mercredi 31 juillet 2013

Sortie de La pièce d’argent Wunderkind tome 1 de G.L. D’Andrea



Une sortie alléchante chez Bayard Jeunesse :



Sortie le 19 septembre 2013
Editions Bayard Jeunesse


Un roman de dark fantasy, mifantastique , mi-réaliste, qui évoque l’univers cinématographique de Tim Burton et Myyazaki. Un ovni de la littérature imaginaire.

Caius Strauss, un garçon taciturne, voit sa vie basculer le jour où un homme étrange au visage lunaire, se présentant comme un proche parent, lui offre une pièce d’argent. Caius cherche aussitôt à s’en débarrasser. Mais qu’il l’abandonne dans un coin perdu ou la jette dans la Seine, la pièce revient toujours. Et depuis qu’il la possède, il voit Paris se métamorphoser : apparaît un quartier inquiétant, près de Montmartre, appelé Dent de Nuit. Une nuit d’orage, un homme en noir, recouvert de tatouages, surgit dans la chambre de Caïus, assailli par des créatures griffues aux dents pointues. Après une lutte acharnée, l’homme blessé emmène le garçon traumatisé dans son refuge au Dent de Nuit. Recueilli par cet étrange individu, Gus Van Zant, et ses compagnons d’armes, Caius apprend qu’il est désormais orphelin. Dorénavant il devra se méfier de toutes les créatures qui peuplent le quartier...

(par contre la couverture me fait penser à celle d'une autre série jeunesse ....)


lundi 29 juillet 2013

CRÉATURE DU MIROIR de Jess Kaan






Editions Les lucioles
15 euros/175 pages (broché)
7 euros (epub)




Présentation de l'éditeur:


Ludwik et Aleksandre, deux frères maltraités par la vie, vivent avec leur mère à Bavignies, une petite ville où il ne se passait rien, jusqu à récemment... Car depuis quelque temps, les nuits de Bavignies sont devenues de véritables cauchemars. Plusieurs meurtres ont endeuillé la cité. Une créature mystérieuse rôde, sans parler de ce chat rouge aux intentions maléfiques qui apparait parfois, souvenir du passé maudit de la ville... Aleksandre et Ludwik aimeraient rester en dehors de cette histoire qui les dépasse et vivre leur vie. Hélas, il est un moment où le Mal doit être combattu... Un moment où l on doit prendre les bonnes décisions au risque de tout perdre. Créature du Miroir est un roman dédié aux jeunes ordinaires d aujourd hui. Parce que ce sont eux qui peuvent tout changer !



L'avis de Phooka:

Voilà bien un truc qui m'agace: avoir vraiment aimé un livre et ne pas avoir d'inspiration pour la chronique ! Créature du miroir en est l'illustration parfaite. Je ne sais pas comment vous parler de ce livre. Un livre découvert par hasard que j'ai dévoré en un rien de temps et qui m'a énormément plu. Et hop, panne sèche ...

Pourtant il m'a happée dès les premières pages. Je l'avais installé sur mon reader et pour voir la qualité du epub, j'ai commencé à le feuilleter. J'ai relevé le nez au chapitre 7. Je m'étais à peine rendue compte du temps qui passait. Le récit m'a kidnappée dès le début. Ces deux frères aux prénoms pleins de k , Aleksandre et Ludwik, m'ont fascinée et séduite. D'entrée, comme ça. Et à partir de là, il fallait que je sache. Il fallait que je les suivre, il fallait que je découvre leur histoire. Aleks est un ado en terminale, Ludwik est en CM2. Deux garçons que la vie n'a pas épargnée. Leur père est décédé il y a tout juste un an et ils ont bien du mal à s'en remettre. En plus des tracasseries habituelles avec la racaille de leur quartier/école, ils doivent se débrouiller seuls car leur mère doit bosser dur pour assumer à elle seule les revenus de la maison. L'argent ne coule pas à flot, ils doivent faire attention. Et la situation va empirer car il se passe des choses étranges dans leur ville de Bavignies. La mort rôde, et manque de chance Aleks, le grand frère a une fâcheuse tendance à se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Le commissaire un peu tatillon en fait donc le coupable idéal et le harcèle. Du coup les deux frères décident d'enquêter et ils ne vont pas être au bout de leurs surprises ...

Les deux héros sont incroyablement attachants. En tant que maman, j'ai été profondément touchée par leur détresse, par leur incapacité à surmonter le décès de leur père mais aussi par leur courage. En tant que lectrice, j'ai adoré le côté fantastique du roman, j'ai eu peur (oui je l'avoue), j'ai frissonné et j'ai eu bien du mal à ne pas lire le livre d'une traite. Le dosage entre les séquences un peu plus "émotions" et les séquences frissons, est parfaitement maîtrisé. Il n'y a jamais de temps mort. On s'attache tellement aux deux frères qu'on a vraiment peur qu'il leur arrive quelque chose. J'avais parfois envie de crier "mais bon sang n'allez pas là !!!", bref j'ai plongé tête baissée dans cette aventure et je me suis fait entraîner derrière les héros. Je n'en suis ressortie qu'à la toute fin. 
D'ailleurs si j'ai un seul et unique petit bémol, c'est à propos du tout dernier chapitre que j'ai trouvé un peu "rapide" et finalement un peu étrange. Je comprends bien l'analogie entre le fait de grandir et ce qui arrive aux deux frères. A travers cette aventure fantastique et aux limites de l'horreur, ils prennent une leçon de vie et ce parcours initiatique leur permettra de grandir et de franchir une étape importante de leur vie. Il n'empêche que la décision finale m'est apparue comme un peu brutale. Mais peu importe car cela ne gâche en aucun cas ma lecture et je garde un excellent souvenir de ce roman.

Voilà donc la belle découverte que j'ai faite. Créature du miroir est un roman incroyablement touchant grâce à ses deux héros principaux, mais aussi terriblement inquiétant, frôlant parfois le roman horrifique. La créature qui hante la ville fait vraiment peur, le lecteur frémit et frissonne, je vous promets. J'ai suivi Aleks et Ludwik avec passion, j'ai été inquiète pour eux, bref j'ai vécu leur aventure en étant au premier plan. Je ne connaissais pas Jess Kaan jusqu'à présent et si tous ses romans sont du même acabit, je vais me laisser tenter pour en découvrir d'autres. En attendant je vous conseille vraiment de lire celui-ci que vous soyez jeune ou moins jeune, vous allez vous régaler.














vendredi 26 juillet 2013

Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma Lagerlöf



Editions Le Livre de Poche


Présentation de l'éditeur


Pour avoir joué un mauvais tour à un nain, Nils se retrouve à la taille d'un lutin. Il ne peut alors rien faire pour retenir Martin, le jars de la basse-cour familiale, qui veut s'envoler avec les oies sauvages. Tentant le tout pour le tout, Nils s'accroche à son cou... et s'envole pour le plus merveilleux des voyages à travers la Suède... 

(chronique écrite il y a presque un an ...)

L'avis de Phooka:


 Pour sa rentrée en sixième, mon gamin devait lire Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède de Selma Lagerlöf pendant les vacances d'été. Et comme il a adoré, il m'a demandé de le lire aussi. 
Pourquoi pas après tout, ce roman fait partie des "classiques" jeunesse , dont j'ai beaucoup entendu parler sans jamais avoir la curiosité de le lire, honte à moi. Mais comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, je m'y suis donc plongée.
Nils est un "vaurien", du moins tel qu'on l'entendait le siècle dernier. Il est fainéant, peu obéissant et méchant avec les animaux (de nos jours un gamin comme ça serait presque récompensé :)) . Pour s'être si mal comporté il est transformé en lutin et se retrouve à voyager sur le dos d'un jar, parmi les oies sauvages. Là, il va rencontrer bien des animaux et des gens, il va apprendre "la vie", il va devenir plus humble, plus serviable, plus gentil et plus attentif. Bref, il va grandir.

C'est donc un roman initiatique, dans lequel le jeune pré-ado, devient un enfant mûr et presque un adulte responsable. Clairement une belle lecture pour nos enfants, un peu moralisatrice évidemment, mais après tout ce n'est pas si mal.

Ceci étant, le roman avait été écrit à la base pour apprendre la géographie de la Suède aux petits écoliers suédois qui semblaient s'en désintéresser. Il est présenté tel un conte de fée. "Il était une fois ..." en est le moteur. Le roman original fait environ 400 pages avec énormément de descriptions de sites et de façon de vivre.  La version traduite qui est proposée aux enfants est une version de 130 pages donc très largement expurgée. Et si ce procédé est très compréhensible pour des enfants de 10 ans, il pose un énorme problème pour des adultes. En fait, même mon fils a noté des incohérences dans le récit. Incohérences qui s'expliquent par les césures énormes qui ont été faites. On y voit par exemple intervenir des personnages, tel le corbeau ou la cigogne, qui clairement ont déjà rencontré Nils alors que nous, pauvres lecteurs n'avons pas la moindre idée de qui ils sont. Et franchement c'est très désagréable. Heureusement cela n'a pas freiné l'enthousiasme de mon gamin qui a dévoré le roman, par contre dans mon cas j'ai trouvé ça pénible.

J'ai néanmoins continué ma lecture jusqu'au bout sans le regretter, mais sans non plus avoir envie de me plonger dans la version de 400 pages ! C'est un roman qui a quand même vieilli et cette version courte, si elle convient très bien a des enfants, ne peut pas convaincre un adulte. Peut-être que la version longue passe mieux, ça reste à prouver.

En tout cas, côté Mini-Phooka c'est l'enthousiasme et j'en suis ravie. Il va vous en parler lui-même.




L'avis de Mini-Phooka:


Pendant l'été dernier j'ai lu un livre pour ma rentrée en sixième nommé : Le Merveilleux Voyage De Nils Holgersson A Travers La Suède

Ça parle d'un méchant petit garçon qui n'aime personne.
Un jour alors que ses parents étaient partis à la messe,il vit un lutin et essaya de le toucher mais il fut transformé en lutin.
Il sorti pour chercher de l'aide.
Mais comme il avait été méchant avec les animaux.
Alors tous les animaux se moquèrent de lui.
Alors qu'une bande d’oies sauvages passaient dessus la ferme les jars voulurent partir avec mais Nils réussit a en attraper un et s'envola avec.

A la fin on comprend que Nils est devenu grand et gentil.

J'ai aimé ce livre car on découvre le pays et il y a de l'aventure aussi parce que ce sont que des animaux et ça change de la façon de voir les choses.



Le site en français

jeudi 25 juillet 2013

LA TRILOGIE DU MAGICIEN NOIR Tome 1 de Trudi Canavan



Tome 1
LA GUILDE DES MAGICIENS


Editions Bragelonne
369 pages
19,90 euros


Résumé :


“Cette jeune fille est plus puissante qu’un novice moyen, peut-être même plus puissante qu’un magicien !”

Comme chaque année, les magiciens d’Imardin se réunissent pour nettoyer la ville des indésirables. Protégés par un bouclier magique, ils avancent sans crainte au milieu des vagabonds, des orphelins et autres malandrins qui les haïssent. 
Soudain, une jeune fille folle de colère leur jette une pierre… qui passe sans effort à travers le bouclier magique. Ce que la Guilde des magiciens redoutait depuis si longtemps est arrivé : il y a une magicienne inexpérimentée en liberté dans les rues ! 
Il va falloir la capturer avant qu’elle ne se détruise elle-même, et toute la ville au passage, avec un pouvoir qu’elle ne contrôle pas encore. 
Et qui sait ? Grâce à leur enseignement, le don dévastateur de la jeune fille se révèlera peut-être un atout décisif…



L'avis de Dup :

Apparté : Voilà un livre, que dis-je, une trilogie dont les couvertures signées Stéphane Collignon me font de l'oeil depuis des années... le père noël a entendu mon souhait !

Après deux ans d'absence, Sonea remet les pieds dans le Taudis où rien n'a changé : la misère, la puanteur, la boue et les immondices. Deux ans d'une vie un peu plus digne, dans les bas quartiers de la ville, rayés par un édit royal : la Purge. Les soldats royaux aidés par la Guilde des magiciens expulsent de la cité tous les miséreux. Sonea retrouve très vite ses repaires et avec eux son ancienne bande de copains, les traîne-ruisseaux. Et même si cela ne sert à rien, elle les rejoints dans leur fronde contre ces mages qu'elle déteste tant. Que peuvent bien faire de simples cailloux contre des boucliers magiques. Comme elle aimerait pouvoir... et elle peut ! Sa pierre traverse la barrière invisible et atteint un mage en pleine tempe.

Si le récit démarrait déjà à vive allure, à partir de là, c'est la course. Son don magique révélé, elle doit fuir. Elle va faire partie d'enjeux qui la dépassent, tout comme son don qu'elle ne domine absolument pas. Cery, son ami, secrètement amoureux, tente de la cacher, mais il est très vite dépassé. Il va donc la confier à la puissante ligue des Voleurs qui y voit avant tout leurs intérêts. Quant aux Magiciens, ils vont déployer leurs forces pour mettre la main sur Sonea car elle constitue un danger ambulant tant qu'elle ne saura pas contrôler ses pouvoirs.

On a donc Sonea et Cery du côté des "pouilleux", Rothen et Dannyl du côté des mages qui seront les personnages principaux et attachants de ce premier tome. S'ils font parti des "gentils", les "méchants" sont bien identifiés également, par une prise de position négative. Ces derniers sont presque caricaturaux, mais qu'importe, je suis bon public et la plume de l'auteur m'a séduite.
La narration alterne entre ces deux points de vue ( traîne-ruisseaux / mages ) de chapitre en chapitre et entraîne le lecteur encore plus vite, aidé par une écriture fluide et agréable. Heureusement car l'action diminue nettement en fin d'opus lorsque celle-ci se passe au sein de la Guilde.  On découvre aux côtés de Sonea une sorte d'immense campus universitaire bien propret, bien loin des images boueuses des Taudis, aiguisant le contraste.

Premier tome d'une trilogie qui pose les décors du monde de Trudi Canavan, les enjeux et avec eux le destin d'une adolescente bien sympathique. Un monde où le côté Fantasy est apporté uniquement par l'existence de cette magie, abordée mais pas creusée. Que l'on va sans doute approfondir par la suite et qui promet donc encore bien des surprises. Un monde où les inégalités sociales sont à leur paroxysme avec tout ce que cela implique comme situations critiques. Bref, un monde passionnant, avec juste ce qu'il faut d'interrogations vers la fin pour donner envie de poursuivre l'aventure, ce que je vais faire assurément, dès que je peux.



mercredi 24 juillet 2013

Les prochaines sorties GF chez GALLIMARD Jeunesse



Animale
Victor Dixen

(couverture provisoire)
sortie le 22 août 2013

Et si le conte le plus innocent dissimulait l'histoire d'amour la plus terrifiante ?

Résumé :

1832. Blonde, 17 ans, orpheline, vit depuis toujours dans un couvent, entourée de mystères. Pourquoi les Soeurs l’obligent-elles à couvrir ses cheveux d’or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes noires ? Qui sont ses parents et que leur est-il arrivé ? Quelle est la cause de ses évanouissements fréquents ? Blonde est différente et rêve de se mettre en quête de vérité. Alors qu’elle s’enfuit pour remonter seule le fil du passé, elle se découvre un côté obscur, une part animale : il y a au coeur de son histoire un terrible secret.


BZRK Révolution
Michaël Grant

(couverture provisoire)
sortie le 13 septembre 2013

2ème volet du thriller scientifico-fantastique de l’auteur de GONE. Dans les tréfonds de la chair, le combat contre la folie prend une nouvelle dimension…

La première bataille est terminée, mais la guerre fait rage et la cellule BZRK est sérieusement affaiblie. Noah et Sadie réalisent qu’ils sont piégés et ne savent pas comment s’échapper. Ils sont maintenant capables de mailler le cerveau d’une personne de l’intérieur et de s’en sortir vivant. Bug Man a pris le contrôle du cerveau du président des Etats-Unis. Mais jouer avec la santé mentale est un jeu dangereux. Les conséquences peuvent rapidement échapper à tout contrôle et les frères Armstrong ne sont pas des gens que Bug Man peut se permettre de décevoir. La nano-dimension est plus terrifiante, grisante et imprévisible
que jamais !

mardi 23 juillet 2013

DÉPARTEMENT 19, Tome 2 , Livre 2 de Will Hill




Département 19, Tome 2 
Le réveil du monstre : Livre 2


Editions Seuil Jeunesse
312 pages
17 euros



Présentation de l'éditeur 



ILS N'EXISTENT PAS, MAIS ILS VOUS SAUVENT LA VIE TOUS LES JOURS...

Quand Jamie Carpenter apprend que Frankenstein, son ami, est peut-être en vie, il n'a plus qu'une idée en tête : le retrouver. Et le sauver. Mais peut-il abandonner le Département 19 au moment où celui-ci doit faire face à une menace vampire historique ? Et surtout, doit-il entrainer Larissa, la fille qu'il aime, et Kate, sa meilleure amie, dans une mission qui s'annonce des plus périlleuses ? Au moment où Jamie doit faire ce choix difficile, un homme mystérieux refait surface. Un homme qu'on croyait disparu à jamais, et qui semble bien connaître le jeune Carpenter...

L'avis de Phooka:

Attention risques de spoilers (même si je fais attention, c'est quand même le tome 3 enfin tome 2 livre 2 :)))

Me revoilà donc plongée dans le monde de Jamie Carpenter. Je l'avais abandonné très provisoirement à la fin du Tome 2 livre 1, et on le retrouve exactement tel qu'on l'avait laissé. Département 19, c'est le genre de série qu'on n'oublie pas, donc dès les premières pages, tout vous saute à la figure: tous les personnages, les circonstances et surtout tous les vampires. Pour mémoire, les vampires de Departement 19 ne font pas partie de ceux qui brillent et font des bisous langoureux. Que non ! Ils sont hargneux, féroces et sanguinaires. En cela, ils sont beaucoup plus proches de ceux de David Wellington dans sa série (Vampire story -tome 1: 13 balles dans la peauVampire story -tome 2: 99 cercueilsVampire story -tome 3: Vampire zéroVampire story -tome 4: 23 heures). Âmes sensibles d'abstenir ...

Donc Jamie vient d'apprendre que Frankenstein est très probablement en vie. Comment ? Pourquoi ? et surtout où ? Autant de questions auxquelles il veut trouver une réponse. Frankenstein c'est son meilleur ami, il lui a sauvé la vie, et pourtant douté de lui et ne se le pardonne pas. Jamie veut remuer ciel et terre pour le retrouver, c'est son souhait le plus cher. Cependant il ne doit pas oublier que le but principal du Département 19 à ce moment, est de combattre Valeri le frère de Dracula, un très vieux et puissant vampire qu'il ne sera pas facile de vaincre; Pire que tout, il a ressuscité Dracula, LE vampire originel dont les pouvoirs dépassent l'entendement. Et Jamie fait partie de ceux qui sont les plus aptes à combattre ce mal, cependant pour lui ce n'est pas la priorité.

Inutile d'en dire trop, je ne voudrais pas spoiler toute cette série, mais sachez que cet opus contient une bataille homérique contre des vampires, que les victimes seront nombreuses des deux côtés. Vous allez trembler, frémir, verser quelques larmes peut être car l'auteur n'est pas un tendre. Ni envers ses héros, ni envers les vampires. Je sais qu'ils sont des affreux méchants, mais la façon dont ils meurent quand il se font transpercer le cœur et comment dire ...eurk! :)) 
L'auteur n'a pas froid aux yeux, croyez-moi et comme je l'avais déjà souligné dans mes chroniques des précédent tomes, cette série est classée jeunesse mais il faut quand même avoir le cœur bien accroché. Je suis sûre par exemple que mon gamin adorerait (11 ans), mais les éclaboussures de sang et de tripes, ça ferait trop pour lui. C'est donc à réserver à des "moins jeunes jeunes" :). Mais à part ce petit détail, tout n'est que plaisir. Le style est percutant, il n'y a aucun moment de répit. Les héros sont incroyablement attachants, aussi bien Jamie que tous ses copains et copines qui l'entourent. Et surtout le suspense et les retournements de situations sont vraiment bien trouvé. Dans ce tome par exemple, il a un truc énorme que j'aurais dû voir mais non, je me suis laissée prendre et du coup les révélations m'ont vraiment prise de court! Génial. J'ai vraiment hâte de lire la suite et je ne peux que conseiller cette série pour (presque) tous de 14 à 114 ans. En tout cas pour moi c'est clair, c'est une série coup de cœur.

Mais s'il y a vraiment une chose que je ne comprends pas avec cette série Département 19, c'est pourquoi on n'en entend pas plus parler. Cette série a vraiment tout pour plaire. Elle est addictive, les héros sont hyper attachants, le suspense incroyablement présent, il y a de l'action, des révélations surprenantes et des batailles vraiment énormes, les vampires sont incroyablement féroces. Alors quoi ? Cette série devrait être un blockbuster, c'est sans doute une des meilleures dans le genre. Bougez-vous les gens !



lundi 22 juillet 2013

C'EST DANS LA BOITE de Frédéric Ernotte






Editions Avant-Propos
256 pages
18,95 euros


Résumé :


Jeff Marnier. C'est mon nom. Je suis un inspecteur plutôt bien coté, voire admiré par certains. Comme tout le monde, j'ai mes problèmes. Les psychopathes ne manquent pas. Je bosse jour et nuit. La vérité ? Je suis accro à la vodka, à la solitude, et depuis peu... à un site Internet. "La boîte noire". C'est un endroit sombre. Un repère de flics. Un cloaque virtuel où je me sens chez moi. 

Tellement chez moi que j'oublie régulièrement de me coucher. Que je sois éveillé ou non, c'est rarement bon signe quand mon téléphone portable sonne en pleine nuit. Un tueur de flics court dans la région. Catherine est morte. Je dois me mettre au vert quelques jours. Me protéger. Réfléchir. La ronde des boîtes tombe à point nommé. Je pars pour un huis clos secret entre inspecteurs. Une réunion entre des inconnus en mal de découvertes. 
Une nuit durant laquelle soulever le couvercle d'une boîte peut vous laisser des traces indélébiles.



L'avis de Dup :

Jeff est un inspecteur de police à la dérive, comme beaucoup. Il patauge dans sa vie affective, il patauge dans sa dernière enquête, un tueur qui installe des piercings en tout genre sur les corps de ses victimes. Et son amie la bouteille de vodka tape un petit peu trop l'incruste chez lui le soir. Quand en plus, un autre tueur en série vient se rajouter au tableau, avec un profil tout-à-fait différent car celui-ci s'en prend aux flics, Jeff est de plus en plus désabusé. Un énième soir de solitude partagée, en errant sur la toile en compagnie de dame Vodka, il découvre un forum de flics ! Qui plus est, d'inspecteurs : c'est son numéro de matricule le sésame pour entrer dans "La boite noire". Ces rencontres virtuelles vont s'avérer addictives, un bol d'air pour Jeff. A tel point qu'il va s'inscrire à un jeu organisé par le site. Une rencontre dans le réel, où chacun devra faire deviner les clefs d'une affaire à partir de cinq indices cachés dans une boite.

Huit inspecteurs vont donc se réunir dans une ferme isolée, inoccupée, la Vieille Grange, au fin fond de la campagne belge. C'est une fin d'automne froide et venteuse, heureusement la ferme est équipée d'une grande cheminée, des stères de bois attendent dehors dans la remise. Comme des gamins jouant au Pictionnary, un par un, ils vont dévoiler le contenu de leur boite et laisser les autres s'amuser à chercher.

Le récit alterne entre le jeu et l'immersion dans le réel de l'enquête exposée. C'est vraiment bien fait car jamais on a une sensation de récit haché, entrecoupé. On visite pourtant des "affaires" totalement différentes, les protagonistes du jeu venant de toute l'europe francophone et au-delà puisqu'il y a la présence d'une inspectrice québécoise.

A signaler également l'inventivité de l'auteur pour les cas en questions ! C'est rudement bien trouvé, original et hélas, totalement plausible. Un esprit tordu comme je les aime, un peu comme un Thilliez ou un Chattam. Et pour corser le tout, l'auteur nous fait très vite comprendre que le tueur de flic est parmi eux... la lecture de ce roman m'est alors devenue addictive. C'est lui ? Elle ? La Vieille Grange va-t-elle devenir une grande boite elle aussi ?

Polar ? Thriller ? Un mélange des deux savamment dosé. En tout cas, un huis clos enlevé et sans temps mort. Un huis clos aéré avec ses incursions dans les différentes enquêtes. En résumé, un huis clos maîtrisé. Et quand on sait que c'est un premier roman, moi je dis chapeau, car faire le choix d'un genre si souvent "casse-gueule", c'était un pari osé ! Pari gagné sieur Ernotte !!! Je me suis régalée avec ce roman, et je dois faire une mention spéciale pour la fin qui est un concentré d'humour noir. J'adore et j'en fais un coup de coeur. Je serai au rendez-vous pour le suivant, c'est sûr.

Je tiens à remercier les "tepos" Pierre et Fredo pour leurs avis avisés qui m'ont donné envie de commander et de lire ce roman.


vendredi 19 juillet 2013

WE ARE FAMILY de Pavlenko et Valero



We are family

 1. Il était deux petits hommes





Scénario : Marie PAVLENKO
Dessin : Teresa VALERO
Couleurs : Teresa VALERO
Série : We are family !
Collection : HUMOUR DE RIRE




RÉSUMÉ DE L'ÉPISODE



Cris, couacs, câlins, crottes de nez, monstres imaginaires et fous rires sont le lot quotidien de cette drôle de famille qui vit au rythme des aventures de deux joyeux petits garnements, tour à tour mignons, drôles ou totalement trash ! Bienvenue chez Têtard, Mini- Troll et leurs parents, une famille où l'on s'aime, se chamaille, et surtout où l'on rigole beaucoup... Bref, une vraie famille !

L'avis de Phooka:


Dup, elle veut pas rédiger cette chronique. Non pas que la BD ne lui ait pas plu, mais parce que soit disant elle ne sait pas rédiger des chroniques de BD. Moi je soupçonne plutôt un gros poil dans la main sur ce coup là, mais bon ...
Bref !

Cette BD, elle est un peu notre chouchou parce qu'elle est sortie pendant que son auteur/scénariste, Marie Pavlenko était notre invité pour son Mois de. D'ailleurs elle en parle ici.

Une BD basée sur la famille et l'humour, axée essentiellement sur la relation entre une maman (qui ressemble étrangement à Marie) et ses deux turbulents jeunes garçons, Tétard le grand et mini-troll le plus petit. Bien sûr le papa est là lui aussi, même s'il a un rôle plus effacé, mais non moins important. C'est une BD plutôt classique de type humoristique avec des récits qui vont de une case à deux planches. C'est selon. Les deux garçons sont pleins de vie et alignent bêtises et réparties pleines de drôleries. Mais "We are family" n'est pas que ça. C'est surtout un récit plein de tendresse et d'émotions. Là, on sent bien que c'est écrit et dessiné par deux femmes, des mamans probablement; Le lecteur alterne fou rire et petit pincement au coeur.

Le dessin est lui aussi superbe. Un joli crayonné plein de rondeurs et des couleurs pastel qui collent parfaitement à la trame du récit.



Scénariste et dessinatrice s'allient pour donner une très jolie BD qui plaira à toute la famille justement. Mon fils l'a lu et il a beaucoup aimé, je l'ai entendu rire tout seul dans son lit. Je l'ai lu et j'ai à la fois rit et ressentit beaucoup d'émotions. C'est vraiment une BD à mettre dans toutes les mains. elle ne révolutionne pas le genre, c'est sûr mais elle est un joli clin d'oeil à la famille.


jeudi 18 juillet 2013

L'ENCRE ET LE SANG de Franck Thilliez et Laurent Scalese




Editions Pocket
118 pages
2,90 euros


Je ne mets pas le résumé, personnellement je trouve qu'il spoile trop.
Pour les plus curieux, vous pourrez le trouver ICI

L'avis de Dup :

Quand vous prenez un Scalese, auteur de thrillers bien stressant, que vous y rajoutez un Thilliez, auteur de thrillers encore plus stressant, et que vous mélangez le tout, il en ressort quoi d'après vous ? Et bien non, raté ! Pas du tout un thriller mais un récit fantastique !

Le mélange est parfaitement dosé, l'écriture à quatre mains une réussite. Et surtout, on sent à travers cette nouvelle ou novella ( ? plus de 100 pages ) que les auteurs se sont amusés à l'écrire.

C'est l'histoire de William, écrivain qui se fait voler son manuscrit par une vile éditrice qui l'a séduit, poussé à finir son thriller, et qui après l'avoir jeté comme une vulgaire chaussette sale, offre le roman à son auteur phare...et accessoirement nouvel amant. Thriller qui va avoir de suite un succès énorme nationalement puis mondialement. Forcément, William est un peu énervé, d'autant qu'il n'a aucun recours. Il lui reste donc la vengeance, et en mettant celle-ci au point, son chemin va croiser l'outil idéal. Une antique machine à écrire qui lui déclare, via la feuille insérée sur son tambour " I'm yours". 
Une machine à écrire qui réalise tout ce que vous tapez sur son clavier.
William va commencer à jouer...
Sans savoir qu'il y a un prix à payer...
Manipule-t-il ou est-il manipulé ?

Un plaisir de lecture qui ne dure pas assez, c'est la seule chose que je peux reprocher. Si l'idée est classique, l'objet magique qui permet de réaliser ses voeux, la mettre entre les mains d'écrivains à l'imagination tordue rend le résultat sympathique. Et cerise sur le gâteau, l'action se passe à Hong-Kong, lieu de résidence du couple honni, donc dépaysement garanti !
Mais ce que j'ai le plus aimé, ce sont les clins d'oeil au monde de l'édition comme au monde des auteurs...
Les conseils de dédicaces par exemple :

- Abrège les échanges. Écris "Amitiés", et pas "Amicalement", c'est trop long. Une simple signature et tu passes au suivant. Surtout, ne réponds pas aux questions.

Là, je suis allée directement lire ma dédicace de AtomKa... et... Amitiés !!! Bon, soit, il y a une phrase avant... :)) Et voilà comment messieurs Thilliez et Scalese ne pourront plus jamais signer Amitiés mais Amicalement !


Et hop, pour le challenge de Lune !


Objectif atteint \o/


mercredi 17 juillet 2013

JUSTIN CASE Tome 1 de Jean-Luc Bizien

Première partie

TERMINUS NEW YORK CITY


Editions Gründ
215 pages
 euros


4ème de couverture :

Condamné à la peine capitale pour un double meurtre qu'il jure n'avoir pas commis, Lamar Dawson attend dans le couloir de la mort. Il ne peut plus compter que sur Justin Case pour prouver son innocence.
Aidé de Sonny, Helena et Matthew, le jeune milliardaire dispose d'une semaine pour accomplir l'impossible. Mais qui, de la pègre ou des services secrets, détient la vérité ?
Pour le découvrir, Justin devra se lancer dans une course contre la montre qui le mènera de sa tour de verre aux bas-fonds de Harlem ou sur la très chic Staten Island...


"Je m'appelle Justin Case et je suis riche. TRÈS riche. Je parcours le monde pour venir en aide à ceux que la Justice a oubliés."


L'avis de Phooka:


Justin Case est un beau jeune homme, orphelin et immensément riche. Il est entouré de sa garde du corps, Helena, une asiatique très belle elle aussi, d'un génie de l'informatique, Sonny Boy, ancien champion de football cloué dans un fauteuil roulant et d'un avocat d'affaire, Matthew Slides, qui l'aide à gérer la fortune léguée par ses parents.

Justin Case se veut une sorte de justicier. Pour exorciser sa propre situation dans laquelle sa mère est morte et son père a été déclaré coupable et exécuté, il a décidé de venir en aide à tous ceux qu'il pense innocents et injustement condamnés. Cette fois, il veut sauver Lamar Dawson condamné à mort pour deux meurtres qu'il n'a pas commis. Son exécution aura lieu dans 3 jours et il n'a plus aucun recours officiel. L'arrivée de Justin est comme la providence qui tombe du ciel, mais Justin et son équipe vont devoir faire des pieds et des mains pour comprendre ce qui s'est réellement passé et tenter de sauver Lamar.

Soyons clair, ce roman est clairement destiné à la jeunesse. Les personnages sont un peu trop caricaturaux pour convenir à un lectorat plus adulte. Le beau gosse millionnaire (forcément il est beau hein, un moche n'aurait pas fait l'affaire), le génie de l'informatique en fauteuil roulant etc ... Beaucoup de clichés donc, mais pour autant la lecture reste agréable et le suspense est bel et bien présent. L'intrigue est complexe et le lecteur se fait facilement happer par l'histoire. La plume de Jean Luc Bizien est toujours aussi agréable à lire et ce roman régalera sans aucun doute les jeunes ados. C'est le genre de livre que j'aurais adoré lire vers 12 ans.


En résumé, Justin Case est un livre à mettre entre les mains de vos jeunes, il ne faut pas hésiter à le glisser dans leur valise pour cet été. L'aspect du livre en lui même est très attirant et réussi et le contenu devrait leur plaire. Bizien n'est pas un débutant en livre pour enfant, mini-phooka a toujours adoré la collection « Vivez l'aventure » chez Gründ aussi pour les plus jeunes. Ce Justin Case est en fait un peu l'équivalent pour les plus grands.  Comme le disait Dup dans sa chronique, on se retrouve à mi-chemin entre Largo Winch et un thriller. "Just in case", saura séduire vos gamins soyez en sûrs !


mardi 16 juillet 2013

FILLES DE LUNE - Tome 3 - de Elisabeth Tremblay




3 - LE TALISMAN DE MAXANDRE


Editions Pocket
544 pages
8,10 euros


Résumé :

D'après une légende qui remonte à des temps immémoriaux, régnera sur la Terre des Anciens celui ou celle qui parviendra à retrouver les trônes mythiques de Darius le Sage et de son ennemi juré, le sorcier Ulphydius. Depuis plus de sept siècles, les aspirants au pouvoir sont nombreux et s'affrontent sans relâche. Toutefois, seule une Fille de Lune de la lignée maudite pourrait redresser les torts causés par ses aïeules, responsables de ces luttes sans merci que se livrent des peuples autrefois pacifiques. Mais les descendantes de cette lignée sont toutes disparues. Du moins, semble-t-il...

Projetée par sa propre faute dans un univers aussi déstabilisant que celui qu'elle vient de quitter, Naïla doit maintenant survivre. Seule. Rien ne l'a préparée à la dure réalité qui l'attend, pas même son passage sur la Terre des Anciens. Ici, plus de frère ni de Cyldias, même récalcitrant, pour veiller sur elle et la défendre. Ou la sauver. Même s'il est vrai que personne, sur Brume, ne se soucie de sa condition de Fille de Lune, elle n'est pas en sécurité pour autant; la nature est sauvage, à l'instar des hommes qui l'habitent...
Tandis que Naïla se nourrit de ses souvenirs pour résister à son calvaire, Alix croise enfin la route de son père. Bénédiction ou calamité? À cette rencontre viennent s'ajouter de nouvelles responsabilités, plus accablantes encore que son rôle de protecteur. Toutefois, le jeune homme n'est pas au bout de ses peines; des révélations sur ses origines mettent son existence en péril...
Dans l'univers de Darius, la quête des trônes mythiques accapare les esprits et mobilise des armées. Les êtres les plus puissants voient leurs rêves de gloire se concrétiser au moment même où Alix et Naïla doivent affronter les pires tempêtes. Sauront-ils cette fois tirer parti de ce qui les unit? Mais peut-être sera-t-il trop tard...

L'avis de Dup :

Attention, des spoilers inévitables par rapport aux tomes précédents.

Naïla s'est trompée en traçant ses runes au moment de son passage entre la Terre des Anciens et Brume. Elle voulait rejoindre le Québec et le XX ème siècle afin d'avoir recours à la médecine qu'elle connait. Son objectif était donc l'année de son départ, 1999 et elle atterri au bon endroit, mais en 1666 !


On suit Naïla qui découvre son pays à l'époque de la colonisation. Les comptoirs qui vivent au rythme des arrivées espérées mais toujours hypothétiques, des navires affrétés par le vieux continent. La confrontation entre les tribus locales et les colons résument bien les problèmes de la colonisation. Mais aussi les notions d'hygiène et de médecine de l'époque qui lui font regretter la Terre des Anciens.

En parallèle toujours, on va faire un peu plus connaissance avec Alix. Outre son rôle de Cyldias bien décortiqué au cours de l'opus précédent, Alix est d'une loyauté sans faille pour son monde, et se battra jusqu'au bout pour tâcher d'y préserver la paix qu'avait essayé d'instaurer dans le passé le grand sage Darius.   En grande partie dû à ses origines royales dont il ignore les grandes lignes, on apprend qu'Alix a un destin hors du commun. Malheureusement Alejandre, son jumeau, peut lui aussi revendiquer de telles origines et s'en servir. Et comme il est l'antithèse d'Alix, ce sera pour son profit personnel.

Les chapitres alternent toujours entre ces personnages, d'autres qu'on a déjà croisé, et des nouveaux viennent se greffer. Cette profusion peut en dérouter certains, mais heureusement un glossaire à la fin du livre permet de récapituler, resituer chacun, chaque monde, chaque lieu, chaque espèce. Parce qu'à moins d'enchaîner les tomes, je pense que l'imagination fertile d'Elisabeth Tremblay est susceptible de noyer ses lecteurs. Elle nous fait sans cesse découvrir un nouvel univers, une nouvelle magie, de nouvelles espèces avec de nouveaux pouvoirs et ce n'est que du bonheur.

Ce tome 3 sera consacré essentiellement la découverte de l'univers de Mesa. Un monde où il existe moins de dix pour cent de terres émergées, peuplées de nains. C'est un monde de peuples aquatiques : les sirènes, les vouivres, les perfides nymphes et les stupides nixes. Il y a toujours un équilibre entre les espèces pacifiques, sympathiques et les autres qui sont tout le contraire.
Pour que Naïla puisse développer et se servir pleinement de tous les pouvoirs qui sommeillent en elle, il lui faut acquérir le fameux Talisman de Maxandre. Or Naïla, son soucis à elle c'est cette grossesse non désirée dont elle souhaite se débarrasser au plus vite. C'est donc Alix resté sur la Terre des Anciens qui va poursuivre la quête du Talisman avec l'aide de quelques alliés.

Si Naïla et Alix sont séparés pendant la plus grande partie de ce tome, et de fait il y a moins de rixes, moins de passion, les retrouvailles seront à la hauteur de l'attente ainsi créée par l'auteur. Seulement voilà, c'est l'avant-dernière ligne de cet opus et Elisabeth Tremblay laisse le lecteur sur sa faim, avec une grande envie de poursuivre l'aventure avec ces personnages profonds et charismatiques. D'autant que juste après, elle fait avancer l'intrigue principale de la saga d'un grand pas. Cela remet en question l'avenir de cet univers, la tâche d'Alix et Naïla s'alourdit de plus en plus.

L'auteur fait évoluer son intrigue à la manière d'un grand joueur d'échec. Et bien sûr la lutte entre les blancs et les noirs est acharnée, omniprésente sur l'échiquier. Les pions sont nombreux et différents. Ils avancent chacun à leur manière, dans une direction qui leur est propre. Un vague sentiment de convergence en ressort, et on se doute que la trame va apparaître bientôt. Cette partie d'échec, je veux la suivre jusqu'au bout et assister à l'échec et mat.

lundi 15 juillet 2013

Résultats du concours VARGAS



Merci pour votre nombreuse participation.


Après avoir écarté les mufles... 
si, si, il y en a encore... 
Le choipeau en a décidé ainsi :

Recevront
L’ARMÉE FURIEUSE


Laurent B.
Delcyfaro
Jérôme C.

Bonne lecture à vous !

Donnez moi des nouvelles de ce cher Adamsberg ;)

samedi 13 juillet 2013

vendredi 12 juillet 2013

Les éditions ATRIA ouvrent une porte sur la SFFF





Leurs dernières parutions :

En mai 2013


Les Terres du Ponant 1
Olivier Lagneau

Le pitch :

« Faites-moi confiance, mon garçon. Nos oracles, nos savants et nos mages ne peuvent pas se tromper, tous les calculs mathématiques vous ont désigné. Le guide, c'est vous ! »

Bertrand hallucine ! Comment pourrait-il, même secondé par sept compagnons, une sybelle et un vieux magicien, emmener une centaine d'enfants à travers un monde qui lui est parfaitement inconnu, peuplé d'elfes, d'hommes, de nains, de gobelins et de sorciers en tout genre ? Comment les conduire tous sains et saufs, sous peine de rupture de l'Alliance des peuples, au refuge qui les attend, à l'abri des dangers multiples et des guerres ?

Pourtant, il va accepter la mission. Après tout, dans cet univers parallèle, il a peut-être sa place, celle qu'il ne trouve pas sur terre où plus rien ne le retient... Mais la route sera longue, dangereuse, incertaine. Les orcs, les warks, les elfes noirs, déterminés à reconquérir les Terres du Ponant, les pourchassent sans relâche quand renaît la Légende de l'Élu, celui que le destin a désigné pour mener l'ennemi à sa perte... Mais Bertrand est-il réellement l'Élu ?...

L'avis de l'éditeur :
Ce premier tome des Terres du Ponant nous entraîne dans de multiples aventures, où l'Humanité, l'Amitié, le Courage, la Nature règnent en maîtres absolus. Olivier Lagneau signe ici le premier tome d'un monde de fantasy qui ravira toute la famille ! À consommer sans modération !

En juin 2012


Psyckoon 1
Hughs Heffragus

Le pitch :

Psyckoon est le nom d'un guerrier surpuissant.

Yfrôn est un étrange enfant aux talons ailés qui deviendra ce guerrier s'il réussit à accomplir une longue et périlleuse série de métamorphoses...

Une combattante d'élite, Lléna, part à sa recherche en compagnie d'Alda, son incontrôlable disciple. Ces deux jeunes et splendides guerrières sont de la race des Yptérôns, les très lointains descendants humanoïdes des Papillons. La peur s'est abattue sur ce peuple qu'abrite et protège l'antique et énigmatique Sanctuaire de Pahân. Car le prodigieux organisme vivant qu'est Pahân, objet de toutes les convoitises, se trouve menacé d'invasion par un mystérieux Seigneur qui a unifié contre les Yptérôns toutes les races monstrueuses et prédatrices de la contrée. Incarné en une miraculeuse apparition, l'Esprit de Pahân a révélé aux Yptérôns que seul le Psyckoon peut anéantir ce tout-puissant Seigneur de la guerre.

L'avis de l'éditeur :
Avec ce tome 1, Hughs Heffragus inaugure sa saga "Psyckoon", un univers de Papillons géants aux innombrables espèces, dont les guerriers, sans perdre l'éclatante beauté de leurs ancêtres miniatures, ont acquis des pouvoirs de super-héros.


En juillet 2013


Parallèles
Catherine Kepler

Le pitch :

À Trèves, Flamel monte dans sa Mustang, vérifie que son Glock 9 mm est bien en place sous le siège et emprunte l'E44 sous un violent orage. À l'approche de Thionville, la foudre s'abat sur le capot, soulevant le véhicule dans une tornade d'énergie. Quand Flamel reprend connaissance, sa Mustang a laissé place à une Cougar rutilante. Sur sa carte d'identité, c'est bien lui, mais différent... Où est-il ?... Qui est-il ?... Que s'est-il passé ?...

À une centaine de kilomètres de là, au C.R.A.B. (centre de recherches appliquées aux brèches), deux hommes veillent... Soudain, trois notes stridentes annoncent l'arrivée d'un transfert. Les physiciens surveillent une zone de sept cents kilomètres entre Rotterdam et Mulhouse. La faille concerne une portion d'autoroute...

L'avis de l'éditeur :
Catherine Kepler signe ici son premier roman en explorant les univers parallèles. Les aventures du héros nous permettent de suivre des destins simultanés, d'aborder la notion de hasard et cette question que nous nous posons tous un jour ou l'autre : « Et si ?... »

Plus d'infos sur le site d'éditeur ICI 



CHRONIQUES D'UNE MAGIE ANNONCÉE de Nicolas Cluzeau



Chroniques d'une magie annoncée ou Les extravagantes enquêtes et aventures d'Harmelinde et Deirdre de Crommlynk de Nicolas Cluzeau


Editions Midgard
Semi poche (130×210 mm)

Nombre de pages : 425

Date de parution : 23/05/2013

Prix : 15 €

ISBN : 978-2-36599-036-3


L’auteur : Nicolas Cluzeau

Passionné par les jeux de rôles et les jeux vidéo, la marine et le chamanisme, Nicolas Cluzeau aime se plonger dans les univers fantastiques et historiques. Auteur de plus de vingt romans, il a installé ses pénates à Istanbul, sur les rives du Bosphore. Dans le domaine de la fantasy, il a écrit, entre autres, Le Dit de Cythèle, une tétralogie publiée chez Nestiveqnen et Blackbook éditions, qui prend place dans le même multivers que celui desChroniques d’une Magie Annoncée, et Les Chroniques de la Mort Blanche chez l’Archipel..

Présentation de l'éditeur:


Dans un monde où la magie est à la fois une science et un don, les mystères qui mettent en échec les autorités nécessitent parfois la présence d'un magicien. Et dans ce cadre précis, une thaumaturge et sa fille, dont la réputation grandit d'affaire en affaire, sortent du lot. Au fil des années, Harmelinde et Deirdre, insolentes, gourmandes, lucides et capricieuses, parcourent le continent et démêlent, au risque de leur vie, les énigmes et affaires les plus déroutantes qui soient. Confrontant vampires, fées, dragons, oiseaux de feu, korrigans, spectres et autres créatures soi-disant meurtrières, elles comprendront cependant que des apparences parfois trompeuses peuvent pousser la plus douée des mages à commettre des erreurs.


L'avis de Phooka:

Harmelinde et Deirdre, vous les avez déjà croisées si vous avez lu des romans de Nicolas Cluzeau. D'ailleurs l'éditeur annonce sur son site:


Cette sortie est une nouveauté sans l’être vraiment puisqu’elle reprend un précédent recueil de Nicolas Cluzeau intitulé Harmelinde et Deirdre et publiée aux éditions Nestiveqnen en 2001, la présente édition est toutefois augmentée de plusieurs nouvelles se déroulant dans l’univers de, et avec, Harmelinde et Deirdre.
C'est donc un recueil de 11 nouvelles que vous aurez entre les mains avec ces chroniques, ayant toutes comme personnages principales soit Deirdre, soit sa mère Harmelinde, ou les deux.  Dixit Nicolas Cluzeau himself: 

Recueil de onze nouvelles et novellas (six déjà publiées en 2001, quatre publiées après dans divers anthologies et magazines, et une très longue novella inédite) mettant en scène Harmelinde et Deirdre, les deux magiciennes mère et fille capricieuses, gourmandes et insupportables, sort comme prévu le 24 mai 2013, aux éditions Midgard.


(Y sera incluse, dans un récit, une explication de leur minceur malgré les gueuletons qu'elles engouffrent sans discontinuer).
Harmelinde et Dreidre sont donc deux magiciennes, mâtinées de Sherlock Holmes. Leurs pouvoirs très spéciaux leurs sont très utiles pour démêler les affaires les plus complexes, spécialement bien sûr lorsque des créatures fantastiques y sont mêlées. Meurtres, disparitions, elles enquêtent sur tout. Mais ce qui caractérise les deux femmes, en dehors du fait qu'elles soient incroyablement douées, c'est surtout le fait qu'elles n'ont pas leur langue dans la poche et qu'elles n'ont pas froid aux yeux. Elles ont une haute opinion d'elles mêmes et n'hésitent pas à dire ce qui leur passe par la tête. Elles sont, de plus, terriblement gourmandes et sont perçues comme deux femmes vraiment à part. D'un autre côté, heureusement pour elles, qu'elles possèdent ce fort caractère car leur fonction de détective magicienne est souvent mal perçue et les gens les regardent souvent avec suspicion. Mais petit à petit elles font leurs preuves et leur réputation grandit. 

Ces nouvelles d'une trentaine de pages en moyenne, sont un vrai régal. En premier lieu grâce aux deux héroïnes aux caractères bien trempés. Elles ne s'en laissent pas conter, elles savent répliquer et elles "assurent" dans leur boulot, même si parfois l'affaire est bien difficile. Elles ont fort à faire pour s'imposer et pour trouver les coupables, mais le lecteur se régale surtout de la truculence des dialogues et des situations. 

Pour ma part, ce n'est pas le genre de livre que je lis d'une traite, mais plutôt le livre que je traîne dans mon sac et dont je sélectionne une nouvelle lorsque l'envie se fait sentir. Un peu comme un paquet de bonbons, on ne les mange pas tous d'un coup (quoique ...), mais on en prend un de temps en temps en anticipant déjà le plaisir avant même de le mettre en bouche. Avec ces nouvelles c'est exactement pareil, on sait par avance qu'on va se régaler et s'offrir ainsi un joli moment de plaisir.

Le caractère bien trempé des deux magiciennes, leur insolence, les énigmes à résoudre, le suspense et le mystère, voici donc les ingrédients de ces petits bonbons que sont ces nouvelles. On les mange avec gourmandise, avec plaisir et on en redemande. Ces chroniques sont un très agréable recueil de nouvelles dont on peut se délecter à tout moment de la journée.


jeudi 11 juillet 2013

LE PUITS DE L'ASCENSION de Brandon Sanderson



FILS DES BRUMES
Tome 2


Editions Livre de poche
1070 pages
10,50 euros

Résumé :

Le Seigneur Maître est tombé.
La guerre peut commencer.

En mettant fin au règne brutal et millénaire du tyran, ils ont réalisé l’impossible.
À présent, Vin la gamine des rues devenue Fille-des-Brumes, et Elend Venture le jeune noble idéaliste doivent construire un nouveau gouvernement sur les cendres de l’Empire. Mais trois armées menées par des factions hostiles, dont celle des monstrueux koloss, font le siège de Luthadel. Alors que l’étau se resserre, une légende évoquant le mystérieux Puits de l’Ascension leur offre une lueur d’espoir.
Et si tuer le Seigneur Maître avait été la partie la plus facile ?




L'avis de Dup :

Voilà presque un an que j'avais lu L'Empire Ultime. Et depuis un an j'ai quelque part dans la tête un néon qui clignote : Brandon Sanderson, Brandon, Brandon... Et puis là, j'ai craqué, posé tous les sp en une belle pile, de côté, et me suis ruée sur mon beau pavé.

J'ai été un peu déroutée au début par un manque d'action, mais aussi noyée dans les intrigues politiques compliquées autour de la direction de Luthadel. Mais cela m'a permis de reprendre mes marques :
- Avec les personnages car si Vin, Elend et Sazed étaient bien présents dans mon esprit, Ham, Brise et les autres étaient plus flous. On retrouve une Vin qui s'épanouit dans son rôle de Fille-de-Brume, mais qui a bien du mal avec son rôle de femme. Quant à Elend , notre petit lord idéaliste, il va lui aussi faire du chemin dans ce tome, confronté à la réalité du pouvoir.
- Avec la magie si particulière de ce monde. Les allomantiens brûleurs de métaux, mais aussi la ferrochimie des terrisiens. Cette dernière est d'ailleurs bien plus creusée dans cet opus et agrandie encore mon admiration pour l'imagination de cet auteur. C'est impressionnant ce qu'il nous fait avaler avec ses explications plus que logiques !

Et puis très vite, c'est la magie de la plume de Sanderson qui a repris le dessus, effacé mes doutes et c'est corps et âme que je me suis plongée dans ce nouvel Empire. Et il flageole sur ses jambes trop jeunes qui ont bien du mal à trouver un équilibre. Il faut dire que les bases en sont les ruines de l'Empire Ultime. Le Seigneur Maître a régné plus de mille ans par la terreur, mais son élimination a engendré bien du chaos. 
De plus l'auteur rajoute des nouveaux personnages qui corsent encore l'histoire. 
- Zane, un autre Fils-de-Brume. Un personnage sacrément ambiguë, pour qui ma sympathie n'a cessé de faire des hauts et des bas.
SPOILER ( à ne lire que si vous avez déjà lu cet opus !) [ Contrairement à ce que tente de nous faire croire l'auteur, je suis persuadée qu'on a pas finit d'en entendre parler de ce Zane. Non, il n'est pas mort ! Il ne peut pas, parce que je ne veux pas !!! :pleur: Pis d'abord, pourquoi l'auteur a-t-il glissé à un moment qu'il avait une tige qui lui traversait la poitrine hein ? Il le dit et il n'en fait rien ! Rhaaa, Zane, revient !!! ]. Sa présence nous offre des duels allomantiques contre, puis, avec Vin, dans les brumes au dessus de Luthadel, qui valent à eux seuls la lecture de cet opus. Un régal ces bastons, on les voit voler, culbuter, rebondir, wow !
- Tindwyl, une terrisienne qui vient compléter le vide autour de Sazed, et qui par sa présence va permettre d'amplifier la profondeur de ce personnage.
L'auteur creuse beaucoup plus le peuple des kandras au travers le personnage d'OreSeur. Son côté énigmatique et profond a fait m'attacher énormément à lui aussi...

Bref, la magie Sanderson a opéré à nouveau. Les personnages, l'intrigue, l'action et surtout les rebondissements de ouf, tout est là. Plus de mille pages de bonheur, elle est pas belle la vie de lecteur ? Et une fin qui m'a laissée pantoise, je n'ai rien vu venir, han le traître ! Me voilà à nouveau avec une envie irrésistible de lire la suite alors que je sais que ce n'est pas pour maintenant :(
Ma conclusion sera très brève : c'est du très très très bon, c'est du Sansansanderson. :)

L'avis de dame Phooka ICI ( elle est beaucoup moins enthousiaste que moi ! )
=D