jeudi 31 mai 2012

Les invités mois de juillet et aôut sur Bookenstock ...



seront .....



Dup et Phooka 


Ben quoi? Et pourquoi pas d'abord!

En fait, sérieusement, on fait une pause!

Ces Mois de sont incroyablement enrichissants, géniaux et on est ravies ... mais crevées!

Donc on met notre "Mois de ..."  en vacances pendant les deux mois d'été et on reprend en Septembre.

Le partenariat pour Septembre sera annoncé très prochainement et on vous dis pas, mais waouhhhh, on va redémarrer sur les chapeaux de roues ! On est déjà hyper excitées.

Merci à tous les auteurs qui ont été présents avec nous cette année. Nous avons établis des liens particuliers avec vous et vous restez au chaud dans notre cœur! 

En Juin, c'est Nicole Provence.

Bientôt , nouveau partenariat et on vous attend de pied souris ferme le 1er Septembre!


Notre "Mois de..."






Le Mois de ... est à la fois un rendez-vous pour discuter avec des auteurs connus et reconnus, mais il est aussi et surtout un moyen de mettre en avant des auteurs moins connus en leur proposant Bookenstock comme vitrine pour un mois entier, en faisant découvrir leurs ouvrages par le biais de partenariat etc...

D'ailleurs à ce sujet, si certains ont envie de se lancer , ils peuvent nous contacter à condition qu'ils aient vu une chronique au moins d'un de leur roman sur Bookenstock (positive de préférence)
Sachant que c'est un auteur par mois, que nous sommes deux grosses fainéantes (qui prenons deux mois de vacances), ça ne fait que dix auteurs par an ...

De plus, ce Mois de... ne pourrait pas exister sans l’implication des blogueurs et c'est aussi pour ça que nous comptons sur vous et que nous avons besoin de vous!
Mettre un jeune auteur en avant ne peut se faire que si VOUS nous aidez en relayant les infos et les chroniques (mais c'est valable aussi pour les auteurs vieux routards)
Nous comptons donc énormément sur vous, parlez-en sur vos blogs, vos pages Facebook, etc etc !!
Nous avons déjà de fidèles relayeuses (et nous les en remercions) mais ils nous en faut toujours plus! :)

Un exemple de fidèle relayeuse :)   Je vous invite tous à aller voir son billet ICI






Bilan et fin du Mois2 de Frédéric Mars



Rhaa comme j'aime pas faire ces billets...
Heureusement que Frédéric est très présent sur FB,
Que je saurai où le trouver pour papoter encore après ce Mois2

En tout cas, un grand merci à lui de nous avoir consacré un mois entier !

Nous disions donc : Bilan

Interview :




Partenariats :

NON STOP






LES ECRIVEURS





Et je laisse le mot de la fin à Frédéric !




C'est ici qu'on se quitte, chantait Hubert Mounier dans sa jolie chanson Le grand huit.



Alors, comme lui, je "lève mon verre à la suite". Parce qu'on ne se quitte pas vraiment, pas définitivement, je le sais bien. On se retrouvera, vous et moi, en tout cas je l'espère. Au détour d'une page, au beau milieu d'un livre, et peut-être dans une interview, une signature ou un salon. Maintenant qu'on se connait un peu mieux, on ne va pas se perdre de vue, non, ce serait trop bête ?



Je vous remercie donc tous pour l'intérêt que vous avez manifesté pour mes romans, au travers de vos nombreuses questions. Malgré mon manque de temps chronique, j'espère y avoir répondu comme vous l'attendiez, de manière juste, et honnête. Je garde bien quelques secrets (de fabrication) pour moi, mais si peu...

Je vous aurais bien posé quelques questions en retour, mais on me souffle que ce n'était pas le concept. Alors, décidément, il faudra qu'on se revoie, et qu'on prolonge ça autour d'un véritable échange. Peut-être même d'un verre.

" Merci pour le paradis qu'on perd, merci pour le dernier verre, merci pour ses souvenirs sans suite, merci pour le grand huit". Allez, vous referez bien un tour avec moi ? Ça tombe bien, d'autres livres sont en préparation, déjà prêts à vous embarquer.

Moteur ? Ça tourne (les pages).




mercredi 30 mai 2012

Petites mises au point sur les partenariats de nos "Mois de..."



Dup et moi sommes naïves (idiotes dirons certains) et nous avons toujours essayé de donner leur chance à toux ceux qui nous ont contacté pour participer aux partenariats dans le cadre des "mois de..". Je rappelle le principe:
Un livre= une chronique + un lien au moins vers le mois de + venir y participer en posant un ou des questions à l'auteur.
délai: en général 1 mois et demi ce qui est respectable.

Évidemment, si la plupart respectent les règles et nous les en remercions, pas mal aussi s'en battent les *ouilles :)

Donc à partir de dorénavant, voire même de maintenant, nous serons beaucoup plus strictes sur la distribution des exemplaires pour les partenariats, quitte à en réduire drastiquement le nombre.
Ras le bol de ceux qui ne rendent pas leur copie avant la fin des Mois de (et qui bien sur ne préviennent pas. ben vi, un mail pour postuler ça va on a le temps, mais un mail pour prévenir qu'on a un soucis-ça peut arriver à tout le monde-ça on n'a pas le temps),
Raz le bol de ceux qui n'annoncent pas les Mois de et qui ne viennent même pas y participer et je ne parle pas de ceux qui chroniquent mais ne nous linke pas (c'est un moindre mal). 
Raz le bol de devoir fouiner sur les blogs pour essayer de trouver la chronique parce qu'on ne nous a pas donné le lien.

On en a marre de devoir relancer tout le monde, on y passe trop de temps et du temps on n'en a pas à revendre. Donc...



Ceux qui ont péché seront immédiatement sanctionnés, c'est -à-dire mis sur notre liste noire sans coup de semonce.
 C'est dit!


(PS: je sais que ceux qui organisent tout le temps des partenariats et donc sont confrontés à ça, doivent bien rigoler, mais c'est pô grave! <= je plaisante là pour reconnaître à ceux là tout le monstre boulot qu'ils font! ;))

Nos coups de coeur de mai 2012




(et donc sélectionnés pour le GpP 2012).



Coup de cœur spécial pour un thriller non (encore) publié






Les chiens de Brouillard de Stéphane Gravier



COUPS DE CŒUR SFFF








COUPS DE CŒUR Thriller/Polar
















COUPS DE CŒUR YA/Jeunesse:





mardi 29 mai 2012

FRÉDÉRIC MARS, tome 3 de l'itv !



C'est parti pour le tome 3

Pour relire les différentes interventions et les réponses de Frédéric :


Et pour déchaîner les foules, et à la demande de certaines... :)) , 
je change de photo !




Si, si, Frédéric himself, il y a...euh, quelques années !
On pourra noter que le surbookage des années passées lui ont fait perdre quelques cheveux :))

************************************************************

"Un mois ? Vous êtes sérieuses ? Non mais un mois, vous êtes malades ! C'est juste pas possible !"

Si j'avais eu toute ma lucidité quand Dup et Phooka m'ont proposé de m'exposer ici devant vous en ce mois de mai tout entier, voilà ce que j'aurais dû répondre.

- Un mois ! Non mais vous savez ce que je peux faire, moi, en un mois aussi long que le mois de mai ?
- Euh, non... Écrire un peu ? Risque l'une des deux.
- Non. Pas écrire un peu.

Je prends mon souffle :

"Écrire le tiers d'un roman.
Plus deux ou trois synopsis de romans à venir.
Prendre des notes quotidiennes pour tout un tas d'autres projets.
Signer un service de presse.
Me rendre à au moins deux ou trois salons.
Faire une demi-douzaine d'interventions en collège ou lycées.
Rencontrer autant d'éditeurs.
En démarcher quelques autres.
Snober trois ou quatre soirées ou cocktails (j'aime pas les soirées, je m'ennuie aux cocktails).
Corriger les épreuves d'au moins un texte finalisé.
Revenir sur le manuscrit d'au moins un autre.
Lire une dizaine de livres pour ma documentation.
Commencer et ne pas finir deux ou trois livres pour mon plaisir.
Lire le texte d'un copain et lui écrire un long mail pour lui dire tout le bien que j'en pense.
Passer des heures à faire des recherches en ligne.
Envoyer quelques dizaines de mails pour obtenir des informations spécifiques.
Ne pas répondre aux neuf dixièmes des appels téléphoniques que je reçois.
Programmer mon prochain voyage d'études.
Alimenter Facebook, Twitter et tout le reste.
Prendre des photos pour nourrir le point précédent.
Répondre aux mails de lecteurs, libraires, bloggueurs, etc.
Répondre aux demandes d'interviews par mail.
Me déplacer pour quelques interviews.
Éplucher tous mes journaux et magazines en retard.
Trier et annoter les articles qui pourront m'être utiles.
Repérer mes prochaines lectures documentaires, et tenter de les trouver en version pour Kindle.
Courir après les règlements de droit et d'avaloir en retard.
Relancer les éditeurs qui oublient de répondre à mes demandes.
Passer au moins cinq ou six fois à la poste pour des envois de livre.
Recevoir la visite d'une dizaine de coursiers et de livreurs de colis.
Me fâcher avec au moins l'un des éditeurs avec qui je travaille.
Voir mes fils.
Voir ma femme.
Voir ma maîtresse.
Parler avec mon chat.
Dormir très peu................."

- Et vous voudriez que je mette tout ça entre parenthèses, pour VOUS ?!
- Ben... Oui.
- Ok, ok... Mais pas de blague, hein ? Rien qu'un mois ?
- Promis. Rien qu'un mois.

Un mois… De vraies dingues, je vous dis !


************************************************************


Nouvelles séries de questions à l'attention de Frédéric Mars, merci à l'auteur de prendre le temps d'y répondre:
- Puisque l'époque est au genre, qualifierez vous "Les Ecriveurs" de dystopie ? d'utopie ?

Frédéric :

- J'ai du mal à rattacher ce livre à un genre donné. Il me semble trop détaché d'un contexte social réaliste pour parler de dystopie, et trop sombre pour parler d'utopie… 

Olivier :

- En termes de livres de confrères, lesquels ou lequel considérez- vous comme le plus proche de votre univers ?

Frédéric :

- Je ne sais pas bien, car je lis assez peu de fantastique jeunesse. Aucun nom ne me vient spontanément, ou ceux qui me viennent ne sont pas proches du tout de ce que je fais. 

Olivier :

- Pour le fun est-ce que "Les Ecriveurs" ont réécrit l'histoire de notre nouveau Président ?

Frédéric :

- Évidemment ! Vous en doutez ? ;-) 

Olivier :

- Y a t'il Des films qui vous ont aussi servi de repère pour Les Ecriveurs ?

Frédéric :

- Des films, oui, pas mal, mais aussi des livres plus anciens : tous les Harry Potter bien sûr, mais aussi certains Jules Verne, ou de la SF type Mondwest. 

Olivier :

- Et vous en tant qu' Ecrit, êtes vous satisfait de la façon dont vous ont traités par "Les Ecriveurs" qui vous suivent ?

Frédéric :

- Non, et je m'en plains souvent… Mais comme par définition je ne peux pas agir dessus…
 
Choukette :


Bonsoir Frédéric, j'ai terminé Les Écriveurs aujourd'hui et je dois vous avouer que j'ai beaucoup apprécié.
Merci donc à vous, et à Dup et Phooka évidemment !
Vous avez déjà répondu à ma première question qui était "à quand la suite ?!", en voici donc une seconde :
En saurons-nous plus sur le symbole de la couverture dans le second tome ?
Aurons-nous quelques réponses aux questions que l'on se pose forcément après la lecture du premier opus ? Ou gardez-vous les grandes révélations pour le tome final ?

Frédéric :

Oui bien sûr, vous verrez même qu'il occupe un rôle déterminant dans le tome 2.

Celui-ci apporte certaines réponses, mais tout sera évidemment révélé dans le 3e et dernier volume.

Roz :



Re bonjour,

J'ai fini Non Stop il y a une bonne semaine, et j'ai laissé un peu décanté. Je me suis demandée quels étaient vos références médicales, votre documentation, car certains détails m'ont un peu froissé :p (Je suis tatillone mais comme c'est dans mon domaine, certaines choses m'ont paru un peu bizarre...)

En tout cas j'ai passé un bon moment de lecture et j'attends avec presque angoisse de voir le mois de septembre 2012 !


Frédéric :

Je ne suis pas médecin, et ne prétends pas l'être. Il est donc possible que quelques approximations se soient glissées à ce sujet. Mon souci était juste que cela paraisse crédible pour des béotiens tels que moi. Comme l'essentiel à ce sujet portait sur les pacemakers et leur implantation, j'ai surtout compulsé de la documentation de fabricants de ces appareils de stimulation cardiaque, ainsi que quelques sites exposant le fonctionnement des hôpitaux et du système de santé aux États-Unis.
Pour l'ambiance, je me suis aussi rendu dans les deux hôpitaux que je décris.



Phooka :

Bonjour Frédéric,

Quand on lit cette interview , on a l'impression que vous êtes quelqu'un de très organisé, de très efficace et donc l'emploi du temps est minuté. est ce le cas?
Vous imposez-vous des horaires pour écrire?
Vous enfermez-vous dans votre bureau avec interdiction d'être dérangé?
Etes-vous le genre à prendre des notes dans un petit carnet tout au long de la journée?
En gros comment se passe la journée de l'écriveur, pardon écrivain, Mars?

Frédéric :

Ou, j'essaie de l'être, même si des impondérables viennent toujours perturber cette mécanique bien huilée.
Les horaires d'écriture me sont surtout imposés par ma vie de famille. Mais, de toute façon, je suis plutôt "du matin", mes heures les plus performantes sont situées entre 8h00 et midi. Puis à nouveau entre 16h et 19h.

Oui, je prends tout le temps des notes, mais pas dans un carnet. Je suis un obsédé des supports et des gadgets qui permettent de prendre des notes électroniques, et de les transférer sur mon PC. J'utilise notamment beaucoup Evernote pour synchroniser des notes que je prends sur mon téléphone ou ma tablette.

Arzu Ulas :

Bonjour Mr Mars,

En premier lieu, j'aimerai d'abord vous remercier pour ce magnifique livre LES ECRIVEURS.
Comme vous pouvez vous en douter (ou pas), mes questions vont concerner cette trilogie.
Première question: Lorsqu'on vous a demandé "Comment avez-vous eu l'idée du livre Les écriveurs ?" , vous avez répondu que c'est à partir d'une citation d'un philosophe franco-lituanien. Ma question va un peu de ce sens. Je me demandais si au cours de votre écriture,le film THE AGENCY (adapté de la nouvelle ADJUSTEMENT TEAM) vous avez influencé car j'ai trouvé quelques détails ressemblant entre le film et votre oeuvre.
Deuxième question: Le second opus sort début 2013, avez vous une date précise et quand pourrons nous accéder à la quatrième de couverture?
Dernière question: Quand est-ce que votre site officiel sera mis à jour?

Voilà, voilà, j'ai fait le tour des questions. Je vous prie d'excuser la longueur de celles-ci en espèrant avoir une réponse très bientôt.
Sur ce, je vous souhaite une bonne journée (ou soirée si ce n'est pas le jour). :)

Frédéric :


1) Je n'ai vu le film tiré de la nouvelle de Philip K. Dick qu'après avoir écrit les Écriveurs. Et je n'avais pas lu le texte. Donc oui il y a bien des points de ressemblance, mais purement fortuits. La preuve une fois de plus, comme j'aime souvent à dire, que "les bonnes idées ne sont jamais orphelines". Elles ont toujours plusieurs parents.

2) Non, désolé, je n'ai moi-même pas plus de précisions, j'en attends de la part de l'éditeur.

3) Quand j'aurai du temps… Ce que hélas j'ai peu en ce moment, entre un planning d'écriture très chargé et des salons quasi tous les week-ends… Mais promis j'essaierai, de m'y atteler bientôt.
 


DARK SHADOWS Tome 1 de Lara Parker





Présentation de l'éditeur:


L’inquiétant manoir de Collinwood est le théâtre d’une véritable passion. Barnabas, fils d’un grand armateur anglais, conquiert le cœur de sa délicieuse servante Angélique. Mais cette romance va tourner court lorsque le fringant héritier demande la main d’une autre.
Malheureusement pour lui, sa première compagne n’est pas une femme ordinaire. Élevée dans la magie noire et dans l’art du vaudou, elle a vendu son âme au diable pour devenir Immortelle. Déterminée à prendre sa revanche, elle le condamne à l’éternité en le transformant en vampire avant de l’enterrer vivant.
Deux cents ans plus tard, Barnabas est enfin libéré de sa tombe et traque son ancien amour. Métamorphosée, Angélique est devenue une femme d’affaires redoutable. À l’aide de sa nouvelle complice Julia, Barnabas ne reculera devant rien pour se venger de celle qui a fait de sa vie un enfer.



L'avis de Phooka:


Angélique est une pauvre gamine vivant à la Martinique à l'époque des planteurs et de l'esclavage. Fille de quarteronne, elle ne connait pas son père et vit avec sa mère dans une petite cabane au bord de la mer. Elle y vit relativement heureuse jusqu'au jour où son "père" ou du moins cet homme se présentant comme tel, la retire à sa mère pour l'emmener vivre dans sa maison de pierre sinistre sur les hauts de Saint-Pierre. Là, à 7 ans elle va être initiée au Vaudou et à la magie noire. Elle va devenir bien malgré elle, une puissante sorcière.

Pas grand chose à voir avec le résumé de l'éditeur hein?

Alors pour mettre les choses au clair dès le début, ce récit se passe à priori avant l'époque du film de Tim Burton. Ce n'est pas le même contexte ou la même époque. Ce roman est centré essentiellement sur la jeunesse d'Angélique et sa rencontre avec Barnabas. La jeunesse d'Angélique, passée pour la plupart à la Martinique, n'est qu'une suite d'horreurs et de noirceurs. Si le récit est bien documenté, il manque pas mal d'intérêt. C'est un schéma classique, on a une impression de déjà vu, sans être capable de mettre un nom dessus. Magie noire, vaudou, esclaves maltraités, Angélique prisonnière, la "gentille" femme de chambre qui s'en occupe, tout ça sent la redite à plein nez et on voit arriver les quelques rebondissements de très loin.

 Fort heureusement, le roman prend une nouvelle ampleur quand Angélique déménage de la Martinique pour aller s'installer dans la région de Boston, dans la maison de Barnabas qui doit se marier avec la maîtresse d'Angélique, Josette. Cette partie du récit comporte plus de surprises, même si à nouveau , les divers rebondissements ne sont pas forcément très inattendus.  Mais cette partie a au moins l'avantage de faire découvrir plus de personnages, dont le fameux Barnabas dont on comprend un peu mieux la personnalité et on découvre aussi la raison pour laquelle Angélique sombre corps et âme du côté obscur de la force de la magie.
 Certains lui trouveront d'ailleurs des circonstances atténuantes, mais en fait elle est juste une pauvre gamine bien trop naïve, pas très futée et croyant dans les belles paroles d'un homme qui ne cherche qu'à la séduire pour quelques minutes de bonheur. Histoire connue et rabâchée, malheureusement. On y croise aussi Josette, cette jeune femme dont Angélique est la bonne. Josette, victime malgré elle et qui se retrouve sans le savoir sur le chemin d'Angélique. 

Cette seconde moitié du roman me permet de dire que ce fut une lecture non pas fascinante, mais du moins, à peu près plaisante. Sincèrement j'ai bien failli abandonner lors de la première moitié tant je trouvais le livre ennuyeux et convenu. Dommage, il aurait suffit de réduire à quelques pages (au lieu de 200), l'enfance d'Angélique, pour que le lecteur puisse comprendre son comportement dans la suite du récit et le livre aurait gagné en clarté. Le roman aurait été bien plus passionnant, en restant centré sur la relation ambiguë entre Angélique et Barnabas. C'est cette relation qui donne tout le sel au récit, c'est cette relation qui est la base de tout et qui mérite de s'y pencher. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la deuxième moitié du roman est bien plus intéressante et sauve le livre.


Voilà un roman un peu bancal donc, qui aurait mérité des personnages plus fouillés et des révélations moins attendues. L'écriture est plutôt une réussite (oui j'avais un à priori en apprenant que l'auteur était l'actrice qui jouait Angélique dans la série Dark Shadows, à priori non fondés, mea culpa), le cadre du récit est très convenu et stéréotypé, mais se lit finalement agréablement. Je suppose que certains y trouveront du plaisir, mais il faut en tout cas savoir que ce n'est pas l'histoire du film de Burton, sous peine d'être terriblement déçu ou en tout cas surpris.





Il y a heureusement des blogueurs plus enthousiastes:
http://booksinwonderland.weebly.com/1/post/2012/05/dark-shadows.html
http://lylalibocou.blogspot.fr/2012/05/dark-shadows.html
http://les-lectures-de-mina.over-blog.com/article-dark-shadows-tome-1-la-malediction-d-angelique-lara-parker-104284472.html

et des moins aussi: Sita

lundi 28 mai 2012

LE CYCLE DE LANMEUR de Christian Léourier



INTÉGRALE  Tome 1

LES CONTACTEURS


Editions Ad Astra
430 pages
25 euros


Présentation de l'éditeur :

Quand les hommes de la planète Lanmeur accèdent au voyage spatial, ils ont la surprise de découvrir que d’autres humanités s’épanouissent dans l’univers. Un hasard ? Peut-être pas. Lanmeur lance alors l’idée du Rassemblement et envoie des contacteurs sur ces mondes plus ou moins avancés, avec pour mission de les intégrer à sa propre civilisation. Mais quel projet se cache derrière ces sociétés si différentes ? Qui sont les Rêveurs de l’Irgendwo, auxquels Lanmeur devra tôt ou tard se confronter ?


Voici réunis pour la première fois en intégrales les romans du cycle de Lanmeur, pièce maîtresse de l’œuvre de Christian Léourier. Avec Ti-Harnog, L’homme qui tua l’hiver et Mille fois mille fleuves… découvrez les trois premiers volets de cette fresque monumentale, véritable classique de la science-fiction française. Avec ces voyages au cœur d’incroyables légendes, de peuples étonnants et de nouvelles cultures, Christian Léourier embarque le lecteur à la rencontre de l’Autre, avec le talent d’imagination d’un Jack Vance et l’intelligence de récit d’un Asimov.


L'avis de Dup :

Ce beau pavé, édité chez Ad Astra, a donc été lu en lecture commune. Phooka et Lune ont choisi de chroniquer partie par partie, AcrO et moi avons décidé de nous occuper de l'intégrale... Je ne sais pas si notre choix a été judicieux d'ailleurs ! Outre le fait que cette LC c'est un peu trop étalée dans le temps et que ma mémoire de poisson rouge est bien malmené, il y a aussi le fait que ces trois parties sont totalement différentes et indépendantes.

Le seul fil relieur, c'est donc Lanmeur. Lanmeur serait une planète à la technologie fort avancée puisqu'elle cherche à contacter pour un futur "Rassemblement" toutes les autres planètes où existent des formes de civilisation. Elle forme ses contacteurs dès leur plus jeune âge pour cette mission. Mais de Lanmeur on n'en sait pas plus, du moins dans ce tome 1. Ce Rassemblement cache-t'il une volonté de colonisation ? D'exploitation de nouvelles ressources ? Ce qui est surprenant aussi, c'est de savoir que ces contacteurs qui doivent s'intégrer, s’imprégner du nouveau peuple qu'il découvre, savent tous pertinemment que c'est un voyage sans retour qu'ils effectuent ! Les trois contacteurs que nous suivons, chacun sur une planète totalement différente ne nous en apprennent pas plus...

Bref, inutile de s’appesantir sur cet aspect de Lanmeur. Moi ce que je retire surtout de cette lecture, c'est l'imagination sans borne de Christian Léourier ! Que ce soit dans les us et coutumes inventées, les hiérarchies sociales, les castes, les croyances même de chaque peuple. C'est énorme. Mais le pompon revient quand même à Ti-Harnog. Ce peuple est vraiment spécial et franchement cela me démange de spoiler pour vous raconter les trucs de ouf que l'auteur a inventé ! Entre les différentes castes et leur Vérité, la métamorphose des femmes : la murkéto, leurs façons de résoudre les conflits avec les Saigneurs... trop fort ! Et j'oubliais les fameux artwenirs, les "chevaux" de Ti-Harnog, au singulier un artwen. Imaginez une autruche croisée avec une baleine... ben oui, elles ont des fanons ces artwenirs ! Puis un chapitre plus loin on apprend qu'elles ont un cou reptilien !! Et quelques pages plus loin, qu'elles ont des crocs bien acérés alors qu'on sait que ce sont des herbivores qui broutent l'herbe... et que l'on traie tous les jours, bon. Mais quand l'auteur lui rajoute un bec falciforme alors là, moi je décroche. Mes connaissances en zoologie sont dépassées :))

Rien que pour découvrir l'imagination de Christian Léourier, ce livre vaut le détour. Il nous transforme en contacteur qui découvre petit à petit un nouveau monde, sauf que hé ho, on n'a pas eu de formation nous !!!
Une écriture poétique et très belle que je vous conseille de découvrir au travers de ces trois contes rassemblés ici. Une lecture sympa qui m'a beaucoup plu, même si je préfère de loin la SF à la sauce Thomas Geha et son humour. 

Lecture commune faite avec AcrO, Lune et Phooka.

Ti-Harnog : Phooka , Lune
L'homme qui tua l'hiver : Phooka , Lune
Mille fois, mille fleuves : Phooka , Lune

L'intégrale AcrO


MILLE FOIS MILLE FLEUVES de Christian Léourier

 

Lanmeur troisième partie




Éditions Ad Astra



Présentation:


« Mille fois mille fleuves ont balayé la Terre, avant de se perdre en un seul océan… »
Choisie entre toutes par les Gardiens des Eaux pour être la nouvelle épouse du fleuve, Ynis doit quitter son village, s’initier aux mystères de la Cité Secrète, et apporter son tribut à la Réincarnation du Vieux Saumon. Fascinée par les hommes oiseaux, dont on dit qu’ils sont un jour tombés du ciel, elle succombe au charme de Stern, qui prétend, lui, venir d’une planète lointaine. Mais la faute est si grave que les amants doivent fuir, tandis que le fleuve se venge de son épouse infidèle.
Commence alors pour Ynis et l’homme oiseau une aventure qui les emmènera dans le monde inconnu des montagnes, une aventure et un amour qui dureront toute leur vie…



L'avis de Phooka:

Après Ti-Harnog  et  L'homme qui tua l'hiver , voici le troisième volet du Cycle de Lanmeur tel que publié chez Ad Astra. Trois facettes des contacteurs, ces explorateurs lanmeuriens qui partent vers des planètes lointaines pour y créer une base et ainsi faire partie du Grand Rassemblement. Trois facettes bien différentes selon les contacteurs et les planètes visitées. Si Ti-Harnog était relativement classique (mais passionnant) avec son contacteur Twern qui montrait ses énormes capacités d'intégration au sein d'un peuple très différent du sien. L'Homme qui tua l'hiver était plus tourné vers l'image de la mort et cette fois, Mille fois mille fleuves nous montre une image plus proche de l'amour.

L'amour de l'héroïne, Ynis pour son Fleuve dont elle devient l'épouse pour une année. Fleuve qu'elle va trahir en tombant amoureuse cette fois d'un humain, et pas n'importe lequel, Stern, un homme qui prétend venir des étoiles. Bien sûr c'est un Lanmeurien. Ils vont fuir tous les deux, fuir les conventions, les lois et les coutumes. Elle va quitter son fleuve et son village, il va quitter le palais dans lequel il était installé et sa charge de contacteur, pour se diriger vers la montagne, cette inconnue dont ils ne savent rien.

La première moitié du récit est plaisante et prenante, très "Léourienne" . On suit Ynis avec beaucoup de plaisir et avec fascination, car comme toujours Christian Léourier arrive à nous transporter en racontant son histoire. Le lecteur ressent l'amour profond que porte Ynis pour "son" Fleuve. Le Fleuve, la source de tout, de la vie, de la nourriture, le cœur du village, la mère universelle. La fracture brutale due à son amour vis à vis de Stern va lui faire perdre tout ça .... et perdre aussi ses lecteurs malheureusement. La façon d'agir d'Ynis est assez étrange mais, à la limite pourquoi pas, par contre on n'arrive plus à retrouver cette empathie vis à vis d'elle, ni d'aucun autre héros du récit. Du coup, le lecteur est un peu brinquebalé à suivre une Ynis peu attachante et la fin, un peu convenue, le laisse sur sa faim. Dommage ...

Malgré ce petit couac, les récits de Léourier sont toujours un vrai plaisir à découvrir. La beauté de sa plume et son talent de conteur font de lui un auteur incontournable et si ce n'est déjà fait, je vous invite à découvrir cette intégrale du Cycle de Lanmeur.

En supplément, à la fin du livre, vous trouverez des chants supprimés de la version publiée chez J'ai Lu et une interview passionnante de l'auteur. 


Retrouvez toutes les chroniques ici:
Ti-Harnog

L'homme qui tua l'hiver

Mille fois mille fleuves

L'intégrale du cycle de Lanmeur tome 1  
Les Contacteurs :



D'autres avis aussi chez : Le traqueur stellaire

dimanche 27 mai 2012

Préprogrammes Milady pour juillet et aout 2012





Les pré-programmes de juillet et août (sous réserve de modification bien sûr!):



JUILLET:

Oliver BOWDEN : Assassin's Creed : Révélations, Science-Fiction
 Chloe NEILL : Drink Deep, Bit-Lit
Michael A. STACKPOLE : La Furie des dragons, Fantasy
Jim BUTCHER : La Furie du Curseur, Fantasy
Laurell K. HAMILTON : Micah, Bit-Lit
James GOSS : Les Morts de l'hiver, Doctor Who
 Darynda JONES : Première tombe sur la droite, Bit-Lit
MaryJanice DAVIDSON : Vampire et indigne, Bit-Lit 


AOUT:

J. R. WARD : Convoitise, Bit-Lit I Darynda JONES : Deuxième Tombe Sur la Gauche, Bit-Lit
Michael A. STACKPOLE : La Grande Croisade, Fantasy
Robert Anthony SALVATORE : Lame Furtive, Royaumes Oubliés
Lara ADRIAN : Les Ombres de la Nuit, Bit-Lit
Naomi ALDERMAN : Temps d'emprunt, Doctor Who
David CHANDLER : Un Voleur dans la nuit, Fantasy

samedi 26 mai 2012

LES CHIENS DE BROUILLARD de Stéphane Gravier


Up, car j'ai une superbe couverture
à vous montrer !


On fait dans l'inédit chez Book en Stock... dans tous les sens du terme d'ailleurs, car je m'apprête là à chroniquer un manuscrit ! 



Pourquoi ?

Parce que ce livre ne trouve pas preneur chez les éditeurs
Parce que j'ai eu un véritable coup de coeur pour le thriller précédent de Stéphane Gravier : Bloody Valéria.
Parce que l'auteur est sympa et m'a donné accès à son manuscrit
Parce que le monde de l'édition marche parfois sur la tête en refusant des pépites comme celle-ci, car je le clame encore haut et fort : COUP DE COEUR !



Alors voilà, je n'ai ni couv, ni 4ème de couv à vous donner... à la place, je vous propose de relire ma chronique sur Bloody Valéria tiens !  ICI !


On retrouve l'ami Victor dans une ferme à côté de Minsk. Il a suivi Valéria en Biélorussie, il est toujours complètement fou dingue d'elle et bien sûr ne sait le lui dire. Et un peu à la gauloise, le ciel va encore lui tomber sur la tête. Il va se retrouver mêlé bien malgré lui à un trafic de fûts d'uranium contaminé. Le petit français, qui ne parle pas un mot de cette langue pleine de k qu'il s'amuse à compter. Le parfait bouc émissaire pour ces biélorusses haineux contre la France qui transforme leur pays en poubelle à centrales nucléaires françaises ( et on peut les comprendre...).
Heureusement deux barbouzes de la DGSE veillent au grain... enfin, sont censées veiller au grain plus exactement.
Heureusement surtout, Valéria n'a pas ses deux longues jambes interminables dans le même sabot.

Conçu en trois parties, les deux premières étant parallèles dans le temps. L'une avec Victor et ses mésaventures. L'autre avec les Liquidateurs, les têtes pensantes du complot et de sa mise en place, et avec le grain de sel que représente Victor. Et enfin une troisième où les deux parties se rencontrent.
Manipulation, stress, fuites, retournements de situation. Le parfait page-turner. Un vrai thriller plein d'action et de suspens.

Deux cent pages pleines d'humour :
Il était vrai que je n'avais pas fait le plus compliqué, mais je me rassurai en me souvenant qu'il fallait toujours commencer par les petites montagnes avant d'accoucher des souris ; ou quelque chose comme ça. ( Pauvre Confucius ! mdr ! )
Des descriptions exquises :
Nous arrivâmes finalement à passer à table. La première bouteille de vodka gisait au cimetière des bouteilles vides et la seconde se dirigeait en trombe aux soins intensifs sans véritable espoir d'en réchapper.
Des personnages décalés :
Ti devait être le chef. Il avait une moustache et les cheveux qui hésitaient à être longs en fonction du profil que l'on regardait. Possible que ce fut un choix délibéré, une mauvaise adresse de coiffeur ou le résultat d'un voyage dans le temps qui l'avait bloqué sur les années 70.

Stéphane Gravier nous présente là un thriller à la Monty Python, truffé de références musicales rock, la marotte de Victor, qui m'ont fait penser au Livre sans nom de Tarantino euh, de l'Anonyme, c'est juste énorme !

Et en guise de conclusion je vous propose un long extrait pour que vous découvriez la plume et l'humour de cet auteur :

Le contexte : Une nuit d'hiver, Victor se retrouve embauché sur un site de stockage de déchets contaminés, pour un boulot de déchargement de camion. Il retrouve l'équipe avec qui il va bosser autour d'un brasero où circule une bouteille de vodka...
Boire pour boire, pourquoi pas ! Boire pour en crever sur place, je doutais ! Je parvins tout de même à limiter la toux -il était hors de question de laisser croire que le petit français ne tenait pas le choc- mais je sentis des vagues acides s'attaquer à mes intestins avec une violence si rare qu'elles me transformèrent en fakir de la digestion.
Même pas mal !
Putain si, j'avais mal !
[...]
Sergueï, le chef d'équipe dispatche le boulot.
Je restais les mains dans les poches, l'intestin dans les chaussures et attendais sagement en serrant les fesses que Sergueï me fasse signe. Je fus le dernier et quand il me tendit la bouteille, je ne me sentis pas le courage de refuser : " un p'tit dernier pour la route !", comme une tradition universelle. " Fais pas ça, bordel ! Tu vas te vider sur place !"
Je bus.
Mon tube digestif ne m'en remercia pas et passa un nouveau quart d'heure sur un épais tapis de clous. S'intégrer avait un prix. Je le payais en monnaie de vésicule.

Je ne sais pas vous, mais moi, j'adore. Vraiment.

Mesdames et messieurs les éditeurs, mais qu'est-ce-que vous attendez !!!



Superbe couv proposé par




Les sorties chez Mnémos en juin 2012



En juin 2012







Sortie prévue le 31 mai 2012


Depuis 2009, les Éditions Mnémos publient en partenariat avec le festival, les Imaginales d'Epinal une anthologie annuelle de Fantasy.
Après Rois & Capitaines, Magiciennes & Sorciers et Victimes & Bourreaux, toutes trois dirigées par Stéphanie Nicot, anthologiste et directrice artistique du festival, l'édition 2012 est co-dirigée par Sylvie Miller et Lionel Davoust.
Le sommaire de Reines & Dragons :
 
Chantal Robillard : Le dit du Drégonjon et de son Elfrie
Thomas Geha : Chuchoteurs du dragon
Adrien Tomas : Ophëa
Anne Fakhouri : Au coeur du Dragon
Justine Niogret : La grande déesse de fer de la miséricorde
Pierre Bordage : Morflam
Charlotte Bousquet : Azr'Khila
Vincent Gessler : Où vont les reines
Erik Wietzel : Le monstre de Westerham
Mathieu Gaborit : Under a Lilac Tree
Nathalie Dau : Cet oeil brillant qui la fixait
Mélanie Fazi : Les Soeurs de la Tarasque

Sortie prévue le 31 mai  2012

Les Nephilim arpentent la Terre depuis des millénaires. Êtres immortels, ils sont liés aux cinq éléments : l'eau, l'air, la terre, le feu et la lune. Êtres déchus, ils sont à la recherche de leur savoir perdu. Êtres traqués, ils fuient ceux qui veulent les détruire, les Rose+Croix.
Dans ce premier volume, Fabien Clavel narre le destin d'une poignée d'Immortels,dévoilant les facettes ésotériques des capitales européennes au travers des grands mythes de notre mémoire collective : les sous-sols de Paris ou les parcs enneigés de Budapest.
En équilibre sur la frontière ténue qui sépare la folie du surnaturel, l’auteur emprunte au polar sa narration efficace pour une intrigue captivante.
Cette première intégrale reprend les deux tomes parus en poche chez Mnémos : LeSyndrome Eurydice et Anonymus.


Nouvelle édition entièrement réécrite par l’auteur.
tome 2 en novembre 2012





 Sortie prévue le 14 juin 2012


Retrouvez la fin des aventures de Thongor dans ce deuxième tome.
Surtout connu pour son travail avec Lyon Sprague de Camp sur les aventures de Conan, Lin Carter est pourtant un auteur, éditeur et critique américain incontournable. Il est devenu un auteur majeur de la fantasy des années 60 dans la tradition d’Edgar Rice Burroughs et Robert E. Howard.
Avec Thongor, son principal cycle, nous vous invitons à remonter à la source de la Fantasy et à redécouvrir et comprendre les influences dont c’est inspiré la nouvelle génération d’auteurs anglo-saxons.
Un clin d’oeil, un hommage à cette Fantsy pulp et une bonne lecture sans prétention.

vendredi 25 mai 2012

A propos des captcha sur les commentaires de blog



Juste un message que je voulais passer. Les filtres de spams de Blogger marchent très bien et d'après ce que j'ai entendu ceux de Worpress aussi. Alors s'il vous plait enlevez vos "sécurités" sur les commentaires mesdames et messieurs possesseurs de blogs.
Je m'explique, je passe souvent sur les blogs, je lis, parfois je commente, mais souvent quand je commente , j'envoie et je ferme la page (ben oui j'ai pas 2heures devant moi non plus) et je ne me rends pas compte qu'il fallait en plus mettre en captcha. Du coup mon commentaire ne passe pas.
Et je viens de m'en rendre compte en repassant sur certains articles que je me souviens avoir commenté.
J'imagine que je ne suis pas la seule dans ce cas. Je ne sais pas comment faire passer cette infos (pas en commentaire de vos blogs puisque je vais fermer avant que le captcha apparaisse :)).

sans compter que parfois c'est illisible, faut s'y reprendre en 4 fois et du coup ça prend une plombe pour écrire un com de 3 mots! Du coup la fois d'après je commente pas ... :(

Franchement les captcha ça fait ch.. et les filtres anti spams, marchent bien, croyez -moi je le vois sur Bookenstock.

Siouplé enlevez vos captcha ou sinon ne vous étonnez pas si vous avez peu de commentaires de ma part, ce n'est pas volontaire!

Allez bon blog à tous!

JACK SPARK Tome 4 de Victor Dixen

Printemps humain



 Éditions Gawsewitch
420 pages
22.90 euros

Présentation de l'éditeur:


Et si les Fés étaient à l’origine de la pire crise économique de l’Histoire ?

Toutes les révolutions commencent par le cri de ceux qui souffrent.
Toutes les crises se nourrissent du désespoir de ceux qui payent.
Tous les printemps fleurissent sur les restes de ceux qui meurent



Un siècle après l’apocalypse qui a plongé la Terre dans le chaos (Saison 3 - Hiver nucléaire), Jack
Spark est aujourd’hui à la tête de Concordiapolis, mégalopole d’un monde nouveau où les Fés et les
Humains se sont réconciliés après des millénaires de lutte.


Une coexistence qui repose sur un fragile équilibre, car du haut des tours d’acier, hommes d’affaires et Fés influents ont bâti des empires sur l’endettement des ménages, distribuant à tour de bras des crédits remboursables en Flux, l’énergie vitale des humains.


Dans les bas-fonds de la cité, la révolte gronde : les citoyens humains, à bout de force, ne peuvent plus payer leurs impôts ni rembourser leurs emprunts. Ils se sont donné un nom, qui sonne comme un cri de guerre, les Insurgés.


Crise financière, spirale du surendettement, spéculation, révolte de toute une génération qui ne
voit plus d’avenir : tous les ingrédients d’un roman noir, à forte connotation sociale, qui fait écho
aux problématiques de notre monde contemporain à travers le prisme démultipliant du fantastique.


L'avis de Phooka:


Voilà donc le dernier volet des saisons de Jack Spark. Après,Été mutant, Automne traqué et
Hiver nucléaire , la conclusion de cette série était attendue avec impatience.
Cent années sont passées depuis la troisième guerre mondiale. Les Fés et les humains cohabitent en paix, du moins en apparence. Parce que en réalité, comme les Fés vivent beaucoup plus longtemps que les humains, ils acquièrent de par leur longévité, un statut bien plus élevé dans la société. Du coup les humains se retrouvent relégués au tâches subalternes et la révolte gronde.

C'est sur ce schéma on ne peut plus classique que Victor Dixen base ce quatrième volet des aventures de Jack Spark. Il est bien loin ce jeune ado aux mèches bleues, un peu rebelle et si proche de nous. Il est devenu Président, une sorte de potentat que personne ne voit jamais. Hé oui, Jack Spark est le grand absent de ce Printemps Humain. même si son aura est là, bien présente pendant tout le roman, il n'est pas présent "en personne" et c'est un peu frustrant pour le lecteur. Cette absence n'est pas sans raison, tout s'explique à la fin, mais du coup c'est dur de lire "le tome 4 de Jack Spark "... sans Jack Spark. Évidemment puisque cent ans sont passés, tous les héros d'été mutant ont eu aussi disparus, c'est "normal" mais on aimerait tellement savoir ce qu'ils sont devenus. En tout cas ils ont laissé des traces profondes dans la société, voire même des descendants, comme Caleb et son fils Tiago, qui sont de la lignée de Ti-Jean Robespierre. Ce sont d'ailleurs les deux héros de ce récit. Caleb est flic, endetté jusqu'au cou. Tiago son fils est un ado un peu rebelle qui va se prendre de passion pour les Insurgés. Nous allons les suivre dans leurs conflits, leurs désespoirs et leur rébellion face au pouvoir.

Si le principe de base est un peu facile, une révolution, des insurgés, on en voit malheureusement trop souvent, Victor Dixen a toujours le don pour raconter des histoires et surtout pour camper des personnages terriblement attachants. Il y réussi une fois de plus avec Caleb et Tiago, tout deux finalement paumés dans cette société qui n'est pas faite pour eux. Ils vont se battre, se combattre pour mieux se retrouver. Pas de surprise là non plu, mais le lecteur s'attache énormément à ces deux héros et les suit avec beaucoup de plaisir.

Les révélations finales permettent de plus de passer à un niveau au dessus d'une simple "révolution", car derrière tous les évènement qui vont se produire il y a beaucoup plus. Machinations, complots, coup d'état, Victor Dixen arrive, à partir d'une base un peu simpliste, à passer à un récit bien plus complexe qu'il n'y parait au premier abord.  Et cette complexité se retrouve aussi au niveau des protagonistes de l'histoire, qu'ils soient humains ou Fés, ils ont toujours des choses à révéler ou à cacher, ils surprennent. Mon seul bémol concerne Jack Spark, dont la quasi absence et le comportement m'ont un peu déçue.

Même si ce dernier volet n'est pas mon préféré de la série (je garde toujours une préférence pour ma découverte du cycle avec Été mutant), il a été un vrai moment de plaisir et il constitue une conclusion à la hauteur du cycle. Une conclusion, qui surprend par son originalité. Clairement chaque tome de cette série est différent et aborde des thèmes et des genres variés, révélant ainsi la richesse du talent de Victor Dixen.


Retrouvez tout sur Victor Dixen pour son mois de:

jeudi 24 mai 2012

Encore un futur prix chez Scrinéo ?




La série Les Haut-Conteurs est lauréate (niveau 5e/4e) du 23e Prix des Incorruptibles qui a compté plus de 320 000 votants dans toute la France.
Un véritable plébiscite par les collégiens, une belle histoire pour leur première publication jeunesse !





Voici donc le palmarès bien prestigieux de cette série !

Lauréat du 23e Prix des Incorruptibles 2012, niveau 5e/4e
Prix Elbakin.net du Meilleur roman fantasy Jeunesse français 2011
Finaliste du Grand Prix de l'Imaginaire 2012
Finaliste Prix Garin des Collèges 2012
Finaliste Prix Chimère 2012
Finaliste Prix Jeunesse des Futuriales 2011

Un grand BRAVO aux éditions SCRINÉO 


Tome 1
En librairie
Tome 2
En librairie
Tome 3
En librairie
Tome 4
En librairie
Tome 5 (dernier)
à paraître en octobre 2012
        Phooka            Phooka              Phooka             Phooka
          Dup


Un nouveau recueil de nouvelles pour Mathieu Gaborit



Publié chez Actu Sf, vous pouvez le précommander et obtenir un exemplaire dédicacé jusqu'au 1er juin ICI.

Sortie le 14 juin
12 euros



« Une brume grasse se lève sur le champ de bataille.


Avec le stylet, Jog n’a pas son pareil pour trancher une phalange, pour cisailler les attaches d’une armure etdépecer un cadavre de son cercueil d’acier. Il agit avec une précision diabolique et ce, pour une seule raison : il respecte le chevalier. Depuis qu’il exerce ce métier, il n’a jamais oublié de murmurer une prière sur les corps qu’il allège. À l’image du chasseur qui rend hommage à son gibier, le pillard doit respecter celui qui l’enrichit. »


Dépositaire d’une fantasy baroque et colorée, Mathieu Gaborit a écrit parmiles plus belles pages du genre avec Les Crépusculaires, Abyme ou Chronique du soupir. D’Une Rive à l’autre propose de découvrir ses nouvelles, moments précieux d’Imaginaire.


Retrouvez Jog le pilleur de cadavres sur les champs de bataille, Eyhide, l’enfant méduse dont les serpents sont malades, Lozio, le sorcier éperdument amoureux d’une ondine ou encore Nathan, jeune enfant icarien qui pilote un immense vaisseau spatial... Tous portent en eux une histoire et vous attendent pour vous la conter...

Sommaire

  • Naissances
  • Aux Frontières de Sienne
  • L’Étreinte de Babylone
  • Le Vitrail de jouvence
  • Songe ophidien
  • Un Passé trompeur
  • Mime
  • Involution
  • Interview de l’auteur

LA LIGNE DE TIR de Thierry Brun




Edition Le Passage
236 pages
18 euros


4 ème de couv :

Le commissaire Fratier est sur le point d’être mis en examen. Depuis longtemps, il est lié à la pègre dans sa ville de Nancy et le témoignage de Loriane Ornec, qu’il a corrompue quand elle était dans son service, pourrait l’envoyer en prison. Il décide de la tuer et contraint Alice Résilia, une ancienne terroriste de la mouvance gauchiste instrumentalisée par le pouvoir, à exécuter cette tâche.
Mais Loriane Ornec disparaît.
Rival de Fratier, Shadi Atassi, qui règne sur le crime organisé nancéien, est amoureux de la jeune femme et mobilise ses troupes à sa recherche. Il soupçonne Fratier d'être mêlé à sa disparition...mais surtout Patrick Jade, un homme glacé, au passé de tueur, qui représente pour eux tous, Fratier, Ornec, Atassi, une menace terrifiante.
Roman de la nuit et de la corruption, La ligne de tir, mécanique implacable, nous entraîne imperceptiblement d'un univers à un autre, du roman noir au thriller, et nous invite à une plongée oppressante dans le repaire de Jade, homme granitique, citadelle imprenable, point sombre dont chacun subit l'attraction et vers lequel tous convergent.


L'avis de Dup :

Fratier est un commissaire aux abois. La rumeur court que deux grands magistrats de Nancy préparent un dossier en béton pour l'inculper. Même s'il est ripoux jusqu'à la moelle, la plupart du temps défoncé au Speedball, il est loin d'être con. Et il sait que sa seule solution pour échapper au coup de filet, c'est d'éliminer Loriane Ornec dont le témoignage serait accablant. 

Le nouveau caïd qui règne sur la pègre nancéienne, le syrien Atassi le sait aussi et va mettre tous les moyens à sa disposition pour l'en empêcher.

Fratier et Atassi ont un ennemi en commun, Patrick Jade, un tueur imprévisible et solitaire, ex-amant de Loriane.

Mais Loriane disparaît de la circulation...

Traques, courses poursuites, planques à travers toute la France :  Nancy, Paris, Calais et jusqu'en Haute Savoie. Mais aussi manipulations, corruptions, chantages à tous les niveaux de la société. A se demander s'il existe des gens intègres ici-bas...

Thierry Brun nous aspire dans un polar effréné qui flirte avec le thriller. Point de tueur en série, mais des tueurs tout court. Des mercenaires entraînés pour repérer, s'infiltrer, résister aux interrogatoires les plus musclés, et enfin pour tuer "la cible". Une écriture toujours aussi percutante que dans Surhumain le précédent roman de l'auteur, des chapitres courts, voire ultra-courts font que ce livre se dévore en peu de temps. 

Alors que les principaux protagonistes de ce roman, Fratier et Atassi sont particulièrement peu attachants, on suit avec assiduité cette course entre ces deux hommes. Pourquoi ? Parce que l'empathie s'est faite tout de suite avec Loriane qui est la cible. Une Loriane qui était si forte dans le passé et qui là ne fait que subir. Et parce que l'autre personnage féminin que met en place l'auteur, Alice Résilia, est lui aussi passionnant, voire poignant malgré le rôle qui lui incombe.

Mais là où je crois que Thierry Brun a fait le plus fort, c'est qu'il m'a fait aimer le plus psychopathe de tous : Patrick Jade ! J'attendais avec impatience les chapitres le concernant. Jusqu'au bout je lui ai trouvé des circonstances atténuantes là où il n'y en avait pas ! 

Avec un final en apothéose, un carnage grandiose comme on le sentait venir, avec le "toucher" si particulier de Jade. Oui, je sais, ça choque de parler d'un carnage grandiose ( pardon Sieur Sker ! ), mais c'est vraiment ça ! J'ai adoré et donc c'est un  livre que je conseille à tous les amateurs du genre !!! 
Du genre thriller où le tueur en série est l'auteur :))


NB: Je tiens à préciser que j'ai lu et écrit ma chronique sans avoir lu cette 4 ème de couv. Juste lu le pitch présenté sur Zonelivre. On peut en conclure que j'ai eu le même avis que l'éditeur :))

mercredi 23 mai 2012

LES LUNES DE SANG 2 de Anaïs Cros



LA LUNE NOIRE


Editions Lokomodo
544 pages
9.90 euros


Résumé :

Lunargent, hiver 1883.
L’un des personnages les plus puissants du royaume vient d’être assassiné au cœur même de Castelune dans des conditions pour le moins inquiétantes. Le roi Torn charge Listak de l’enquête et celui-ci, accompagné de la dévouée Amhiel, est amené à s’intéresser au sombre quartier de la Lune Noire. De son côté Evrahl est confronté à la haine grandissante des habitants de la cité envers le peuple nain.
Qui a osé frapper ainsi dans l’enceinte du palais royal ? Qu’est-ce qui attend les nains dans une cité qui ne veut plus d’eux ? Et qu’arrive-t-il à Listak dont le comportement est de plus en plus étrange ?
Dans ces nouvelles aventures où l’ombre de Sherlock Holmes affleure une fois encore, nos héros affrontent des ennemis toujours plus redoutables. Désormais ce n’est plus seulement la vie du roi Torn qui est menacée, mais la paix dans tout le royaume de Mortelune.


L'avis de Dup :


C'est toujours Evrahl qui nous narre les évènements de cet hiver 1883. Et ils vont être nombreux, se télescopant presque et surtout mettant à rude épreuve l'amitié qui lie ce nain médecin à Listak, toujours grand détective de Torn, sa Majesté de Mortelune.

Ce sont toujours les personnages principaux de cette série, mais plus on avance dans la lecture et plus l'empathie que l'on éprouvait pour Listak se dégrade. Il est toujours aussi intelligent, observateur hors norme, mais de plus en plus insupportable, voire même méprisant vis-à-vis de ses amis. Soit, un mal étrange le gagne, et même si on compatis parfois, il n'en est pas excusable pour autant.

En revanche, le personnage d'Evrahl prend encore plus d'ampleur et de profondeur. Les épreuves qu'il affronte le font grandir dans notre estime. Les valeurs qu'il défend sont profondément humaine, non humaniste donc, puisque ces peuples s'affrontent, et sa lutte pour le peuple nain est véritablement poignante.

Amhiel prend plus de place dans ce volume et la tendance à la misogynie de l'auteur (un comble non pour une femme ?) que j'avais cru détecter au premier tome s'estompe. Elle n'est plus cantonnée au rôle de bonne à tout faire, prend vraiment part aux enquêtes. C'est une bonne bretteuse, et l'amour apparemment à sens unique qu'elle éprouve pour Listak va la rendre impitoyable dès lors qu'on lui cherche des noises...

Il y a un autre personnage que l'on côtoie beaucoup plus et que j'avais beaucoup aimé dans le premier tome, c'est Sel, le Fou du Roi. Toujours aussi surprenant et plein d'humour, ses interventions sont rafraîchissantes. Il va avoir un rôle important de diplomate...dont je ne peux parler ! Cependant l'auteur est intraitable et distille ses révélations au compte-goutte et Sel est encore plus énigmatique qu'avant !

Mais le must de ce livre, ce que j'ai vraiment aimé, c'est la magie inventée par l'auteur. Cette magie de l'eau véhiculée par les petits lutins bleus, qui dansent et qui chantent leurs sorts. Un peuple zen, serein. Les descriptions sont sublimes, cela m'a rappelé le côté féerique des Chroniques des Crépusculaires de Mathieu Gaborit. Et je dois dire que ce petit peu de poésie au milieu de ces évènements tragiques m'ont fait un bien fou dans ma lecture...tout semblait si sombre !

Fermer ce livre est poignant pour le lecteur. Soit, Anaïs Cros nous donne rendez-vous pour la suite des aventures de ces trois personnages, Evrahl, Listak et Amhiel, mais même si elle les dirige vers une une autre enquête, bien trop de points ne sont pas résolus ! 
- L'ennemi juré de Listak court toujours
- Le sort du peuple des nains reste un énorme point d'interrogation
- Que trame donc Ombre, le conseiller lunaire de Torn ?
- La magie du feu...a juste été évoquée, sera t'elle aussi féerique que celle de l'eau ? 

Rhaaa, que de questions en suspend !!! La suite Evrahl, Anaïs Cros, s'il vous plait !!!


Un autre avis éclairé chez AcrO
Mon avis sur le tome 1 : Les lunes de sang, c'est ICI