dimanche 15 octobre 2017

L'IMAGINAIRE et [ ENCRES ET CALAMES ]




Les réponses de





pour








Comment vous présenteriez-vous en quelques mots ?
Sia, toutes ses dents, grande lectrice depuis la découverte de Ratus en CP, tombée dans l’imaginaire grâce à un papa fondu de fantasy et de SF. Sévit actuellement sur les jeunes générations, en leur imposant son chignon et ses lunettes (grâce auxquels on reconnaît l’Ordre des Bibliothécaires) et, bien sûr, des romans SFFF dont elle espère qu’ils les apprécieront.


L’adresse de votre blog :
https://encresetcalames.wordpress.com/




Quand et comment avez-vous découvert l'Imaginaire ?

Je n’ai pas de date précise en tête, mais je sais que l’on regardait, petits, des films d’animation qui en faisaient partie (mention spéciale au Géant de fer) et qu’on empruntait un tas de BD à la médiathèque comme Aldebaran (d’ailleurs, je ne sais pas ce que ça faisait en jeunesse…), Johan et Pirlouit et consorts. Et mon père étant un fervent adepte de Yoko Tsuno, je les relisais sans modération. Voilà pour la prime jeunesse.
Je crois que je suis retombée dans l’imaginaire au collège-lycée avec Bilbo le hobbit, les romans de Pierre Bottero et, évidemment, Harry Potter, que j’ai eu le privilège de lire en ayant le même âge que les personnages (tip top pour se fondre dans leurs aventures). Là, je crois que c’était foutu.


Sous quelle forme? (Roman, BD, films ?)
Je pense que la découverte a été multisupports : nos parents nous laissaient emprunter à peu près ce qu’on voulait à la médiathèque (ils se contentaient de râler quand on ramenait pour la x-ième fois l’intégrale des Papyrus !), ce qui nous a permis de dégoter un tas de titres SFFF vraiment chouettes (particulièrement la collection Autres Mondes, chez Mango, synonyme pour moi de bons romans). Pour les films, il y avait le cinéma (je garde un chaud souvenir de La Planète au trésor) et, évidemment, la manne intarissable du placard à cassettes amoureusement enregistrées par mon paternel. 


Quel est/sont vos ou votre plus ancien(s) souvenirs d'Imaginaire ?
Je mets de côté les Yoko Tsuno, que je lisais comme des BD d’aventure, sans trop me poser la question du réalisme (et parce que je mourais d’envie d’avoir un astronef, j’avoue : c’était donc mieux pour ma santé mentale d’imaginer que ça existait quelque part). 
Du coup, mon souvenir le plus ancien d’imaginaire est sans doute aucun la lecture du Royaume de la rivière, de Katherine Paterson. J’étais en CM2, je l’avais emprunté dans la bibliothèque mise à disposition par notre institutrice dans la classe (différente de celle de l’école, donc) et je me souviens très nettement de la délicieuse sensation de ne pas savoir si ce qu’on me racontait était réel (et si les créatures fantastiques que côtoient Jess et Leslie existaient bel et bien dans leur univers) ou si, au contraire, ils étaient tellement dans leur jeu qu’il en venait à supplanter la réalité. Je garde le souvenir d’un roman profondément envoûtant et sur lequel j’ai sans doute versé une larme ou deux, surtout vers la fin - mais que je n’ai jamais osé relire. 
(Il va sans dire que j’ai cordialement détesté l’adaptation cinématographique qui en a été faite). 


Qu'est-ce que l'Imaginaire apporte à votre vie de tous les jours ?
Je ne lis pas (ou très très peu) de littérature générale car, en général, je la trouve trop fade donc je pense que ce qui m’attire le plus dans l’imaginaire c’est la part de merveilleux qu’il recèle. Et l’originalité, évidemment. Quitte à lire, j’aime autant ne pas retrouver les mêmes histoires que celles que j’ai au quotidien, qu’il s’agisse de celles que je vis ou de celles dont j’ai des aperçus via les gens que je côtoie (mes proches, mes collègues, des inconnus dans la rue…). En même temps (et ça peut paraître un peu paradoxal), ce que j’apprécie énormément dans la littérature de l’imaginaire, c’est que sous couvert d’intrigues originales et perçues comme non réalistes, elle parle merveilleusement bien de notre réalité, de notre monde, de nos préoccupations. Au moment où je rédige cette réponse, je cherche des contre-exemples, mais rien ne me vient à l’esprit, je n’ai qu’en tête des romans qui, par l’évocation de tel ou tel thème, faisaient fortement écho au réel. Je trouve que la littérature de l’imaginaire est capable de développer une forte dimension sociale, qui passe d’autant mieux qu’elle se dissimule derrière un univers créé de toutes pièces, et c’est un aspect qui me plaît beaucoup. Donc pour résumer, l’imaginaire m’apporte une dose de merveilleux bienvenue, laquelle suscite au passage quelques questions et réflexions, et c’est tout bénéf’.


Quels sont vos auteurs/livres préférés (5 maxi ;))
OMG, seulement 5, ça va être duuuur ! Bon, allons-y quand même … Je vais plutôt partir sur des titres importants dans ma vie de lectrice pour en arriver à leurs auteurs ;)

- Troie de David Gemmell, que je pourrais relire sans relâche. 
- Le Pacte des marchombres (et les autres titres de l’univers) de Pierre Bottero, qui fait partie de ma liste-à-lire-en-cas-d’urgence (fonctionne pour les petites et grosses déprimes, ruptures, maladies, journées moisies, etc.). 
- Mercy Thompson, de Patricia Briggs, une série que je peux également lire et relire sans soucis, elle aussi inscrite sur ma liste-à-lire-en-cas-d’urgence. 
- De Bons présages, de Neil Gaiman et Terry Pratchett, sans doute le roman que j’ai le plus offert. 
- Harry Potter, de J.K. Rowling, car il a vraiment marqué mon enfance et mon parcours de lectrice. 
(Finalement, j’ai été plus vite que je ne le pensais, donc ce n’était pas si dur que cela).









Êtes-vous polyvalent dans l’Imaginaire ou plus attiré par certains sous-genres (sans idée péjorative) plus que d’autre ? En gros lisez-vous plutôt du fantastique ou de la fantasy ou de la SF. Pourquoi ?
J’aimerais pouvoir répondre que je suis polyvalente mais, on ne va pas se mentir, je lis plus de fantasy (à peu près 60% de mes lectures sur le total de l’imaginaire, d’après mes petits calculs). Là-dedans, je ne résiste pas à la fantasy historique et je ne dédaigne pas, de temps à autres, une petite incursion en fantasy urbaine (mais pas en romance paranormale aka bit-lit : quand la romance prend le pas sur l’intrigue, ça m’agace). Les autres sous-genres qui m’attirent assez spontanément sont le steampunk (que j’ai parfois du mal à situer entre la SF et la fantasy…) et le post-apocalyptique. 
Pourquoi ? Rha, en voilà une bonne question. Ce que j’aime dans la fantasy historique, c’est la façon dont les intrigues distordent les faits historiques ou géopolitiques pour s’y faire une petite place - et de façon crédible, avec ça. En fantasy urbaine, j’aime la façon dont on réenchante la réalité avec un peu de merveilleux (encore une fois). Je pense que c’est le côté baroque et débridé qui me séduit le plus dans le steampunk. Quant au post-apo, j’aime la façon dont il questionne notre quotidien et notre réalité pour faire surgir quelques réflexions (bis repetita).




Si quelqu'un qui veut découvrir l'Imaginaire vous demande conseil. Avec quels romans/supports lui conseilleriez-vous de commencer?
Haha, en voilà une question pour bibliothécaire. En même temps, c’est vachement dur. 
Je conseillerais peut-être à un néophyte (dont on imagine qu’il n’a jamais vu/lu d’imaginaire et qu’il s’agit d’un-e adulte) d’attaquer par un film grand public, avant de passer à un roman dans la même veine. Reste à savoir lesquels, maintenant. 
En fantasy, j’ai pensé spontanément au Seigneur des Anneaux (en film) mais, en me relisant, j’ai un peu peur que l’univers et l’intrigue s’avèrent un poil complexes pour un débutant (l’ennui, c’est que je n’ai rien d’autre qui me vienne à l’esprit maintenant que j’ai pensé à celui-là). En roman, par contre, je partirais plus sur un titre de David Gemmell ou de Pierre Pevel (Wielsdtad, par exemple). Ou sinon Le Septième guerrier-mage, de Paul Beorn, tiens, qui a en plus le mérite d’être un one-shot - donc même s’il est épais, il est sans doute visuellement moins impressionnant qu’une grosse saga. C’est pas mal pour attaquer. 
En SF, le premier film auquel j’ai pensé, c’est Star Trek (même s’il y a sans doute des détails assez ardus), ça me semble pas mal pour découvrir le genre. Côté romans, si la question m’avait été posée au boulot, je pense que j’aurais donné Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes ou Water Knife de Paolo Bacigalupi (dans des genres très différents), parce que je trouve qu’ils déconstruisent un peu les clichés qu’ont pas mal de gens sur la SF (des vaisseaux, des armes, des bastons, un conflit intergalactique et des univers étranges. Là on en est assez loin). 
Je ne suis pas entièrement satisfaite de ces choix, car ma réponse (IRL) dépendrait aussi et surtout de la sensibilité de la personne qui la pose, mais disons qu’on va rester sur ces titres-là :) (et je ne me sens pas suffisamment armée pour répondre pour le fantastique). 


Comment choisissez-vous vos lectures ?
Ma réponse va être un peu biaisée parce que je travaille dans les métiers du livre donc, fatalement, une grosse partie de mes lectures est issue de mon travail, que ce soit une obligation (un projet en préparation, par exemple) ou une envie subite suivie d’une razzia en règle dans les étagères (et souvent celles des bureaux, donc avant que le public n’y ait accès, hehe). 
Sinon, en règle générale, voici les éléments qui comptent : le résumé et les thèmes évoqués (un roman, même d’anticipation, parlant d’un crash économique a moins de chance de m’attirer qu’un roman qui évoquera la sorcellerie) et le style (des premières pages si j’ai besoin d’une aide à la décision). Le nom de l’auteur/autrice peut jouer, l’éditeur également, éventuellement les mentions de prix (mais là encore, je suis plus confiante en lisant un prix Imaginales qu’un Goncourt). Voilà, ça, c’est pour les critères purement liés au roman. 
Sinon, l’avis de mon entourage est un facteur très important, comme celui des blogs que je suis : suivant les affinités que j’ai avec le blogueur et la blogueuse, je vais noter ses coups de cœurs ou chouettes découvertes. Et ce sont, en général, des avis qui passent avant ceux de mes collègues, ou des professionnels (libraires, bibliothécaires) que je ne connais pas (mais ne leur dites pas, siouplaît).. 


L’imaginaire, nous blogueurs on le lit, on en parle. Des idées pour en faire plus ?
L’évolution des mentalités, c’est une longue affaire. Mais, déjà, ce serait pas mal que les institutions arrêtent de taper sur l’imaginaire : que les journalistes arrêtent, dans les affaires de faits divers, de souligner l’attachement des prévenus (quand il y en a un) aux œuvres d’imaginaire (qu’elles soient littéraires ou vidéo-ludiques), comme signe d’un déséquilibre mental ; que l’éducation nationale cesse de nous imposer la lecture de “vrais livres” (entendu à plusieurs reprises dans ma scolarité) VS l’imaginaire ; que les bibliothèques arrêtent d’intituler leur rayon imaginaire “paralittérature” (vu aussi en BU)... Groumpf. 
Parallèlement, il faudrait montrer au grand public que les littératures de l’imaginaire, ce ne sont pas seulement des space-opéras avec des vaisseaux démentiels ou des elfes se tatanant en petite tenue (j’exagère volontairement le trait). La musique classique a eu droit à sa ligne Je n’aime pas le classique, mais ça j’aime bien !, alors pourquoi pas des campagnes promotionnelles sous la bannière “Je n’aime pas la SF/fantasy/fantastique mais ça j’aime bien !” ? 
Je pense que les festivals, les animations publiques, etc. sont aussi un bon vecteur pour attirer de nouveaux publics vers ces littératures. Au final, je me rends compte que tout ça n’est pas seulement entre les mains des blogueurs et qu’il faudra un coup de pouce des fameuses institutions (du coup, même s’il y a çà et là des initiatives, j’ai tendance à me dire que ce n’est pas demain la veille). 


Une anecdote en rapport avec l'Imaginaire?
Je crois que je parlerais juste de l’enchantement de découvrir les Imaginales (et d’y retourner avec un immense plaisir), de taper la causette de façon assez informelle avec un tas de gens passionnants (et de céder à la tentation, mais chuut). 
Ha et puis le train de retour, aussi. Où les hasards de la SNCF font qu’on peut être assis à côté d’un auteur ou d’une autrice et profiter d’une discussion incroyablement enrichissante :)


A la fin de ce Mois de, nous répondrons à notre tour au questionnaire mais aussi à vos questions: Quelle question souhaiteriez-vous éventuellement nous poser (aucune obligation).
Comment vous êtes-vous rencontrées et comment l’idée du blog à quatre mains est-elle née ?





  1. Coucou,
    Ah Le Septième guerrier-mage, j'ai adoré !! Pour une fois un OS en plus c'est vrai, au milieu de toutes ces sagas ça fait du bien :p
    Devenir bibliothécaire c'est une vocation depuis petite? Il y a des études particulières à faire? Comment se déroule une journée type en bibliothèque? t'occupes-tu d'un "rayon" en particulier?



    1. Salut Régina Falange !
      Avant d'être bibliothécaire, je voulais être enseignante (si possible à la fac ^^) mais mon métier d'amour quand j'étais petite, c'était bergère :p
      Pour être bibliothécaire, tu peux suivre le cursus Métiers du livre (il existe un DUT, mais aussi des licences, des masters ou des écoles spécialisées) mais il y a surtout un concours à la fin (sans lequel il est très difficile d'accéder à la fonction publique territoriale. Mais il n'y en a pas besoin pour bosser en bibli privée, comme les bibli de CE, les bibliothèques associatives etc).
      Une journée type, en bibliothèque, ça n'existe pas :) Mais en gros, tu peux avoir une partie en service public (où tu accueilles et renseignes les lecteurs, t'occupes des animations, de recevoir des classes etc) et une partie en interne, où tu t'occupes des "backstage" : choisir les livres que tu vas acheter, les cataloguer et les équiper, préparer tes animations et accueils de classe (je bosse en section jeunesse donc ça occupe une grosse partie de mon temps), faire de la paperasse reloue suivant ton poste, réunionner avec tes collègues pour le bon fonctionnement de la bib et/ou pour préparer encore plus d'animations, etc. (je fais court).
      Et je m'occupe d'un rayon particulier, oui, plutôt trois d'ailleurs, toujours en jeunesse : j'achète les documentaires d'histoire-géo, les romans pour les préados (9-12 ans) et les albums pour les grands (8 ans et +). Dans mon poste précédent, j'achetais (entre autres) les romans SFFF en binôme avec une collègue !
  2. Bonjour Sia,
    De quelle manière, toi en tant que lectrice de l'Imaginaire et bibliothécaire, valorises-tu ce genre littéraire auprès de tes connaissances, famille, collègues ou le public fréquentant ton lieu de travail? (Tiens d'ailleurs, tes collègues, ta famille connaissent-ils ton blog?)



    1. Hello C'era !
      Auprès de mon public, je n'en dis pas toujours beaucoup, car j'ai surtout affaire à des enfants (et pas mal d'enfants non lecteurs) donc je ne les assomme pas de détails. J'essaie juste de leur raconter l'histoire de façon attractive.
      Quand j'ai affaire à des adultes et que je sais qu'il s'agit d'un public de connaisseurs, je vais plus m'attarder sur des détails (le côté politique de l'histoire, ou les thèmes développés par exemple) qui ne sont pas strictement nécessaires au résumé mais dont je sais qu'ils peuvent intéresser la personne en face (pas facile, car ça nécessite de connaître un minimum les goûts du lecteur ou de la lectrice. En général je demande ce qu'ils ont apprécié récemment pour m'orienter).
      Pour valoriser auprès de mes connaissances, c'est vachement plus facile : à titre d'exemple, on est 6 dans ma famille et tous gros lecteurs, notamment de SFFF =) Et j'ai pas mal d'amis très amateurs aussi, donc en fait je suis en terrain conquis et il n'y a quasiment pas de challenge. La dernière fois, j'ai "vendu" un livre en disant "c'est de la fantasy et il y a des dragons". (On repassera niveau argumentation :D )
      Et dans les deux cas, j'essaie toujours de refourguer des bouquins SFFF, même à ceux qui semblent réfractaires (des fois un peu fourbement, j'avoue !)

      Mes collègues ne connaissent pas mon blog, car c'est un peu mon petit pré carré :) En revanche, ma famille et mes amis, oui, et je sais que certains d'entre eux le suivent.

    2. "de façon attractive" :) Le sens-tu quand tu as réussi à accrocher leur attention? Genre le silence se fait ou ils ont la bouche et les yeux grands ouverts ou ils poussent des exclamations ^^ J'adorerais faire ça :p

      Trouver le bon argumentaire, pas toujours facile et faire court c'est une bonne solution :p

      Je comprends pour les collègues, un blog c'est un peu une fenêtre ouverte sur soi donc on peut ne pas vouloir qu'ils s'y intéressent ^^
      Quant aux amis ou la famille, c'est top et ça doit ouvrir la discussion parfois :)

      Merci pour tes réponses
  3. la serie des Mercy Thompson est aussi parmi mes préféré en Urban Fantasy, de plus je trouve les couv' de Dan Dos Santos très réussies ! As tu accroche egalement au spin off avec Charles et Anna ?
    Je note la serie Troie maintenant que j'ai fini Le cycle Drenai ;)
    As tu une sortie livresque que tu attends avec impatience en cette fin d'année ? Hormis le dernier Mercy qui devrait pas tarder =D



    1. Alors j'ai un tome de retard sur Thompson, car je les lis en poche et surtout, SURTOUT, je les savoure ! J'ai lu le tome 8 cet hiver (quand j'étais bien bien bien malade : j'ai sorti une lecture doudou). J'aime aussi beaucoup le spin-off sur Anna et Charles (idem, j'ai le 4 à lire).
      J'ai noté le cycle Drenai... il y a longtemps ... je crois que je n'ai lu que Druss la légende dedans ! (Mais je les ai presque tous).
      En cette fin d'année, j'attends avec une impatience certaine La Belle Sauvage de Philip Pullman (même si je n'aime pas du tout la couv') et Sparte d'Erik L'Homme. Et aussi le tome 6 de Gardiens des Cités Perdues ! Et la nouvelle série d'Olivier Gay ! (Plein de trucs, quoi !)
    2. Je suis tombée en amour avec Druss et Skigannon : Légende m'a complètement retournée et j'ai adoré Loup blanc ;)
      Ah oui, la nouvelle série d'Olivier Gay me dit bien également, j'étais déçue de ne pas l'avoir avec Netgalley. J'ai pas mal d'appréhension avec le nouveau cycle de Philip Pullman, j'ai peur d'être déçue après avoir tellement aimé A la croisée des mondes...
  4. Qu'elle parle bien, notre Sia !
    Et je plussoie pour la question de fin, ça m'intéresse aussi ! Alors, les filles ?



    1. Le 31 sortira notre questionnaire et un billet regroupant toutes les questions qu'on nous aura posées... ya de quoi faire !!!
    2. @Emily : c'est grâce à Blanche-Neige qui m'a inculqué le bien-parler =D
      @Dup : j'ai hâte de lire ça !
  5. Coucou Sia, tu as eu - comme beaucoup d'entre nous - une période BD étant jeune, continues-tu à en lire ? Si oui aurais-tu des titres récents à nous conseiller ?



    1. Salut Andrée la papivore !
      Quand j'étais petite, je pouvais lire en boucle Yoko Tsuno, Blake et Mortimer et Buck Danny (les trois séries phares que possédait mon père) et on prenait beaucoup de BD à la bibli (Papyrus, notamment). Je lisais les Astérix chez mes grands-parents. Et je n'ai jamais aimé Tintin ! Mais je n'ai pas eu de "période BD", je lisais des BD et des romans.
      En titres récents, mais c'est un manga, je te conseillerais volontiers Erased, qui mélange uchronie et enquête policière ; c'est une série que j'ai vraiment adorée ! Mon autre pépite récente est un comics, et c'est Jack le Téméraire de Ben Hatke (dont j'ai aussi adoré la série Zita la fille de l'espace). Je crois bien que la dernière BD SFFF que j'aie lu c'était Le Château des Étoiles et j'aime aussi beaucoup cette série !
  6. Hello Sia, moi je suis curieuse sur ton travail, quelles sont tes missions dans la bibliothèque où t travailles ? C'est une BM ?



    1. Salut Zina !
      Oui, je suis en BM (bibliothèque municipale pour les intimes) et je suis en section jeunesse. Et voilà les missions de mon poste (j'espère que j'en oublie pas) : assurer la promotion de la lecture publique ; accueillir et renseigner les usagers (et leur présenter tous les services que l'on propose) ; acquérir, traiter et mettre en valeur les collections (et plus spécifiquement celles d'histoire-géo jeunesse, de romans 9-12 ans et d'albums pour les grands) ; contribuer à l'action culturelle (animations et réceptions de classes, mais aussi recherche de spectacle) ; encadrer l'équipe de la section jeunesse ; assurer le suivi des bâtiments (ça c'est bien chiant) ; conduire des projets. Hum, je pense que je n'ai rien oublié. Tu es en bibli aussi ?




19 commentaires:

  1. Coucou,
    Ah Le Septième guerrier-mage, j'ai adoré !! Pour une fois un OS en plus c'est vrai, au milieu de toutes ces sagas ça fait du bien :p
    Devenir bibliothécaire c'est une vocation depuis petite? Il y a des études particulières à faire? Comment se déroule une journée type en bibliothèque? t'occupes-tu d'un "rayon" en particulier?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Régina Falange !
      Avant d'être bibliothécaire, je voulais être enseignante (si possible à la fac ^^) mais mon métier d'amour quand j'étais petite, c'était bergère :p
      Pour être bibliothécaire, tu peux suivre le cursus Métiers du livre (il existe un DUT, mais aussi des licences, des masters ou des écoles spécialisées) mais il y a surtout un concours à la fin (sans lequel il est très difficile d'accéder à la fonction publique territoriale. Mais il n'y en a pas besoin pour bosser en bibli privée, comme les bibli de CE, les bibliothèques associatives etc).
      Une journée type, en bibliothèque, ça n'existe pas :) Mais en gros, tu peux avoir une partie en service public (où tu accueilles et renseignes les lecteurs, t'occupes des animations, de recevoir des classes etc) et une partie en interne, où tu t'occupes des "backstage" : choisir les livres que tu vas acheter, les cataloguer et les équiper, préparer tes animations et accueils de classe (je bosse en section jeunesse donc ça occupe une grosse partie de mon temps), faire de la paperasse reloue suivant ton poste, réunionner avec tes collègues pour le bon fonctionnement de la bib et/ou pour préparer encore plus d'animations, etc. (je fais court).
      Et je m'occupe d'un rayon particulier, oui, plutôt trois d'ailleurs, toujours en jeunesse : j'achète les documentaires d'histoire-géo, les romans pour les préados (9-12 ans) et les albums pour les grands (8 ans et +). Dans mon poste précédent, j'achetais (entre autres) les romans SFFF en binôme avec une collègue !

      Supprimer
  2. Bonjour Sia,
    De quelle manière, toi en tant que lectrice de l'Imaginaire et biblithécaire, valorises-tu ce genre littéraire auprès de tes connaissances, famille, collègues ou le public fréquentant ton lieu de travail? (Tiens d'ailleurs, tes collègues, ta famille connaissent-ils ton blog?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello C'era !
      Auprès de mon public, je n'en dis pas toujours beaucoup, car j'ai surtout affaire à des enfants (et pas mal d'enfants non lecteurs) donc je ne les assomme pas de détails. J'essaie juste de leur raconter l'histoire de façon attractive.
      Quand j'ai affaire à des adultes et que je sais qu'il s'agit d'un public de connaisseurs, je vais plus m'attarder sur des détails (le côté politique de l'histoire, ou les thèmes développés par exemple) qui ne sont pas strictement nécessaires au résumé mais dont je sais qu'ils peuvent intéresser la personne en face (pas facile, car ça nécessite de connaître un minimum les goûts du lecteur ou de la lectrice. En général je demande ce qu'ils ont apprécié récemment pour m'orienter).
      Pour valoriser auprès de mes connaissances, c'est vachement plus facile : à titre d'exemple, on est 6 dans ma famille et tous gros lecteurs, notamment de SFFF =) Et j'ai pas mal d'amis très amateurs aussi, donc en fait je suis en terrain conquis et il n'y a quasiment pas de challenge. La dernière fois, j'ai "vendu" un livre en disant "c'est de la fantasy et il y a des dragons". (On repassera niveau argumentation :D )
      Et dans les deux cas, j'essaie toujours de refourguer des bouquins SFFF, même à ceux qui semblent réfractaires (des fois un peu fourbement, j'avoue !)

      Mes collègues ne connaissent pas mon blog, car c'est un peu mon petit pré carré :) En revanche, ma famille et mes amis, oui, et je sais que certains d'entre eux le suivent.

      Supprimer
    2. "de façon attractive" :) Le sens-tu quand tu as réussi à accrocher leur attention? Genre le silence se fait ou ils ont la bouche et les yeux grands ouverts ou ils poussent des exclamations ^^ J'adorerais faire ça :p

      Trouver le bon argumentaire, pas toujours facile et faire court c'est une bonne solution :p

      Je comprends pour les collègues, un blog c'est un peu une fenêtre ouverte sur soi donc on peut ne pas vouloir qu'ils s'y intéressent ^^
      Quant aux amis ou la famille, c'est top et ça doit ouvrir la discussion parfois :)

      Merci pour tes réponses

      Supprimer
  3. la serie des Mercy Thompson est aussi parmi mes préféré en Urban Fantasy, de plus je trouve les couv' de Dan Dos Santos très réussies ! As tu accroche egalement au spin off avec Charles et Anna ?
    Je note la serie Troie maintenant que j'ai fini Le cycle Drenai 😉
    As tu une sortie livresque que tu attends avec impatience en cette fin d'année ? Hormis le dernier Mercy qui devrait pas tarder 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors j'ai un tome de retard sur Thompson, car je les lis en poche et surtout, SURTOUT, je les savoure ! J'ai lu le tome 8 cet hiver (quand j'étais bien bien bien malade : j'ai sorti une lecture doudou). J'aime aussi beaucoup le spin-off sur Anna et Charles (idem, j'ai le 4 à lire).
      J'ai noté le cycle Drenai... il y a longtemps ... je crois que je n'ai lu que Druss la légende dedans ! (Mais je les ai presque tous).
      En cette fin d'année, j'attends avec une impatience certaine La Belle Sauvage de Philip Pullman (même si je n'aime pas du tout la couv') et Sparte d'Erik L'Homme. Et aussi le tome 6 de Gardiens des Cités Perdues ! Et la nouvelle série d'Olivier Gay ! (Plein de trucs, quoi !)

      Supprimer
    2. Je suis tombée en amour avec Druss et Skigannon : Légende m'a complètement retournée et j'ai adoré Loup blanc ;)
      Ah oui, la nouvelle série d'Olivier Gay me dit bien également, j'étais déçue de ne pas l'avoir avec Netgalley. J'ai pas mal d'appréhension avec le nouveau cycle de Philip Pullman, j'ai peur d'être déçue après avoir tellement aimé A la croisée des mondes...

      Supprimer
  4. Qu'elle parle bien, notre Sia !
    Et je plussoie pour la question de fin, ça m'intéresse aussi ! Alors, les filles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 31 sortira notre questionnaire et un billet regroupant toutes les questions qu'on nous aura posées... ya de quoi faire !!!

      Supprimer
    2. @Emily : c'est grâce à Blanche-Neige qui m'a inculqué le bien-parler =D
      @Dup : j'ai hâte de lire ça !

      Supprimer
  5. Coucou Sia, tu as eu - comme beaucoup d'entre nous - une période BD étant jeune, continues-tu à en lire ? Si oui aurais-tu des titres récents à nous conseiller ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Andrée la papivore !
      Quand j'étais petite, je pouvais lire en boucle Yoko Tsuno, Blake et Mortimer et Buck Danny (les trois séries phares que possédait mon père) et on prenait beaucoup de BD à la bibli (Papyrus, notamment). Je lisais les Astérix chez mes grands-parents. Et je n'ai jamais aimé Tintin ! Mais je n'ai pas eu de "période BD", je lisais des BD et des romans.
      En titres récents, mais c'est un manga, je te conseillerais volontiers Erased, qui mélange uchronie et enquête policière ; c'est une série que j'ai vraiment adorée ! Mon autre pépite récente est un comics, et c'est Jack le Téméraire de Ben Hatke (dont j'ai aussi adoré la série Zita la fille de l'espace). Je crois bien que la dernière BD SFFF que j'aie lu c'était Le Château des Étoiles et j'aime aussi beaucoup cette série !

      Supprimer
  6. Hello Sia, moi je suis curieuse sur ton travail, quelles sont tes missions dans la bibliothèque où t travailles ? C'est une BM ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Zina !
      Oui, je suis en BM (bibliothèque municipale pour les intimes) et je suis en section jeunesse. Et voilà les missions de mon poste (j'espère que j'en oublie pas) : assurer la promotion de la lecture publique ; accueillir et renseigner les usagers (et leur présenter tous les services que l'on propose) ; acquérir, traiter et mettre en valeur les collections (et plus spécifiquement celles d'histoire-géo jeunesse, de romans 9-12 ans et d'albums pour les grands) ; contribuer à l'action culturelle (animations et réceptions de classes, mais aussi recherche de spectacle) ; encadrer l'équipe de la section jeunesse ; assurer le suivi des bâtiments (ça c'est bien chiant) ; conduire des projets. Hum, je pense que je n'ai rien oublié. Tu es en bibli aussi ?

      Supprimer
    2. Oui, mais dans une école de commerce :)

      Supprimer
  7. J'ai pris beaucoup de notes ^^ J'avais beaucoup aimé "la fille automate" de Paolo Bacigalupi, d'autres titres à conseiller ?

    RépondreSupprimer
  8. moi j'aimerai bien en savoir plus sur ce placard aux cassettes!

    RépondreSupprimer
  9. Coucou :)
    Évidemment, l'ordre des bibliothécaires ne peut pas exister en dehors de ce combo chinon-lunettes, c'est évident.
    Yoko Tsuno est aussi une bande dessinée dont je partageais la lecture avec ma mère. Oh, j'avais aussi une commode remplie (et qui débordait) de cassettes enregistrées, et d'autres officielles. On avait même un ré-enrouleur de bandes pour éviter de fatiguer prématurément le magnétoscope. Ah, "De bons présages" est vraiment excellent... et effectivement, un cadeau tout trouvé !
    De mon côté, je ne m'attarde pas sur les prix. D'ailleurs, je ne sais jamais si un roman en a reçus, combien, lesquels ou s'il est même en lice actuellement.
    Oh oui, je me rappelle avoir croisé le thème de "paralittérature" moi aussi. Bien que ce ne soit plus le cas actuellement, la plus grande médiathèque de ma ville a placé durant de longues années (au moins 8 ans) les littératures de la jeunesse sur la "passerelle" : ce morceau de bâtiment qui relie deux grandes salles. Symboliquement, ça se pose là.
    C'est vrai que j'ai eu des discussions animées parfois durant les trajets SNCF. Dans les rames du métro, ce sont plutôt des échanges de regards de connivence.

    RépondreSupprimer