
13 euros

Le pitch :


Quelque chose va vous arriver.

Bruxelles. Après un dîner d’affaires. Elliott Gast, économiste américain sans histoires, se fait kidnapper. Il se retrouve enfermé dans un appartement anonyme, sans aucun contact avec ses ravisseurs. Elliott pense d’abord que c’est une erreur. Qu’on l’a pris pour quelqu’un d’autre. Rien en effet dans son existence ne peut motiver un tel acte. Il n’est pas spécialement riche, il ne fait pas de politique, il n’est pas célèbre, c’est un homme dans la foule. Alors pourquoi s’en prendre à lui ? Lorsque, enfin, ses ravisseurs lui révèlent la vérité, elle apparaît plus atroce que tout ce qu’il a pu imaginer : ceux-ci savent tout de lui et ont décidé, pour des raisons bien précises, d’en faire la proie d’une expérience interactive et voyeuriste d’une cruauté sans précédent.

Avec ce roman culte dans les pays anglo-saxons, Stona Fitch décrit un monde où terrorisme, vie privée et voyeurisme ont partie liée, un monde où la compassion n’a presque plus sa place. Ce monde : le nôtre. Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour être tenus en haleine ? Telle est la question piège qui hante ces pages où le lecteur, pris dans une spirale de violence, est, justement, captivé jusqu’à la dernière page.

samedi 13 juin 2015

Amateurs de Fantasy ET de beaux livres : PAR ICI !!!




JADIS, VILLE INFINIE




Nous relayons un projet grandiose lancé par les éditions Mnémos


Un livre

Jadis


Quatre auteurs

Mathieu Gaborit, 
Charlotte Bousquet, 
Raphaël Granier de Cassagnac, 
Régis Antoine Jaulin.


Un illustrateur

Nicolas Fructus 

dont voici un échantillon...







Ce livre sortira sous un format classique bien évidemment... MAIS, là où les éditions Mnémos font encore plus fort, c'est qu'ils vont tenter de le produire également sous un format exceptionnel, en faire une oeuvre d'art. Lui donner l'écrin qu'il mérite. 

 Tous les renseignements pour cette édition prestige sont par ici : Jadis, ville infinie

( A noter que les sommes versées seront intégralement remboursées si le projet n'aboutissait pas. )



Inutile de préciser que nous sommes déjà inscrites !!!




vendredi 12 juin 2015

FIVE KINGDOMS de Brandon Mull



Tome 1: Les pirates du Ciel




Hachette Jeunesse
416 pages
15.90 euros
sortie le 06 mai 2015




Tout ce que voulait Cole Randolph le soir d’Halloween, c’était passer une bonne soirée avec ses amis – et peut-être aussi de se rapprocher un peu de Jenna Hunt, la plus jolie fille du collège. Il était bien loin d’imaginer que la maison hantée était la porte d’entrée vers une autre dimension. Ni que des malfaiteurs forceraient ses amis, Dalton et Jenna, à franchir le portail, pour en faire des esclaves. Cole n’a pas le choix : il s’élance à leur suite avant que le passage se referme. Il atterrit dans les Confins, un monde magique constitué de cinq royaumes qui s’étendent entre réalité et imagination. Seul problème : une fois qu’on y est, il devient très difficile de repartir des Five Kingdoms…




L'avis de Phooka:



Vous le savez, sur Bookenstock, nous adorons Brandon Mull (voir la liste des chroniques à la fin de celle-ci). Alors quand on a vu qu'un "nouveau Mull" sortait, nous nous sommes ruées dessus. Enfin moi surtout  ... parce que mini-Phooka trépignait à la maison.

Cette fois, nous suivons Cole, un jeune garçon de 11-12 ans, qui un soir d'Halloween décide d'aller se faire peur dans une maison soit-disant aménagée par un spécialiste des effets spéciaux. Peu impressionnés au début, les enfants acceptent l'invitation d'aller jusque dans la cave pour avoir vraiment peur. Le résultat va dépasser leurs espérances .... Ses amis, Jenna et Dalton se retrouvent capturés par d'étranges personnages qui vont les emmener de force sur un monde nommé Les Confins. Une porte d'accès y est ouverte pour quelques minutes et Cole arrive à  s'y glisser , espérant ainsi sauver ses camarades dont il se sent responsable. Il se retrouve dans Les Confins, un monde étrange dont à priori on ne revient jamais. Réduit à l'esclavage il est séparé de ses amis et son travail consiste alors à piller des ... châteaux volants sur des nuages .... Un travail extrêmement périlleux dont peu reviennent vivants ....

Une fois de plus Brandon Mull créé un univers original et fantastique. Un monde à la limite du rêve, dans lequel évolue notre héros Cole. Un monde dont on ne sait que peu de choses, à la manière de Cole justement qui apprend ses secrets petit à petit. Un monde peuplé de personnages étranges, d'animaux fabuleux, de châteaux volants, de magie et de technologie bizarroïde ....
Cole y est tout d'abord un peu perdu, mais s'habitue très vite. Trop vite? Peut-être, mais il faut bien que l'action avance. On se doute bien que le destin réserve de belles surprises à Cole (et sans doute de moins belles aussi). Un peu à la façon des héros de Fablehaven, Cole va découvrir ses capacités au fur et à mesure. Lesquelles? On ne sait pas pour le moment et c'est justement ça qui en fait tout le charme. Cole est un pré-ado sympathique et débrouillard, le lecteur s'attache très bien à lui. Il se retrouve flanqué d'amis tout aussi étranges que lui, mais dont je ne vous parle pas pour vous garder la surprise. A eux tous ils vont vivre une grande aventure qui ne fait que débuter dans ce premier tome.


Brandon Mull réussit une fois encore à nous entraîner dans un monde féerique fantastique à la suite d'un jeune héros débrouillard. C'est un réel plaisir et les pages défilent à toute allure. Il me tarde déjà d'en découvrir la suite. Une série jeunesse qui s'annonce pleine de suspense, d'aventure et de découverte. Il n'y a pas de doutes, Brandon Mull est un magicien des mots et si Rick Riordan ne l'avait pas écrit sur la couverture, je crois que j'aurais dit la même chose. A mettre entre toutes les mains, sans hésitation !!!




Les chroniques des autres romans de Brandon Mull: