lundi 31 octobre 2016

Fin du Mois de Méropée Malo





Ce Mois de Méropée Malo a été un immense plaisir. Nous avons pu découvrir une jeune auteur pleine de promesses. Ses réponses ont fusé, chaleureuses et passionnantes.

Ceci a donné lieu à trois tomes d'interview que vous pouvez retrouvez ici:







Et a de très belles chroniques (certaines hors partenariat mais je les rajoute à la liste):



Tome 1 de l'héritière des Raeven





Tome 2 de l'héritière des Raeven







Laissons la parole à Méropée Malo pour conclure son "Mois de":







QUOI ??
C'est déjà fini ?!!!
Plus de questions relayées par Dup et Phooka, plus de remarques de bloggeuses qui me font réfléchir sur mon texte et construire des réponses un peu plus élaborées que le simple « tiens, si j'écrivais ça comme ça » ??
Nooooonnnn...
Bon, trêve de plaisanteries, c'était trop bien, ce « Mois de ».
J'ai admiré la réactivité, l'efficacité et la gentillesse de nos deux hôtesses, qui disaient trouver mes réponses passionnantes (si si, c'est gentil, parce que bon, moi je n'irais pas jusque-là), le professionnalisme des bloggeuses qui, ayant reçu l'un ou l'autre des ouvrages mis en jeu, ont fait leur chronique avec beaucoup de sérieux et d'intérêt – ouf...



Olivier Gay prend la suite. La chance qu'il a !
Une chance que je souhaite à beaucoup d'auteurs (-es) à venir.
Merci les filles ! Et longue vie au « Mois de ».



Méropée Malo

dimanche 30 octobre 2016

Sortie de Draconis Memoria, T1 d'Anthony Ryan



Le Feu du dragon: Draconis Memoria, T1





Chez Bragelonne
Prévu le 14/12/2016



Anthony Ryan – auteur de la saga best-seller Blood Song – revient avec Draconis Memoria, une captivante série de Fantasy épique mêlant aventure, intrigues et magie explosive. Héros, espions et assassins s’affrontent dans un combat impitoyable destiné à forger un empire...




vendredi 28 octobre 2016

SILVER tome 3 de Kerstin Gier



LIVRE TROISIÈME


Editions Milan
21/09/2016
15.90 euros
384 pages




Liv a l'impression que ses problèmes ne finiront jamais : remariage de sa mère, complexe d'infériorité, ragots du collège attisés par la mystérieuse blogueuse Secrecy, et fierté blessée par son ex-petit ami Henry. Sans parler des couloirs du rêve et du dangereux Arthur, qui manipule les gens pendant leur sommeil pour les faire agir à sa guise. Et si le Seigneur des ombres et des ténèbres existait pour de vrai ? Il y a des jours où l'on préférerait cauchemarder plutôt que d'affronter la réalité. Avec la fin de la trilogie Silver, Kerstin Gier nous entraîne une dernière fois dans les couloirs infinis du monde des rêves. Et tous les mystères finissent par s'expliquer. Enfin, presque.




L'avis de Phooka:


Troisième et dernier opus de la série, ce tome vous donnera -enfin- toutes les clés pour comprendre tout ce qui se passe derrière les portes du rêve.

On retrouve bien sûr Liv, qui se débat en permanence contre tout. Oui tout, c'est le meilleur moyen de résumer les problèmes de Liv. Car oui, il y a cet affreux Arthur qui hante le couloir des rêves, mais aussi son lycée IRL. Arthur si dangereux. Mais ce n'est pas le seul soucis de Liv. Reste aussi Annabel, l'ancienne petite amie d'Arthur devenue folle à lier mais qui excelle dans la manipulation des gens aussi bien dans la réalité que dans les rêves. Mais de façon plus terre à terre, Liv doit aussi faire face à sa belle famille, du moins surtout sa -future- belle-sœur et belle-mère. Ha oui, j'ai oublié de mentionner que sa mère va se remarier avec Ernest. Enfin ! J'ai oublié de parler de Rasmus, le soit-disant ancien petit ami de Liv. Qu'elle a purement et simplement inventé pour ne pas avoir l'air trop nunuche vis à vis d'Henry. Oui parce que Rasmus en fait ... c'est le nom du chien de ses anciens voisins. Heureusement qu'elle n'a pas pris le nom de l'autre chien Sir-Barks-alot ....
Bref, rien n'est simple avec Liv.

Et Henry, lui, continue à être follement éperdu de Liv ... et intrigué par ce fameux Rasmus. On le serait à moins !

Heureusement, Liv est drôlement bien entourée. Grayson, son futur beau-frère est une crème. Et s'il n'est pas très doué dans le monde onirique, il excelle dans les enquêtes dans le monde réel. Il n'est pas le seul d'ailleurs, Mia la jeune sœur  de Liv rendrait vert de jalousie Sherlock Holmes lui-même. A se demander comment elle arrive à tout savoir comme ça ...

Bon j'ai l'air de prendre ça à la légère, mais ce n'est pas du tout le cas, car Arthur est réellement dangereux. Il a réussi à mettre au point un procédé qui lui permet d 'implanter des comportement aux gens à travers les rêves. Ensuite, il peut déclencher ce comportement à n'importe quel moment grâce à une phrase clé. De faire monter une prof sur une table à la cantine pour déclamer son amour à un autre prof ... ou faire assassiner Liv ! Autant dire qu'il fait vraiment peur cet Arthur. Comment arriver à le maîtriser ? Est-ce vraiment lui derrière tout ça ou faut-il y voir aussi la patte d'Annabel?

Liv, Grayson, Henry et Mia vont devoir faire appel à tous leurs talents pour en arriver à bout. Je dois d'ailleurs reconnaître que le moyen trouvé est grandiose. Je ne l'avais pas vu venir alors qu'il était sous mon nez !

Heureusement les délicieuses pâtisseries de Lottie seront toujours là pour remonter le moral. Mais cerise sur le gâteau, le blog de Secrecy ajoute une fois encore cette touche acidulée, commérant sur tout ce qui se passe, révélant les pires secrets de chacun. Ces intermèdes sont une très belle réussite depuis le début de la série.

Bref, un agréable moment de lecture, même si je trouve ce troisième tome un poil en dessous des autres, sans doute, parce que le charme de la découverte ne fait plus effet. Il n'en reste pas moins que c'est un terrible page-turner. On attend les explications et le dénouement avec impatience (entre autre qui est Secrecy bien sûr). SILVER est une excellente trilogie dans son ensemble pour les adolescents et les plus vieux. Mon seul soucis depuis le début ayant été les couvertures qui donnent une mauvaise idée du contenu. Quand mon gamin m'a demandé de quoi ça parlait, il m'a dit "ça a l'air pas mal, mais la couverture ne donne pas du tout envie de le lire, ça fait roman à l'eau de rose". Dommage ! En tout cas il ne faut pas que cela vous décourage de découvrir cette série car elle vaut vraiment le détour. L'idée de base, les couloirs des rêves, les portes personnelles qui amènent aux rêves de chaque personne. C'est vraiment une sacré trouvaille, très bien exploitée. Super série !


Si vous avez raté le début:


jeudi 27 octobre 2016

LES POISONS DE KATHARZ de Audrey Alwett



CHRONIQUES DE LA TERRE D'AIRAIN

# 1  LES POISONS DE KATHARZ

Audrey Alwett


Éditions ActuSF
Collection Bad Wolf
421 pages
19 euros



4ème de couv :


Le Prince Alastor n’apprécie pas qu’on l’appelle « l’Indolent » (vraiment, les gens sont méchants). Pour régler la question, le Sénateur Mâton le persuade de détruire Katharz. Voilà une guerre qui sera vite gagnée !


À Katharz, la ville-prison où la Trisalliance déverse chaque année ses indésirables, la situation est intenable. Ténia Harsnik, la tyranne en place, est obsédée par un nombre, celui des habitants qui vivent entre ses murs. En aucun cas, il ne faut dépasser les cent mille, car alors CE qui dort sous la ville SE réveillerait. Si cela se produisait, rien ne pourrait L’arrêter, sauf peut-être Dame Carasse… Mais la sorcière la plus puissante de la Terre d’Airain, à ce qu’elle raconte, semble bien plus préoccupée par son bizarre apprenti que par le destin du monde. D’ailleurs, la ville ne compte que 99 500 habitants. Ce n’est pas comme si l’apocalypse était dans un mois… pas vrai ?



L'avis de Dup :

Je poursuis ma découverte du nouveau label Bad Wolf de ActuSF. Après le très sérieux Anasterry, voici le très distrayant Les poisons de Katharz.

Dans les remerciements qui suivent la dernière page de ce roman, l'auteur nous avoue sa passion pour Sir Terry Pratchett mais était-ce nécessaire ? Car on reconnait tout de suite l'influence, l'humour omniprésent et les petites notes en bas de page, les NDLA délicieux qui parsèment l'ouvrage.
La ville de Purpurine était en liesse et étendait ses couleurs aux fenêtres, des licornes argent sur fond azur, avec parfois la devise de la citée brodée par en dessous : Honor noster immaculatus².
². "Notre honneur est sans tache." Oui, avec le latin on écrit beaucoup d'âneries...
Alors de l'humour oui, beaucoup oui, trop non. Car c'est le risque et là je pense à Gordon Zola dont je n'ai jamais réussi à finir un livre, même petit : trop d'humour et c'est saoulant. Ici, s'il y a de l'humour à deux balles comme le nom de la tyranne de Katharz qui s'appelle Ténia Harsnik ( le père se prénommait Morbak ), la plupart du temps celui-ci est fin et bien dosé. Humour de situation, humour burlesque, jeux de mots fins et maîtrisés. Le ton est donné dès le prologue et c'est délicieux.

Katharz donc est la cité-prison, ou la cité-poubelle de la trisalliance. Les trois royaumes l'entourant, Malicorne, Chaolie et Thalass y déversent chaque année leur trop plein de racailles. Charge à Ténia de gérer cela... Or Ténia est la seule, avec dame Carasse la grande sorcière à savoir le terrible secret de Katharz. La ville a été construite au-dessus de là où a été enfoui le dernier démon des Terres d'Airain : Salbeth. :)) Il ne faut en aucun cas dépasser les cent mille âmes sur son dos sous peine de le libérer. Et la population de Katharz en approche dangereusement malgré les concours de meurtres organisés par Ténia !

Parallèlement, le prince Alastor 1er de Malicorne se fait allègrement manipuler par un de ses sénateurs afin de déclarer la guerre et raser Katharz espérant ainsi relancer ses affaires : son empire industriel et familial étant essentiellement la fabrication d'armes en tout genre. Sauf que si l'armée pénètre dans Katharz, la barre des 100 000 sera largement dépassée... Une intrigue bien maîtrisée qui entraîne le lecteur jusqu'à la fin de ce premier tome. 

Suivre tous ces personnages a été un vrai plaisir :
Ténia qui vous arrache la tête si vous lui faites remarquer qu'on ne dit pas tyranne mais tyran.
Dame Carasse et ses soucis avec ses apprentis, avec son isba sur patte qui n'en fait qu'à sa tête.
Sinus le sorcier bonimenteur et ses bonbons à sorts, Jeeves son majordome quatre plumes, insigne suprême de ce métier.
Eustache Badufond, le zombie fonctionnaire responsable des entrées et sorties de Katharz, peut-être bien mon préféré (même si railler l'administration française est facile !).
Le prince Alastor et la princesse Grace XXXIe, ( Grace XXXe ayant échoué à l'épreuve de la virginité :)).
Autant de personnages qui m'apportent encore le sourire lorsque je les évoque aujourd'hui en les citant.

L'univers créé par Audrey Alwett dans ce roman est lui aussi assez caricatural de la Fantasy, et j'ai adoré ces clins d'oeil. D'un côté nous avons les Chaolins, genre bas du front et bruts de décoffrage à l'image de leurs dragons. La république de Thalass assez transparente, et le royaume de Malicorne où tout est rectitude, honneur et pureté. Malicorne qui s'enorgueillit de sa cavalerie de licornes. Licornes présentées comme des sales carnes cabochardes qui permettent à l'auteur de jouer des scènes plus qu'hilarantes !

Même si ce roman Les poisons de Katharz fait partie d'une série, Les chroniques de la Terre d'Airain, il peut très bien se lire comme un one-shot. Je m'inscris cependant dans la durée car j'ai bien envie de me replonger dans l'univers burlesque de cette auteur que j'ai beaucoup aimé. Je vous conseille d'ailleurs de le découvrir rapidement !


3e roman pour le challenge de dame Licorne.


Un roman de fantasy : 3 points
> 400 pages : 1 point
Une femme : 1 point
française : 1 point

Jackpot ! Merci dame Alwett \o/

mercredi 26 octobre 2016

Challenge LE DÉFI DES QUATRE AS by Licorne



Ça foisonne d'idées dans la tête de notre jolie Licorne !

Voilà donc le nouveau challenge qu'elle nous propose
auquel je me suis inscrite sans hésiter bien longtemps.

Parce que plus qu'un challenge, c'est un véritable défi 
permanent, et par équipes ! 

Alors, je vous elle nous explique :




Le défi des 4 AS , 4 équipes de 4 personnes : 16 participantes 
1 défi tous les deux mois  
Session de 4 mois  

Le premier jour du mois, 4 défis sont demandés, vous avez deux mois pour que chacun dans votre équipe relève un défi, il vous suffit de donner votre nom, votre équipe et le choix de votre défi, le dernier jour du deuxième mois fait office de date butoir, celui qui n'a relevé, ni défi, ni défi supplémentaire, en temps et en heure ne joue plus jusqu'à la fin de la session en cours.


L’Équipe obtient des points en fonction de ses choix qui s’accumulent jusqu’à la fin des 4 mois.


• Chacun peut choisir le défi qu'il souhaite parmi les 4 choix proposés. Un seul défi suffit par joueur. Plusieurs joueurs peuvent choisir le même défi ( mais il n'y aura pas de bonus)
• Si les 4 défis proposés sont relevés par l'équipe (chaque joueur a un défi différent) il y a un bonus de + 5 PT sur le total des points de l'équipe pour la session. A vous de vous entendre au départ.
• Si un des 4 AS souhaite relever plusieurs défis, il le peut, il doit le signaler dès l’inscription du défi, cela fait des points supplémentaires. Mais attention, il perdra un point sur son défi de base si les défis en supplément ne sont pas réalisés.
• Si un AS réalise le défi supplémentaire choisi mais pas son défi de base, il a 1 PT de consolation. C'est le défi de base qui prédomine.


• Les points sont validés à réception de la chronique dont vous aurez mis le lien sur le fil de ce topic ou de la réponse au défi demandé directement sur le topic de LIVRADDICT.

Voilà les 4 défis des deux premiers mois : 

* DÉFI 1 : Lire un livre dont l’auteur a un nom et un prénom qui commence par la même lettre : 6 PT
* DÉFI 2 : Lire un policier ou un thriller : 3 PT
* DÉFI 3 : Faire une tite biographie de la vie d’un auteur au choix ( 5 à 10 lignes) : 3 PT
* DÉFI 4 : Lire un classique du XIXe siècle ou une pièce de théâtre : 4 PT



Si l’opération fonctionne, elle sera renouvelée pour 4 autres mois. Bonne chance !
Il faudra au moins 2 équipes complètes pour démarrer !
Bon, on est 4 équipes, peut-être même 5 !
♦ ♥et peut-être J (joker)
Que la meilleure équipe gagne !
Mais surtout les ♣ :))



♣ ♣ ♣ ♣ Allez les trèfles !!! ♣ ♣ ♣ ♣

Je vous présente les autres membres de l'équipe ♣ dont je fais partie.
On ne se connait pas encore, mais bientôt on ne pourra plus le dire :))

Kyradieuse : son blog A-livre-ouvert

Doresila n'a pas de blog, elle jouera sur le forum

Stefiebo : son blog Lectrice in the train


♣ ♣ ♣ ♣   ♣ ♣ ♣ ♣   ♣ ♣ ♣ ♣   ♣ ♣ ♣ ♣ 


Le premier round de deux mois démarre le 1er novembre et se terminera donc le 31 décembre.

Ça se présente ainsi :

Défi 1: Stefiebo  + Options : défis 3 et 4
Défi 2: Kyradieuse  + Options : défis 1 et 3
Défi 3: Doresila  + Options défis : 1, 2, et 4 !
Défi 4: Dup  + Options défis : 1 et 2




mardi 25 octobre 2016

Les sorties FOLIO SF de novembre 2016











Novembre 2016



Jean-Luc BIZIEN
Vent rouge

Katana, I


 Couverture de Camille Alquier



******

Jean-Luc BIZIEN
 Dragon noir

Katana, II




 Couverture de Camille Alquier



lundi 24 octobre 2016

RE/MEMBER de Welzard




Éditions Lumen
530 pages
15 euros


4ème de couv :

Au lycée d'Ôma, une terrible légende circule parmi les élèves : la Rouge-Sang, une fillette de onze ans couverte du sang de ses victimes, hanterait les couloirs après la fin des cours. Celui qui aurait le malheur de croiser la revenante devrait, pour lui échapper, quitter l'établissement sans se retourner...

Lorsqu'une lycéenne demande à Asuka de retrouver son corps, la jeune fille pense d'abord à une plaisanterie. Jusqu'à ce que minuit sonne et qu'elle se retrouve transportée, en compagnie de cinq de ses camarades, dans les corridors déserts de l'école. Pourchassés par la créature, les six amis se font littéralement massacrer... avant de se réveiller le matin suivant comme si rien ne s'était produit ! Prisonniers d'une boucle temporelle cauchemardesque, Asuka et ses compagnons comprennent vite que pour briser la malédiction, ils vont devoir retrouver les morceaux du cadavre d'une victime de la Rouge-Sang, cachés dans tout le lycée...



L'avis de Dup :

Ce 9 novembre Asuka va passer une journée à peu près normale au lycée, avec ses amies Rie et Rumiko jusqu'à ce qu'elle croise pendant la pause déjeuner Haruka, une fille de sa classe, qui lui enjoint de "chercher son corps". Il s’avérera que cette dernière aura fait la même demande aux deux autres filles ainsi qu'à trois garçons, Takahiro, Kenji et Shôta. Et voilà donc nos six jeunes frappés par le maléfice de la Rouge-Sang, cette légende urbaine (relire le résumé ci-dessus). A minuit pile, ils sont téléportés à l'entrée du lycée, il leur est impossible de partir, ils doivent chercher.

Pour échapper à cette malédiction il leur faudra retrouver les huit morceaux du corps de Haruka disséminés dans le lycée... d'où le titre. Huit, dont quatre membres, une tête...le tronc doit donc être en trois rondelles. Mais non, après la rondelle du bassin, ils vont trouver un demi torse gauche, ou droit ! C'est tellement glauque que cela en devient risible et le côté terreur attendu avec cette lecture s'évapore. 

Dès la première nuit, ils se font tous massacrer, qui décapité, qui coupé en deux, qui déchiqueté. Un bras ou une jambe de trouvé ainsi qu'un cercueil prêt pour amasser la cueillette. Le côté horrifique vient plus de la Rouge-Sang que de ses actes d'ailleurs. Cette dernière chantonne dès qu'elle a repéré une proie et généralement celle-ci meurt lors du dernier couplet. La chanson est particulièrement glaçante.

S'installe alors une boucle temporelle tant que la malédiction n'est pas levée et tous les matins, nos jeunes se réveillent le 9 novembre et tout recommence... à l'identique : sur le chemin du lycée le chat se fait toujours écraser, Haruka leur réclame inlassablement de rassembler son corps, puis la fin de la journée, minuit, la chasse. Au bout de plusieurs 9 novembre j'ai commencé à me lasser malgré une chasse toujours un peu différente, un ou deux morceaux trouvés. Même si des changements subtils commencent à intervenir lors du 6ème chapitre (6ème 9 novembre donc) comme le chat qui arrive à se réfugier dans leurs jambes sur le trottoir, la lassitude était de plus en plus forte.

Chaque personnage se révèle vraiment lors des chasses nocturnes, un brin stéréotypé dans leur caractère, mais c'est normal car il est exacerbé par le stress, la tension. Ils sont cependant très différents les uns des autres, Asuka étant la modératrice cherchant à temporiser tout conflit, Rumiko démarrant au quart de tour à la moindre réflexion, Rie s'effaçant en permanence. On ne peut pas faire plus contrasté, et la galerie masculine donne un peu le même tableau, Takahiro le bagarreur, Shôta l'intello réfléchi et Kenji le timide, enfin le faux timide. En soit cela n'est pas gênant ce côté stéréotypé, en revanche le fait que ce soit rabâché x fois m'a profondément énervé.

Ce roman, trois fois je l'ai repris puis laissé de côté en me disant, ce ne doit pas être le bon moment. Trois fois j'ai avancé laborieusement de quelques chapitres seulement. Arrivée à la moitié, je m'avoue vaincue. Je m'excuse auprès des éditions Lumen, mais je veux garder cette notion de lecture/plaisir et là ce n'était vraiment pas le cas. Peut-être que la seconde moitié aurait été à la hauteur de mes attentes, peut-être que la fin aurait rattrapé le tout, mais non, plus le courage. Si j'avais su que ce roman était tiré d'une série de mangas, je sais que je n'aurai pas plongé, je n'ai jamais accroché aux mangas. Ceci explique peut-être cela... peut-être.



vendredi 21 octobre 2016

LA PART DES OMBRES tome 1 de Gabriel Katz



Editions Scrinéo
06/10/2016
316 pages
20 euros





La Goranie était jadis une terre de conquérants, elle n’est plus aujourd’hui qu’un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Dix ans déjà que les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes pour « pacifier » le pays, règnent en maîtres sur le royaume. Discipline, terreur, corruption, tout semble fonctionner sans le moindre accroc jusqu’au jour où tout bascule. Une noce qui tourne au drame, un massacre tenu secret… et un homme qui se dit revenu d’entre les morts, pour lever le peuple contre l’occupant. On l’appelle le Fantôme, et pour animer la lame de fond qui renversera le régime, il a besoin de combattants – des mercenaires de haut niveau, capables d’encadrer, de former, et d’affronter les terribles guerriers de la Trace.

C’est ainsi qu’entrent en scène trois personnages venus des quatre coins du monde (et surtout des autres séries de Gabriel Katz) : une maîtresse de guerre, un gladiateur de haute volée et… un beau gosse qui ne sait pas très bien comment il s’est fait entraîner là-dedans.





L'avis de Phooka:


Olen, Kaelyn, Desmeon ... Bien sûr ces noms vous disent quelque chose si vous avez déjà lu du "Katz". Mais si vous n'en avez jamais lu alors vous allez les découvrir et les aimer.

Olen, le beau gosse, beau parleur, toujours dragueur. Desmeon, le danseur. Oh il ne pratique pas la danse de salon, non lui c'est plutôt la danse du sabre, un combattant hors pair. Quant à Kaelin, c'est la maîtresse de guerre et surtout ne confondez pas avec maîtresse d'armes car rien ne garantit qu'elle vous laisse sortir vivant de cette confusion.

Trois héros -et non des moindres- réunis dans ce spin-off. Oui mais pourquoi ? Comment ?

C'est simple, enfin presque.

La Goranie était un royaume puissant jusqu'au jour où il a été envahi par les guerriers des montagnes, les Traceurs. Féroces, implacables, ces guerriers font régner la terreur sur le peuple de Goranie depuis dix ans. Le gouverneur de Goranie, Ag Slegeth, un Traceur donc, a alors l'idée de remettre en pratique une coutume goranne: la procession. Coutume qui veut que lors d'un mariage dans un village, quelques nobles se déplacent pour bénir les mariés et leur donner des offrandes. Une action pleine de symboles. Avec cette procession, le gouverneur espère se gagner les faveurs du peuple. Parce que tout Traceur qu'il soit, il commence à bien aimer la douceur de vivre de la Goranie, bien loin de la rudesse à toute épreuve du peuple des montagnes. Pour représenter le pouvoir, Ag Slegeth, envoie son fils Inoran en tant qu'ambassadeur et quel ambassadeur ... Tout le village est massacré, aucun survivant.

Quelques années plus tard apparaît la légende d'un fantôme. Un homme qui sort de l'ombre pour venger le peuple de Goranie. Pour l'aider dans son oeuvre il a besoin de mercenaires. Il est prêt à les payer très cher. Vous voyez où je veux en venir ? C'est là qu'entrent en scène nos trois compères. Enfin compères, façon de parler puisqu'à la base ils ne se connaissent absolument pas. Ils ont tous les trois suivis des chemins très différents.

Mais finalement peu importe leur chemin, c'est le présent qui est important. C'est en cela -aussi- que Gabriel Katz est brillant car ceux qui, comme moi, n'ont pas lu tous ses romans ne se sentent pas exclus. Peu importe que vous ne connaissiez pas Kaelyn ou Desmeon ou Olen, parce que vous allez les découvrir et ceci au moment où se passe le récit.
Kaelin est mystérieuse, belle, peu causante et d'une redoutable efficacité.
Desmeon, lui est vantard, incroyablement doué avec les armes et a le cœur brisé sous sa carapace d'ironie.
Olen ? C'est le plus mystérieux des trois. Je ne connais pas son passé, il semble avoir rayé toute une partie de sa vie de sa mémoire. Il est beau gosse et charmeur, doué pour se faire aimer (des femmes surtout). Difficile de savoir quel est son parcours (c'est malin hein, maintenant je vais me ruer sur le reste de la biblio de Gabriel Katz , impossible d'y échapper)

Bref, ces trois là ne semblent pas vraiment fait pour s'entendre, mais ils cohabitent. Et ils suivent les règles du fantôme, même si celles-ci semblent parfois étranges voire faussées. Le fantôme veut-il libérer le peuple ou exercer une vengeance personnelle ?

On croise aussi d'autres personnages qui s'annoncent fascinants. Que ce soit la princesse de Goranie Miljena, au caractère bien trempé et qui fait tout pour contrecarrer son veule de père. Ou Eden Vekh un Traceur "pas comme les autres", chef militaire visiblement plus humain que ses confrères. Ou encore Borya le colosse, un militaire redoutable et effrayant qu'il faut mieux ne pas croiser.

Ce premier tome foisonne de personnages vraiment passionnants dont on devine l'énorme potentiel. Leur évolution et surtout celle de leurs relations sera forcément un challenge incroyablement fascinant, car clairement leur destin n'est pas un long fleuve tranquille.

Le tout est servi par l'écriture toujours fluide et légère de Gabriel Katz. Son imagination foisonne et déborde sur les pages pour le plus grand plaisir des lecteurs. Même si ces mêmes lecteurs ont très certainement, comme moi, envie de lui tordre le cou pour les deux énormes cliffhanger de fin. C'est limite insoutenable, vraiment. Mais ça prouve en tout cas une chose, si cela était encore nécessaire: on se laisse piéger par le récit et on s'attache aux protagonistes. qu'ils soient "bons ou mauvais", leur destin et leurs actes nous importent énormément.

Ce premier tome se dévore à toute allure, il me tarde déjà d'en lire la suite. Je vais me consoler en rattrapant mon retard en lecture de l'oeuvre "katzienne". Je me régale à l'avance d'y retrouver certains des personnages de ce récit. Cette chronique serait incomplète si je ne mentionnais pas la superbe couverture d'Aurélien Police, mystérieuse à souhait. Coup de cœur évidemment !

jeudi 20 octobre 2016

ZALIM de Carina Rozenfeld





Éditions Scrinéo
350 pages
16,90 euros


4ème de couv :

Un royaume d’un autre monde, ressemblant fort à notre Norvège, est en proie à la guerre. Il invoque un démon pour l’aider à gagner, qui choisit alors un hôte humain inconnu. Cet hôte oublie son identité humaine à chaque fois que le démon se réveille et le possède, et n’a plus conscience de ses actes.


Qui est l’hôte ? Dans quel camp est-il ? Va-t-il réussir à prendre le dessus sur le démon pour le maîtriser ?





L'avis de Dup :

Dans un décor glacé et somptueux, fait de montagnes, de noires forêts et de fjords si profonds qu'on se croirait transporté au moins en Norvège, Carina Rozenfeld nous plonge en plein conflit armé. Sur les plateaux, une énième guerre se déroule entre Arensdaal et Rakeshin, des royaumes voisins dont les querelles remontent à la nuit des temps.

Une ambiance féodale fortement teintée de steampunk devant ces vagues de soldats mécaniques qui précèdent les rangs de fantassins du Rakeshin. Mais l'Arensdaal n'est pas en reste avec ses immenses tentes flottantes qui abritent l'état major des armées et l'infirmerie. 

Habituellement Arensdaal a toujours réussi à repousser son encombrant voisin, sauf que cette fois le front de guerre est proche, trop proche de Limsdal la capitale.

Ederinn, le 1er ministre et principal dirigeant du royaume étant donné la couardise et la transparence du roi Yalmar, hésite à recourir à l'arme suprême du royaume : invoquer leur démon "défenseur" Zalim. Parce que oui, les guillemets sont bien là, car jusque là aucun hôte qu'il a choisi et occupé n'a réussi à le dominer. Et si Zalim s'en prend la plupart du temps aux armées ennemies, rien ne l'empêche de croquer de temps en temps du arensdaalien !

Appuyé cependant par un trio de princesses, Elyanna, la future reine, Kaia sa soeur adoptive et Agda la future promise au roi Yalmar, Ederinn va s'y résoudre en priant que le démon le choisisse lui. Mais Zalim n'en fait qu'à sa tête...  Et bien sûr l'auteur se garde bien de nous dire qui il a investi ! Les possibilités sont nombreuses, les indices se multiplient et les fausses pistes foisonnent. Je les ai tous soupçonnés tour à tour !

Les personnages que j'ai cité sont tous sympathiques et agréables à suivre. La galerie ne serait pas complète si j'omettais de parler de Jad. Jad est un soldat de l'armée du Rakeshin qui, blessé, a été récupéré et pansé par une soigneuse d'Arensdaal un brin sorcière. Jad qui, par un concours de circonstances, va se retrouver embauché par Ederinn comme garde rapproché des princesses. Il a la tête farcie d'ordres et de contre-ordres ce pauvre Jad, alors quand l'amour vient implanter son grain de sel sable, les rouages disjonctent...

De la fantasy médiévale nordique, un peu de magie, un poil de steampunk et un démon incontrôlable et facétieux, que des bons ingrédients pour faire de ce tome 1 un plaisir de lecture. Une lecture qui s'adresse à un public plutôt young adult, ou ado bien mûr. La fin laisse augurer d'une suite encore plus passionnante et je m'inscris d'ores et déjà dans les fans impatients de lire et de retrouver Zalim ! 



Et zou, un autre livre dans la section Fantasy 
de mon challenge initié par dame Licorne


Jackpot encore, enfin presque, moins de 400 pages,
mais l'auteur est une femme, française...yeah !

mercredi 19 octobre 2016

BOOKEN CAFÉ: soirée littérature fantasy et fantastique le 16/11/2016








Où?                       Dernier bar avant la fin du monde à Paris
Quand?                  le 16 novembre 2016 à 19h (c'est dans le titre mince, essayez de suivre!)

Y'a qui ? alors là du beau monde que vous aimez on le sait! 

 Manon Fargetton, Estelle Faye, Méropée Malo et Romain Delplancq


Toutes les infos : ici et


Et vous savez quoi, les vénérables sont trop loin pour y assister et elles enragent ...(et le mot est faible !)


mardi 18 octobre 2016

LE SOUPER DES MALÉFICES de Christophe Arleston



Editions ActuSF
Collection BadWolf
6/10/2016
396 pages
17.50 euros





Zéphyrelle se voit confier sa première mission par le dynarque de Slarance : démasquer les trafics d’un duc-marchand qui empoisonne lentement la cité. Une dangereuse enquête qui la conduit du monde haut en couleurs des quais et des tavernes à matelots jusqu’aux plus feutrés des cabinets du pouvoir. Mais l’intervention inattendue d’un cuisinier amoureux et de son grimoire de recettes magiques va compliquer l’affaire…

Des personnages attachants, une aventure captivante et la touche d’humour propre à l’auteur de Lanfeust de Troy : Soupers et Maléfices est un roman qui se dévore avec passion.




L'avis de Phooka:


Christophe Arleston vous connaissez. Si,si, croyez-moi vous le connaissez. Lanfeust? Trolls de Troy ? Ha ça y est, je vois une lueur dans vos yeux ... Oui c'est lui, le même Arleston, celui des BD et quelles BD! De celles qu'on lit et relit à l'infini, en pouffant de rire. 

Le voilà maintenant auteur de roman et autant vous le dire tout de suite, j'ai pris autant (sinon plus) de plaisir à lire ce Souper des maléfices que j'en ai eu à lire les Lanfeust.

Mais reprenons depuis le début.

Zéphyrelle est une jeune femme, enfin plutôt une adolescente, vive, intelligente et combative. Elle a sans doute hérité ces qualités de son père, un grand général de renom. Ou pas ...
Elle a décidé de faire partie de la garde rapprochée du Dynarque de Slarance, Ib Morkedaï, enfin de ses services secrets. Elle rêve de devenir Inquisitrice, mais pour le moment elle n'est qu'agent subalterne. Peu importe, elle s'entraîne dur. Elle est la championne des déguisements et elle apprend à combattre auprès d'un ancien militaire bourru, Gunfron, ami de feu son père.

Or il s'avère qu'un beau jour Zephyrelle fait une rencontre avec un mystérieux personnage qui n'est autre que le Dynarque lui-même. Il lui révèle que tous les agents ont été décimés, qu'elle est la seule restante et qu'il compte sur elle pour prendre la relève. Les agents ont mystérieusement disparu mais à ceci s'ajoute une sorte d'épidémie en ville. Épidémie qui a une fâcheuse tendance à décimer la population. Il semblerait que le blé en soit l'origine.

Mais laissons donc le Dynarque vous l'expliquer lui-même, en vous faisant découvrir un extrait de sa conversation avec Zéphyrelle.



— Merci. Tu l’ignores sans doute, mais en quelques semaines mes Services Particuliers ont été décimés. Enquêteurs, inquisiteurs, ambassadeurs particuliers, presque tous mes agents ont trouvé la mort. Suicides, accidents, mauvais coups dans une bagarre, chutes d’objets lourds ou contondants, maladies, c’est un carnage. Au début on aurait pu croire à une série de coïncidences mais plus aujourd’hui. Ce matin-même, un agent dont je n’avais plus de nouvelles depuis quelques temps a été retrouvé errant sur le marché où il s’est effondré, manifestement empoisonné. Il est le vingt-septième cadavre de la liste. 

... 

— J’ai une mission à te confier. Je pourrais dire que tu es mon dernier espoir, mais ce serait mentir. Il y a toujours une autre solution, puis encore une autre. Mais pour le moment, disons que tu es mon meilleur espoir. Et pour tout dire mon dernier agent sur place.
— Donc votre meilleur agent.
Zéphyrelle ne se laisse pas démonter, elle sera donc son "meilleur agent" par la force des choses et elle va prendre le problème très à cœur. Elle va enquêter, aller au delà des apparences (et au delà des mers aussi par la même occasion), se surpasser. Et croyez-moi, l'affaire sur laquelle elle enquête est loin d'être simple. Les ramifications sont nombreuses et les protagonistes aussi.

Ce qui est épatant dans ce roman, ce sont les histoires à l'intérieur de l'histoire. Ainsi nous rencontrons Fanalpe, un cuisinier de génie, un chef un vrai. A côté de lui Cyril Lignac peut postuler chez MacDo. Il manie les épices, les herbes et les légumes tel un magicien. D'ailleurs de la cuisine à la magie, il n'y qu'un pas non ?

Tous les personnages créés par Christophe Arleston, ont leur personnalité propre. Leur histoire, leur rôle à jouer, leurs mystères. On s'y intéresse, on s'y attache et on veut savoir. Les destins de tous vont se croiser oui, mais comment et pourquoi ? L'écriture simple et fluide rend la lecture de ce roman aisée et tellement agréable. Les pages défilent toutes seules, la lecture est juste passionnante. Le récit est complexe tout en gardant un ton léger, de l'humour et en y mêlant du suspense. Bref, un vrai page-turner.

Le souper des maléfices est une lecture agréable et prenante, de pure détente, mélangeant énigmes, humour, enquête et suspense. Le livre idéal pour se changer les idées, se relaxer après une journée de boulot. On oublie tout et on se plonge avec délices dans les mystères qui hantent Slarance. Le tout est savamment dosé et tel le chef Fanalpe, Arleston nous concocte là un petit plat plein de saveurs et de surprises. Un régal pour les papilles ...yeux. Un coup de cœur, c'est certain.

lundi 17 octobre 2016

LE VAMPIRE DE BACALAN de Jeanne Faivre D'Arcier




Éditions Castelmore
250 pages
12,90 euros




4ème de couv :

Un rôdeur sur les quais de Bordeaux… D’abord, Cornélia et Niko ont vu apparaître un chien énorme, tour à tour rassurant et terrifiant. Puis un corbeau s’est mis à les surveiller, avec son regard inquisiteur. Enfin, lors du concert à la base navale de Bacalan, la jeune fille entend dans sa tête une voix, à l’accent anglais, l’inviter à la rejoindre. 
Les jumeaux sont-ils en train de devenir fous ? Niko décide donc de découvrir la vérité derrière ces phénomènes étranges qui rendent sa sœur paranoïaque et leur quête les conduira bien plus loin qu’ils n’auraient pu l’imaginer…




L'avis de Dup :

Cornélia et Nicolas sont des jumeaux qui partagent bien plus que ce fameux lien dû à leur gémellité car ils sont télépathes. Et pourtant, à les suivre dans la vie de tous les jours, ils n'en n'abusent pas, ou plus, même si certains de leur entourage les confondent encore parfois. Cependant ce lien va leur être bien utile dans l'aventure qui va leur arriver. 

Alors qu'ils sont au concert de leur idole Corneille qui a lieu dans la base sous-marine datant de la dernière guerre sur les quais de la Gironde, pas très loin de là où ils habitent, Cornélia entend une étrange voix qui l'appelle. Le concert s'achève et lors de la cohue de sortie, ils sont séparés et c'est là que tout bascule pour Cornélia. Elle se retrouve au même endroit, dans le noir complet, mais surtout seule. Seule, si ce n'est cette voix qui résonne dans sa tête et qui la terrifie, qui l'appelle "petit corbeau". Elle s'enfuit à tâtons quand la silhouette d'un chien énorme aux yeux rouges lui colle une frousse de tous les diables, elle sprinte droit devant et... plouf. Elle entend alors, mais non plus dans sa tête, la voix ordonner à son chien - "un chien ça ?!"  "Go, Blacky, go, hurry up !", et la voilà tractée par le bestiau vers la berge. Lorsque le maître les rejoint, elle croit voir arriver Dark Vador et s'évanouit. Lorsqu'elle reprendra connaissance, sur une civière devant l'entrée de la salle du concert, seul Nicolas comprendra que quelque chose a cloché. 

Et là, je ne vous ai parlé que du premier chapitre... Autant vous dire que ce roman jeunesse démarre sur les chapeaux de roue. Il ne nous faut pas bien longtemps pour apprécier grandement ces jumeaux. Jeanne Faivre d'Arcier les a chargé d'un passé douloureux avec un père archi connu, le grand DJ en vogue du moment mais qui n'assume pas sa paternité et une mère décédée dans des circonstances dramatiques impliquant le père... cela rappelle quelque chose n'est-ce pas ? Ils sont élevés par leur grand-mère maternelle qui, si elle est aimante, ne cache pas le poids que lui confère cette responsabilité.

Les éléments surnaturels et fantastiques sont fort bien amenés et ce vampire et son molosse squattant la base sous-marine de Bordeaux prennent naturellement leur place dans les déboires qui vont poursuivre Cornélia. Puis les jumeaux vont se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, Cornélia va être enlevée et Nicolas va prendre part aux recherches et à l'enquête menée par le jeune lieutenant Hugo du SRPJ de Bordeaux. Un sacré personnage lui aussi, charismatique, un brin cabot, mais d'une intelligence vive et plein d'humour comme je les aime. 

On va même avoir droit à un voyage spatio-temporel des jumeaux qui servira de flash-back sur la vie de notre vampire, mais aussi et surtout apportera beaucoup de renseignements historiques véridiques sur cette fameuse base sous-marine construite par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. L'auteur allie donc l'utile à l'agréable. 

Malgré le côté franchement fantastique, ne nous trompons pas, c'est bien un thriller pour ado que nous propose là Jeanne Faivre d'Arcier. Un rythme soutenu, une enquête pour enlèvement étant toujours une course contre la montre pour retrouver saine et sauve Cornélia aux mains de malfrats qui n'en sont pas à leur première élimination pure et simple de ceux qui se mettent en travers de leur business. 

Bref vous l'avez compris , j'ai pris beaucoup de plaisir avec ce roman. Il est destiné aux ados mais c'est une agréable lecture également pour un lectorat euh...plus mûr ! L'écriture de l'auteur que j'avais déjà découvert dans un roman adulte Le dernier vampire, est adapté à son lectorat sans être simpliste et rend la lecture fluide. Je ne peux que vous conseiller de plonger.




dimanche 16 octobre 2016

Côté Épopée, chez Sonatine !




Oui, oui, vous avez bien lu !

Épopée, pas thriller, pas policier, pas roman noir !!!


LE FEU DIVIN

Robert Lyndon


septembre 2016
736 pages
23 euros


Le pitch :

1081. De vastes empires se livrent une guerre sans merci pour étendre leur puissance. L’Europe et ses abords sont un vaste champ de bataille : depuis le nord avec les Normands, jusqu’au sud avec les Byzantins, aucun peuple ne veut céder du terrain. Mais il se murmure qu’à l’est un empire encore plus puissant détient une arme capable de mettre le monde à genoux : une poudre noire qui explose lorsqu’on l’enflamme.

L’empereur byzantin confie une mission secrète et presque impossible au mercenaire franc Vallon. Pour conquérir cette poudre, il devra se rendre jusqu’en Chine avec une troupe de soldats bien entraînés. Il sera notamment accompagné du médecin Hero, de Wayland, un chasseur solitaire, du Viking Wulsftan, et d’un jeune Franc nommé Lucas. Chacun possède de bonnes raisons d’entreprendre ce dangereux voyage, et chacun cache ses secrets.

Cette quête, qui va durer plus de trois ans, va les mener sur des mers périlleuses et dans des déserts arides. Leur périple va prendre des tours imprévus, qui les conduiront entre autres à la recherche d’un mystérieux ermite chrétien au Tibet et au Népal. Beaucoup n’en reviendront pas vivants. Mais pour ceux qui réussiront, les récompenses pourraient dépasser toute espérance.



samedi 15 octobre 2016

Le prochain R.J. Ellory en octobre chez Sonatine



UN CŒUR SOMBRE

R.J. Ellory


octobre 2016
560 pages
22 euros


Le pitch :


Combien de temps peut-on échapper à sa conscience ?

Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre son identité officielle, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune et monter un gros coup pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent très mal, il doit se débarrasser de ses complices, et un enfant est blessé lors d’échanges de tirs. Comble de malchance, le NYPD confie l’enquête à la dernière personne qu’il aurait souhaité. Rongé par l’angoisse et la culpabilité, Madigan va s’engager sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption.



L'avis de l'éditeur :

Jamais l’expression d’anti-héros n’aura été aussi pertinente. Avec ce portrait passionnant et sans concession, R. J. Ellory creuse au plus profond de la conscience d’un homme au cœur sombre pris dans une spirale de violence, pour tenter d’en faire resurgir toute l’humanité enfouie. Le bien et le mal, l’innocence et la culpabilité sont en effet si intimement mêlés en Vincent Madigan qu’il lui est devenu presque impossible de les distinguer. D’une écriture si puissante qu’on la ressent physiquement, ce long blues, aussi déchirant qu’une chanson de Tom Waits, aussi maîtrisé qu’un film de James Gray, réserve à son lecteur de tels rebondissements qu’il serait criminel d’en dévoiler plus ici.

vendredi 14 octobre 2016

L’HÉRITIÈRE DES RAEVEN Tome 2 de Méropée Malo



SORCIÈRE EN SON TEMPS


Éditions Castelmore
ebook


Résumé :


De nouveaux défis pour Assia...



Après une période troublée, tout va désormais pour le mieux : Assia a un toit, un travail… et elle est amoureuse.

Jusqu’au moment où tout ce qu’elle a construit s’écroule. Une voiture lancée à pleine vitesse renverse son petit ami, laissé inconscient sur le bord de la route. Les pouvoirs de la jeune fille l’aideront-elle à inverser le cours du temps et à sauver la vie de celui qu’elle aime ?
Comme si cela ne suffisait pas, Assia va également devoir arracher les habitants d’Ysmans des griffes d’une créature aussi légendaire que redoutable. Mettre de côté ses sentiments et agir pour le bien de la communauté… tel est son devoir de sorcière !




L'avis de Dup : 


Écrire cette chronique sans spoiler le tome 2 c'est normal, mais sans spoiler le tome 1 va être un exercice ardu je pense, mais il est hors de question de gâcher cette série qui s'annonce plus que prometteuse. Ce que je vais en dire sera finalement assez flou, il faudra donc que vous me croyez sur parole quand je résume mon avis à ceci : ce tome 2 est trop, trop bien ! un gros coup de coeur !

Méropée Malo n'est vraiment pas tendre avec sa petite sorcière. Cela ne fait même pas deux mois qu'elle a entamé sa carrière en sorcellerie, et elle ne lui fournit même pas de baguette comme Harry, juste un vieux grimoire ronchon qui n'en fait qu'à sa tête et qui n'y met pas toujours du sien. 

Comme si elle n'avait pas assez de soucis pour rassembler tous les morceaux de l'athamé éparpillés dans la ville de Ysmans et des alentours, l'auteur installe au-dessus de son couple de gros nuages bien noirs. Et le pire voyez-vous, c'est que ni Assia ni Alec n'en sont responsables de cet état des faits... comment voulez-vous qu'ils s'en sortent !

Les bonnes âmes qui entourent Assia, dont "les vieux" comme je disais dans ma chronique du tome 1, essayent de recoller les morceaux et ne font qu'empirer le malaise, rhaaa, pauvre Assia !

Et puis tout cela serait bien trop simple, bien trop linéaire n'est-ce-pas. Alors pour corser l'affaire Méropée Malo fait entrer en scène une perfide sirène aux pouvoirs bien supérieurs à ceux de notre apprentie sorcière. Heureusement Assia va pouvoir s'appuyer sur les pouvoirs d'un Arpenteur du Temps, qui va accroître son équipe. Encore une fois le titre trouvé pour ce volume, Sorcière en son temps, est on ne peut plus parfait. Car des soucis avec le temps, elle ne va avoir que ça Assia. Et pas seulement le simple manque de temps que tout un chacun connait, non... mais tout cela je vous laisse le découvrir.

Et puis, et puis il y a Paolo. Pauvre Paolo, je ne sais pas à quelle sauce il va être mangé lui ! Il nous faudra attendre le tome 3 pour savoir. Il est mignon Paolo, il est gentil, il n'est pas con et il en pince pour Assia...aïe, aïe, aïe.

Tout cela fait que je suis déjà sur les starting-blocks pour lire la suite. Que je nous en veux presque de "piquer" du temps à Méropée Malo avec notre Mois de alors qu'elle pourrait le mettre à profit pour écrire plus vite ce tome 3 !!! 




jeudi 13 octobre 2016

LA PRUNELLE DE SES YEUX de Ingrid Desjours




Éditions Robert Laffont
Collection La Bête Noire
402 pages
20 euros


4ème de couv :

Il est aveugle. Elle est ses yeux.
Elle pense le guider vers la lumière.
Il va l'entraîner vers ses ténèbres.

Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions...



L'avis de Dup :

* Septembre 2003. Victor, 17 ans, un an d'avance, vient d'intégrer la prestigieuse grande école Mètis. Celle qui caracole dans le trio haut de gamme avec HEC et l'ENA, celle qui fabrique du puissant, du décisionnaire de demain, du politicien pur souche. Il fait la fierté de son père Gabriel, sauf que Victor n'est pas là pour les mêmes raisons que pense son paternel...
* Novembre 2003. Victor est sauvagement assassiné un soir, massacré plutôt. La même nuit, pas très loin de là, Gabriel a un terrible accident ; en plus de perdre son fils, il perd la vue.
* 2016. Gabriel ne s'en sort pas trop mal en tant qu'aveugle, et aujourd'hui il a l'espoir de faire la lumière sur le meurtre de son fils. Il a enfin retrouvé la trace de Maya, une amie de Victor.

Construit sur un va et vient permanent entre 2003 et aujourd'hui, les chapitres alternent entre trois narrateurs : Victor, Gabriel et Maya. Ce roman est un véritable piège à lecteur. Une fois démarré, il est impossible de le lâcher. Un page turner comme sait si bien le faire Ingrid Desjours. Oui je suis fan, et oui je le revendique !

Les profils psychologiques de ses personnages sont toujours décortiqués avec précision. Et même si c'est pour des raisons différentes, on ne peut que les aimer tous les trois. Ils sont profondément humains avec leurs failles, leurs faiblesses, mais aussi leur force, leur intelligence. Leur bonté d'âme surtout. Comme je le disais, Ingrid va les décortiquer pour finalement, au travers des épreuves qu'ils vont traverser ( et je peux vous garantir qu'elle n'y va pas de main morte encore une fois !), les transcender, les sublimer. Il ressort de cette lecture un côté lumineux que je n'avais encore jamais découvert chez cette auteur, tant il se dégage d'émotions fortes dans ce thriller. Car oui, n'en doutez pas une seconde, c'est bel et bien un thriller, dur et glaçant... mais pas que ! J'ai adoré !

Comme à chaque fois avec cette auteur, on va découvrir une pathologie peu connue car peu fréquente, mais bien réelle : la cécité de conversion. Un oeil qui fonctionne parfaitement, un nerf optique nickel, aucune lésion cérébrale et pourtant le patient ne voit plus rien. Toutes les explications scientifiques sont là, bien amenées et pas saoûlantes pour deux sous. Au contraire, passionnantes car on veut savoir, on veut comprendre ce qui est arrivé à Gabriel. Et comme lui on exècre ce terme, psycho-somatique, comme lui on espère le déclic pour annuler cette situation. De nombreux autres thèmes seront abordés bien sûr : la relation conflictuelle père-fils lors du passage à l'âge adulte, l'homosexualité, le bizutage.

Ce que j'apprécie énormément également, un thriller français, qui se passe en France et qui colle parfaitement à l'actualité, notre actualité. Même si les dates ne concordent pas, on y retrouve l'attaque du RER B à Paris. Et aujourd'hui, l'approche des élections présidentielles, la montée d'un parti d'extrême droite et ses idées bien pourries, bien fallacieuses, illustrées parfaitement par le personnage de Tancrède Sinclair, un "produit pur jus" de cette fameuse école Mètis, qu'on aimerait bien rayer de l'équation...

Bref, inutile de tourner autour du pot, de chercher des belles phrases pour parfaire cette conclusion. La prunelle de ses yeux est du tout bon Ingrid Desjours, celui que je préfère parmi la longue liste que vous pouvez consulter ci dessous. 
Énorme coup de coeur. 
Foncez, il sort aujourd'hui !


Ingrid Desjours sur Bookenstock





















Et j'inscris ce roman dans la section Thriller pour le challenge de la Licorne !


Un thriller : 3 points
plus de 400 pages (juste, juste) : 1 point
Une auteur : 1 point
Française : 1 point

Beau démarrage ma foi : jackpot \o/